[Film] L’Invasion Vient de Mars, de Tobe Hooper (1986)


Un jeune garçon passionné d’astronomie essaie d’arrêter l’invasion de sa ville par des aliens qui s’emparent de l’esprit de ses habitants en contrôlant l’esprit humain au moyen d’un implant situé dans le cou de leurs victimes. Avec l’infirmière de son école, le garçon va tenter d’alerter et obtenir l’aide de l’armée américaine.


Avis de Rick :
Ahlala, le cas Tobe Hooper, un cas d’école passionnant. Surtout cette période de milieu des années 80, puisqu’il y eu un avant et un après, et que Tobe Hooper, en l’espace de seulement trois projets, mit la Cannon Films dans une situation compliquée dont ils ne sortiront jamais. Car après le succès de Poltergeist en 1982, produit par Steven Spielberg, Tobe Hooper signe donc un contrat de trois films avec la Cannon, qui sortiront entre 1985 et 1986. Le premier sera un de leurs films les plus couteux, à savoir Lifeforce. Film que je détestais enfant, et que j’ai appris à aimer lors de sa sortie Blu-Ray. Ce n’est pas génial, mais c’est tout à fait sympathique, bourré d’idées. Le film est un échec au box office, ce qui n’empêche pas Tobe Hooper de signer ses deux autres films pour la Cannon en 1986. Le premier sera Massacre à la Tronçonneuse 2, film bénéficiant d’un culte auprès des fans et que je déteste toujours autant, et L’Invasion Vient de Mars, que je n’avais jamais vu. C’est à présent chose réparée. Ce qui étonne, c’est que en 1985, Hooper livrait avec Lifeforce, écrit par Dan O’Bannon, un film de science fiction sérieux, sombre et adulte, contenant du sang, des vampires de l’espace, Mathilda May nue quasi tout le film, et beaucoup de cadavres momifiés. Et en 1986, avec L’Invasion Vient de Mars, et toujours avec Dan O’Bannon au scénario, il en livre l’opposé, à savoir un film de science fiction familial, vu à travers les yeux d’un enfant. Ce qui explique sans doute l’échec du film à sa sortie, et le fait que le film fut souvent incompris. Car vous savez quoi ? Ben c’était très sympa L’Invasion Vient de Mars. Très imparfait, notamment la faute à quelques erreurs de casting, mais tout à fait sympathique et recommandable.

Remake d’un film culte de science fiction des années 50, Hooper se la joue remake oui, mais également hommage et références. Le tout sur un ton léger, et avec, comme le prouve de toute façon sa mise en scène avec beaucoup de plans filmés à la hauteur d’un enfant, le point de vu de notre héros, le jeune David Gardner. Découpé en deux parties, on peut d’ailleurs, pour sa première partie, y voir un mix entre L’Invasion des Profanateurs (des aliens débarquent, contaminent – ou contrôlent les humains, la paranoïa et la peur s’installent) et le cinéma de Spielberg auquel Hooper s’était frotté quatre ans plus tôt avec Poltergeist. La petite bourgade Américaine, les enfants, la famille. Un petit côté Poltergeist, voir parfois Les Goonies, pas déplaisant. Cette première partie, jouant pas mal sur le mystère, fonctionne plutôt bien, malgré une grosse ombre au tableau. Karen Black par exemple fait un boulot honnête dans le rôle de l’infirmière de l’école qui va aider David, à défaut d’être inoubliable, Louise Fletcher en prof hallucinée qui en a après notre héros en fait des tonnes et est souvent jouissive, mais par contre, on ne dira par la même chose de Hunter Carson, jouant le héros, notre petit David, qui surjoue la peur, surjoue la surprise, et arrive même par moment à être insupportable tant il n’est pas crédible un instant, et ce jusqu’à son élocution peu convaincante. Et avouons le, avoir cet acteur à la grande carrière (je plaisante, il n’a quasi rien fait, et n’a d’ailleurs rien fait de 1988 à 2000) dans le premier rôle, et bien ça fou un sacré coup au film.

Heureusement, dans sa seconde partie, Hooper se lâche totalement dans la science fiction délirante et colorée, et fait intervenir les militaires pour venir à bout de la menace de Mars. Sables mouvants qui avalent les corps, créatures aliens créées par Stan Winston himself et qui sont d’un grotesque à toute épreuve, éclairages colorés totalement surréalistes, tirades pleines de second degré. Du coup, Hunter Carson passe au second plan, et sa maladresse dans son jeu devient noyée dans le reste et passe alors beaucoup mieux, maintenant que le film semble se prendre encore moins au sérieux. Et Hooper nous livre alors quelques scènes délirantes (le sort de Louise Fletcher, l’apparition du maître alien, le scientifique qui veut faire copain copain avec les aliens) qui restent dans les mémoires. Alors bien entendu, le métrage reste totalement familial, et il ne faudra pas espérer ici quelconque débordements sanglants ou idées osées, mais l’ensemble a ce petit capital sympathie qui fait plaisir, et fait indéniablement passer un bon moment. Notons également à la musique la participation de Christopher Young, avant sa composition Hellraiser l’année suivante, mais qui eu tous les soucis du monde, puisque Hooper voulait une bande son étrange rappelant ses débuts, ce que Young fit, mais que la Cannon refusa, forçant ainsi un autre compositeur a venir bosser sur le film, avant que Young ne recompose certains thèmes. Un travail à deux, avec seulement Young de crédité, entre des thèmes plus orchestrals et quelques sonorités étranges qui ont néanmoins réussies à rester dans le produit finit. L’Invasion Vient de Mars est une curiosité intéressante. Parfois maladroite et imparfaite, mais qui mérite un coup d’œil.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un film de SF coloré et délirant
♥ Un soin apporté aux créatures et décors
♥ Deux parties différentes et sympathiques
♥ Louise Fletcher se lâche
⊗ Hunter Carson, qu’il joue mal
⊗ Un film peut-être trop familial pour certains
Incompris à sa sortie, L’Invasion vient de Mars est un film de science fiction familial, coloré et délirant. Pas parfait, avec une interprétation parfois discutable, mais amusant et plaisant.



Titre : L’Invasion Vient de Mars – Invaders from Mars
Année : 1986
Durée : 1h39
Origine : U.S.A
Genre : Science Fiction
Réalisateur : Tobe Hooper
Scénario : Dan O’Bannon et Don Jakoby

Acteurs : Karen Black, Hunter Carson, Timothy Bottoms, Laraine Newman, James Karen, Louise Fletcher et Bud Cort

 Invaders from Mars (1986) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Les derniers articles par Rick (tout voir)

23 Comments

Add a Comment
  1. Le bon vieux Tobe … même carrière bancale que ma nemesis , Wes Craven , mais lui , va savoir pourquoi , je l’ai toujours aimé.

    J’adore Massacre 2 , justement pour l’exubérance et le côté grand guignole.
    Il a pas eu des soucis avec la cocaïne dans années 80 le père Tobe ?

    Sinon pas vu le film chroniqué , mais déjà que je supporte pas les enfants au cinéma , alors si il joue mal en plus …

  2. Et bien avec le temps, j’en viens à préférer aussi le père Hooper à ce bon vieux Craven. Même certains films moyens, je leur trouve des points intéressants (revu The Mangler avec le Blu-Ray de Shout Factory, et si c’est toujours bien moyen, il y a quelques idées intéressants, quelques plans superbes). Mais Massacre 2 non, je peux pas. De ses 3 films pour la Cannon, c’est celui que j’aime le moins.
    Par contre je connais très peu la vie privée du Tobe, donc je ne sais pas s’il a chuté dans la coke comme pas mal dans les années 80.
    Pareil pour les enfants. Dès que je vois un enfant dans un film, et encore plus de genre, je crains toujours qu’il soit con, tête à claque, pleurnicheur, mauvais acteur ou qu’on s’en serve pour faire jouer la fibre émotion qui en général ne marche jamais sur moi dans ce cas précis. Là, il joue juste mal ahah !

  3. Très sympathique ce film, avec ce charme particulier, très différent des autres films de Hooper, ce qui prouve son talent. Cela fait des années que je ne l’ai pas revu, j’ai toujours deux ou trois VHS qui trainent quelque part. Tu as dû le découvrir avec le Blu-ray US qui vient de sortir Rick, vu les captures, je vais sans doute me laisser tenter d’ici peu. Et j’adore James Karen Black ( enfin, James Karen et Karen Black ). Les monstres sont excellents et me font bien marrer.
    Sinon, ne connaissant pas non plus la vie privée du grand Tobe, je ne peux pas dire s’il prenait des trucs ou non. Mais, étant un fan absolu de TCM 2, ayant scruté les bonus des DVD et Blu-ray ( je possède le Blu-ray anglais, les deux américains, le français du Chat qui fume que j’ai pris avec la superbe statuette en résine limitée à 100 exemplaires, c’est dire si j’aime ce film !! ), j’ai souvenir que sur un tournage éreintant et marathon ( Cannon oblige ) comme celui de TCM 2, il se droguait au cigare et au Dr Pepper tout au long du tournage ( photos à l’appui ).

    1. 12 cannettes par jours , c’est en effet avéré … moi qui me sent déjà nerveux après 50 cl ingurgité.

      Dr Tobe Peeper Hooper !!

      Rumeurs d’un Tobe souvent ingérable sur le plateau ,dû à une addiction à la coke , d’après Zelda Rubinstein.
      Ce qui doit certainement pas aider à se faire aimer par les producteurs et autres décideurs. (Quoique les années 80 …)

      Closer tiens toi bien , voila Faze le corbeau !

  4. Il a tout à fait raison, le Dr Pepper, c’est la vie !!!!! (bon moi sur les tournages, je carbure au café/clopes mais bon) Je me sens bien seul à détester TCM 2, mais vraiment, je n’y arrive pas. J’avais retenté quand j’avais écris une chronique de le voir avec un pote, et on a détestés tous les deux. J’en resterais à mon dvd MGM (belge d’ailleurs je crois mon édition).
    Et oui Ghoulish, Blu-Ray US de Shout Factory, qui nous gâte toujours en films des années 80.

  5. C’est vrai que j’ai freiné un peu les imports vu l’actualité des sorties françaises blu-ray 70’s et 80’s, entre Le Chat qui fume, The Ecstasy of films, Bach films, ESC et j’en passe, on a du lourd depuis deux ans. Mais j’ai quelques imports de prévus, celui-ci notamment, quelques autres Shout Factory ( ‘Le retour des morts-vivants 2’, ‘Hurlements 3’ ),quelques Severin films ( ‘Robowar’ ressorti en édition limitée avec le CD !!! Woah !!! J’espère qu’il n’est pas encore épuisé ), plus quelques Arrow et 88 films. Pauvre portefeuille !!

  6. Et je confirme : le Dr Pepper c’est très bien. Bon moi j’en bois deux par jour maximum.

  7. Voilà pareil, j’ai pas mal freiné. Dans mes derniers achats, juste le coffret fr du DENTISTE 1 et 2 (la chronique du 2 avec jolies captures arrive bientôt du coup), et un animé que j’adore, HIGURASHI, en coffret méga collector avec livret et tout qui était en promo sur amazon.
    Nooooon ne prend pas HURLEMENTS 3 :O
    Et tu es un homme de goût, miam Dr Pepper!

  8. SSSSIIII je vais prendre ‘Hurlements 3’, je suis un grand fan de ce film, une oeuvre super fun et que je trouve réellement incomprise. Bien plus drôle que le 2. Perso je m’éclate devant. Et puis Imogen Annesley quoi… En plus, la restauration est magnifique.
    J’ai connu le Dr Pepper grâce aux films ‘Abomination’ et ‘Ozone’, tournés au Texas aux mêmes endroits, dont une petite épicerie/bar avec un distributeur Dr Pepper à l’extérieur. Ca m’a marqué, jusqu’au jour où je tombe sur des canettes à la cafétéria d’un Cora. J’ai eu deux balles Dr Pepper en cadeau !!! C’est collector, elles sont toujours quelque part entre chez moi, mes parents ou mon garage.

  9. Ben tu as résumé mon avis sur le 3. je trouve le 2 bien plus drôle, il m’éclate. Le 3 par contre, je ris parfois, et parfois non, je m’ennuie ou hausse les sourcils seulement. Par contre oui, Imogen Annesley, rien à redire, miam !
    Haha, Abomination et Ozone!!! Joli anecdote, bien plus intéressante que la mienne. J’étais juste en séjour de plusieurs mois à Los Angeles en 2010, et en faisant les courses, il y avait du Dr Pepper partout. j’ai goûté, adoré, suis devenu accro.

  10. Abomination le film fauché ou un type nourrit une abomination dans sa cuisine à l’aide d’une fourche ? (Vu enfant , j’étais plutôt tout retourné même si je me doute qu’à présent je sourirai devant)

    Et on parle bien des fameuses balles molles bordeaux et blanche style balle de baseball ??

    Bref vous avez réveillé de vieux souvenirs enfouis … 😀

  11. En gros fana de gore, j’avais loué dans ma jeunesse Abomination et Ozone car les jaquettes annonaient un truc bien degueux. Que c’etait nul, que c’etait mauvais. Chiant, mou, lent, et je n’avais meme pas trouvé ca gore. Je me souviens encore de ma déception, et c’etait y’a plus de 20 ans !

    Oui, ca y est, je suis revenu de vacances ^_^

  12. J’avais vu des bouts de Abomination, assez tardivement, enfin début/milieu des années 2000, et je n’avais pas tenu en entier par contre perso. Si je me souviens bien en plus, ça s’ouvrait sur 3/4 minutes qui empilaient les plans gores que l’on voyait dans le film ensuite, du coup tu avais vu tout le film en quelques instants.

    Bon retour de vacances 😉

  13. Bien le bonjour Cherycok ! J’espère que tu as passé de bonnes vacances !

    Faze : oui il s’agit bien de ces balles !

    Perso, j’ai vu ‘Abomination’ et ‘Ozone’ gamin aussi, vers 10 ans. C’est vrai qu’il y a énormément de remplissage, les mêmes plans fixes réutilisés très souvent ( les fleurs, le pot de confiture sur le bord de la fenêtre, les champs, les vaches, le cheval, etc etc ). Mais ces deux films me font bien rire. C’est gore, parfois très, mais pas toujours bien fait. La scène des abats dans la cuisine de ‘Abomination’ est bien crado. J’aime bien aussi la bave des zombies dans ‘Ozone’.

    Rick : la version vidéo américaine de ‘Abomination’ s’ouvre effectivement sur la bande-annonce. On retrouve ça sur le DVD français ( édité avec ‘Ozone’ dans le même boîtier ). Par contre, les VHS françaises d’époques ne montrent pas cette bande-annonce, démarrant le film directement.

    Ces deux films, ils sont chers à mon coeur, je passe toujours de bons moments devant. Du cinéma fait avec des bouts de ficelle, certes pas bien bon, mais qui se défend parfois dans le malsain. J’aime bien l’acteur principal des deux films ( Scott Davis ) et sa copine qui est mignonne ( Blue Thompson ).

    Sinon, ayéééééé, j’ai commandé mon Blu-ray de ‘Hurlements 3’ !!!! Imogen arrive bientôt HHHIII !!!!!!

    Allez, un ptit dialogue de ‘Abomination’ pour rigoler :
    -C’est l’Abomination. Elle me contrôle, elle a faim ! Et je dois lui procurer de la nourriture.
    -L’Abomination… C’est une personne ? Un esprit ? Une voix dans votre esprit ? Ou quoi ??
    -C’est un démon. Vous connaissez la prophétie de Daniel dans la Bible ? C’est un démon hideux qui arrive des Enfers !!!

    Et un ptit ‘Ozone’ pour finir ( devant le distributeur de Dr Pepper !!! ):
    -Où avez-vous trouvé ce chapeau horrible ?
    -Fermez donc votre gueule, espèce de vieil ivrogne, vous n’avez pas dessoûlé une seule fois depuis trente ans !!
    -Vous feriez bien de rentrer dans votre voiture avant que je me fâche…
    -Connard !
    -Vieille sorcière !!!

  14. J’ai du voir ça sur une VHS NTSC à l’époque car je me souviens que la qualité d’image était bien dégueulasse 😀 Après pas tenté de revoir ça aujourd’hui, le gore juste pour le gore avec le reste qui va pas à côté, je ne tiendrais toujours pas en entier.

  15. Chery » bon retour Mr Navet , de la part de Mr Patate !!

    Me reste plus qu’à me denicher ce pack Abomination / Ozone .
    Et ma liste de films qui s’allonge plus vite que je ne les voit …

    1. Hey, pas Mr Navet ! Même si j’en ai vu 2 pendant mes vacances ^_^

  16. Le pack ‘Abomination’/’Ozone’ était limité à 300 copies chez l’éditeur Crocofilms, il me semble que c’est épuisé depuis une paire d’années. Mais d’occasion tu as sans doute tes chances.
    La qualité d’image pour les deux films reste la même, je sais pas avec quel matos ils ont tourné ça, mais le rendu n’a jamais été au top. Vivement le Blu-ray 4K !!! On a le droit de rêver…

  17. Disons que si le format est pourri de base, un transfert 4K ne ferait qu’étirer l’image et la rendre hideuse encore plus, du coup pas franchement d’intérêt. Mais oui, je pense vu le côté bien underground des films que ça restera un rêve de toute manière 😛

    1. Ouais ça m’amuse un peu ça quand les gens ne jurent que par la HD ou ultra HD. Euh…si tu fais pa une restauration à la base de l’image (qui peut aussi donner un joli DVD au passage, juste pas forcément adapté aux grands écrans), ben t’auras juste de la merde en HD.^^ Et c’est pire en fait, tu vois 10 fois plus les défauts.

      1. Je suis d’accord, mais à part pour les films vraiment underground ou les films tournés en Mini-DV à l’époque où le numérique devenait populaire, il y a toujours moyen de faire de très belles copies HD.
        J’avais vu une comparaison d’image entre le dvd de MACHINE GIRL et le blu-ray, sachant que le film a été tourné en Mini-DV (donc en 720p), et le Blu-Ray était en effet assez dégueulasse, avec de gros pixels morts partout.
        Mais par contre, je suis déçu que le distributeur de mon dernier film n’ai fait qu’une copie DVD (oui, je vais me plaindre jusqu’aux commentaires rien à voir!!!! 😀 )

        1. AH mais bien sûr qu’on peut faire de belles copies HD.
          Mais les vieux films par exemple qui n’ont pas été restaurés et nettoyés, ça sert à rien de coller une qualité VHS sur un blu-ray^^
          Il faut d’abord choper un meilleur master.
          Et souvent quand ils sortent un combo DVD/blu-ray réussi, même le DVD est plus joli que l’ancienne édition DVD en génral. C’est la copie restaurée mais en plus faible résolution. Ce sera toujours plus beau qu’une copie pas restaurée^^

  18. Je suis d’accord, les combos blu-ray/dvd utilisent pour la plupart des restaurations récentes et du coup le dvd passe plutôt bien.
    Pour ‘Abomination’ et ‘Ozone’ je doute qu’il soit possible de réaliser une restauration… Je me souviens que le dvd avertit que c’était le seul matos disponible. Donc bien sûr qu’un blu-ray ( 4K ou pas ) n’aurait aucun intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *