[Film] Blood Machines, de Seth Ickerman (2019)

Deux chasseurs traquent une machine qui tente de s’émanciper. Après l’avoir abattue, ils assistent à un phénomène mystique : le spectre d’une jeune femme s’arrache de la carcasse du vaisseau comme si elle avait une âme.


Avis de Rick :
Certains, comme moi, se rappellent de cette douce année 2016 et de l’apparition sur la toile du clip Turbo Killer pour Carpenter Brut. Un clip électro sentant bon les années 80, les néons, et surtout bénéficiant d’un soin visuel hallucinant. 4 minutes de pur bonheur, et en plus, oh surprise, ça venait de la France. Seth Ickerman, cité comme réalisateur, est en réalité un collectif de deux réalisateurs bien de chez nous, Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard. Et dés cette année 2016, l’envie d’étendre le concept nait. Fin d’année, une compagne kickstarter est lancée, et ramasse plus que prévu, malgré le concept totalement fou. Faire un film de 30 minutes ayant les ambitions d’un long métrage Hollywoodien, mais finalement, se retrouvant avec le budget d’un film indépendant. Voir moins, car si j’en crois la page kickstarter toujours en ligne, ils auront récoltés la somme de 117 000 euros. Pas énorme pour de la science fiction. Mais c’est sans compter sur une équipe de motivés, et surtout le savoir faire des deux réalisateurs, habitués à tourner avec trois frois rien dans leur garage. Le film se tourne, non sans difficultés durant l’année 2017, et s’ensuivent deux années de post production. Oui, c’est long deux années. Et nous voici finalement en 2020, où l’on peut découvrir sur la plateforme Shudder le résultat final, durant 50 minutes au lieu des 30 minutes initialement prévues. Est-ce que Blood Machines fonctionne et délivre la marchandise attendue, tout en se faisant autant jouissif que Turbo Killer malgré sa beaucoup plus longue durée (50 minutes contre 4 minutes donc) ? Alors on ne va pas mentir, le changement de format, ainsi que la volonté (sans doute de la plateforme diffusant le métrage) de découper l’ensemble en trois épisodes durant entre 16 et 21 minutes, et donc d’avoir un générique coupant un peu le rythme toutes les 15 minutes, ce n’était sans doute pas les meilleures idées du monde.

Car en se voulant à la fois un film musical et un film de science fiction, et bien 50 minutes, c’est un peu court pour raconter une histoire et développer les personnages, ainsi que nous faire bien comprendre tout ce qu’il se passe, les tenants et aboutissants de l’histoire, même si la priorité du métrage n’est absolument pas là. Mais c’est un peu long également pour un clip musical, 50 minutes. Mais pourtant, pour peu que l’on apprécie le travail visuellement des deux réalisateurs, ainsi que la musique de Carpenter Brut, ça passe comme une lettre à la poste. Blood Machines est une lettre d’amour aux années 80, à la synthwave, à la science fiction. De la SF expérimentale, colorée, ça ne se refuse pas. Blood Machines est un pur plaisir pour les yeux. C’est d’ailleurs, avec son ambiance sonore, son principal atout.

Dés la scène d’ouverture, avec ce vaisseau qui se crashe sur une planète, poursuivi par une autre vaisseau dont les deux pilotes sont là pour récupérer l’intelligence artificielle défaillante du dit vaisseau, ça en met plein la vue. Bien entendu, rien ne va se passer comme prévu, puisque sur cette planète, un groupe de femmes va réveiller l’intelligence artificielle du vaisseau, qui va prendre la forme d’une femme, et va se sauver dans l’espace. Une course poursuite va alors commencer. Voilà, basiquement, la base de l’histoire, et ce que l’on comprend au premier coup d’œil, le reste étant plus sujet à interprétation. Tant mieux dans un sens, le métrage évite le piège de l’explication à outrance. Mais le plus surprenant, du moins durant le premier épisode de 16 minutes, c’est le manque de musique. Blood Machines reste un film musical avant tout, mais la première partie reste silencieuse et met en avant son univers et son visuel. Ça fonctionne, et il faut dire que le design est très sympathique, entre des vaisseaux qui ont clairement de la gueule et donc, une réelle personnalité, et quelques idées originales, non pas dans ce que le film raconte, mais dans sa manière de mettre des éléments visuellement en avant.

Mais c’est véritablement à partir du second épisode que Blood Machines montre ce qu’il a dans le ventre. Deux scènes en particulier, musicales et assez longues, imprimeront la rétine des connaisseurs et des fans du style. La première prend place dés le début du second épisode, avec la poursuite dans l’espace de l’intelligence artificielle, nommée Mima, jouée par Joëlle Berckmans, déjà présente dans le clip Turbo Killer. Elle est encore magnifiquement mise en avant, même si le métrage appuie énormément sur la sexualité de la machine et de l’actrice, se retrouvant le plus souvent totalement nue. L’autre scène qui marque, c’est bien entendu la scène finale, longue et rappelant encore une fois Turbo Killer dans son concept et son design, tout en allant bien plus loin. Et c’est pour cela, dans ses quelques moments purement jouissifs et hallucinants, que l’on pardonne ces quelques égarements, Blood Machines délivrant dans un sens exactement ce que l’on attendait de lui, même si on pouvait également attendre plus de lui. Soit qu’il soit un peu plus court pour nous livrer bien plus de séquences comme ces deux scènes marquantes lors des épisodes 2 et 3, soit en se faisant plus long pour exploiter son concept et son univers à 100%. Mais finalement, est-ce vraiment un mal ? Blood Machines reste un métrage à part, qui s’adresse avant tout à ceux qui trouveront exactement ce qu’ils attendaient dans le métrage. Pour les autres, vous pouvez toujours tenter, l’aventure ne durant au final que 50 minutes, même si vous n’aimez pas, vous ne perdrez pas beaucoup de votre temps.

LES PLUSLES MOINS
♥ Visuellement hypnotisant
♥ La musique de Carpenter Brut
♥ La direction artistique qui en met plein les yeux
♥ Deux scènes jouissives
⊗ Trop court pour développer son univers
⊗ Trop long pour un simple clip musical
note2
Blood Machines, c’est la synthèse des années 80, de la synthwave, et de la science fiction, pour 50 minutes pas parfaites mais souvent jouissives et impressionnantes.



Titre : Blood Machines

Année : 2019
Durée :
50 minutes
Origine :
France
Genre :
Science Fiction
Réalisation : 
Seth Ickerman
Scénario : 
Seth Ickerman et Paul La Farge
Avec :
Elisa Lasowski, Anders Heinrichsen, Christian Erickson, Natasha Cashman, Walter Dickerson et Joëlle Berckmans

 Blood Machines (2019) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
8 juin 2020 10:18

Vrai que l’univers graphique a l’air excellent. Après, j’avoue que je commence un peu à saturer de tous ces films qui s’amusent avec tous ces néons. C’est vert, rouge, c’est joli, mais ca fait tout sauf naturel parfois, et on a l’impression de ne quasi voir que ça en ce moment. Certains se plaignent que tous les films jouent maintenant sur la mode des années 80, mais j’ai l’impression aussi maintenant que c’est pareil avec tous ces néons. Alors quand tu as un plan ou deux dans le film qui les utilisent, ca fait d’un coup super joli. Mais parfois quand tu as tout le film qui est construit là dessus, je trouve que ca perd énormement en intérêt…