[Avis] Infernal Affairs, de Andrew Lau et Alan Mak

A Hong Kong, la police et une triade se livrent une lutte impitoyable. Sam, parrain de la mafia, décide d’infiltrer des hommes dans la police. Son meilleur élément, Ming, gravit les échelons de la hiérarchie rapidement. En même temps, la police envoie également un élément, Yan, comme taupe dans la mafia. Seul le commissaire Wong est au courant de sa véritable identité. Après de longues années, Yan parvient à être un des bras droits de Sam, mais après une transaction stoppée par la police, police et mafia se rend compte qu’une taupe est infiltrée dans chacun des clans.

Avis de Rick :

Contrairement à beaucoup, j’ai découvert Infernal Affairs et ses suites tardivement, en réalité, après avoir vu le remake Américain fait par le grand Martin Scorsese, film qui lui a enfin rapporté quelques prix. Remake que j’avais fortement apprécié… à l’époque. Aujourd’hui, mes erreurs sont réparées, et il faut bien avouer, j’étais passé à côté de quelque chose d’assez énorme ! D’ailleurs, c’est bien simple, si on cherche à comparer Infernal Affairs avec son remake, The Departed (Les Infiltrés), on pourrait quasiment dire que le film de Scorsese est raté, à l’exception du développement du personnage féminin. Il suffit d’ailleurs de jeter un coup d’œil à la durée des deux métrages pour voir la différence. Infernal Affairs ne dure que 1h40, contre 2h20 pour son remake. Infernal Affairs va donc directement à l’essentiel, en se focalisant sur le rythme, et la tension, au détriment parfois d’autres éléments certes, mais il le fait tellement bien qu’on a envie de tout pardonner. Dès la scène d’ouverture, le ton est donné, et pour moi, la surprise fut de taille, de retrouver dès les premiers instants Eric Tsang dans un rôle auquel il ne m’avait aucunement habitué : celui d’un chef mafieux, froid, toujours avec le sourire certes, mais beaucoup moins sympa et stupide que dans les nombreuses comédies qu’il avait pu faire par le passé. Il est tout à fait crédible dans son rôle. Et dés le début, le film ne perd pas une seconde pour nous présenter les personnages, l’ensemble va vite, nous faisons la connaissance, outre celle de Sam (Eric Tsang) des trois autres personnages principaux qui peuplent le film : Wong, commissaire (Anthony Wong), Yan, flic infiltré chez les mafieux (Tony Leung) et Ming, mafieux infiltré chez les flics (Andy Lau). Et ne passons pas par quatre chemins, ils sont tous parfaits, incarnant leur personnages exactement comme il faut, les rendant humain, avec leurs faiblesses, points forts, leurs doutes, leurs démons.

InfernalAffairs106

Le casting est la première grande réussite du métrage, un casting en or. Si on pourra regretter le fait que les personnages de Anthony Wong ou de Eric Tsang ne soient pas développés à 100%, les deux personnages principaux sont parfaits. On ne pourra malheureusement pas en dire autant du personnage féminin du film, totalement effacé (la seule vraie BONNE différence avec le remake est à ce niveau) et ne servant au final pas à grand chose. Le scénario ne s’attardera que peu sur ce personnage, et d’ailleurs sa description sera un peu grossière et facile (une romancière qui bosse sur un livre dont le héros a de multiples personnalités, tiens donc, comme son copain, c’est bizarre). Mais passé ce petit détail, le reste est un régal. Le scénario donc, contrairement à son remake, ira directement à l’essentiel.

InfernalAffairs111

L’arrivée des personnages dans le milieu qui ne leur correspond pas arrive en quelques instants, et quelques minutes après, nous voici propulsés quasiment 10 ans plus tard, pour être enfin au cœur de l’histoire. Le rythme est parfait, on n’a pas le temps de s’ennuyer un seul instant, et malgré sa simplicité déconcertante, le scénario est excellent. En effet, des films avec des hommes infiltrés, on en a déjà vu, et des tas. Mais infiltrer dans le même film un homme dans chaque camp change totalement la donne, ajoute de la tension, et des possibilités scénaristiques bien trouvées. Avec un scénario aussi astucieux alors qu’il est simple, il fallait que la mise en scène suive, et contre toute attente, elle parvient à sublimer le scénario. On n’en attendait absolument pas autant de la part de Andrew Lau, bien qu’il coréalise. Et face au résultat final, on ne doute pas un seul instant qu’il a commencé comme directeur de la photo. Aidé à la photographie par la pointure qu’est Christopher Doyle (les films de Wong Kar Wai, Rabbit Horror de Shimizu), il livre des plans superbes. Les angles de caméras sont souvent parfaits et parviennent à créer une tension.

InfernalAffairs112

Niveau tension justement, de nombreuses scènes sortent du lot, et les comparer avec le remake ne revient qu’à descendre le remake en flèche tant il n’a absolument pas son efficacité. Trois scènes retiennent toute notre attention niveau efficacité et tension. La première, arrivant plutôt tôt dans le métrage (et très tardivement dans le remake) concerne une vente de drogue. La réalisation est efficace, le montage affuté, la tension montre progressivement et les idées parsemant à la fois le scénario et la mise en scène sont tout simplement énormes. Seconde grande scène arrivant juste après, un échange entre Eric Tsang et Anthony Wong dans le commissariat, où toute la tension passe dans les dialogues. Un tour de force qui méritait bel et bien de grands acteurs. La troisième sera bien entendu la scène sur le toit de l’immeuble, scène totalement ratée dans le remake, la faute à une anticipation de l’action dans le montage. Ici, la scène surprend et est percutante. Oui, Infernal Affairs est vraiment un polar noir plein de tension, mais non dénué de défauts. Outre le fait que le personnage féminin soit effacé et ne serve pas à grand chose, on pourra tout simplement noter la musique, parfois excellente, et parfois partant un poil trop loin dans l’émotion. Des petits défauts qui n’empêche pourtant pas de savourer le film pour ce qu’il est : un film déjà culte. Et il faut dire que des polars venant de Hong Kong aussi percutants, cela faisant quelques années que l’on avait rien vu. Et Infernal Affairs est le film que l’on attendait. Pas un polar truffé d’action, d’explosions ou de kung fu, mais un polar sombre, réaliste, avec une tension se voulant plus psychologique. Gros carton au box office en 2002, le film eu rapidement une préquelle, excellente également, et une suite, très dispensable, avant son remake américain, seulement 4 ans ensuite.

InfernalAffairs113

Infernal Affairs est bel et bien le film culte dont tout le monde parle. Pas parfait bien entendu, le film tient pourtant toutes ses promesses et est à voir absolument.

note85

InfernalAffairs122

  

infernalaffairsTitre : Infernal Affairs – Wu Jian Dao – 無間道
Année : 2002
Durée : 1h41
Origine : Hong Kong
Genre : Polar

Réalisateur : Andrew Lau et Alan Mak

Acteurs : Andy Lau, Tony Leung Chiu-Wai, Anthony Wong, Eric Tsang, Sammi Cheng et Kelly Chan


Galerie d’images :

InfernalAffairs123InfernalAffairs125InfernalAffairs126InfernalAffairs127InfernalAffairs129InfernalAffairs132InfernalAffairs135InfernalAffairs109


Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

8 Comments

Add a Comment
  1. Totalement d’accord avec toi Rick sur le fait qu’il est tellement supérieur au remake de Scorcese !!
    Pour la p’tite histoire : Quand j’ai appris que le remake réalisé par Scorsese sortait, j’ai tout de suite appelé un ami :

    Moi : “Allo J, faut qu’on aille au cinéma ya l’remake d’un super film que j’ai vu qui est sorti !!”

    J : Encore un de tes films chinois ??…

    Moi “Ouais mais attention c’est réalisé par Scorcese, ya Dicarpaccio, Jack Nicholson, Matt Damon,..

    J : Ah ouais ! Ok ca marche.

    Après la scéance :

    J : C’était ça ton super film ? Franchement c’est pas terrible…

    5 ans plus tard, on est dans mon appart avec J, et on veut s’regarder un film et j’met le dvd d’Infernal Affairs sur ma vieille télé cathodique qui bugue. Et à la fin du film :

    J : Waaaa c’était trop bien comme film !! Une tuerie !

    Moi : Tu te souviens le Scorcese qu’on avait vu au ciné…

    Bref, ce film est génial tout simplement. 10/10

    1. Clair que le remake, c’est autre chose (par rapport à l’original) mais il en garde tout de même une sacrée puissante de frappe.

      Tiens une idée pour les gens qui tiennent cette boutique, ce serait marrant une semaine remake des films asiat’. Vous auriez de quoi faire.

      1. Ca serait effectivement une semaine spéciale sympa. Plus qu’à arriver à faire une liste des films en questions, de les trouver, de les regarder, puis de les chroniquer. Après, certains y sont déjà mais il doit rester de quoi faire…

  2. Depuis, j’ai eu la chance aussi d’assister à une Nuit Infernal Affairs (toute la trilogie) au cinéma de minuit à 6h du mat. Salle pleine à craquer ! Et c’est encore mieux sur grand écran ! Meme si j’apprécie bcp moins le 3ème opus.

    1. C’était à quelle occasion ?

  3. Festival Paris Cinéma spécial Hong Kong en 2012. J’ai pu parler avec Yuen Woo Ping et Johnnie To aussi à c’t’occasion. C’était génial de voir tout plein de film culte sur grand écran, comme Le Marin des Mers de Chine par exemple.
    Yavait aussi une nuit Johnnie To avec La Vie Sans Principe, Loving You, Lifeline et Longest Nite. Yavait une nuit Catégorie 3 au meme moment où j’ai pas pu aller.
    En 10 jours j’ai vu 24 films ! 🙂 ( Pour 35euros ça vaut le coup )

    1. Effectivement, je m’en souviens maintenant. N’ayant pas fait ces “Nuit Hong Kong” de la prog’ (p’tit regret pour la “Nuit Cat.3”), je les avais totalement zappé. Perso’, me suis plus focalisé sur les focus et quelques films éparses. C’était un sacré évènement mine de rien. Top.

      1. Ah oui un sacré évènement que j’suis bien content de n’pas avoir loupé. J’avais posé tous mes congés pour voir un maximum de films. Au total yen avait environ 90 diffusés !! Mon grand regret c’est d’avoir loupé la séance de Full Alert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *