[Docu] Kung Fu Stuntmen, de John Wei (2021)


Un documentaire qui revient sur l’âge d’or des cascadeurs de kung-fu et des réalisateurs de films d’action à Hong Kong dans les années 60 à 90, en explorant leurs souffrances et leurs difficultés. Le documentaire est un hommage aux cascadeurs de kung-fu. « Ils ont risqué leur vie pour les cascades », a déclaré le chorégraphe de kung-fu Yuen Bun. À leur apogée, ces cascadeurs et chorégraphes présentaient les meilleures séquences de combat de kung-fu au monde, les plus créatives et les plus compliquées, créant des cascades qui semblaient impossibles.


Avis de Cherycok :
Vous vous rappelez avoir senti le coup de pied de Yuen Biao sur l’acteur doublant Melvin Wong dans Righting Wrongs ? La première fois que vous avez vu un bêtisier avec Jackie Chan confronté à l’une de ses erreurs presque fatales ? Ou encore le péril que courent les acteurs dans le plan final de Devil Hunters ? Oui, des trucs dingues comme ça, c’est l’expérience vécue par tous les fans du cinéma de Hong Kong, et ça contribue à l’appréciation immédiate du travail que représentent les cascades à une époque où la sécurité était bien moins une priorité que la réalisation du plan. John Wei, le réalisateur du documentaire Kung Fu Stuntmen qui  nous intéresse ici, a déclaré ce qui suit : « De nombreux cascadeurs légendaires ont une vie difficile et beaucoup sont inconnus. C’est pourquoi j’ai décidé de réaliser un film documentaire en hommage à leurs efforts continus et à leur esprit inflexible ». Et bien merci John Wei pour ce travail, parce que c’était drôlement bien.

Kung Fu Stuntmen est, à ma connaissance, le premier film de ce type depuis le documentaire Red Trousers : The Life of Hong Kong Stuntmen, réalisé en 2003 par Robin Shou. Il est produit conjointement par la Hong Kong Action Stunt Performers Association et par Beijing Jizhi Image Film and Television Culture Co., Ltd et il aura fallu pas moins de deux ans à John Wei pour le mettre en boite. Réalisateur et historien du cinéma, il a interrogé près d’une centaine de réalisateurs de films de kung-fu, d’acteurs, de chorégraphes et de cascadeurs de renom, ainsi que certains jeunes acteurs de la nouvelle génération. Les amateurs de ciné HK de la belle époque seront aux anges et c’est avec plein de nostalgie qu’ils écouteront Sammo Hung, Stephen Tung, Donnie Yen, Liu Chia-Yung, Yuen Woo-Ping, Stanley Tong, Tsui Siu-Ming, Billy Chan, Mars, Yuen Tak, Sharon Yeung, Yuen Wah, Yuen Bun, Tony Leung Siu-Leung, Ching Siu-tung, Ng See-yuen, Tony Leung Siu-Hung, Eric Tsang, Chin Siu-Ho, Chin Kar-Lok, Tsui Hark, Wilson Tong, Lee Hoi-San, Andrew Lau, Benny Lai, Hung Yan-Yan et bien d’autres… Des interviews donc, mais aussi des images d’archives, des extraits de tournage, des extraits de films, des anecdotes, des photos, … On en apprend plus sur le métier des cascadeurs, dont beaucoup sont issus de l’Opéra de Pékin avec une formation de gymnaste ; comment ils étaient formés ; comment fonctionnait leur métier ; leur salaire ; comment étaient chorégraphiés les combats ; la signification de certains cris ; comment ont été faites certaines scènes cultes ; comment ils dépensaient l’argent qu’ils gagnaient, … Mais aussi pas mal d’historique, comme par exemple pourquoi beaucoup d’artistes martiaux ont migré à Hong Kong à cause de la guerre, ce que sont devenus les locaux des défuntes maisons de production Shaw Brothers et Golden Harvest. Oui, vraiment de quoi susciter la nostalgie de ceux qui ont suivi ce cinéma ces 50 dernières années.

Le documentaire va donc retracer tout un pan d’histoire du cinéma de Hong Kong. Il va bien entendu, car c’est inévitable, expliquer la folie Bruce Lee qui a fait rentrer le ciné martial HK dans une nouvelle ère (passant de quelque chose de très « dansé », façon Bollywood, à quelque chose de plus sec et brutal), nous permettant par exemple d’apprendre que Yuen Wah et Bruce Lee étaient très proches ou ce que la mort du petit dragon a engendré sur l’industrie. Il s’attarde également sur ce qu’a apporté Liu Chia-Liang avec des anecdotes rigolotes comme le fait qu’ils étaient obligés de ralentir les combats car ce dernier était trop rapide là où ils avaient l’habitude, avec d’autres acteurs, de les accélérer pour leur donner plus de punch. Bien entendu, on nous raconte la période qui a vu décoller Sammo Hung, Yuen Woo Ping, puis Jackie Chan qui, après une mauvaise expérience aux States (Cannonball Run), avait décidé de tirer le cinéma martial vers le haut. Il nous parle aussi du cinéma de Hong Kong de manière générale, ce qu’il est devenu aujourd’hui, avec beaucoup moins de cascadeurs qu’avant car le cinéma d’action n’est plus en odeur de sainteté, au point qu’il a fallu ouvrir des écoles spéciales de cascadeurs pour faire naitre des vocations. John Wei nous parle du métier de cascadeur d’aujourd’hui, qui est bien plus compliqué qu’avant, surtout avec le mastodonte chinois à côté et ses nombreuses écoles, ses nombreux talents, ses nombreux cascadeurs. Certaines anecdotes qui nous sont contées sont assez folles, tout comme certains extraits de tournage vraiment impressionnants, avec des cascades ratées qui font très mal. On y découvre également le travail de certaines doublures/cascadeurs sur par exemple le combat sur les échelles de Il Était une Fois en Chine ou le saut complètement fou dans Eastern Condors.

Ce qui ressort au final de Kung Fu Stuntmen, c’est un regard assez nostalgique de cette époque du cinéma de Hong Kong. On a vraiment l’impression que tous ces cascadeurs, que tous ces acteurs qu’on connait tous, forment une grande famille. Un regard nostalgique, oui, mais aussi un regard plein de mélancolie, voire de tristesse, comme en témoigne cette scène post-générique consacrée à feu Lam Ching-Ying considéré par toute la profession comme le meilleur d’entre eux. On ressent bien que le réalisateur John Wei a grandi avec tous ces gens, qu’il a eu envie de leur rendre hommage, mais qu’il cherche également à toucher une nouvelle génération de cascadeurs et de réalisateurs chinois afin qu’ils produisent de nouveau ce genre de scènes complètement folles. Il le dit lui-même lors d’une interview : « J’espère que le film pourra inspirer une nouvelle génération de cinéastes chinois et qu’ils hériteront de l’esprit de lutte montré par ces cascadeurs. Ce n’est que lorsque vous aurez un tel esprit que les films chinois pourront vraiment perdurer ». Pour Hong Kong, on pourrait penser que c’est peine perdue, bien que des films comme Raging Fire de Benny Chan tendent à prouver le contraire, mais avec les pressions chinoises sur l’ex-colonie britannique, le film d’action n’est plus le genre de prédilection. Pour la Chine, c’est une autre paire de manches. Le marché est inondé de wu xia pian destinés à la SVOD, des films souvent faits à la chaine, sans réelle envie de proposer des jolies cascades et où le montage prend le dessus sur les chorégraphies pour les combats. Néanmoins, on trouve certaines exceptions, comme les récents One More Shot (2021), Caught in Time (2020) ou encore Taoist Priest (2021) qui respirent l’amour pour le cinéma HK des années 80/90, leurs scènes d’action, leurs cascades. John Wei a envie de plus de films du genre, avec une nouvelle génération de cascadeurs, pourquoi pas dirigés par les vétérans du cinéma de Hong Kong. Il n’y a plus qu’à espérer que son documentaire fasse naitre des envies et des vocations.

LES PLUSLES MOINS
♥ Revoir plein de têtes connues
♥ Plein d’anecdotes intéressantes
♥ Les images d’archives et extraits de tournage
♥ La fluidité de l’ensemble
♥ La Chine très peu mise en avant
⊗ La période 90’s pas assez évoquée
Facile à voir, bourré d’interviews et d’anecdotes, respirant bon la nostalgie, Kung Fu Stuntmen est un documentaire sur les cascadeurs de Hong Kong que tout amateur de ciné HK des années 70/80/90 se doit de voir.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Kung Fu Stuntmen : Never Say No ! a été présenté en avant-première au Silk Road Festival le 12 octobre 2020, et est sorti officiellement en Chine le 28 août 2021. Il devrait sortir dans d’autres pays, dont les Etats Unis car les droits ont été vendus un peu partout à travers le monde.



Titre : Kung Fu Stuntmen / Long Hu Wu Shi
Année : 2021
Durée : 1h30
Origine : Chine / Hong Kong
Genre : Nostalgie…
Réalisateur : John Wei
Scénario : John Wei

Acteurs : Tsui Hark, Sammo Hung, Andrew Lau, Eric Tsang, Mars, Yuen Woo-Ping, Donnie Yen, Hung Yan-Yan, Jackie Chan, Stanley Tong, Stephen Tung, Yuen Wah, …

 Long Hu Wu Shi (2020) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
25 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
gael
6 octobre 2021 14:54

ça a l’air génial, ça me fait penser aux docs jackie chan my stunts, et my story, dont j’ai encore les VHS dans un garage

gael
Reply to  Cherycok
7 octobre 2021 1:07

Merci, je viens de voir qu’il est dispo sur YT, je le garde dans mes « à regarder plus tard »

My story est aussi dispo sur YT, si on est fan de JC le documentaire est intéressant, Jackie décortique certaines scènes cultes de ses films si mes souvenirs sont bons, on apprend pas mal de choses (même si on sait maintenant qu’il a eu recours à des doublures pour des cascades, ce qui a cassé un peu le mythe pour moi)

Raph
Raph
6 octobre 2021 15:56

Ca donne envie !!! Hâte de voir ça !!

Raph
Raph
Reply to  Cherycok
6 octobre 2021 16:36

Cool ! merci pour l’info !

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
6 octobre 2021 23:57

Parfait j’allais justement posé la question !
Après je me doute , vu les captures, que c’est comme à la bonne vieille époque du dvd , à savoir sous titré mandarin / anglais.
Du coup le vocabulaire est pas trop technique ? (déja qu’en français je maitrise pas tous les termes )

En tous cas ta chronique donne furieusement envie 😉

Raph
Raph
7 octobre 2021 8:55

J’ai regardé le docu hier soir finalement, je n’ai pas pu attendre en sachant qu’il était super facile à trouver sur Youtube… Et bien il file quelques frissons pour le fan que je suis depuis les 90′ du ciné HK. Revoir les têtes connues (vieillies fatalement, même un peu « cassées » quand on voit la démarche de Mars) fait marcher la nostalgie à 200% ! Et puis entendre parler de Lam Ching-Ying, même 2 minutes, ça n’a pas de prix 😉 (je m’arrête là, sinon je ne vais faire que répéter la critique déjà écrite, ça a eu le même effet sur moi)

Raph
Raph
Reply to  Cherycok
7 octobre 2021 14:01

Oui surtout la dernière partie en mode « j’ai dépensé tout mon argent, qu’est-ce que je peux faire passé 40 ans ». Le côté « c’était mieux avant » fait mal au coeur et maintenant que j’y repense après ta question, c’est vrai que c’est assez fataliste. On a l’impression que la fameuse école de cascadeur soutenue par tous les anciens (et présidée par Chin Kar-Lok si j’ai bien suivi) n’est qu’un cache misère ! J’ai toujours l’espoir au fond de moi que le ciné HK va rebondir un jour (peut-être pas de suite) mais je sais que je ne fais que de me mentir à moi-même 😀

Feroner
Administrateur
7 octobre 2021 10:27

Pas vu ce doc, STA ça me décourage. Par contre j’ai vu il y a un moment un autre doc sur les cascadeurs de HK c’était red trousses. Qui était sympa avec des cascades de malades que j’avais jamais vu. Mais ils avaient mis de la fiction qui servait à rien.

yosh
yosh
7 octobre 2021 13:36

Whoua merci pour cette review je ne connaissais pas du tout ce documentaire ^^
Quel plaisir… Sammo, Yuen woo ping, Jet…
Tous mes héros des années 90/2000…

Yosh
Yosh
Reply to  Cherycok
7 octobre 2021 16:03

Non du tout moi c est pour ‘yoshi’ de mario bros :p

yosh
yosh
Reply to  Cherycok
8 octobre 2021 15:39

Avec plaisir ^^
et merci pour vos supers articles depuis hk mania 🙂

pti denis
15 octobre 2021 12:38

J’ai adoré, le cinéma d’arts martiaux HK étant mon genre favori, j’étais bien évidemment conquis d’avance mais vraiment revoir tous ces artistes qui m’ont fait (et me font toujours) rêver, c’était vraiment plaisant. Après oui, il y a clairement un gros côté fataliste, mais ça reste passionnant. Merci Cherycok pour l’info concernant sa disponibilité sur Youtube (tu n’aurais pas la même info pour Raging fire? ^^)

pti denis
Reply to  pti denis
15 octobre 2021 12:39

Je voulais mettre un smiley pour ma dernière question mais ça n’a pas marché, désolé, ça fait un peu commandement sans smiley.
^^