[Film] Au Revoir, Mon Amour, de Tony Au (1991)


Film historique se déroulant lors de l’attaque de Pearl Harbor jusqu’à la capitulation du Japon. A Shanghai, une chanteuse de cabaret est amoureuse d’un guérillero chinois qui apparaît et disparaît au gré de ses activités secrètes.


Avis de Feroner :
Le film se passe dans le Shanghai des années 40, sous l’occupation japonaise, un lieu et une époque où pas mal de bons et de très bon films ont été tournés (Shanghai Grand de Poon Man-kit, Shanghai Triad de Zhang Yimou, Le Justicier de Shanghai de Chang Cheh ou encore Big Brother de Jackie Chan). Et ça démarre très fort, c’est tout de suite tendu, on sent qu’il va se passer quelque chose mais quoi ? Qui sont ces personnages qui attendent visiblement quelque chose pour passer à l’action. Et j’aime beaucoup quand ça démarre sans explication. Ça intrigue et déstabilise comme Inception de Nolan.

Avec cette scène, on se rend compte que la reconstitution historique est très bonne. Ça grouille de monde, c’est crade, il y a plein de petits détails. Après cette scène d’ouverture, le rythme retombe et se concentre sur le couple Tony Leung Ka-Fai / Anita Mui. Ça va être comme ça tout le long du métrage, un rythme en dents de scie. D’un côté, l’histoire de cette chanteuse, et de l’autre côté, celle de ce résistant très violent et spectaculaire. Car même si on n’est pas dans un film d’action, il y a des passages bien furieux et même une cascade de malade où un type saute d’une fenêtre à une autre en se prenant une bonne explosion au passage. Il y a bien un petit défaut niveau scénario, la partie résistance n’est pas assez développée. On ne sait rien sur leur organisation et quand la police leur tombe dessus, on ne sait pas comment ni pourquoi. C’est un peu pareil niveau historique, rien n’est expliqué sur comment les Japonais ont pris le pouvoir à Shanghai, sur comment ils ont été chassés. A nous de nous renseigner.

La réalisation est très bonne et très stylisée. L’image est un peu brumeuse, comme dans un rêve. Les éclairages sont magnifiques, très colorés, beaucoup d’orange et de couleurs chaudes, mais c’est très varié. Selon le ton du récit, les couleurs changent, ça peut même devenir tout gris, le tout sans filtre. Les cadrages sont très travaillés et chargés. Il y a beaucoup de gros plans sur les visages et les mouvements de caméra sont très fluides. Souvent dans les films HK, les Japonais sont montrés comme le mal absolu. Là, ce n’est pas manichéen, le pire des personnages étant Chinois. Il est interprété par Norman Chu qui est une belle enflure de collabo et qui n’hésite pas à tuer un enfant pour atteindre les résistants. Et même lui n’a pas totalement perdu son humanité, on le voit avec sa relation trouble qu’il entretient avec Carrie Ng. Les deux s’en sortent très bien. Et que dire d’Anita Mui, très expressive et émouvante avec ses grands yeux sans en faire trop. Elle livre selon moi sa meilleure prestation, mieux que dans Rouge de Stanley Kwan. Tony Leung Ka-Fai est bon lui aussi, plus en retenue. Il interprète bien ce héros tourmenté et élégant qui doit sacrifier sa relation avec celle qu’il aime pour la grande cause. Au début du film on peut apercevoir Kunimura Jun qui crève l’écran. Dommage qu’il meure au bout de cinq minutes et car l’autre acteur Japonais, Akai Hidekazu, qui a un bien plus grand rôle, est assez insipide.

LES PLUSLES MOINS
♥ La réalisation
♥ Anita Mui sublime et émouvante
♥ L’action
♥ La reconstitution
⊗ Le scénario évasif
⊗ Akai hidekazu
Très beau film prenant et émouvant, au rythme changeant, et assez long pour l’époque. Malheureusement inédit en France malgré ce titre en Français dans le texte.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Au Revoir, Mon Amour a été nominé 5 fois aux Hong Kong Film Awards de 1992. Il a également été nominé deux fois aux Golden Horse Film Festival de 1991 et y a même gagné le prix de la meilleure chanson originale.


Titre : Au Revoir, Mon Amour
Année : 1991
Durée : 1h50
Origine : Hong Kong
Genre : Romance / Résistance
Réalisateur : Tony Au
Scénario : Gordon Chan, Liu Wing-Leung

Acteurs : Anita Mui, Tony Leung Ka-Fai, Carrie Ng, Akai Hidekazu, Norman Chu, Kenneth Tsang, Kunimura Jun, Aoyama Chikako ; William Duen, Sheren Tang

 Au revoir, mon amour (1991) on IMDb


5 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
11 juin 2020 13:27

Celui là à l’époque, je ne l’avais pas regardé. Le titre m’avait fait peur. J’avais peur d’un truc trop larmoyant et je déteste ça. Du coup, je me rends compte que je suis peut être passé à côté de quelque chose très bien ^_^

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
17 juin 2020 8:51

Dommage qu’il ne soit jamais sorti en DVD/Blu ray car j’aurai bien voulu le voir, merci pour cette chronique Feroner, ça me donne envie de découvrir ce film alors que le style romance c’est pas trop ma came sauf rare exception.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Dr_Gonzo
17 juin 2020 10:01

A Hong Kong, le dvd est sorti y’a belle lurette non ?

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
Reply to  Cherycok
17 juin 2020 10:12

Je ne sais pas, je parlais d’une sortie FR, dans la mesure du possible j’essaie de regarder les films sous titrés en français, c’est quand même plus confortable.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Dr_Gonzo
17 juin 2020 10:23

ok ok. Oui, effectivement, en France, grosses lacunes au niveau des sorties. Après, il est dispo en VOSTFR sur les sites de Fansub si jamais tu tiens absolument à le voir

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
Reply to  Cherycok
17 juin 2020 10:33

J’ai peut être mal cherché sur les sites de Fansub mais je l’ai pas trouvé. On a eu beaucoup de sorties pendant un temps (hk video/ wild side) maintenant il ne reste quasiment plus que spectrum qui sort de gros films, ils ont même annoncé une collection SB à venir.

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
Reply to  Feroner
17 juin 2020 11:11

Merci pour l’info Feroner 😉

Cherycok
Administrateur
Reply to  Dr_Gonzo
17 juin 2020 11:21

il a été release y’a genre 1 semaine sur Rasbora