[Week end HK Explosif] New Kids in Town (1990)

Titre : New Kids in Town / New Killers in Town / Master of Disaster
Année : 1990
Durée : 1h28
Origine : Hong-Kong
Genre : Kung-fu Polar
Réalisateur : Lau Kar-Yung

Acteurs : Chin Siu-Ho, Ricky Cheung, Moon Lee, Lau Kar-Leung, Karel Wong, Eddie Maher, Sophia Crawford, Lee Ka-Sing

Synopsis : L’histoire suit Chin Siu Ho et Lee Ka Sing, experts en arts martiaux, qui arrivent à Hong Kong pour vivre chez leur oncle, interprété par Liu Chia Liang, et sa fille, jouée par Moon Lee. A peine arrivés, ils sont malencontreusement mêlés à une bagarre avec des gangsters et mettent en colère le boss…

Avis de Ryô Saeba :
Réalisé par Lau Kar Yung avec l’aide de son frère Lau Kar Leung, New Kids in Town est un girls with guns efficace qui prouve que Lau Kar Leung a aussi fait quelques trucs de bien après 1986.

Le casting du film est composé d’habitués du genre, on retrouve donc Moon Lee toujours en pleine forme, Chin Siu Ho qui joue le garçon calme et un peu timide qui se bat comme un diable lorsque l’occasion se présente, Eddy Maher, le gweilo au regard qui tue dont la majorité des rôles de sa filmographie consistent à se faire rosser par Cynthia Rothrock, qui joue le big boss sans cesse en train de manger des pommes, Sophia Crawford qui joue le bras droit de Eddy Mahrer dont c’est le 1er film et qui est connue essentiellement pour être la doublure de Sarah Michelle Gellar dans Buffy ainsi que pour sa fameuse séquence de combat à poil contre Billy Chow dans Escape From Brothel, et puis pour finir en beauté, Lau Kar Leung en personne qui joue l’oncle de Chin Siu Ho et donc le père de Moon Lee.

Le film suit la trame classique des girls with guns habituels : vengeance et trafic de drogue. Classique mais efficace, le film est en effet très bien rythmé avec beaucoup de scènes d’action (combats et gunfights) et trente dernières minutes de folie où c’est quasiment de l’action non stop. Les combats et scènes d’actions sont très bien chorégraphiées par Lau Kar Leung qui nous démontre encore à son âge sa maîtrise des arts martiaux dans un final où il abat d’abord une horde d’ennemi à main nue avant de martyriser ce pauvre Eddy Maher au bâton tout ça sur la musique du thème de Wong Fei Hung. On sent bien la pâte de Lau kar Leung, d’ailleurs certain endroits du film sont familiers comme le combat sur le pont qui avait été utilisé également dans les Tiger on the Beat de manière similaire. La façon dont Chin Siu Ho utilise son fusil ainsi que Lau Kar Leung son pistolet font également penser au final de Tiger on the Beat où Chow Yun Fat utilise un subterfuge similaire.

Pour le reste du casting, Moon Lee comme à son habitude déborde d’énergie et se donne à 120 % notamment avec un combat bien réussi en hommage à Rollerball ou Battle Creek Crawl (le chinois) selon les préférences, où elle se bat, roller au pied et crosse de hockey à la main, contre une autre fille équipée de la même manière. Chi Siu Ho lui fait le minimum syndical quelques coups de pied et salto par ci, par là mais rien de bien extraordinaire, il se bat surtout dans la 2e partie du film. On remarquera la disparition soudaine de Sophia Crawford, qui après avoir capturé Moon Lee disparaît du film et est absente du final … ça rappelle un peu une disparition similaire du personnage de Moon Lee dans The Champion qui disparaissait au beau milieu du film sans explication.

New Kids in Town est donc un film réussi, bourré d’action avec un casting très efficace. A voir pour les amateurs du genre qui ne seront pas déçus du voyage.

A noter que le film est sorti au USA sous le nom de Master of Disaster, mais il n’y a pas que le titre qui a changé puisque pour mieux vendre le film, l’éditeur a décidé de rajouter des scènes du film The Protector avec Jackie Chan dont le seul point commun avec New Kids in Town est la présence de Moon Lee. Ils ont même été jusqu’à rajouter des musiques de la bande originale de Police Story, c’est dire si dans le grand n’importe quoi ils sont allés loin. Ca donne donc un film étrange avec des scènes ou Jackie Chan mène une enquête n’ayant absolument rien à voir avec le reste du film…

Note : 8/10

Ryo Saeba

C’est véritablement Shaolin Soccer qui déclencha un élan de passion à partir duquel il se lança dans la vision de films sous titrés anglais. Et là ce fut le bonheur, il avait devant lui tout un pan du cinéma à découvrir, des genres propres au cinéma de Hong Kong comme le kung fu old school, les girls with guns ou encore le Wu Xia Pian...

4 Comments

Add a Comment
  1. Je me le suis passé hier, et il n’y a qu’une chose à dire ; ça fait du bien ! A ne pas manquer.

  2. Je me suis rendu compte que je l’avais ce film ^^ Sous le titre New Killers in town, et je l’ai survolé rapidement, ca m’a donné envie. Pas exclu que je me le mate prochainement ^^

  3. C’est exactement ce qu’il m’est arrivé. J’en ai profité pour fouiner un peu et j’ai remis la main dessus. D’où l’intérêt de ce type de piqûres de rappel 🙂

  4. me le faut
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *