[Avis] New Blood, de Soi Cheang

Titre : Hyn Huet Ching Nin / New Blood
Durée : 90 min
Origine : Hong Kong
Année : 2002
Genre : Tu veux avoir peur mais pas trop?
Réalisateur : Soi Cheang

Casting : Bernard Chow, Niki Chow, Cyrus Chow, Winnie Leung

Synopsis : Deux jeunes amants décident de mettre fin à leurs jours en se tranchant les veines. Les secours arriveront néanmoins dans les temps, et avec l’aide de trois donneurs compatibles, ils parviendront à sauver le jeune homme, même si celui-ci va rester plongé dans un profond coma. Folle de rage, la jeune femme qui a elle trouvé la mort va revenir hanter les pauvres donneurs, qui l’ont séparée de son unique amour.

Avis de Slimdods : Durant sa quête de la représentation décalée de la peur sur grand écran, Soi Cheang réalise New Blood, film racontant les mésaventures de trois individus en prise avec une revenante peu catholique. Réalisateur du génial Dog Bite Dog, et dans un style plus proche de New Blood du réussi Home Sweet Home, Soi Cheang signe un film intéressant mais parfois un peu trop brouillon dans l’ensemble.

Le scénario nous place donc au cœur d’une histoire de fantôme pas vraiment comme les autres, car oui c’est possible ! Ouvrez bien vos yeux et vos chakras, la petite fille aux longs cheveux noirs est absente (bon, elle est chauve en fait !). Après avoir donné du sang pour une femme entre la vie et la mort, deux mecs et une nana vont commencer à sentir une présence malveillante autour d’eux, et la pression, la peur et surtout la paranoïa vont petit à petit les rendre fous! Et Soi Cheang sait plutôt bien y faire pour plonger ces personnages dans la tourmente et instaurer une ambiance bien pesante. La première partie du film (et aussi la meilleure) met tout son temps pour instaurer une ambiance glaciale saisissante. Le réalisateur se montre encore une fois être un merveilleux faiseur d’image, notamment grâce à une mise en scène recherchée et à une photographie étonnamment sombre glaçant le sang. On peut même y voir une inspiration du style clair / obscur avec des lumières saturées de blancs sur fond d’ombres noires bleutées ! Visuellement, il y a rien à dire de ce côté car New Blood est une vraie petite merveille.

Mais la beauté purement visuelle de New Blood est contre balancée par un montage parfois énigmatique, d’où une certaine confusion qui dépasse même le stade de l’incompréhension à de rares moments ! Alors, nous avons tout de même droit à quelques bons moments de flippes inspirés par ce fameux montage et l’ambiance environnante, mais la seconde moitié du film se voit tout simplement pénalisée par un montage beaucoup trop incompréhensible. Ce n’est pas épileptique, ni trop lent, ni trop rapide, juste trop énigmatique avec des plans pas toujours lisibles empilés les uns aux autres ! Peut être est-ce juste un problème de goût ?

Alors des moments de flippes, il y en a un paquet ! D’apparitions du soi-disant fantôme lors d’un éclair à quelques cadavres disséminés à droite à gauche, ça fonctionne souvent dans le bon sens du terme,  surtout dans la première partie du film. Je crois avoir un gros problème avec cette seconde partie (si vous ne l’avez pas encore remarqué). Pour commencer, le scénario s’embourbe dans une complexité assez inutile, avec des événements qui finissent par devenir saoulant pour nos sens ! Le trio de personnage n’aide pas réellement non plus, car seul le portrait féminin (Niki Chow : mimi comme tout) touche réellement sa cible car Niki Chow sait être émouvante, intrigante et déstabilisante. Nos deux autres mecs ne sont guère convaincants en général. N’oublions pas la présence de quelques rebondissements concentrés sur la fin qui s’avèrent très sympathiques (et pas trop téléphonés : twingo !) et qui permettent même au film de finir sur un bon pied. La violence visuelle est bien présente tout du long ce qui permet d’accentuer avec un certain brio le sérieux de l’histoire, le second degré n’étant absolument pas de la partie.

Malgré tous ces défauts (scénario au fil rouge confus, montage étrange, ect …), Soi Cheang arrive tout de même à ne pas nous perdre en route, et la motivation reste toujours présente grâce à la beauté même du film qui je le répète vaut réellement le coup d’œil ! Si vous êtes fan du genre, n’hésitez surtout pas (d’ailleurs, un ersatz « à peine camouflé si on est sourd» du fabuleux thème de Requiem for a dream est présent, ce qui vous fera plus que sourire…).

Note : 6/10

Les derniers articles par slimdods (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments