[Avis] Contre-Attaque, de Stanley Tong

Inspecteur de la police de Hong Kong, Chan Ka-Kui se retrouve aux trousses d’un agent soviétique. Alors que sa mission touche à sa fin une fois arrivé en Ukraine, il se retrouve mêlé à un gigantesque complot pour la possession d’armes nucléaires. Le chef des services secrets Russes l’envoi alors en Australie pour continuer sa mission en suivant la trace d’un ancien espion Chinois. Alors que la situation devient critique, Chan est attaqué, puis accusé de meurtre…

Avis de Rick :

Alors que Jackie Chan dans le Bronx cartonne un peu partout, notamment en Amérique dans sa version écourtée de vingt minutes, Jackie Chan et son réalisateur/chorégraphe/scénariste Stanley Tong décident de remettre le couvert. Ainsi, leur nouveau film sera tourné en Anglais (alors que Jackie Chan dans le Bronx mixait les deux langues dans sa version intégrale, la version courte ayant été majoritairement redoublée), et s’il est connu en France comme Contre-Attaque et en Amérique comme First Strike dans des versions écourtées (charcutées, 1h20 sur le DVD français au lieu de 1h47), le métrage n’est nul autre que Police Story 4. Jackie Chan reprend donc le rôle qu’il connaît si bien, et son supérieur, l’oncle Bill, est toujours là. Maggie Cheung disparaît du casting, et alors que les premiers opus se déroulaient à Hong Kong, ce nouvel opus se délocalise en Ukraine puis en Australie, et prendra une orientation totalement différente et peu plaisante, rapprochant ainsi le métrage d’un James Bond plus que d’un Police Story.

ContreAttaqueVC03

Et au final, malgré quelques scènes sympathiques disposées ci et là, Contre-Attaque est un ratage, autant dans sa version extra courte que dans sa version intégrale, tant on ne retrouve pas les éléments que l’on aime dans le cinéma de Jackie Chan. Pourtant, étant jeune, j’adorais Contre-Attaque, tout en ayant vu les films cultes de Jackie Chan. Mais l’âge et les nombreuses visions peuvent changer le jugement… Comme pour Jackie Chan dans le Bronx, le montage international de Contre-Attaque privilégie le rythme à l’intrigue et autres personnages secondaires, et pour une fois, ce n’est pas plus mal, tant l’intrigue n’est pas des plus palpitantes. Dès le début, on envoi Jackie Chan en Ukraine pour surveiller une femme, Natasha. Et en quelques instants, tout s’écroule. Le rythme se fait lent, nous n’aurons pas de grosse scène d’action d’ouverture comme c’était souvent le cas (ça donne envie de se refaire le premier Police Story), l’humour n’est pas franchement inoubliable, les gags faciles, et les personnages peu intéressants. Le rythme se fait même franchement très lent dans la version intégrale.

ContreAttaqueVC08

Contre-Attaque montre dès son ouverture qu’il sera moins efficace, moins drôle et moins intéressant que les trois premiers opus. S’ouvrant sur quelques scènes d’infiltrations pas vraiment passionnantes avec des gags pas très subtils (le coup du bonnet m’a tout de même décroché un petit sourire), le film nous lance après de longues minutes sa première scène d’action (une quinzaine dans la version courte, une vingtaine dans la version intégrale), très inspirée de l’univers de James Bond, avec une course poursuite dans la neige, en ski et snowboard. Jackie Chan aura beau toujours faire les cascades lui même, et Stanley Tong aura beau avoir fait du bon boulot sur les deux précédents films avec Jackie, le constat est triste, car à part la fin de cette scène, la mise en scène peine à intéresser et à mettre en valeur les différentes cascades, paraissant, à part pour le grand final de la scène, plutôt banales. On arrive d’ailleurs là à un des grands problèmes du métrage : sa mise en scène. Stanley Tong livre une mise en scène plutôt plate et inintéressante, qui ne nous livrera qu’un seul grand moment (un combat en milieu de métrage). Les différentes scènes s’enchaînent, le rythme n’est franchement pas excellent, et le montage n’aide pas, autant dans sa version courte que longue, qui abuse des fondus enchainés ou au noir pendant la première demi-heure, si bien que l’on se demande si Stanley Tong avait vraiment préparé son film à l’avance ou a attendu le montage pour voir si ce qu’il a tourné fonctionnait. Passé cette introduction peu convainquant, Jackie est envoyé en Australie pour poursuivre sa mission en s’approchant de la famille d’un des terroristes, en particulier de sa sœur (Annie Wu), et va, oh surprise, comme souvent se retrouver en plein milieu d’un complot qui va le faire passer pour un tueur (bizarre, comme dans le premier Police Story).

ContreAttaqueVC12

Arrivé en Australie, l’humour se fait encore plus lourd, et surtout, le film tente de se rapprocher encore un peu plus de l’univers de James Bond, en donnant à Jackie tout un tas de gadgets pour pouvoir continuer sa mission. Partie peu passionnante, on devra attendre un bon 50 minutes (une heure pour la version longue) pour enfin voir le premier combat du métrage, qui s’avère, il est vrai, très sympathique, mais bien trop court, et il faut bien l’avouer, dans son ensemble, Contre-Attaque ressemble bien plus à une vulgaire série B Américaine à destination du marché de la vidéo qu’à un film de Jackie Chan. Pire, pour un film d’action, l’action n’est que peu présente, et parfois ratée. A part ce rapide combat (environ trois minutes),  le métrage reprend un rythme plutôt moyen à coups de complots, de « mais non en fait je suis gentil » ou « C’est mal de faire ça pour l’argent » avant de nous livrer un rapide combat final dans un… grand bassin. Idée intéressante, et au final, peu impressionnante, avec quelques ennemis et quelques requins. A noter que la scène a été écourtée de la moitié de sa durée (voir plus) dans le montage international, coupant ainsi les meilleures notes d’humour du tout le métrage (Jackie, saignant au doigt, se fait « sucer » – le doigt hein – par un peu tout le monde quand il a besoin d’oxygène, les requins n’étant pas loin, Jackie se servira également de son amie comme bouclier humain lorsque nécessaire…). Le film nous achève lors d’une cascade finale (reprise dans 2 Fast 2 Furious) sur-découpée au niveau du montage. Contre-Attaque, autant dans sa version courte peu intéressante que dans sa version intégrale incroyablement trop longue, est une grosse déception, et marque bel et bien le début de la fin pour Jackie Chan, ce que confirmera l’année suivante le tout juste sympathique Mister Cool et le désastreux Rush Hour en 1998. Triste pour un film se voulant être Police Story 4.

ContreAttaqueVC14

Le début de la fin. Contre-Attaque est un film très moyen, qui se traîne en longueur et n’est pas très passionnant. Quelques rares scènes sauvent l’ensemble du naufrage.

note35

ContreAttaqueVC18

 

firststrikeTitre : Contre-Attaque – Jackie Chan’s First Strike – Jing Cha Gu Shi 4 : Ji Gaan Daan Yam No – Police Story 4 – 警察故事4之簡單任務
Année : 1996
Durée : 1h47 (version HK), 1h25 (version américaine), 1h20 (version DVD français)
Origine : Hong Kong
Genre : Comédie d’action

Réalisateur : Stanley Tong

Acteurs : Jackie Chan, Annie Wu, Jackson Lau, Bill Tung, Allen Sit, Rocky Lai, William Tuan, Ken Lo et Chan Wai To


Galerie d’images : 

Version internationale: 

ContreAttaqueVC17ContreAttaqueVC20ContreAttaqueVC21ContreAttaqueVC25ContreAttaqueVC28ContreAttaqueVC31

Version longue HK:

ContreAttaqueVL01

Dans la version longue, on nous montre dès le début qui est le méchant…

ContreAttaqueVL02ContreAttaqueVL03

Alors que Jackie est accusé, il erre sans argent et va tenter d’en demander dans la rue

ContreAttaqueVL07ContreAttaqueVL08

Le final écourté de plus de la moitié de sa durée, avec un requin qui n’a pas totalement terminé son repas!

ContreAttaqueVL10

Jackie se sert de son amie comme bouclier humain grâce à sa tenue en maille

ContreAttaqueVL11

Le requin revient sans arrêt

ContreAttaqueVL12ContreAttaqueVL13ContreAttaqueVL14

Jackie se fait sucer le pouce par tout le monde, même ses ennemis, pour que le sang n’attire pas le requin!


 

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

18 Comments

Add a Comment
  1. Même si je ne serais pas aussi méchant avec le film que toi, c’est clair qu’il n’est vraiment pas génial. Quelques scènes à sauver mais dans l’ensemble, il ne m’a pas laissé un grand souvenir…

  2. Oui je trouve la critique sévère.
    Les cascades sont toujours, dont une des cascades les plus dingue de l’univers avec le saut sur l’hélico, et il faut voir la version longue pour comprendre de quoi je parle. Jackie en haut d’un building, sur des echasses, et ce combat avec l’echelle qui vaut à lui seul de mettre une moyenne au film. Sans parler de la longue scène finale ultra imaginative.
    Un jackie Chan à 6 ou 7 sur 10 pour moi, mais surement pas 3 lol
     

  3. Je me doutais que tout le monde allait dire que je suis méchant sur celui là 😀

    Comme dit j’adorais (enfin, le mot est peut être un peu fort) étant gosse, mais pour l’avoir revu dans ses deux versions là au cours d’un marathon, ça a plutôt fait mal. Je reconnais les quelques scènes sympas mais dans l’ensemble j’adhère pas du tout. La scène finale est très sympa dans sa version longue oui.

  4. rien a dire ce film est pour moi le meilleur de tous les films de jackie chan sur tous dans sa version longue chez hk video que j’ai mis sur DVD j’attends avec  impatiente la sortis en DVD dans ces deux version

  5. Pas mon préféré non plus, pour les raisons évoquées dans ta critique entres autres. Mais je suis pas aussi sévère, par exemple j’aime beaucoup la poursuite en scooter des neiges, je l’ai trouvé au contraire bien filmée et monté. De même pour le seul long combat du film, je suis toujours très impressionné par la complexité des enchainements et la manipulation de l’échelle. Le final aussi, beaucoup de bons gags, mais peut-être aurait-il fallu la condenser un peu et la servir en pré-climax, surtout que le russe(?) avec qui Jackie se bat juste avant assure bien et aurait mérité une plus longue séquence. Par contre de gros ventres mous scénaristique selon moi qui le sépare de mes favoris.

  6. Même si c’est pas mon préféré, je l’aime bien quand même ce film. La version courte ne lui fait pas de bien , je me rappelle avoir été “choqué” en découvrant les coupes au montage. Si la politique était à l’époque de “dynamiser” les films et leur enlever les références trop chinoises, ici couper en pleine scène d’action et tout simplement impardonnable.
     
    Y a un point où je en suis pas d’accord dans ta critique envers JC. Pour moi ce n’est pas celui de la “déchéance”. Perso, le film qui marque le déclin de Jackie c’est Accidental Spy… Mais on en reparlera après ta critique…

  7. Je n’ai vu que la version FR donc charcutée, et en tout cas le montage n’est vraiment pas des plus réussis en terme de rythme, totalement d’accord sur les fondus. Il est vrai que l’film est mou du genou malgré les quelques fulgurances ( du Snow à l’hélico ). Trop peu malheuresement pour du POLICE STORY !! Et pareil que toi Rick, ça m’avait beaucoup plu quand j’étais plus jeune. Et j’ai trouvé le 3,5 sévère, mais en essayant d’etre objectif quand je le compare à Rumble In The Bronx j’me rends compte que 3,5 c’est une note juste au vu du plaisir de vision 2 fois moins grand.

    1. Pour le montage, surtout sur la première demi-heure, je l’ai trouvé encore moins bien réussi dans la version longue HK c’est te dire. La version courte est un brin plus rythmée (et pour une fois, je préfère la musique de cette version, qui appuie moins les effets), mais la version longue est encore plus mou du genoux, malgré un combat final bien meilleur.

  8. J’ai beaucoup apprécié ce film, sans prise de tete, scenario leger, quelques bonnes scenes… Pas son meilleur, certes, mais je te trouve également trop severe…

  9. Ca doit bien faire 10 ans que je n’ai pas vu ce film, mais étant jeune j’étais fan…

  10. Bonjour je souhaite m’acheter jackie chan dans le Bronx en dvd

    Quelle édition de quelle année me conseillez vous?

    Merci

  11. l’édition studio canal de 2013 est bonne il y a peut etre mieux en import ( pas mon truc ).
    Tu a raison d’acheté ca que contre attaque, perso je viens de revoir “twin drangon” dans l’édition Blu-ray hkvideo quelle claque

  12. On est en 1997 ou 1998, il est 20h47 ou 20h48, j’ai 10 ans, et sur Canal + ils passent Contre Attaque. Mon papa me dit “Tiens c’est un film de Jackie Chan, regarde ça c’est sympa !”
    Mais je n’ai encore jamais vu de film de Jackie Chan, ni meme de films asiatiques.
    Pendant 1h30 je vais m’en prendre plein les yeux et rigoler très souvent des gags qui fonctionne très bien sur un enfant. Un vrai choc ces scènes d’actions et de combats. Je reste sur le c.. !
    Il est maintenant 22h20, je vais me coucher et je suis fan de Jackie Chan, je veux découvrir tous ces films et j’vais pas tarder à me rendre qu’il y en a des biens biens supérieurs !
    Mais je dois rester reconnaissant envers ce film, car l’effet qu’il a sur un gamin qui n’avait jamais vu de film de Jackie Chan est foudroyant.

    Donc ok, quand on a vu des Police Story, des Project A, des Armour Of God… Contre Attaque fait tache et se retrouve avec un 3,5 ( quoique quand meme severe ), autant je pense qu’un non-initié aimant l’action et la comédie (un peu tout l’monde) ne trouverait vraiment pas ce film mauvais.

  13. ca ma fait a peu près la même chose quand en 1996-97 avec mon père on se tente le film chinois qui passe en deuxième partie de soirée, a l’époque a part Jakie Chan, et Bruce Lee je connait rien du ciné HK (pour moi c’est chinois), et la c’est la très grosse claque. Après avoir questionné des gens dans des video club on me passe le catalogue HKvidéo et la depuis je suis fans du ciné HK et asiatique en général.

    1. Ah ouais ? C’est quel film asiatique qui t’as mis la premiere grande claque ? J’trouve c’est assez amusant parc’que j’pense qu’on est beaucoup à avoir découvert le ciné hk avec des films moyens mais funs avant de découvrir les grands classiques !

  14. C’était “The Blade” et j’ai complètement halluciné, cetait limite trop car depuis j’ai pas vu mieux. Après il on passé “il était une fois en chine” et les John Woo donc pas vraiment des films moyens.

    1. Ah ouais j’avoue pas mal !!! T’as direct commencé par le très haut du panier !! Pas de marge de progression possible lol

      1. c’est le drame de ma vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *