[Avis] Jackie Chan dans le Bronx, de Stanley Tong

Keung débarque à New York pour le mariage de son oncle, Bill, qui vend son magasin à Elaine, une jeune chinoise. Keung décide de rester pour l’aider à gérer le commerce, mais va rapidement se retrouver confronté aux agissements d’un gang du coin.

Avis de Rick :

Après avoir passé une année entière sur Drunken Master 2 qu’il a coréalisé, et où il tenait le rôle principal, Jackie Chan pense alors qu’il est grand temps de retenter de percer le marché Américain. Pour cela, il refait appel pour la mise en scène à son ami Stanley Tong qui avait emballé trois ans plus tôt un Police Story 3 de très honnête facture déjà, et décide de délocaliser son histoire à New York, dans le Bronx plus exactement. Pour autant, le tournage aura lieu au Canada (ça coûte moins cher). Et Jackie Chan dans le Bronx fut le film vainqueur, puisqu’il remporta en effet une certaine notoriété en Amérique, ce qui petit à petit permis à Jackie Chan de se faire un nom là bas aussi et d’y tourner ses films par la suite, pour le meilleur et surtout pour le pire. Néanmoins, si Jackie Chan dans le Bronx s’est fait remarquer, c’est dans son montage international, raccourci de presque 20 minutes, et donc assurément orienté action.

JackieChandansleBronxVC02

Et il faut bien l’avouer, ça fonctionne du tonnerre, puisque comme souvent, l’intrigue n’importe que peu, elle est aussi mince qu’un post-it, mais propice à faire avancer l’aventure rapidement et à nous balancer des scènes d’action parfois inventives à intervalle régulier. Pour ce film visant totalement le public Américain, Jackie Chan met certaines de ces caractéristiques de côté, et commence à aseptiser son style. Stanley Tong était donc le réalisateur parfait pour ça. Ainsi, la comédie sera très en retrait, les filles toujours potiches et peu utiles, les méchants sont stéréotypés au possible et ne sont que de vulgaires petits truands pour les uns, des gens de la mafia pour le autres. Le Kung-Fu lui se fait forcément plus discret, étant donné que les personnes contre qui Jackie va se battre n’y connaissent pas forcément grand chose, et le montage sera plus découpé que d’habitude, sauf pour les classiques cascades effectuées par Jackie en one shot !

JackieChandansleBronxVC09

Ainsi, malgré tout ces défauts (il en a un paquet il faut bien avouer), Jackie Chan dans le Bronx remplit déjà son but premier : divertir. Et oui, s’il y a, comme pour police Story 3, quelque chose que l’on ne peut pas reprocher à Stanley Tong, c’est de savoir gérer son rythme. Le métrage va à 100 à l’heure, Jackie se retrouvant toujours dans des situations dangereuses, aux prises avec divers gangs, et il n’a pas le temps de souffler. On notera même une scène surprenante pour un film avec Jackie Chan : celle de son passage à tabac dans la ruelle, dans laquelle le pauvre se prendra des dizaines de bouteilles en verre de plein fouet, avant que le gang ne le laisse là, baignant dans son sang. Une scène violente inhabituelle encore une fois, et qui est surprenante quand on sait le traitement que Jackie a fait à Kirk Wong sur Crime Story qu’il trouvait trop sombre et violent. Passé sa première altercation avec le gang d’ailleurs, Jackie les retrouvera partout. Tabassé, il se fera soigner, et à peine sortira-t-il de son appartement qu’il les croisera au coin de la rue. Tout s’emboite et s’enchaîne très facilement pour divertir le spectateur, du moins dans la version internationale, qui se fiche quelque peu de la logique ou autre. Ce qui dans le fond n’est pas si mal pour certains points, même si certains personnages sont du coup totalement effacés. Car si Jackie Chan et Stanley Tong prennent des acteurs locaux et Américains pour jouer, forcément, les mafieux et autres membres de gangs locaux, ils s’entourent de valeurs sures et d’acteurs qu’ils connaissent bien pour les autres. Ainsi, on retrouve Bill Tung dans le rôle d’un oncle Bill différent de la saga Police Story (mais pas tant que ça dans la version longue HK), mais aussi Anita Mui après sa grande participation à Big Brother en 1989 et à Drunken Master 2 l’année précédente. Si Bill Tung n’a qu’un petit rôle comme souvent, Anita Mui a vu son rôle se faire très largement charcuter pour la version internationale. Ainsi, elle est totalement laissée de côté.

JackieChandansleBronxVC15

Mais qu’importe, puisque la plupart des spectateurs connaissent Jackie Chan dans le Bronx pour sa version écourtée, délivrant son quota d’action et de cascades. Comme à son habitude, Jackie a donné de sa personne et se blessa, en sautant sur un aéroglisseur en marche. Malgré sa blessure, il continua le tournage avec la jambe dans le plâtre et une chaussette en forme de chaussure. Courageux, comme à son habitude. Dans sa version courte, Jackie Chan dans le Bronx est une comédie d’action rondement menée. On passe un bon moment devant un métrage au scénario toujours aussi vide diront certains, mais blindé de cascades folles (le saut d’un immeuble à l’autre). En découvrant le film dans sa version longue, si elle ne change pas radicalement le film, de nombreux nouveaux éléments font leurs apparitions. Déjà, le rôle de Anita Mui prend de l’importance, la plupart de ses scènes, et pas forcément humoristiques, sont plus longues, tandis que d’autres ont été tout simplement coupées du montage. Ainsi, l’enchaînement des scènes se fait bien plus naturellement (Jackie ne tombe pas toujours sur le gang par hasard, ou ne se retrouve plus à tel ou tel endroit comme par magie) et le scénario, s’il reste d’une simplicité absolue, se montre plus sérieux.

JackieChandansleBronxVC17

De rapides parties des combats sont également passés à la trappe, alors qu’ils avaient leur importance (comme voir Jackie flipper en plein combat lorsqu’il voit au loin que ses ennemis commencent à se munir de bouteilles en verre, lui rappelant son passage à tabac). Dans les scènes coupées, outre une Anita Mui plus consistante, on pourra trouver pas mal de choses en commun avec la saga des Police Story. En effet, on retrouvera d’une le gag des lunettes cassées (Police Story 2), mais surtout, lors d’un dialogue entre Jackie et la police de New York, on apprendra que Keung est un policier à Hong Kong, que sa petite amie l’attends et que ses méthodes radicales ne fonctionneront pas ici. Ainsi, dans sa version intégrale, Jackie Chan dans le Bronx peut pratiquement passer pour un Police Story 4 camouflé (et bien meilleur que le vrai 4ème opus : Contre-Attaque). Autre grande différence… dans sa version intégrale, toutes les scènes entre Jackie Chan, Bill Tung et Anita Mui sont en Cantonais, au lieu de l’Anglais, nous donnant quelques dialogues parfois bien différents (notamment dans la scène d’ouverture dans la voiture entre Jackie et Bill). Si les deux versions sont parfois un poil différente, le film reste lui le même. Le montage international privilégie le rythme, tandis que la version HK permet de développer quelques personnages.

JackieChandansleBronxVC11

Un très sympathique divertissement, mais très américanisé comparé à ce que Jackie avait livré rien que les années précédentes. Le film annonce un changement radical qui commencera l’année suivante.

note7

JackieChandansleBronxVC20

 

 

JackiechanbronxaffTitre : Jackie Chan dans le Bronx – Rumble in the Bronx – Gong Fan Ou – Hung Faan Aau – 紅番區
Année : 1995
Durée : 1h45 (version HK), 1h25 (version internationale)
Origine : Hong Kong – Canada
Genre : Comédie d’action

Réalisateur : Stanley Tong

Acteurs : Jackie Chan, Anita Mui, Bill Tung, Françoise Yip, Marc Akerstream, Garvin Cross et Morgan Lam


Galerie d’images : 

Version internationale: 

JackieChandansleBronxVC23JackieChandansleBronxVC24JackieChandansleBronxVC26JackieChandansleBronxVC30JackieChandansleBronxVC31

 

Version longue HK:

JackieChandansleBronxVL02

Des passages un poil plus long dans le supermarché où Jackie fait l’imbécile!

JackieChandansleBronxVL03

Le mariage est également plus long, et contient plus de chansons!

JackieChandansleBronxVL04JackieChandansleBronxVL05

Des personnages sont passés à la trappe dans le montage international. Ici, deux hommes qui viennent toutes les semaines réclamer de l’argent de protection. Jackie leur fait un regard méchant, la leçon est passée!

JackieChandansleBronxVL07

Anita Mui a vu la plupart de ses scènes se faire couper au montage. Elle se fait menacer et même taper dans la version longue.

JackieChandansleBronxVL08

Prenant exemple sur Jackie, Anita Mui tente le regard menaçant…

JackieChandansleBronxVL09

…en vain, elle se prendra un pain! Ramenant ainsi le gag des lunettes cassées de Police Story 2.

JackieChandansleBronxVL10

Le combat dans l’antre du gang était plus long, notamment avec un passage ou Jackie subit encore une attaque de bouteille, et il flippe, connaissant les conséquences!

 


 

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

5 Comments

Add a Comment
  1. Tout ça me fait dire qu’en fait, j’ai jamais vu la version longue! Damn!

    Faut que j’me la choppe! ^^

  2. Moi c’est l’inverse, jamais la version courte, et je le souhaite pas, je déteste les remontages.
    Sinon bien d’accord avec ta critique, le scénario est pas fameux mais pas non plus désastreux, à l’inverse du look du gang, direct issu des années 80 et bien ridicule ^^
    Sinon j’adore les combats du film, tous, que je trouve extrêmement bien chorégraphiés, et le long fight dans le repaire du gang reste un sommet pour moi, surtout dans l’utilisation des nombreux objets et des enchainements, aidé par des cadrages et un montage au taquet. La grande qualité de Stanley Tong justement, mettre en valeur les chorégraphies et cascades. Je pense souvent à cette belle grosse bouzasse qu’est China Strike Force, dont pourtant je surkiffe le climax sur la nacelle en verre, avec une mise en scène magistrale!
    Sinon le vrai gros reproche que je fais sur Rumble in the Bronx, c’est sur son final, mais bon je fais le même reproche sur pratiquement tous les climax des Chan de cette période (hormis Who I Am), à savoir remplacer le combat final par des poursuites et des destructions dont perso je me moque complètement. A ce qu’il parait sur ce film c’est dû à la blessure de Jackie qu’il a fallu modifier la fin, mais bon j’en doute, c’est selon moi surtout dû à la volonté de plaire au public US qui aime bien ce genre de scène.
     

  3. Sacré Rumble In The Bronx !! J’pardonne tout à ce film ! Bien sur les méchants font super fake, look punk et faux tatouages, bien sur la Game Gear que passe Jackie au mome n’a pas de cartouche et pourtant le gamin y joue quand meme, bien sur il n’y a meme pas de climax fight, mais Jackie donne tout quand meme. Ce film est tellement généreux en cascades, en humour, en Lamborghini Countach violette, en aéroglisseur en pleine ville. C’est du grand spectacle, quelques très bons combats et en + ya Anita Mui. Honte sur moi, je n’ai meme pas vu la version intégrale ! Au moins il me reste des choses à découvrir ! J’adore ce film 🙂

    1. Si tu aimes Anita Mui, la version longue va assurément te plaire alors 😀

  4. En plus quand on voit qu’il s’était vraiment pété la cheville et qu’il a continué le tournage avec une chaussette à motif de basket enfilé sur son plâtre, je dis respect. Et mort à tous les membres du gang, surtout leur chef qui mérite des gifles tellement il assure dans le non-jeu. Mais ce film est culte aussi de par la présence de la magnifique, de la sublime, de la splendide Françoise Yip, qui n’a hélas jamais eu de rôle à sa hauteur (je ne pardonnerai jamais à Wesley Snipes le triste sorti qu’il lui a réservé dans Blade Trinity).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *