[Avis] Health Warning, de Kirk Wong (1983)

Au début du 21e siècle, le degré extrême de haute technologie atteint a conduit à un certain nombre de phénomènes sociaux indésirables et de catastrophes scientifiques. La population mondiale a été détruite massivement, menant le monde dans le chaos. Les écoles d’arts martiaux aux entraînements drastiques restent le seul échappatoire pour les jeunes afin de se préparer aux combats de boxe illégaux, alors qu’un clan de néo-nazis usant des dernières avancées technologiques profite de la situation pour les attirer et en faire des êtres serviles et dénués d’esprit…


Avis de Supavince:
Voici la grosse étrangeté du réalisateur Kirk Wong, Health Warning, aka Flash Future Kung Fu, son titre UK qui est peut-être le plus communément utilisé par les amateurs de ciné HK, probablement dû au fait que la version la plus facilement trouvable de nos jours se trouve être la vhs UK doublé en anglais. Cette version d’ailleurs, et ce n’est que mon humble avis, explique en partie pourquoi le film trouve tant de détracteurs et prouve qu’il ne faut jamais, au grand jamais regarder un film HK en version doublé en anglais, le sacrilège suprême !

hw1 hw2

Ceci dit, Health Warning est bien loin d’être un chef d’œuvre, mais on est également bien loin de toucher le fond du fond comme j’ai pu le lire à droite à gauche. Le film de Kirk Wong est bourré de défauts, c’est boiteux et il n’y a rien à dire là dessus. En revanche, le film a pour lui un aspect expérimental et une générosité qui jouent en sa faveur.

hw3 hw4

Kirk Wong a qui l’on doit le génial film de triade The Club 2 ans auparavant, s’engouffre dans le registre de la SF au risque de se prendre les pieds dans le tapis, ce qui est en partie le cas ici, d’autant plus lorsqu’on fait le choix du monde post apocalyptique comme terrain de jeu en ayant un budget rikiki pour réaliser son film. A certains moments, Health Warning se rapproche plus d’un film foireux philippin milieu 80’s post nuke (Cherycok appréciera en voyant une belle pseudo batmobile tout de tuyaux vêtus dans l’habitacle dégageant du gaz soporifique pour endormir ses occupants…), qu’un Mad Max d’où Kirk Wong a certainement tiré son inspiration. Le scénario est loin d’être le point fort du film et peut résonner comme une énigme pour certains, même si nous avons le droit quand même à deux textes d’introduction posant les jalons de l’histoire, mais qui ne sont malheureusement pas sous-titrés en anglais. Alors c’est sûr, sans cette explication de texte, on peut être surpris par la présence de ce groupe de néo-nazis. Ces derniers usent de violence et de technologies sur les jeunes paumés du coin, afin de réaliser sur eux des expériences en les rendant serviles et dénués d’esprit pour faire régner la terreur dans ce monde chaotique dirigé par la drogue et la violence, où les derniers survivants n’ont plus de repères, si ce n’est ceux apportés par les écoles d’arts martiaux qui subsistent.

hw5 hw6

Pour en terminer avec les choses qui fâchent, la musique d’intro du film qui reviendra à certains passages par la suite est peut-être l’utilisation du synthé la plus horrible qu’il m’ait été donné d’entendre dans le cinéma hongkongais, c’est dire ! Mais à côté de ça, ce qui est extraordinaire, c’est que ce même synthé réussi par moments à délivrer une ambiance particulière, pesante et même malsaine à la Blade Runner (cf scènes de boîtes de nuit) mêlée à un esthétisme certain appliqué à la photo vraiment pas inintéressant pour l’amateur de ciné obscure qui aime se risquer dans ce genre de production perdue.

hw7 hw8

Enfin, Health Waring vaut également le coup d’œil pour la prestation de Johnny Wang Lung Wei qui se bat comme un beau diable (au sens propre comme au figuré) tout au long du film dans l’un de ses rares premiers rôles qui lui ait été donné d’assurer. Et c’est d’autant plus jouissif quand le bonhomme se mue dans la peau d’un Steve Austin pour ainsi botter le cul aux néo-nazis. Outre le final sur un ring avec le « boss final », le combat « what de fuck » reste sans nul doute celui avec un Elvis Tsui homo adepte de boxe thaï. C’est pas un beau programme ça ? Bon. On oubliera pas malgré tout le passage vraiment ridicule ou l’ami Johnny s’en va courir et couper du bois en pleine forêt et ouvrir sa canette de bière à la hache… On regretta tout de même la prestation mollassonne d’Eddy Ko ainsi que la disparition trop rapide de Ray Lui du programme mais on retiendra les bonnes performances des deux interprètes féminines principales.

hw9 hw10

Au final, Health Warning souffle le chaud et le froid. Il est certes un gros plantage en soit si l’on se rappelle que c’est la même personne qui a réalisé The Club ou autre True Colours. Par conséquent, il constitue une grosse étrangeté dans la filmographie de Kirk Wong. Mais si on le regarde comme une série b à faible budget qui sort des sentiers battus, un film qui se libère des attentes que l’on exige presque de son réalisateur talentueux, alors Health Warning est plutôt bon à prendre. Et le film est tellement « out of this world » que le coup d’œil est obligatoire pour les aficionados du cinéma HK. Ça a beau être foireux, quand je ne vois pas le temps passer, ben moi ça me plait !

note6

hw11 hw12


health warningTitre : Health Warning / Flash Future Kung Fu / Mr Digital / 打擂台
Année : 1983
Durée : 1h20
Origine : Hong Kong
Genre : What the fuck !
Réalisateur : Kirk Wong

Acteurs :Johnny Wang Lung-Wei, Eddy Ko Hung, Ray Lui, Lam Hoi-Ling, Yuen Tin-Wan, San Kuai, Mak Wai-Cheung, Gwok Wa-Keung, Chan Kim-Ying, Elvis Tsui, Ma Hon-Yuen, Ling Chi-Hung, Lam Foo-Wai, Steve Mak.


Galerie d’images :

hw13 hw14

hw15 hw16

hw17 hw18

hw19 hw20

hw21 hw22

hw23 hw24

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
5 novembre 2013 0:52

Ah ah, dès que ca cause post nuke philippin des années 80, on me cite. Ca me fait plaisir je t’avoue 😉

Jolie curiosité en tout cas !

Realisateur
Realisateur
5 novembre 2013 1:43

Un film maladroit trop souvent reduit à simple nanar 🙁
il a surement bien été cutté, sans parler du recadrage.

Realisateur
Realisateur
5 novembre 2013 1:51

Par contre pour le synthé, je te defie de trouver mieux la musique de la scene de massage de Body Lover ^^

Pour les cartons d’intro:
http://achillesgirl.blogspot.fr/2013/05/flash-future-kung-fu-prologue.html

Mugenjin
Mugenjin
5 novembre 2013 3:30

Dans le genre musique de synthé immonde, Fist Power m’avait sauvagement défoncé les oreilles…

I.D.
5 novembre 2013 9:31

Joli ! On va rester dans la vibe des films de Kirk Wong peu appréciés, tiens. J’en publie un demain (mais bien plus connu et trouvable que celui-ci) sur hkmvc ! 😉

I.D.
5 novembre 2013 19:16

Genre, ouais. 😉

Jang Gerald
5 novembre 2013 21:11

Taking Manhattan…aïe !
Kirk Wong a tout de même eu un drôle de parcours, qu’il clôt (définitivement ?!) d’ailleurs à merveille avec le supra génial Big Hit !!!

Realisateur
Realisateur
Reply to  Jang Gerald
6 novembre 2013 3:42

en parlant d’anciens briscards HK, Leung Po-Chi a recemment repris du service, manifestement pour payer ses impots 🙁 http://hkmdb.com/db/movies/image_detail.mhtml?id=16597&image_id=222423&display_set=eng

Realisateur
Realisateur
Reply to  Realisateur
6 novembre 2013 3:47

ah bah tiens, Kirk Wong aussi

I.D.
7 novembre 2013 13:11

Big Hit était vraiment sympa. Je me le suis refait cet été.

Damn ! Leung Po-Chi qui nous fait, semble-t-il du pseudo-Chucky, flippant. Apparemment, il a un autre film de prévu pour 2014.

@Réalisateur : Pensez-vous que le sujet de cette vidéo parle du même projet énoncé ici : http://forum.hkmania.com/viewtopic.php?f=29&t=1553 ? D’avance merci.

Realisateur
Realisateur
Reply to  I.D.
7 novembre 2013 23:12

ouais c’est le meme film, “Six” .. me demande s’il est encore sorti d’ailleurs.

Cordialement,

REALISATEUR

Cherycok
Administrateur
7 novembre 2013 15:58

Pareil, j’aime beaucoup The Big hit, un bon gros divertissement pas prise de tête avec d’excellents moments.