[JV] The Sinking City (2019, PS4)

Le jeu se déroule dans la ville fictive de Oakmont, Massachussets, envahie par les eaux et par des créatures étranges, où y règne le culte de Cthulhu. Charles Reed, détective, se rend sur place pour mener l’enquête sur ses visions.


Avis de Rick :
Lovecraft et moi, c’est une longue histoire d’amour depuis que j’ai découvert très jeune ces nouvelles. Le Cauchemar d’Innsmouth reste encore aujourd’hui ma nouvelle préférée, et je peux vous assurer que le recueil de nouvelle la contenant fait la gueule, j’ai même du rescotcher certaines pages. Lovecraft, quand on l’adapte, on a un peu de tout. Dans le monde du cinéma, il y a à boire et à manger, du petit budget et du plus confortable, de l’adaptation libre et à l’adaptation fidèle, en passant par les œuvres hommages. Stuart Gordon et Brian Yuzna se sont un peu spécialisés dans les adaptations, souvent assez libres (Re-Animator, Frombeyond, Dagon, Le Cauchemar de la Sorcière, Castle Freak), mais d’autres réalisateurs adaptent encore et toujours l’auteur, comme l’Italien Ivan Zucon, souvent avec un budget ridicule, mais un amour certain pour cet univers. Dans le monde du jeu vidéo, Lovecraft à la côte depuis un moment. Entre un Call of Chtulu finalement décevant, très directif et surtout très court (un petit 6 ou 7h en prenant son temps), un Rogue-Ligue avec Lovecraft’s Untold Stories, voilà donc The Sinking City, développé par le studio Ukrainien Frogwares, que l’on connait bien pour les jeux d’enquêtes Sherlock Holmes. Ça tombe bien, puisqu’ici, on joue un détective durant les années 20, et pas mal de mécaniques sont partagées entre les deux univers. La recherche d’indices, le fait de les relier entre eux, reconstruire des événements du passé. Mais gros changement, Frogwares s’est lancé avec The Sinking City dans le jeu Lovecraftien à forte ambiance, et surtout dans un monde ouvert, la ville fictive de Oakmont.

Et étonnement, malgré pas mal de défauts, notamment techniques, The Sinking City ne se sera pas tant fait plomber que ça par la soit disant presse spécialisée. C’est étonnant. Oui, car The Sinking City n’est pas un AAA déjà, c’est un jeu moindre, au budget moindre, mais avec des ambitions hautes. Et du coup forcément, au niveau technique, ça ne tient pas la route, et on a souvent l’impression de voir un jeu de la génération précédente. Certes, depuis il y a eu des patchs, mais certains défauts sont toujours là. En vrac, quelques retards d’affichage, des PNJ qui semblent parfois paumés et ne savent pas où aller, et même une fois, un PNJ qui se sera retrouvé dans une maison, bloqué contre la porte, à tel point que j’aurais flippé, pensant à un ennemi de dos qu’il fallait abattre. Mais ce n’est pas tout, puisque l’on pourra signaler dés que l’on va dans les menus du jeu un petit temps de chargement de quelques secondes avant de s’afficher vraiment, quelques rares chutes de framerates. Rares oui, mais à signaler. Mais ce n’est pas tout, puisque graphiquement, The Sinking City n’est pas le top du top. Certaines textures sont un peu crades, le jeu a quelques soucis de collisions dans certaines pièces, les animations faciales ne sont pas au top, et on pourra également citer les animations générales lorsque l’on marche ou court, rigides au possible. Ça fait beaucoup de défauts oui techniquement.

Heureusement, au delà de ces nombreux défauts, le jeu a beaucoup plus à proposer. Dés la cinématique d’ouverture d’ailleurs, on est plongé dans une ambiance étrange, parfois glauque, lourde, et extrêmement influencée par Lovecraft, puisque la ville d’Oakmont est à moitié submergée par les eaux, que certains habitants vénèrent des anciens Dieux, que l’on a des visions d’horreur qui nous font souvent nous évanouir, et qu’une partie de la population sont des réfugiés venus ici après l’arrivée de la police à Innsmouth. Oui rien que ça. Du coup dés les premiers instants, le fan de Lovecraft et de ce genre d’univers est aux anges. On passe outre les défauts pour s’immerger dans le jeu (et dans les eaux), face à une intrigue plutôt bien écrite, bien que sans doute manquant un peu de surprises pour le connaisseur. Mais prenante malgré tout, surtout que le jeu propose au-delà de son intrigue de base quelques enquêtes annexes, qui monteront la durée de vie du titre aux 25 heures environ. Point faible à mes yeux, le jeu n’est disponible qu’avec des doublages français, et si pour la plupart, ils restent convaincants, certains laissent à désirer. Mais bon, revenons à nos moutons. Nous jouons le détective Reed qui arrive à Oakmont pour comprendre l’origine de ses visions. Sur place, il va devoir travailler pour certaines personnes qui pourront lui fournir des réponses, et il va tomber sur des mystères beaucoup plus complexes que prévu dans la ville à moitié submergée suite à une catastrophe plus ou moins naturelle.

Le jeu se découpe donc en plusieurs phases. La principale étant bien entendu la phase d’enquête. Tout au long des différentes affaires formant l’intrigue principale, nous allons devoir explorer la map, parler à des PNJ, chercher des indices, et recoller les morceaux. Les connaisseurs des jeux du studio sont en terrain connus donc, mais il faut avouer que The Sinking City a quelques points bienvenus qui s’ajoutent à son gameplay, le premier était la relative liberté d’action. Imaginons que lors de notre enquête, nous trouvons des indices comme quoi quelqu’un a été blessé par balle à l’épaule. Le jeu ne nous guidera pas, et ce sera à nous d’avoir la jugeote d’aller à l’hôpital pour chercher des patients avec ce genre de blessures. Si l’on cherche quelqu’un récemment marié, ce sera à la Mairie qu’il faudra vérifier pour trouver le registre et l’adresse du suspect. Via cet aspect, The Sinking City ne nous prend pas par la main, et c’est assez rare pour le souligner. Aucun point sur la map sauf ceux que l’on ajoute nous même, aucun tracé à l’écran nous indiquant s’il faut tourner à gauche ou à droite. À nous de bien lire les notes, de trouver les points d’intérêts, de les ajouter nous même en cherchant sur la carte les bonnes rues dans les bons quartiers. Dommage il faut avouer par contre que ce monde ouvert ne possède pas plus d’interaction, beaucoup de bâtiments étant fermés et pas mal de PNJ, lorsqu’ils ne sont pas buggés, se contentant d’avancer dans les rues. Mais rien de vraiment dommage, dans le sens où finalement, la ville de Oakmont n’est pas si grande que ça, et que la moitié de cette ville est submergée, nous demandant donc de faire certaines rues sur un bateau.

La partie enquête fonctionne plutôt bien, malgré un côté peu punitif, puisque lorsque le joueur devra relier les indices, il est impossible de se tromper, les choix ne fonctionnant pas tant que l’on ne lie pas les bons indices ensembles. Certains choix, souvent en fin des enquêtes, nous amèneront dans une direction ou vers l’autre, mais rien de franchement punitif au final, ni pour la structure générale, ni pour la fin du jeu, qui contient d’ailleurs trois fins différentes. Mais voilà, pour peu que l’on aime l’ambiance, on se retrouve plongé dans ces enquêtes, dans cette histoire résolument sombre et bien écrite. Malheureusement, à côté, il y a un élément bien moins intéressant, à savoir la partie action du titre. Car qui dit Lovecraft dit créatures étranges venues de la mer. The Sinking City respecte le cahier de charge de la parfaite aventure du genre, et nous croiserons lors de nos missions et aussi lors de nos explorations dans certaines zones contaminées diverses créatures, allant du « petit crabe » à l’humanoïde en passant par la créature faisant 3 fois notre taille et au monstre à tentacule. Le souci, c’est que le gameplay niveau action est franchement moyen. On trouve des armes, allant du pistolet au fusil à pompe, en passant plus tardivement par la mitrailleuse, mais tirer à l’arme à feu ne procure aucune sensation, la visée est lente et souvent laborieuse vu que les créatures elles sont très mouvantes. On aura bien la possibilité du combat au corps à corps avec une pelle, mais rien de bien emballant non plus.

Certes, le cœur du gameplay n’est pas dans ses combats, et certains peuvent être évités, mais c’est un peu dommage. Et plus vous rencontrez de créatures ou d’éléments étranges, plus votre barre de folie va augmenter, ce qui va faire dérailler votre personnage. Apparitions de monstres qui sont là, ou pas, images en surimpression sur l’écran, voir même votre personnage qui ne va alors plus vous écouter et tenter de se tirer une balle dans la tête. Le concept aurait pu aller plus loin, mais en soit, c’est plutôt sympathique et bien dans l’esprit de Lovecraft. Vous l’avez compris en tout cas, dans les faits, The Sinking City alterne clairement le chaud et le froid. Son ambiance est absolument géniale, son écriture soignée, le fait de se débrouiller dans la marche à suivre fait grandement plaisir et ne nous prend pas par la main. L’aventure est longue, satisfaisante et plaisante sur la durée. Mais à côté de ça, il y a pas mal de défauts techniques, et quelques éléments auraient mérités un peu plus de finition, notamment le gameplay action. Si la ville de Oakmont est réaliste et plongée dans une ambiance lourde et sombre, on aurait aimé également plus d’interaction dans ce monde. Est-ce que ça fait de The Sinking City un jeu bancal ou raté ? Pas vraiment au final, car le cœur du jeu est vraiment dans son ambiance, réussie. Du coup, si l’on est clairement le genre de joueurs visé par cette expérience, The Sinking City est une très bonne expérience. Les autres joueurs seront sans doute plus gênés par les défauts du titre, et le trouveront donc moyen, ou décevant. Mais rien de catastrophique.


GRAPHISMES
On ne va pas mentir, graphiquement, ce n’est pas le top du top. Les animations non plus ne sont pas toujours au top, et il y a quelques petits bugs. Mais le jeu possède une vraie ambiance qui pourra plaire.
JOUABILITÉ
Explorer Oakmont se fait avec plaisir, et les enquêtes également. On ne dira pas la même chose des moments plus axés action, qui ont un gameplay assez lourd et maladroit.
DURÉE DE VIE
Un bon 25h pour obtenir le 100%, un peu plus pour compléter toutes les quêtes annexes facultatives. L’aventure en ligne droite devrait vous tenir entre 15 et 20h par contre.
BANDE SON
Une bande son atmosphérique très réussie. Malheureusement seul le doublage français est disponible, et tous les personnages ne sont pas convaincants.
CONCLUSION
The Sinking City a des défauts, même des gros, niveau technique (graphismes, quelques bugs, des PNJ paumés, affichage parfois tardif), gameplay (les passages d’action), mais à côté, il délivre exactement ce que l’on attend de lui, en terme d’histoire, d’ambiance poisseuse et j’en passe. Si c’est ce que l’on attend de lui, bonne pioche, meilleure que le récent Call of Chtulhu.

note8



Titre : The Sinking City
Année : 2019
Studio : Frogwares
Editeur : Bigben Interactive
Genre : Oh Lovecraft, je t’aime

Joué et testé sur : Playstation 4
Existe sur : Playstation 4, Xbox One, PC, Nintendo Switch
Support : un disque


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

22 Comments

Add a Comment
  1. Alors il n’est pas encore sorti sur Switch, même si tu le mentionnes dans les plate formes.
    Et j’avoue qu’avec les bugs et autres soucis du jeu, ça ne me rassure pas sur la viabilité du portage du jeu sur la Nintendo…
    Mais sinon c’est un jeu que j’aimerais bien faire^^

  2. Oui, le portage est prévu, je ne sais plus pour quand, mais il viendra. Faudra que je le relance déjà pour voir s’il y a eu des mises à jour sur la play. Plus le jeu sera stable de manière générale, plus le portage en sera facilité je pense. Il y a moyen de faire un bon portage, s’il gère le moteur du jeu. Après, les bugs ne sont pas si honteux que ce que j’ai lu un peu partout, peut-être qu’en me lançant quelques jours après la sortie dedans, j’ai déjà eu des patchs correctifs installés automatiquement à l’installation.
    Le jeu est en tout cas très sympathique lorsque l’on aime l’univers de Lovecraft, il y a une ambiance très particulière et prenante.

    1. L’unreal engine 4 est en général bien supporté partout. Le moteur vieillit mais il offre un bon rapport qualité/performances.
      Hellblade tourne sous Unreal Engine 4 et il est classe sur Switch malgré le downgrade.
      Mais si les devs ne savent pas trop le gérer…
      Enfin j’ai lu ici qu’ils étaient contents du résultat sur Switch (mais bon…d’un autre côté ils ne diront jamais qu’ils sont dégoutés du résultat de leur taf^^)

      http://www.nintendolife.com/news/2019/08/feature_frogwares_on_porting_the_sinking_citys_open_world_lovecraftian_horror_to_switch

  3. C’est vrai que même s’il est vieillissant maintenant, c’est pas un mauvais moteur du tout, on peut faire du super trucs avec. Après ça dépend aussi de l’univers créé (monde ouvert ou pas, distance d’affichage, tout ça).
    On verra bien le résultat, si tu le testes, ce sera sur Switch, j’attendrais donc tes retours sur ce portage ^^

  4. “On aura bien la possibilité du combat au corps à corps avec une pelle”

    Mais c’est trop bien ça^^
    On peut pas donner assez souvent de coups de pelle dans les jeux^^ C’est rarement une arme. Je veux donner des coups de pelle !!

    Ahem…nan sans déconner je verrai ça sur Switch quand il sortira.
    Mon prochain achat c’est Remothered (qui a été décalé) le 30 aout.

  5. Dés que c’est possible, j’ai plus utilisé la pelle dans le jeu que les armes à feu. Les munitions descendent vite et les sensations des gunfights sont vraiment pas terribles, le gros point faible du titre à mes yeux. Bon après face à un monstre géant ou un mec armé d’une mitrailleuse, je prend les armes hein, je délaisse la pelle je suis pas fou !

    Au moins, la Switch a un bon catalogue varié par des développeurs de tout horizons, contrairement à la Wii-U, très pauvre niveau jeux.
    Remothered, j’ai commencé ma critique, il me reste donc 10 jours pour la poster et trier mes captures ^^

    1. Un vieux jeu PC que j’adorais malgré plein de soucis (angles de caméras à la RE avec un personnage qui peut tomber et mourir comme un caca contrairement aux RE où le perso est “bloqué” dans le décor pour éviter les chutes avec ce type de contrôles et caméra), c’était Nocturne :

      https://www.youtube.com/watch?v=pbfx2vTKkYk

      L’ambiance et l’hommage aux vieux films était juste trop cool. La VF un peu naze mais bon…malgré les gros défauts de gameplay et sérieuses difficultés (merci la sauvegarde rapide^^, sans quoi le jeu serait infaisable)
      Bref je connais le jeux imparfaits mais qu’on aime quand même.
      Et on pouvait taper des zombies à coups de pelle ^^

  6. Oui je connais Nocturne ^^ Après parfois, ça joue à peu, tu peux avoir un truc bien foireux dans un jeu mais tout le reste à côté qui a une ambiance particulière, ou juste qui te parle, et voilà, coup de coeur. Tant que l’on reconnait malgré tous les défauts du titre, tout va bien.

  7. Bon…il sort le 12 sur Switch.
    Mais j’attendrais les critiques.
    Parce qu’apparemment Remothered est un portage honteux, une bouillie de pixels infecte avec un downgrade qui rend tout flou et qui râme en plus.
    Le portage, c’est un métier hein.
    Amusant quand on voit comme Hellblade tourne bien. Les devs de Remothered ne savent donc pas faire de portage…

    Alors Sinking city, je vais attendre de voir aussi ce que ça donne…

  8. Oui j’ai lu que le portage de Remothered était très sombre et ramait très rapidement dés que des ennemis te poursuivent. À voir si le portage a été fait par l’équipe même ou par un studio tierce comme c’est parfois le cas.

  9. Ayé je l’ai pris^^
    Bon là le portage a l’air bon. J’espère que je vais aimer.

  10. Bon ben nickel. Après, comme il y a au final beaucoup de lieux où les portes sont fermées, l’aspect “portage d’un monde ouvert” reste plutôt limité. Donc heureusement qu’ils se sont pas plantés. Même si en repensant (et en revoyant mes captures de Remothered), je me dis que là ils ont chiés dans la colle pour le coup.
    Maintenant oui, à voir si tu adhères à l’ambiance, l’histoire, et le côté enquête du jeu ^^

    1. Non mais Remothered ça ressemble à un effort désespéré des devs (qui ont fait le portage eux mêmes) de choper un peu de pognon avec ceux qui vont acheter le jeu day one sur Switch. Parce que franchement…c’est hideux (alors que la console peut largement supporter les graphismes de Remothered qui ne sont pas foufous) et ça semble injouable aussi.

      Sinking City, j’avance un peu.
      Punaise le combat c’est tendu. Les ennemis encaissent les balles comme si c’était des cailloux…
      Je me retrouve à m’enfuir dans les rues quand je peux éviter la combat.
      Après ça me choque pas plus que ça, c’était déjà un peu le principe d’un Silent Hill ou il ne valait mieux pas passer son temps à combattre.
      Là ou j’ai halluciné par contre c’est contre des ennemis qui n’attaquent pas directement mais font de la fumée et plonge tout dans le noir. Enfin du moins je crois, j’ai pas trop pigé ce qui se passait, c’était bien WTF comme affrontement, j’y voyais plus rien, j’ai cru que mon perso devenait fou…

      Là je cherche la vieille mère de “face de singe” qui a volé un miroir^^ Quête secondaire. Dans la quête principale, je viens juste de plonger sous l’eau pour retrouver une expédition dans une grotte.

      1. Ce qui est dommage, car oui même si c’est pas foufou, le jeu reste quand même beau. Pour moi c’est même un très bon survival en tout cas, car ça retourne un peu au survival à l’ancienne mais sans chercher forcément à copier ce qui se faisait avant (jouer sur la nostalgie, tout ça). Et l’histoire était cool. Mais bon, du coup, pas un jeu pour toi à moins qu’ils demandent de l’aide à des dev tiers via des patchs, si les retours sont si désastreux.

        Ah oui j’ai détesté les combats de Sinking City, je le dis bien dans ma chronique, pour moi c’est raté, niveau sensations déjà, et même, la visée avec certains monstres rapides ou qui font bien mal d’un coup. Mais oui déjà dans les Silent Hill ou tout bon survival, les combats sont à éviter dés que possible et le gameplay à ce niveau jamais ouf.
        Haha, je me souviens de ses ennemis. Ça fait bizarre la première fois. Mais j’aime bien, ça amène un peu d’originalité. Par contre parfois, ton personnage peut perdre pied et avoir des hallucinations. Et si tu perds vraiment vraiment pieds, les hallucinations peuvent faire mal !

        La quête du miroir, je l’ai terminé assez tard, vers la fin du jeu au final. Je me perdais un peu dans les quêtes secondaires donc après 15h de jeu j’ai décidé de me recentrer un peu. J’aime beaucoup ce passage sous l’eau en particulier, pour quand tu découvres la grotte justement. Là ça m’a bien rappelé Lovecraft encore une fois.

        1. Ouais je me suis pris un coup de tentacule plein de griffes dans la gueule avant de comprendre que j’hallucinais…
          Niveau ambiance ça va, rien à dire.
          Et oui ces bestioles qui nous plongent dans le noir m’ont vraiment fait un effet bizarre. Alors pour le coup ça fait bien Lovecraft aussi ça, de rien piger aux phénomènes paranormaux qui se produisent^^ J’ai cru que j’allais crever, ça devenait n’importe quoi^^

          Je ne “déteste” pas les combats pour l’instant. Après ça va dépendre je pense si on t’oblige ou pas à te battre selon la situation. Mais les vieux survival horror comme Silent Hill, c’était pas facile de combattre non plus et c’était voulu.
          Si on te laisse le choix de fuir ça va.
          Par contre en effet dans les endroits où on doit ramasser des preuves et enquêter, on est obligé de buter les bestioles. C’est là que ça risque de poser souci quand elles sont trop coriaces^^

          Mais bon pour l’instant j’aime bien. Les reconstitutions des visions ne sont pas bien compliquées cela dit. Et on peut recommencer autant de fois qu’on veut. ça fait un peu gadget.

  11. Premier boss, la mère pondeuse ou je ne sais pas quoi : ouch, j’suis mort 5 fois…
    Pas bien compliqué en fait mais punaise notre personnage est en sucre ! A peine 2 trucs qui explosent à côté de nous et on bouffe les pissenlits.
    je pense qu’en choisissant bien les améliorations de perso ça peut aller mieux. De la vigueur, de la vie, et des armes qui font plus de dégâts (voir aussi de l’XP supplémentaire)

    ça me plait bien en tous cas^^ Au début la première heure de jeu, j’ai eu un doute. Mais là ça devient intéressant avec toutes les factions rivales dans la ville (le KKK dont je viens de buter un chef, l’OED, les grandes familles, les réfugiés d’Innsmouth, etc.)
    Et le combat, ma foi…on fait avec^^

  12. Eh, t’es sûr que t’as que la VF sur PS4 ?
    Sur Switch on peut passer le jeu en anglais. Avant de lancer une partie, dans le premier menu.
    C’est pas de la VO sous titrée français, c’est en full anglais, mais je pense pas que ça te dérange toi.

    Enfin si c’est juste possible sur Switch ça me ferait halluciner quand même. Déjà dans Skyrim on a le choix des langues sur Switch^^

    1. Désolé du retard de réponse, je suis bien malade en ce moment (mais warrior, je file quand même tous les jours au taf comme un grand).

      L’ambiance du titre j’adore, même si on pourra dire que l’ambiance sonore est un peu répétitive et que ça manque sans doute de thèmes marquants, mais ça ne m’a pas dérangé.
      Ben oui, surtout qu’au final, ça respecte aussi un point de l’oeuvre de Lovecraft, où souvent, le fait de voir les monstres fait soit s’évanouir les personnages, soit ils tombent dans la folie. Du coup, le jeu respecte ça (sans l’évanouissement à chaque fois, sinon le jeu serait vite chiant mdr)

      Il y a certaines zones, notamment oui là où il y a des énigmes ou des scènes à reconstituer où tu ne peux pas fuir les combats. Bon, ça va encore, c’est juste que pour moi c’était assez laborieux et pas hyper passionnant. Après, donner le coup de pelle, ça reste sympa, mais les armes à feu, bien que plus puissantes sur la fin avec fusil et mitrailleuses, aucun impact je trouve.

      Et oui, les reconstitutions c’est relativement simple et tu ne peux pas avoir d’échec, donc peu difficile.

      Ah ce boss pourtant je n’avais eu aucun souci moi, étonnement. Le seul moment où j’ai vraiment galéré au final, c’était vers la fin, dans un passage sous marin en particulier.
      Je n’ai pas vu de grandes différences par contre au niveau de l’arbre de compétences, en tout cas niveau vie et tout. C’était un ajout sympa même si clairement encré dans notre époque (il faut mettre des arbres de compétences partout).
      Dés que j’ai entendu parler de l’OED, moi j’ai eu un grand sourire en coin. Fin connaisseur de l’univers de Lovecraft, donc chaque élément de l’univers venait limite me brosser dans le sens du poil, mais avec il est vrai une grande qualité d’écriture, contrairement à d’autres titres du genre (Call of Chthlu pour ne citer que lui).

      Pour la VO, je vérifierais en rentrant du taf tout à l’heure si un patch ne l’aurait pas rajouté depuis, mais j’avais fouiné partout (c’est en général le premier truc que je fais en lançant mes jeux. Et quand j’oublie, j’arrête cash lors des cinématiques d’ouvertures en VF pour retourner au menu et changer ça). Skyrim je confirme que sur PS4, VF only. Pas juste sur la Switch a droit aux VO 🙁

      1. Les monstres qui me posent souci moi ce sont les gros qui font ta taille, avec plein de bras, et qui vont vite en plus. Si t’es coincé dans un couloir, c’est fichu. 2 coups et t’es mort, et le machin est à sac de PV !
        3 grenades, 2 tirs de pompe, même pas encore crevé…
        Ils me font peur^^ En plus ils rentrent dans le sol et ressortent ailleurs. pas tendre les ennemis. Bon après je suis en mode normal. J’ai vu qu’il y avait un mode facile pour les combats^^ (et des modes de difficultés séparés pour les enquêtes)

        Je vois quand même une différence avec l’arbre de compétences moi. Le coup de pelle tue en un seul coup les stygiens (les sortes d’araignées là, les plus durs à viser avec un flingue et que je tue donc à coup de pelle^^) Alors qu’avant les améliorations, il en fallait 3 coups de pelle…
        Les améliorations qui permettent de gagner plus vite de l’XP ou de porter plus d’objets sont quand même bien utiles.

        Là je viens de tuer Blackwood (sans le vouloir. je l’ai laissé faire son rituel sur moi pour qu’il me “soigne” mais mon perso a été possédé par je ne sais quelle entité obscure et il a tué Blackwood…)

        Euh…soigne toi bien sinon^^

      2. Le combat, à force d’entendre partout que c’est nul, je m’attendais à pire^^ ça reste rigide mais dans la lignée de pas mal de survival horror. C’est jamais passionnant non plus de se battre dans un Silent Hill, et on ne se sent jamais puissant.

      3. Rick, je n’ai pas ce jeu donc je n’ai pas pu essayer… Mais tu sais que certains jeux ne passent en anglais que si ta console est paramétrée en anglais ? Ça vaudrait le coup d’essayer.

        1. Alors là pour le coup même pas besoin de se donner la peine de passer la console en anglais sur Switch. Il y a l’option dans le menu.
          Je serais surpris quand même qu’on ne puisse pas faire pareil sur PS4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *