[Avis] In the Line of Duty 7, de Cheng Siu-Keung

Titre : In the Line of Duty VII / In the Line of Duty 7 / Sea Wolves / 海狼
Année : 1991
Durée : 1h27
Origine : Hong-Kong
Genre : Policier
Réalisateur : Cheng Siu-Keung

Acteurs : Gary Chau, Simon Yam, Cynthia Khan, Norman Chu, Lam Seung-Mo, Eddie Maher, Mak Wai-Cheung, Tai Bo, Wong Chi-Wai, Lau Wai-Man, Lung Tin-Sang, Mai Kei, Lung Tin-San

Synopsis : John, membre d’équipage d’un bateau chargé de drogue qui doit rentrer illégalement à Hong-Kong, retrouve son ami Gary et sa sœur à bord d’un boat people vietnamien qui croise leur route. Lorsque les membres du gang de trafiquants massacrent les immigrants, John cache son ami Gary. Arrivés à Hong-Kong, ils vont indirectement faire équipe avec la Police pour coincer les tueurs…

Avis de Cherycok :
Septième et dernier volet à porter le nom des « In the Line of Duty », Sea Wolves est sans doute l’épisode qui a le moins de rapport avec la série même s’il garde en commun les thèmes chers à la série ainsi que son personnage principal incarné par la toujours délicieuse Cynthia Khan. Doté d’un scénario plus évolué qu’à l’accoutumé, il peine néanmoins à vraiment décoller et à se démarquer des autres productions du genre. Le filon s’épuise…

On sent dès le début que ce 7ème volet s’éloigne de ses prédécesseurs. Là où les épisodes précédents misaient beaucoup sur les performances martiales de ses artistes, on est ici sur des combats bien plus bruts, souvent sans aucune chorégraphie, les protagonistes se contentant de se balancer des coups ou des objets façon combat de rue, parfois très violents et sanglants, laissant du coup Cynthia Khan un peu en retrait au point que son personnage deviennent carrément un second rôle avec un temps de présence à l’écran bien plus limité.
A la place on retrouve Simon Yam qu’on ne présente plus, et toujours aussi impeccable, dans un rôle dont on n’avait pas l’habitude de le voir pour l’époque, lui qui se cantonnait essentiellement aux personnages de méchants sadiques. Et Simon Yam va faire « équipe » avec Gary Chau, que certains ont peut être aperçu dans Tiger Cage 2 ou In the Line of Duty VI, une sorte de montagne de muscle, ne ratant pas une occasion de montrer ses pectoraux, au jeu d’acteur catastrophique, rappelant sur certaines mimiques Jean-Claude Van Damme à ses débuts. L’homme a l’air de savoir plutôt bien se battre mais le film ne lui en donne jamais vraiment l’occasion malgré des sbires ennemis doués pour la chose, Eddie Maher (Le Sens du Devoir 4, Pedicab Driver) pour ne citer que lui. Sa carrière sera d’ailleurs des plus courtes à Hong-Kong, à peine cinq films à son compteur…

Toujours dans les exemples de cet éloignement avec la série, un scénario bien plus consistant pour ce genre de productions. Le scenario n’est pas posé en 2 minutes top chrono et on prend le temps durant tout le film de nous expliquer la relation qui uni les personnages de Simon Yam à Gary Chau, souvent à grand renfort de flashbacks pour une fois pas trop lourdingues. Ce n’est bien entendu pas non plus la panacée mais pour une fois qu’on nous propose autre chose, avec un minimum d’histoire comme tout le passage avec les clandestins par exemple, on ne va pas faire la fine bouche.
In The Line of Duty VII apporte d’ailleurs son lot de scènes bien violentes, une plus particulièrement qui est sans doute l’unique passage à vraiment retenir du film, à savoir l’arrivée des clandestins sur le bateau des trafiquants et leur massacre sans aucune retenue à grand coup d’armes diverses et variées telles que le couteau et la machette, juste pour piller à ces pauvres gens le peu qu’ils ont pu amener pour recommencer une nouvelle vie à Hong-Kong. Une scène froide, sans pitié, qui reste vraiment le meilleur moment du film.

Parce que c’est bien là le problème. Le reste du métrage n’est pas du tout mauvais, si on exempte quelques blagues ou références douteuses sur le sida, mais n’arrive jamais à vraiment retenir notre attention. Même si une ou deux scènes viennent rehausser un peu le tout, à l’instar du combat dans l’appartement et du final au demeurant sympathique mais sans grosse surprise, l’ensemble reste trop moyen pour vraiment nous enthousiasmer.
In the Line of Duty VII clôture la série de manière un peu terne, sans éclat, ne nous proposant qu’un film moyen qui se laisse certes regarder sans problème mais qui n’a de marquant que sa scène de massacre. Cheng Siu-Keung, après avoir réalisé un 6ème volet très plaisant, rate la dernière marche mais se rattrape de justesse. Tout juste moyen.

Note : 5/10

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Sebastien
Sebastien
4 novembre 2011 20:57

qui a acheté l’édition sortie récemment en France ? vo ? uncut ? 

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
20 avril 2021 10:10

Ca y est j’ai fini de regarder l’ensemble de la série avec cet ultime volet (sauf si on considère que Queen’s High fait parti de la série).

Agréablement surpris par ce 7ème volet, de part son histoire plutôt agréable à suivre, qui change (un peu). Les seconds couteaux comme Eddie MAHER, philip KWOK ou encore Norman Chu, c’est toujours un petit plus. Et bien sûr il y a Simon YAM. Les combats sont pas géniaux, un peu mieux sur la fin. Finalement je me suis moins ennuyé que d’autres volets. Effectivement la scène de massacre est vraiment violente.

Allez un petit classement très personnel de la saga :

7) Le sens du devoir 6, forbidden arsenal (tellement oubliable)
6) Le sens du devoir 5 (très moyen à part 1 ou 2 passages)
5) Yes madam (mis à part sa scène finale, j’ai vraiment pas trouvé ça dingue)
4)Le sens du devoir 7 ( son histoire et son rythme)
3) Le sens du devoir 4 : (beaucoup de personnes l’adorent mais le film est très répétitif dans sa castagne avec des chorégraphies très moyennes, reste un rythme assez fou, ça s’arrête jamais, ça se castagne pour un rien et puis Donnie quoi)
2) Royal warriors (vraiment excellent, de bons combats tout le long bien répartis, michelle Yeoh dépote)
1) Le sens du devoir 3 (je sais c’est surprenant mais c’est le premier que j’ai découvert et j’adore son ton noir, pessimiste, les chorés, les acteurs jap NISHIWAKI Michiko et FUJIOKA Hiroshi, y’a même Robin SHOU et Dick WEI, et cette baston finale est top)

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
Reply to  Cherycok
20 avril 2021 15:32

On est relativement proche sur le classement, les 3 premiers sont les mêmes mais dans un ordre différents. La prochaine saga sera Angel pour moi, il me reste le 2 et 3 à mater.