[Film] The Collection (2012)

Le collectionneur est un tueur d’un nouveau genre : il tend des pièges machiavéliques et ultra violents à ses proies, trucide et parfois torture toutes les personnes présentes dans le lieu auquel il s’attaque, et repart avec un seul individu – pour enrichir sa collection, ou s’en servir comme appât pour son massacre suivant.

Mutilé et traumatisé, Arkin, l’une des précédentes victimes du collectionneur, va parvenir à s’extirper des crocs de ce super prédateur. Mais alors qu’il aurait pu tourner le dos à ce cauchemar une bonne fois pour toutes, il va accepter d’aider un petit groupe de mercenaires, payés par un milliardaire dont la fille a été kidnappée par le collectionneur. Et Arkin retrouvera effectivement l’endroit où se terre le tueur : un bâtiment désaffecté, immense et labyrinthique. A l’intérieur ? Des horreurs absolument inimaginables…


Avis d’Oli :
Marcus Dunstan, le réalisateur, n’est pas n’importe qui dans le petit monde de l’horreur. Il a en effet participé à l’écriture de plusieurs SAW (la plupart sont plutôt sympas si on aime le genre), de la fabuleuse série FEAST et il a aussi réalisé quelques petits trucs pas dégueulasses (enfin façon de parler) comme THE COLLECTOR, en 2009 – son premier long métrage. Le film en question est, pour moi, l’une des meilleures surprises post-SAW : une maison truffée de pièges assassins, un tueur effrayant, quelques scènes de torture qui font mal, un rythme de dingue, une atmosphère irrespirable et des personnages réussis. L’histoire de ce voleur qui va tomber sur un psychopathe en pleine cession de torture sur une famille entière est absolument passionnante. Si THE COLLECTOR ne semble rien inventer, il recycle et mélange bien les genres et, au final, cette grotesque nerveuse accouche bel et bien d’un affreux rejeton qui marque – au fer rouge (pour faire plaisir au collectionneur).

the collection 2012 image 02
Avec THE COLLECTION, Marcus Dunstan remet le couvert et parvient une nouvelle fois à surprendre malgré le genre abordé, vu et revu, et que je qualifierai poliment d’espèce d’éculé ! On retrouve les deux personnages principaux du titre précédent, c’est-à-dire Arkin, l’antihéros qui avait donné tant de fil barbelé à retordre au grand méchant dans le premier film, et bien évidemment le collectionneur, tueur et psychopathe surdoué qui reprend du sévices pour l’occasion. La puissance du collectionneur sera ici poussée à son paroxysme, à tel point qu’il ressemblera, parfois, à un véritable super vilain – pendant des super héros dans l’univers Marvel, par exemple. inarrêtable, démoniaque, doué dans tous les arts du meurtre et de la guerre (close combat, armes à feu…) et doté d’une intelligence qui frise le génie. En un mot comme en sang : il est époustouflant. La première scène du film donne d’ailleurs le ton : le collectionneur va s’infiltrer dans une boîte de nuit, trucider tout le monde (au bas mot une centaine de personnes !) et repartir, comme il le fait d’habitude, avec une seule proie pour enrichir sa « collection ». Ce côte carrément too much et parfaitement assumé constitue l’âme même du film. Hannibal Lecter et Jigsaw peuvent aller se rhabiller : ils ne boxent pas dans la même catégorie !

the collection 2012 image 03
Over the Top, oui. THE COLLECTION va tout oser et ce que THE COLLECTOR nous proposait, sa suite va le reprendre et le démultiplier à l’envi : des pièges plus gros et plus nombreux, des victimes par dizaines, une bâtisse cent fois plus grande que la précédente et pas mal de clins d’œil délicieux, depuis les films de zombies jusqu’au classique ALIENS de James Cameron – puisque le héros malheureux du premier film, qui va parvenir à s’échapper, va accepter de retourner dans l’antre du collectionneur accompagné par une petite escouade de mercenaires (en lieu et place des marines de Cameron) afin de sauver la fille d’un milliardaire.

the collection 2012 image 04
Alors bien évidemment, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : THE COLLECTION, ce n’est pas du grand cinéma, et quelques détails, aussi bien sur le fond (crédibilité de l’histoire) que sur la forme (quelques ralentis grossiers) risquent de faire grincer des dents. Mais si vous cherchez un divertissement sanglant qui ménage bien son suspense, sait rendre ses personnages attachants et qui mélange astucieusement les genres (action, horreur, thriller, torture, slasher…), faites confiance à Marcus Dunstan et à son collectionneur malade : THE COLLECTION est un très bon film, qui prend aux tripes (euh…mais vraiment) et qui risque de vous faire tourner la tête – estimez-vous heureux car certains personnages, eux, la perdent…

note75

the collection 2012 image 07


The-Collection-2012Titre : The Collection
Année : 2012
Durée : 1h22
Origine : U.S.A
Genre : le collectionneur reprend du sévices
Réalisateur : Marc Dunstan
Acteurs : Josh Stewart, Emma Fitzpatrick, Christopher McDonald, Lee Tergesen, Tim Griffin, Andre Royo, Randall Archer, Shannon Kane, Brandon Molale, Erin Way, Johanna Braddy, Michael Nardelli, William Peltz, Daniel Sharman, Justin Mortelliti


the collection 2012 image 01
the collection 2012 image 09

Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège).

Comments

Add a Comment
  1. Je me rend compte que j’ai un des 2 films, The Collector je crois, et je me suis jamais lancé dedans car j’avais toujours l’impression qu’il allait s’agir d’un énième film d’horreur façon Saw justement. Vu que tu as chroniqué le 2ème, pareil je me tente le premier histoire que le s2 soient chroniqués en ces lieux ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *