[Avis] Le Flic de Hong Kong 3, de Eric Tsang

On propose aux fameux Lucky Stars une nouvelle mission, plus dangereuse, en enquêtant sur une mystérieuse affaire de trafic d’armes entre deux gangs. Mais toute l’équipe ne rempile pas, et de nouveaux membres vont être recrutés…

Avis de Rick :

Et ça continue. La saga des Lucky Stars avait su jusque là garder toujours un excellent niveau, et ce depuis le tout premier opus en 1983, connu en France sous le nom de Le Gagnant. Un excellent premier opus où l’on pouvait se délecter de scènes cultes et d’acteurs en grande forme. En effet, Sammo Hung, Richard Ng, Stanley Fung, Jackie Chan et quelques autres étaient de la partie. Les deux premières suites, connues en France sous le nom Le Flic de Hong Kong 1 et 2. Deux excellentes suites, ou Yuen Biao fait plus que de la figuration (contrairement au Gagnant) et où Eric Tsang rejoint l’équipe. Succès oblige, une suite débarque dès 1986, inédite pendant un long moment en France, et de nombreux changement sont effectués. Sammo Hung, qui coécrivait, réalisait, produisait, chorégraphiait et jouait dans tous les précédents opus, semble se désintéresser de la série. Il ne touche ainsi pas au scénario, signé Barry Wong, et laisse la mise en scène à Eric Tsang. Le casting change malheureusement lui aussi, et ça s’en ressent. Pour cette nouvelle mission donc, les Lucky Stars, nouvelle version, doivent apprendre pendant trois jours diverses techniques de combats et de camouflages afin d’être prêt à démanteler un trafic d’armes à base de diamants. Yum Yum (Maria Tung) est chargée d’entraîner la nouvelle équipe pendant trois jours avant que la mission ne commence. Le principe, qui fonctionnait à merveille jusque là sur trois films, qui fonctionnait pourtant sur la base très simple du « on prend les mêmes et on recommence » change quelque peu, pour un résultat peu glorieux. On se retrouve donc devant un « on change les personnages mais on recommence quand même » qui lasse tant le nouveau casting n’a absolument pas le même charme que dans les précédents métrages.

FlicdeHK303

Après une rapide introduction nous présentant le grand méchant (Japonais) de l’histoire, la police fait immédiatement appel au grand Sammo Hung pour voler des diamants afin qu’une vente d’arme n’ai pas lieu. Bien entendu, il accepte immédiatement, car comme dans la majorité de ces rôles et dans les précédents opus, il a grand cœur et ne peut dire non. Le début du métrage commence même plutôt bien, Sammo retrouvant une amie d’enfance depuis mariée avec un policier, et les deux vont se bouffer le nez et tout faire pour embêter l’autre. Les scènes dans le commissariat sont l’occasion de voir dans un petit rôle le petit Wong Jing. Le début amuse un tant, et on arrive alors à la meilleure scène du métrage, où l’on retrouve dans le fameux appartement toute la fameuse équipe. Richard Ng, Stanley Fung, Eric Tsang et les autres sont à nouveau réunis, se moquent du petit Sammo comme d’habitude, on est content, et LÀ, C’EST LE DRAME. Passé cette scène, Sammo doit former une nouvelle équipe, et le casting des précédents métrages disparaît alors totalement de l’écran. Jackie Chan et Yuen Biao ne rempilent pas non plus pour la partie action du métrage. Place au nouveau casting, à grand coup de Alan Tam (Mister Dynamite, justement coréalisé par Tsang, Love Soldier of Fortune), Andy Lau (A Moment of Romance, God of Gamblers 2, Infernal Affairs 1 et 3) ou encore Kent Cheng (Crime Story, Il Était Une Fois en Chine). Un casting certes de valeur sure, mais qui ne va jamais vraiment fonctionner. La première partie du métrage s’axe totalement sur la comédie, la nouvelle équipe va devoir être entrainée par Maria Tung, et bien entendu, ils vont tous vouloir la draguer, les uns après les autres (ou tous à la fois). Une avalanche de gags plus ou moins réussis vont alors traîner le film vers le bas, tant l’ensemble semble la plupart du temps forcé. Même le pauvre Sammo Hung disparaît de cette partie, laissant le nouveau casting en roue libre et tenter tout et n’importe quoi, comme les attouchements lors de l’entraînement au combat, ou simuler une fuite de gaz pour avoir du bouche à bouche. Le casting change, mais les gags restent les mêmes, tout comme les personnages. On a encore un personnage enrobé, la pauvre victime qui se prend tous les coups, le peureux, celui qui a toutes les idées. Rien de neuf, et le film coule sérieusement.

FlicdeHK304

Occupant la majeure partie du métrage, la grande partie comédie déçoit énormément, malgré quelques sourires par ci par là, et on finit par s’ennuyer profondément et à espérer le retour de l’équipe originale, qui ne reviendra pas. Outre son début prometteur (quand Sammo Hung est à l’écran, et dans la courte scène des VRAIS Lucky Stars), le film parvient enfin à se rattraper dans sa dernière demi-heure, car entre les deux, on ne trouve rien à véritablement sauver du métrage. Le final justement, nous propose enfin un peu d’action, le retour de Sammo Hung à l’écran, et avouons le, cela sauve le métrage qui peinait à intéresser. Sammo en profite pour caser lors d’une scène de comédie un petit clin d’œil à son film Heart of Dragon (First Mission en France) tourné la même année, avant de nous offrir avec son retour à l’écran notre quotas d’action et d’acrobaties, lors de nouvelles embrouilles avec la police qui va lui valoir de se retrouver à l’asile (une scène très sympa) avant de venir à la rescousse de la nouvelle équipe de bras cassés lors du très sympathique mais bien trop court combat final. Une chose est sure, c’est que ce Lucky Stars Go Places est une amère déception, avec son gros ventre mou, son nouveau casting pas très convaincant (malgré de bons acteurs) et son manque d’originalité. Même passé la déception de perdre le casting de base de la saga, le film ne parvient jamais à décoller et nous offre un spectacle qui ne donne pas franchement envie de se plonger dans les opus suivants.

FlicdeHK312

Un quatrième opus décevant pour les Lucky Stars. L’ancien casting ne fait que de courtes apparitions, Sammo Hung est en retrait, et on rigole rarement.

note3

FlicdeHK307

 

flic_de_hk_3__mariage_blancTitre : Le Flic de Hong Kong 3 – Lucky Stars Go Places – 最佳福星
Année : 1986
Durée : 1h36
Origine : Hong Kong
Genre : Comédie

Réalisateur : Eric Tsang

Acteurs : Andy Lau, Alan Tam, Kent Cheng, Anthony Chan, Billy Lau, Maria Tung, Sammo Hung, Karl Maka, Sylvia Chang, Walter Tso, Richard Ng, Stanley Fung et Eric Tsang


Galerie d’images : 

FlicdeHK309FlicdeHK313FlicdeHK314FlicdeHK317FlicdeHK320FlicdeHK321FlicdeHK323FlicdeHK326FlicdeHK327FlicdeHK328FlicdeHK332FlicdeHK333FlicdeHK335


 

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

9 Comments

Add a Comment
  1. Pas de grands souvenirs de celui-ci mais la seule chose dont je me rappelle c’est que hormis un grand nombre de têtes connues qu’on a plaisir de retrouver, le reste est bien naze comme il faut lol

  2. Je suis d’accord sur le nouveau groupe, la complicité n’y est pas et les gags tombent à plats. Et c’est long. En revanche j’aime beaucoup les rares scènes entre Samo et Karl Maka, vraiment un bon duo tel que Skinny Tiger and Fatty Dragon le confirmera en 1990.
    Pour la partie action la scène d’entrainement d’Andy Lau est vraiment bien aussi, le ptit fight dans l’asile assez marrant et le final, si on enlève les gags biens nazes des nouveaux Lucky Stars, dépote bien! Avec tout cas j’adore les chorégraphies, qui ne déméritent pas des autres épisodes.

  3. Mince je ne savais pas qu’il y en avait un 3ème, honte à moi qui possède l’ensemble de la filmo de jackie et sammo de la belle époque, malgré les mauvaises critique je vais tenter de la trouver et de juger par moi même. Tkanks hkmania 😉

  4. Déception, j’écris ton nom…
     
    Ils ont essayé un mix entre les Lucky Stars et les Aces Go Places… Ca ne marche pas vraiment, je suis d’accord avec la critique. C’est vrai que l’action est sympa mais la partie comédie est pas franchement poilante…
     
    Tu vas continuer sur les 3 Lucky Stars qui restent ou pas? Perso je les ai pas encore vu après la déception de celui-ci…

  5. Les suivants malheureusement ne sont pas brillants. Aussi bien Ghost Punting, Return of the lucky stars ou How to meet the lucky stars, on chute encore de plusieurs crans. Unique bon point à mon avis de Ghost punting, les 2 combats de Samo, du haut niveau. Pour la partie comédie, ça tourne pas mal à vide. Return… je peux pas celui-là, à part 2-3 gags aucun intérêt, et puis sans Samo plus d’élément martial. Quand au dernier, Samo apparait au début et à la fin mais c’est un ratage total, pourtant signé Franckie Chan, très à l’ouest sur ce projet. Même les combats sont loin d’être au niveau.
    Bref hormis la trilogie de départ le reste partira de plus en plus en sucette.

  6. Je Confirme que How to meet the lucky stars et Return of the lucky stars sont plutot mauvais (pas vu ghost punting par cotre). Pas grand chose à y retenir.

  7. Je n’ai jamais vu les opus suivants, mais un ami m’en avait parlé et ça me tente pas vraiment en fait… Celui là m’a déjà bien calmé.

  8. J’ai trouvé ca pas mal assez drôle et rythmé même si il y a un gros creux au milieux bon faut dire que je savait a l’avance qu’il n’y avait pas Jackie ni Biao et que c’était une nouvelle équipe.
    C’est le gros point noir du film la nouvelle équipe est naze (a part Kent Cheng pas mal) même Andy Lau n’est pas bon quel idée de le faire joué un obsédé frustré alors que c’est un playboy mais par contre il assure a mort pendant l’action qui n’est pas très présente mais de qualité.
    “ghost punting” pas un grand souvenir mais bien quand même.

  9. Ma plus grosse erreur a été d’enchaîner les opus, donc forcément, passer après les deux premiers, avec une partie du casting en moins, et l’équipe habituelle assez en arrière plan, c’est pas passé.
    Ghost Punting j’avais vraiment pas détesté, bon maintenant les visions datent (je vois la date de la critique, début 2013 quand même déjà), les souvenirs sont un peu vagues entre les opus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *