Actualité DVD : Princess Aurora

Europacorp reste fidèle à sa réputation en faisant découvrir une nouvelle fois un film assez méconnu mais aux grandes qualités esthétiques et narratives. Princess Aurora de Pang Eun-jin est une alternative intéressante sur le thème de la vengeance qui a si bien réussi à l’incontournable Park Chan-Wook. Cette fois-ci, une mère de famille va se faire justice elle-même en réponse au meurtre de sa fille.

Formellement assez classique, et peu original dans sa première partie, Princess Aurora monte en puissance au fur et à mesure que l’intrigue se révèle au spectateur jusqu’à un final monstrueux. Radical et émouvant, Princess Aurora se démarque admirablement des habituels thrillers coréens insipides qui inondent le box-office local. Pour un premier film, l’actrice Pang Eun-jin montre qu’elle possède tous les atouts pour devenir une réalisatrice incontournable dans les années à venir. Chaudement recommandé !

Titre : Princess Aurora
Année : 2005
Durée : 1h46
Origine : Corée du Sud
Genre : Vengeance
Réalisateur : Peng Eun-jin

Acteurs : Uhm Jung-Hwa, Mun Seong-Geunu, Kwon Oh-Jung, Choi Jong-Won

Synopsis : Une jeune femme est retrouvée atrocement assassinée dans un centre commercial. Alors que l’enquête piétine, un second meurtre est perpétué dans un institut de beauté et les inspecteurs trouvent sur place un sticker d’un personnage de dessin animé nommé Princess Aurora. Ils se rendent alors compte que la présence d’un même sticker leur avait échappé lors de la première scène de crime. L’inspecteur Oh suspecte alors son ex femme Jung Sun-Jung.

Caractéristiques techniques :


Editeur : Europacorp

Vidéo : 16/9 compatible 4/3 Format 2.35
L’image est très correcte dans l’ensemble que ce soit au niveau de la colorimétrie, de la définition et de la compression.

Son : Coréen DD5.1 et Français DD5.1
La piste coréenne est de bonne tenue générale. Puissante et parfaitement équilibrée sur l’ensemble des enceintes.

Sous-titres : Français
Les sous-titres sont impeccables, lisibles et la vitesse de défilement est correcte.

Bonus :
Rencontre avec la réalisatrice et les acteurs du film
Dans les coulisses d’une vengeance
Scènes inédites (26’)
2 bandes-annonces
Les suppléments sont globalement peu intéressants et uniquement promotionnels avec des phrases toutes faites que l’on a entendues des centaines de fois. Les interviews de la réalisatrice et des acteurs sont donc anecdotiques. Le making of, quant à lui, permet d’avoir une idée sur l’ambiance de tournage avec une Pang Eun-jin assez zen dans sa façon de travailler malgré certaines scènes éprouvantes pour ses acteurs.
Les scènes inédites ne révolutionnent pas le film.

Avis de Yume : Quand on parle de vengeance dans le cinéma coréen, on pense immédiatement aux trois films de Park Chan-Wook, dont le second opus fut primé à Cannes. Au-delà de cette vitrine assez surestimée du cinéma coréen, il existe cependant quelques films qui ne connaissent que peu d’écho et qui pourtant mériteraient une exposition publique et critique plus forte. Princess Aurora est de ces films. Ne vous y trompez pas en lisant le synopsis, ce film n’est pas qu’une énième variation à portée plus ou moins philosophique sur les rouages psychiques et moraux de la vengeance. Princess Aurora est un film choc sur la violence de la vengeance, raconté avec crudité.

Bang Eu-Jin signe ici sa première réalisation, et fait preuve d’une maturité extrême que cela soit dans la réalisation proprement dite, mais aussi et surtout dans le thème et sa façon de l’aborder. Actrice connue pour ses rôles dans certains films de Kim Ki-Duk (Address Unknown et Birdcage Inn), Bang Eu-Jin réalisatrice se montre dans un registre peu commun pour une femme : le cynisme, le fatalisme et le sadisme. Car Princess Aurora est un film noir dont l’ambiance se dégrade au fur et à mesure vers le malsain. Certains passages sont alors véritablement gênants, et c’est bien plus l’atrocité générale de la situation qui engendre un malaise plutôt que la violence graphique des meurtres.

On ne peut réellement ressortir indemne de ce voyage dans la folie de vengeance d’une jeune femme, que le film arrive avec douceur à faire aimer du spectateur. On s’attache fortement à cette femme, son destin brisé, et finalement la fin non moralisatrice mais pas si immorale que cela inverse le processus classique du genre serial killer. Certes les actes sont condamnables, mais qu’aurions nous fait ? Placés que nous sommes depuis le point de vue de Jung Sun-Jung, Princess Aurora fait effet d’électrochoc grâce en partie à la prestation de Uhm Jung-Hwa, habitée par son personnage ambivalent et borderline. Mais malheureusement le film ne se fait pas avare en défauts mineurs, au rang desquels quelques baisses de rythme et longueurs inutiles et pesantes, ainsi que d’un casting pas réellement à la hauteur du défi. Car si Uhm Jung-Hwa illumine le film, les autres acteurs oscillent entre cabotinage et prestation transparente ; peu gênant pour les personnages secondaires, mais sensiblement important pour des personnages comme l’inspecteur Oh.

Princess Aurora reste cependant un bon film, un des meilleurs films coréens de ces derniers mois. Avec encore un peu plus de maturité dans ses choix de réalisation et de gestion du rythme, Bang Eu-Jin deviendra certainement une réalisatrice de premier ordre, surtout si elle reste fidèle à des thématiques aussi noires que celle présentée ici.

Note : 9/10

0 0 votes
Article Rating

Auteur : Laurent

Un des membres les plus anciens de HKmania. N'hésite pas à se délecter aussi bien devant un polar HK nerveux, un film dansant de Bollywood, qu'un vieux bis indonésien des années 80. Aime le cinéma sous toutes ses formes.
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Abe
Abe
11 septembre 2008 15:19

Princess Aurora c’est comme les films de PCW, surestimé à mort…quand je vois toutes les critiques élogieuses sur ce truc coréen ça fait peur.

kros
kros
11 septembre 2008 16:50

zut je s’est plus quoi penser! d’un côté on le trouve moyen et de l’autre très bon! bon je vais me lancer et le voir quand même car si on écoutait tout le monde on ne verrait plus de film, donc conclusion il faut s’écouter soi-même, c’est clair non?  lol..  🙂