[Avis] Chak De ! India, de Shimit Amin

Titre : Chak De ! India / Go For It, India ! / चक दे इंडिया
Année :
2007
Durée : 2h33
Origine : Inde
Genre : Epopée sportive
Réalisateur :
Shimit Amin

Acteurs : Shahrukh Khan, Vidya Malvade, Tanya Abrol, Chitrashi Rawat, Arya Menon, Seema Azmi, Nisha Nair, Sandia Furtado, Masochon V. Zimik, Kimi Laldawla, Shilpa Shukla, Shubhi Mehta, Anaitha Nair, Sagarika Ghatge, Kimberly Miranda, Nichola Sequeira, Raynia Mascerhanas, Javed Khan, Vibha Chhibber, Jayshree Arora, Nakul Vaid, Vivan Bhatena, Mohit Chauhan

Synopsis : Kabir Khan (Shahrukh Khan) est le capitaine de l’équipe indienne de Hockey. Lors de la Coupe du Monde, il échoue sur un pénalty qui coûte la victoire à son équipe en finale face au Pakistan. Une photographie de sa poignée de main avec un joueur adverse a fait la Une des journaux indiens. Kabir Khan est alors soupçonné de traîtrise du fait de sa confession musulmane et est rejeté violemment par l’ensemble de la population indienne … Il décide alors de s’exiler. 7 années plus tard, Kabir Khan revient sur le devant de la scène dans l’optique de conduire l’équipe nationale féminine de hockey à la victoire dans la Coupe du Monde.

Avis de Laurent : Il aura fallu attendre 3 longues années pour retrouver Shimit Amin crédité à la réalisation d’un film. Le cinéaste, ex-poulain de Ram Gopal Varma, n’est autre que le réalisateur d’Ab Tak Chhappan (2004), l’un des plus grands polars modernes que les industries cinématographiques de Bombay aient produit. On se demande alors comment un tel réalisateur habitué au cinéma de genre a pu se faire débaucher par Yash Raj Films, l’usine à blockbusters romantiques …

Chak De ! India est une épopée sportive liée au milieu du hockey sur gazon, sport populaire en Inde … tout du moins dans sa version masculine. Shahrukh Khan incarne un ex-joueur dont la carrière a été détruite par un dramatique soupçon de corruption alors qu’il était en pleine gloire. Il revient après 7 longues années de purgatoire, afin d’entraîner l’équipe nationale féminine.

Chak De ! India est un grand film fédérateur comme l’Inde n’en a plus produit depuis Lagaan (2002). En effet, l’équipe féminine va tirer sa force dans l’alliance utopique de toutes les joueuses issues des différents Etats qui composent le pays (Bengale, Punjab, Maharashtra, Uttar Pradesh, Andhra Pradesh etc …). Bien sûr, Shimit Amin ne s’affranchit pas des clichés inhérents au genre, à savoir une trame en 3 temps : défaite, remise en cause et entraînements et enfin victoire … mais cela ne gâche en rien le plaisir d’apprécier les exploits sportifs de ces ravissantes donzelles en minijupes armées de crosses et prêtent au contact. De manière assez prévisible, chaque personnage constituant l’équipe possède un trait de caractère qui lui est propre. On retrouve ainsi le garçon-manqué, la dure à cuire, la brutasse, la meneuse, la belle indomptable, etc … avec des actrices issues des quatre coins du pays. Difficile de voir se démarquer l’une ou l’autre des joueuses au niveau de l’interprétation tant la performance est elle aussi collective. De son côté, Shahrukh Khan surprend dans ce registre sérieux et réaliste à des années lumières de son cabotinage habituel qui le caractérise tant. On ne retrouve qu’une demi-scène, tout au plus, où il surjoue un minimum avec ses paupières rouges de chagrin (un grand classique). Toujours juste, plus beau que jamais, Shahrukh Khan confirme bien qu’il se bonifie avec l’âge.

Epopée sportive, grand film fédérateur … Chak De ! India assure aussi dans son message clairement pro-féministe qui élève la condition des femmes à rang égal avec celui des hommes. Cet aspect salutaire du film est symbolisé, à titre d’exemple, par un match viril entre les équipes nationales masculine et féminine indiennes. On retiendra aussi une énorme baston générale entre les filles et quelques hommes dans un Mc Donald (bel exemple de gastronomie pour sportifs). Lors de cet épisode, la force collective des filles anéantit la supériorité individuelle des hommes. Chak De ! India brasse donc toutes ces thématiques qui manquaient cruellement dans les films produits à Bombay ces dernières années.

Concernant la réalisation, Chak De ! India étonne. L’Inde nous a habitués depuis quelques années à nous présenter de plus en plus de films sans séquences musicales et sans romances. Cela concerne essentiellement les films de genre ou les films d’auteur. Concernant les productions Yash Raj Films, en règle générale on retrouve l’excès inverse : les histoires d’amour les plus grandioses côtoient le plus souvent les scènes musicales les plus spectaculaires. En fait, bien que devant répondre au cahier des charges de la production, Shimit Amin impose son style. Le résultat est payant puisque Chak De ! India est une réussite artistique, critique et populaire à tous les niveaux.

En définitive, Chak De ! India est sans doute le blockbuster de 2007 le plus intéressant produit dans le nord de l’Inde. Il se range sans problème aux côtés des plus grands films du genre produits en Asie, à savoir Shaolin Soccer pour Hong Kong ou encore Satree Lek Iron Ladies pour la Thaïlande.

Note : 8/10


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Laurent de Fanta
26 mai 2009 2:38

LE blockbuster de 2007, je n’irais pas jusque-là, je préfère Guru, Namastey London, et les films de sport, plus présents que jamais (la boxe avec Apne, les voitures dans Ta Ra Rum Pum), comme ici aussi, c’est un film de genre très maîtrisé par son réal’ (plus que son précédent, le passionnant mais trop long AT56) car très calibré et sans grand risque : j’ai trouvé par exemple SRK pas assez nerveux, on ne vibre pas comme dans un film de sport ricain avec un vieil entraîneur colérique, Kabir Bedi ou Nana Patekar ou n’importe quel acteur plus vieux aurait écrasé SRK. Bon film donc, mais sans plus pour moi, comme Bollywood en fait 20 par an.

Laurent de Fanta
26 mai 2009 14:54

OK, en film de sport collectif (et pas trop romancé) c’est le meilleur depuis Lagaan. Quant à AT56, je trouve ça encore meilleur que du Johnnie To (faut dire que je n’adore ni Exiled, ni PTU, ni même l’intéressant Breaking News) rien que pour l’acteur, Patekar étant pour moi l’un des génies asiatiques, après Amrish Puri et Choi Min-Sik !