[Avis] The Yellow Sea (The Murderer), de Hong-jin Na

Titre : The Yellow Sea / The Murderer / 황해
Année : 2010
Durée : 2h20
Origine : Corée du Sud
Genre : Polar à la machette

Réalisateur : Hong-jin Na

Acteurs : Kim Yun-seok, Jung-woo Ha, Jo Seong-Ha, Chul-min Lee, Byoung-kyu Kwak, Ye-won Lim, Sung-eun Tak, Lee Eol

Synopsis : Gun-nam est un “Joseon-Jok”, terme utilisé pour désigner les Coréens du nord qui ont quitté leur pays pour s’installer dans la ville de Yuji, ville chinoise coincée entre la Russie et la Corée du Nord. Chauffeur de taxi, il croule sous les dettes d’un prêt qu’il a contracté chez des gangsters locaux pour payer le visa de sa femme afin qu’elle puisse s’installer en Corée du Sud. Lorsque Myun, le parrain local, lui propose d’effacer ses dettes en échange de l’assassinat d’une personne vivant en Corée du Sud, Gun-nam voit là l’opportunité de repartir de zéro et part la même occasion de retrouver sa femme dont il est sans nouvelles.

 

Avis de Ryo Saeba : L’explosion de l’industrie du cinéma Sud Coréen au niveau local, grâce à des films comme Shiri, JSA, Friend ou encore My Sassy Girl, a permis l’émergence d’une nouvelle génération de réalisateurs et de se construire une réputation au niveau international. Hong-jin Na qui fait parti de cette nouvelle génération, s’est lancé dans le grand bain en 2008 avec The Chaser, un polar rythmé et haletant très réussi. The Yellow Sea son second long métrage, sorti en France sous le nom de The Murderer, suscitait donc une attente justifiée, d’autant plus qu’il avait eu les honneurs de faire parti de la sélection officielle du festival “un certain regard” à Cannes en 2011.

Dès l’introduction Hong-jin Na nous plonge dans un univers sombre et désespéré, celui de Gun-nam un “Joseon-Jok” parti de sa Corée du Nord natale pour s’installer dans la ville chinoise de Yuji et qui doit de l’argent à des prêteurs sur gage après avoir emprunté une grosse somme pour payer un visa afin sa femme puisse s’installer en Corée du Sud. Seulement 3 mois après que sa femme soit parti, cette dernière n’a toujours pas envoyé la moindre somme d’argent, ni donné signe de vie. Pour ne rien arranger, l’intégralité de ce que Gun-nam gagne la journée en faisant le taxi, il le perd le soir au Mahjong avant de rentrer chez lui se soûler. C’est donc au pied du mur, qu’il n’a pas d’autre choix que d’accepter la proposition fait par Myun, le parrain local, qu’il lui propose d’assassiner une homme pour lui en Corée du Sud.

 

Tout comme une grande majorité des polar Sud Coréen de ces dernières années, la violence est exacerbée et omniprésente. Les protagonistes se battent à coup de couteaux et machettes de manière très sanglante. Le réalisateur mélange cependant habillement les ellipses et le hors champ avec une brutalité extrême face caméra. Dans une scène par exemple on voit Kim Yun-seok, une hache à la main, dans un couloir étroit avec du sang sur les murs et ses victimes sur le sol. Contrairement à un OldBoy où l’on voyait Choi Min-Sik dans une situation similaire étaler ses victimes une à une, ici on ne voit que le résultat. Mais à côté de ces ellipses, on peut voir ce même Myun planter une machette dans la tête d’un homme avant de prendre appui avec son pied sur son torse en tirant sur l’arme pour la retirer de manière très crue et réaliste. D’ailleurs la performance de Kim Yun-seok qui joue Myun est impressionnante de part sa bestialité, il dégage un charisme et une force imposante tout en ayant l’apparence et les attitudes d’un gangster pouilleux. Jung-woo Ha qui joue Gun-nam, le personnage principal, livre lui aussi une brillante prestation, toujours sur le qui-vive et avec cette constante lueur de désespoir dans ses yeux.

 

Au niveau de la réalisation, dans l’ensemble c’est assez réussi même si il y a trop de shacky cam à mon goût. Passe encore quand c’est pour filmer des gros plans champs / contre champs sur les visages des personnages à la manière de la série 24, par contre ça passe beaucoup moins bien quand c’est pour donner un pseudo dynamisme aux poursuites en voitures à la manière d’un Michael Bay. Reste que l’alternance des scènes d’action avec les moments plus posés est bien gérée et l’adrénaline ressort à l’écran lors des scènes d’actions. Les courses poursuites que ce soit à pied ou en voiture sont assez jouissives et voir Gun-nam se faire courser par des dizaines de gangsters armés de couteaux et autres armes blanches rappellent bien évidemment la scène équivalente avec Michael Wong dans Beast Cops. Sorti de ça, la photographie est magnifique et met bien en avant le côté misérable de la ville de Yuji avec ses immeubles délabrés et son marché aux chiens, tout comme l’aspect crasseux des cales du bateau ou de l’hôtel d’appoint de Seoul. Le scénario est bien pensé, même si dans la dernière partie, le rythme est quelque peu mal géré contrairement au reste du film. Hong-jin Na se disperse trop et peine à terminer son film. La conclusion cependant reste très réussie et je ne peux que conseiller à ceux qui ont l’habitude de quitter la salle ou d’éteindre le lecteur DVD/Blu Ray à l’apparition du générique de fin, d’être un minimum patient.

 

The Yellow Sea est donc un polar très plaisant malgré ses petits défauts de réalisation et de rythme dans sa dernière partie, le film mérite définitivement le déplacement en salle. Le renouveau du polar Coréen semble avoir puisé dans ce qui a fait le succès des polars Hong Kongais de la grande époque, des films noirs et nihilistes à la violence exacerbés en y rajoutant une photographie léchée ainsi qu’un scénario béton et on ne va pas sans plaindre. Attention cependant à ne pas tomber dans le piège de la répétition sous peine d’installer une lassitude chez le spectateur et de tuer le genre.

Note : 7/10

A noter qu’il existe 2 versions du film : une version appelée “Korean Version” ou “Theatrical Cut” de 2h36 qui est celle sortie dans les salles de cinéma Coréennes et une version appelée “Director’s cut” ou encore “International Version” de 2h20 qui est celle qui est sorti en Blu Ray et DVD Coréen et qui sortira mercredi 20 juillet 2011 dans les salles en France. Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur les différences entre les 2 versions je vous invite à aller voir du côté de chez Wildgrounds qui ont détaillé scène par scène l’intégralité des coupes ou ajouts. Par contre bien évidemment mieux vaut avoir vu le film avant : Yellow Sea : Theatrical Cut vs Director’s Cut

 Le Trailer :

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
25 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Mugenjin
Mugenjin
18 juillet 2011 4:29

Pas la claque attendue, mais c’est du très bon quand même.

Nomad Soul
18 juillet 2011 18:59

Deux bons films coréens qui sortent à 15 jours d’intervalle en France… c’est l’été !

bankai972
bankai972
19 juillet 2011 22:43

Bon film c’est vrai! Par contre Ryo, je trouve qu’émotionnellement the chaser est un bon cran au dessus quand même, ça m’avait plus pris au trip quand même…

benedicte
benedicte
23 juillet 2011 22:17

pourriez-vous me dire qui est l’employé de banque de la fin du film??? que j’ai beaucoup aimé par ailleurs…

I.D.
24 juillet 2011 8:22

Tu le reconnais pas dans ce cast ? (ci-dessous)
 
http://www.hancinema.net/korean_movie_The_Yellow_Sea-cast.html
 
Je le vois tout à l’heure (le film), des fois que tu ne l’aurais pas reconnu dans la liste Hancinema, j’essayerai de t’éclairer sur son identité si personne ne le fait.

bankai972
bankai972
24 juillet 2011 13:01

Ca doit donc être Park Byeong eun, d’après le casting.

Martin
Martin
24 juillet 2011 17:12

“Si ce n’est un Kim, c’est forcement un Park”
(proverbe coréen ^^)

benedicte
benedicte
24 juillet 2011 18:28

merci pour vos réponses, mais je me suis mal exprimée, je voulais dire quel est son rôle dans l’histoire. Mon mari et moi n’arrivons pas à le resituer!

I.D.
25 juillet 2011 13:11

J’ai vu le film et il claque ! Et je l’attendais au tournant le Na Hong-jin. Son premier-long, The Chaser était pas mal mais on en a fait tout un truc autour de ce film, c’était quelque peu exagéré. Du coup, j’avais de l’appréhension pour celui-ci. Un rythme haletant, tout bien. Il aurait pu se passer de quelques personnages comme les flics qui finalement ne servent à rien, je parle de ceux qui mène l’enquête et du fameux banquier dont cause Benedicte. En gros, à ce que j’ai pigé ce “banquier” est mandaté par la femme du “Professeur” pour trouver des gars qui liquideraient notre “murderer”.  

bankai972
bankai972
25 juillet 2011 19:30

Ah oui en effet on était HS concernant la question de Bénédicte.
Pour compléter ce qu’à dit l.D. sur le banquier, j’imagine (peut être que je dis des bétises) aussi que le banquier en question est surement aussi l’amant de la femme du professeur qui a été tué au début du film. J’imagine également qu’en fait la femme est également derrière la mort de son époux…. Ahhh les femmes 🙂 !

yume
yume
25 juillet 2011 19:48

dois quand meme y avoir un probleme pour que personne ne soit sur de la fonction d’un personnage dans le film !
(ou alors c’est une preuve manifeste que le scenario se barre en couilles de façon aléatoire, ou meme que quelque part quelqu’un s’est dit “j’vais brouiller ça histoire qu’on croit que mon scenar il est trop cryptique alors qu’en fait je ne savais pas du tout quoi faire de ce personnage”
 

I.D.
25 juillet 2011 20:08

yume, y a pas de souci justement. Disons que l’un des reproches que je fais à The Murderer c’est son intrigue plutôt brouillonne. J’avoue ne pas avoir tout appréhendé sur le coup, c’est lors du générique final que j’ai pris conscience de la chose. D’ailleurs P’tit Panda (de HKCM) dit : “J’ai revu le film ce matin à la première séance. […] On comprend mieux l’intrigue.” Le problème c’est qu’il y a plusieurs personnes qui voulaient la mort du “Professeur”. Je vais pas plus loin pour ceux qui ne l’auraient pas vu. Le film aurait mérité d’être plus clair sur certains points. bankai972 informe de chose intéressante à ce sujet… 

benedicte
benedicte
25 juillet 2011 20:55

Merci beaucoup I.D. et bankai972! ça nous a bien éclairés! et puis il va falloir que je me trouve un pseudo!

bankai972
bankai972
25 juillet 2011 21:07

De rien.
Sinon, “Bénédicte” c’est pas mal comme pseudo. Ça nous changera de nos ID loufoques, lol!
C’est vrai Yume, un des point faible du film est assez confus par moment, mais je trouve que ce n’est pas trop trop grave non plus.
Désolé pour le spoil au fait… 🙁

mackripeum
mackripeum
8 août 2011 22:56

Je viens de le voir, j’ai vraiment bien aimé par contre un peu déçu de pas réussir à coller les morceaux de l’histoire les uns avec les autres. Personne n’aurait sous la main un lien avec le détail de l’histoire en anglais ou en français ?

Laurent
4 janvier 2012 12:32

Très bon Thriller dans la veine de ce que les coréens savent faire de mieux. Un bon cast, de bonnes séquences sous adrénaline, une violence graphique assez plaisante et une intrigue bien distillée. Je regrette seulement quelques séquences trop confuses (les poursuites en voiture sont trop souvent illisibles). Pour les amateurs de haches, de machettes, de couteaux de cuisines, et de fémurs de clébars ce film est pour vous.

L’essai The Chaser est largement transformé. Miam, vivement la suite !

Supavince
4 janvier 2012 12:42

Comme dis sur le forum hier dans le sujet approprié (je fais un peu de pub! ^^), je te rejoins totalement Laurent. C’est pas tout le temps qu’on peut se réjouir de la sorte pour un film coréen! Oh là là, c’est vrai que les coups de hachettes, on les vit et ressent comme si on y était! ><‘

Du tout bon!

Laurent
4 janvier 2012 12:48

Ouai, ça fait limite film de super-héros lorsque ça bastonne. Sinon le contexte social et (géo-)politique permet au film de changer de dimension. Largement à la hauteur d’un Memories of Murder ou autre Park Chan-Wook des bons jours.

Martin
Martin
4 janvier 2012 16:06
Supavince
4 janvier 2012 16:34

Il est vraiment formidable ce plan! 😉 Tout y est clair…

C’est toi qui l’a réalisé Martin?

Martin
Martin
4 janvier 2012 17:20

pas de moi, trouvé sur le net (pas vu le film)
J’arrête pas de lire des commentaires de gens ne comprenant pas toutes les ramifications de la trame, ça m’a l’air un peu fouilli tout ça.

Supavince
4 janvier 2012 17:58

J’avais vu ce plan la première fois sur un commentaire de l’ami I.D sur son site et son bel article… 😉

Oui c’est vrai il y a juste un ou deux points confus mais pas trop gênant pour la compréhension générale du film. Choix délibéré du réalisateur pour laisser les gens se faire leur propre opinion? Ptê’t ben qu’oui, ptê’t ben qu’non!

Martin
Martin
4 janvier 2012 18:28

le jpg était aussi sur le forum 3 message au dessus du tien ^^ mais bon le forum est mort, vive les doublons qui se perdent en commentaires.
 
 

Supavince
4 janvier 2012 18:56

oui oui je l’avais vu aussi… ^^