[Avis] Samurai Reincarnation, de Kinji Fukasaku

Shirô Amakusa, le chef des insurgés catholiques tués par le Shogunat lors du massacre de Shimabara, revient à la vie à l’aide de pouvoirs démoniaques. Ressuscitant d’autres guerriers légendaires, il décide de se venger du Shogun Tokugawa. Le samouraï légendaire Jûbei Yagyû fera tout pour lui barrer la route.

Avis de Supavince:

Au début des années 80, le cinéma japonais n’est pas au mieux. La qualité visuelle des films s’en fait même ressentir, jusqu’à avoir l’impression de regarder des films issus de la télé plutôt que de l’industrie cinématographique. Ce qui malgré tout n’empêche pas certains grands réalisateurs nippons tels qu’Akira Kurosawa ou Hideo Gosha de signer quelques uns de leurs plus beaux succès comme Kagemusha, Ran pour l’un ou encore Dans l’ombre du loup ou Yokhiro pour l’autre.

sr1

Kinji Fukasaku, lui, s’est aventuré dans un style plutôt différent de ce qu’il avait l’habitude de faire, à l’instar des Yakuza Eiga, se rapprochant des productions TV Tokusatsus à commencer par l’adaptation ciné de San Ku Kaï, Les Evadés de l’Espace ou encore en réalisant du bis un peu simpliste sur les bords qu’est La Légende des Huit Samouraïs. Samurai Reincarnation, c’est un peu ça et son contraire à la fois. Tout d’abord, Fukasaku a su réunir un casting des plus alléchant. Sonny Chiba (qu’on ne présente plus), Hiroyuki Sanada (lui non plus, sa carrière s’étant étendue internationalement), Ken Ogata (acteur de grande classe inoubliable dans L’Eté du Démon) Tomisaburo Wakayama (frère de Shintaro Katsu et figure emblématique de la série des Baby Cart) et la montagne sacrée Tetsuro Tamba en guest star. Que du beau monde pour étoffer une histoire à la fois prenante et riche en personnages emblématiques du Japon féodal.

 sr2

Samurai Reincarnation part d’un événement historique, le rébellion de Shimabara, où des milliers de paysans japonais convertis au christianisme furent massacrés par le shogunat en place, celui des Tokugawa. La scène d’introduction, plutôt réussie, nous montre un champ de bataille sur fond de ciel mauve, un véritable enfer ou gisent des corps mutilés, tranchés et des têtes décapitées embrochées sur des lances ou bien à même le sol, dont celle du leader de cette rébellion, Amakusa Shirô, qui grâce à des forces démoniaques, recouvre la vie. Ce dernier jure de se venger et va se constituer une équipe pour assouvir sa vengeance en ressuscitant des guerriers légendaires comme Miyamoto Musashi, le moine Inshun d’Hozoin, Tajima Yagyû (le père de Jûbei), Gracia Hosokawa, et un jeune ninja du clan Iga, Kirimaru. Je pourrais passer un certain temps à vous introduire tous ces personnages mais il est tellement captivant de se plonger dans l’univers de chacun d’eux que je vous laisse ce plaisir d’investigation.

sr3

Shirô Amakusa (interprété par Kenji Sawada), est un personnage ultra charismatique avec son costume européen et son teint de peau bleuté. Sa folie meurtrière et vengeresse trouvera sur son chemin Jûbei Yagyû, interprété par Sonny Chiba. Et là, une question se pose. Quel est le plus charismatique des deux personnages ? Celui d’Amakusa ou bien celui de Jûbei Yagyû ? Car Sonny Chiba en impose également par son style en guerrier borgne, cheveux en chignon relevé vers le haut, en tenue de ninja tout de noir vêtu, et même entièrement tatoué d’inscriptions sanscrites sur tout le corps pour affronter son opposant lors de la scène finale.

sr4

Samurai Reincarnation est un film ou l’action, bien que présente et de qualité, n’est pas forcément l’atout majeur du métrage. C’est surtout son ambiance très particulière, sombre, posée et fun à la fois dans un style très manga qui nous tape dans l’œil. Les relations entre les personnages sont vraiment passionnantes et viennent enrichir le récit. Les effets spéciaux parfois cheap et kitsch, mais réalisés avec convictions (et aussi avec les moyens de l’époque), ajoute sans conteste un charme unique au film de Fukasaku, et le rendent visuellement époustouflant.

sr5

Samurai Reincarnation ravira les amateurs férus d’histoires du Japon féodal, de manga, voir même de jeux video car pour info, l’œuvre de Fukasaku a inspiré le mythique jeu des années 90, Samurai Shodown, qui nous émerveillait dans les salles d’arcade ou encore sur la console de salon Neo Geo pour ceux qui avaient la chance de la posséder.

sr6

Pour conclure, malgré sa durée un peu longue qui fait un peu défaut sur la qualité du rythme, ainsi qu’une scène finale qui nous laisse sur notre fin, Samurai Reincarnation nous plonge dans une atmosphère « So Nippone » que nous tombons forcément sous le charme.

note75

sr7

sr8

sr9

sr10

sr11

sr12

sr13

sr14

sr15

samurai reincarnation posterTitre : Samurai Reincarnation / Samouraï Réincarnation / 魔界転生 / Makai Tenshō

Année : 1981
Durée : 1h57
Origine : Japon
Genre : Samurai Shodown

Réalisateur : Kinji Fukasaku

Acteurs : Sonny Chiba, Kenji Sawada, Ken Ogata, Tomisaburo Wakayama, Hiroyuki Sanada, Mizuho Suzuki, Tadashi Naruse, Mikio Narita, Hideo Murota, Noboru Mitani, Noboru Matsuhashi, Naoko Kubo, Ai, Kanzaki, Hiroshi Inuzuka, Jun Hamamura, Tetsuro Tamba, Seizo Fukumuto.


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
18 janvier 2013 22:47

Ca donne sacrément envie et les images donnent vraiment l’impression d’un film assez fun.

Rick
Administrateur
19 janvier 2013 1:31

Tiens celui là je ne l’ai pas vu, je le rajoute sur ma liste.

Rick
Administrateur
Reply to  Supavince
19 janvier 2013 11:54

Non mais oh :O C’est terminé les Missing, maintenant je finis les Jackie Chan, puis je me lance dans quelques films cultes que j’ai raté de Fukasaku (j’ai Yakuza Graveyard en zone 1 avec Kaji Meiko que je comptais me faire prochainement justement)