[Semaine Zombies] Jour 1 – Wyrmwood : Road of the Dead (2014)

L’étrange météorite a l’origine de l’épidémie zombie a rendu tout pétrole et gaz inutilisable. Les véhicules ne peuvent plus être utilisés. Toutefois, le souffle des zombies s’avère capable de générer une énergie renouvelable : le fuel zombie. Après quelques modifications apportées à un 4×4 et un harpon installé sur son toit, notre héros est parfaitement équipé pour chasser la nouvelle énergie zombie.


Avis de Cherycok :
Il est intéressant de voir que dans le nombre hallucinant de productions zombiesques sortant chaque année, peu au final essaient de nous proposer quelque chose de nouveau, de différent, de novateur. Je ne parle pas là de délires complètement WTF comme on peut en voir chez The Asylum et consort (guettons de près Iron Sky 2 tout de même et son Hitler zombifié chevauchant un T-Rex), mais bel et bien de nouvelles idées histoire de renouveler un peu le genre. Et les seuls qui ont les cojones d’oser quelque chose, ce sont très souvent les très petits budgets, les indépendants. Je vous avait déjà parlé de l’excellent The Battery, qui du haut de ses 6000$ de budget en avait étonné plus d’un en centrant son film sur le quotidien des survivants plutôt que les zombies. Voici que nous arrive tout droit d’Australie un certain Wyrmwood : Road of the Dead qui, sans être aussi au point que le titre cité précédemment, réussit le pari de sortir du lot.

La conception de Wyrmwood : Road of the Dead n’aurait pas été de tout repos. Budget minuscule, production qui aura duré quatre ans, la mère du réalisateur Kiah Roache-Turner a même dû sacrifier son garage pour les besoins du film. De dernier a même du lancer une campagne Indiegogo pour financer la post-production de son film en demandant aux gens de bien vouloir l’aider à récolter la somme de 10000$ pour enfin pouvoir sortir son petit bébé. Pari réussi en très peu de temps. Il faut dire qu’ils ont fait les choses comme il le fallait et l’extrait de 7 minutes apparu en 2013 sur la toile annonçait quelque chose de vraiment fun, sorte de croisement entre le film de zombie, pour les zombies donc, et Mad Max pour le coté bagnoles customisées / armures improbables, à tel point que la bande annonce du film a été le temps de quelques jours la plus vue sur iTunes.
Depuis, Wyrmwood écume les différents festivals (Toronto, Texas, Busan, Sitges, Stockholm), faisant à chaque fois son petit effet auprès des festivaliers. Le voilà qui déboule désormais un peu partout en VOD, dans certains cinémas (pas encore chez nous à l’heure ou j’écris ces lignes) et sans doute prochainement en DVD / Bluray. Attention, ca va saigner !

Alors, qu’on le dise clairement, Wyrmwood : Road of the Dead n’évite clairement pas bon nombre de clichés qu’on retrouve dans la plus part des productions zombiesques depuis de nombreuses années, à commencer par une trame générale au final des plus classiques. Son coté cheap (mais pas foireux) dû au faible budget risque également de rebuter les plus frileux.
Mais il se dégage du film quelque chose de bien particulier, une certaine dose de fun complètement assumé, avec par exemple ce personnage de docteur complètement… barré, affublé d’une combinaison antiradiation et aimant se lancer dans des petites danses avant ses expériences sur les humains qui ont osé résister au virus zombie ; ou encore le sidekick du héros à la tronche et coiffure pas possible.
Mais au final, c’est l’ensemble du film qui tient bien la route. La mise en scène est plutôt chiadée, les images sont belles, l’humour bien présent, l’ambiance assez particulière avec des scènes malgré tout bien méchantes et parfois très gores. Et bien entendu comme dis un peu plus haut, des idées qui sortent un peu de l’ordinaire. Le gros délire des zombies recrachant une sorte de gaz que les héros vont utiliser comme carburant, avec pour le coup la première voiture alimentée par des zombies, est vraiment des plus funs. L’autre a déjà été aperçue dans la série Z-Nation de chez Syfy sortie fin 2014, à savoir un humain qui, après des expériences à base d’injection de sang contaminé, acquiert le pouvoir du contrôle des zombies. Non pas que cette idée soit vraiment originale en soit, mais elle permet de chouettes scènes comme par exemple lors du final.

Alors pour être entièrement honnête, Wyrmwood : Road of the Dead m’a au final un peu déçu, le côté Mad Max n’étant à mon avis pas assez poussé. Mais franchement, devant tant d’implication de la part de l’équipe du film qui se ressent à chaque seconde, devant l’énergie et le fun qui se dégage du film et qui nous donne sur bon nombre de scènes ce petit sourire en coin, on ne peut que saluer le travail effectué et espérer que le film fonctionne. Parce que oui, Kiah Roache-Turner a du talent. Alors une suite avec un peu plus de budget, moi je dis oui !

Note :



Titre : Wyrmwood : Road of the Dead
Année : 2014
Durée : 1h38
Origine : Australie
Genre : Zombies post-nuke
Réalisateur : Kiah Roache-Turner

Avec : Jay Gallagher, Bianca Bradey, Leon Burchill, Catherine Terracini, Meganne West, Luke McKenzie, Berynn Schwerdt, Yure Covich, Cain Thompson, Beth Aubrey, Sheridan Harbridge

 Wyrmwood (2014) on IMDb


Galerie d’images :

Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

3 Comments

Add a Comment
  1. Une bonne petite surprise dont le petit budget n’a pas empêché le réal de faire du bon boulot, ça a de la gueule c’est certain (mais j’aime pas quand le scientifique il danse lol).

  2. Une putain de bonne tuerie bordel de nom d’une pipe !
    La mise en scène se donne les moyens avec d’excellents mouvements de caméras bienvenus, des acteurs qui ne jouent pas faux, et une histoire qui tente quelques idées sympas et originales.
    J’adore la scène avec la voiture et les armures (Mad Max style, c’est pas australien pour rien), l’humour y est décapant, puis la p’tite idée délirante du “carburant”.
    J’ai juste trouvé le final un peu longuet, mais bon dieu que je me suis éclaté comme un fou avec ces effets gores fort bien réussis.

  3. Oui, c’est un chouette petit film de zombies. Même si je suis moins enthousiaste que toi dessus, j’ai passé un très chouette petit moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *