[Jeu Vidéo] The Flying Hamster (2010 / PS3)

Vous êtes le hamster volant. Petit mais costaud, vous ne reculerez devant rien ni personne pour libérer votre petite amie des griffes d’une impressionnante ménagerie. Musclez vos bajoues et faites chauffer vos hélices : les méchants vont déguster.


 

Avis de Oli :
Si, comme moi, vous n’achetez pas souvent sur le Playstation Store (enfin, quand il fonctionne), il doit parfois vous rester, pendant des mois, un ou deux euros qui trainent dans votre panier virtuel. Plutôt que d’acheter un avatar ou un fond d’écran pour votre PS3 (vous n’avez tout simplement pas le droit de faire quelque chose d’aussi crétin), vous pouvez aller faire un tour du coté des jeux MINIS. Une gamme de titres initialement prévue pour la PSP, mais qui est désormais jouable également sur PS3. L’intérêt de la chose ? Ça ne coute quasiment rien, et si vous creusez bien il y a quelques jeux qui méritent d’être sauvés des eaux. C’est le cas de THE FLYING HAMSTER, jeu au titre grotesque mais c’est pour la bonne cause, puisqu’il s’agit d’un hommage évident à PARODIUS, l’un des shoot’em up les plus déjantés du monde vidéoludique old-school.

Dans THE FLYING HAMSTER, vous contrôlez donc un…hamster volant, et vous vous baladez dans cinq niveaux hauts en couleurs avec un scrolling horizontal qui vous permettra parfois de choisir (un tout petit peu) votre chemin (vous pouvez monter et descendre dans certains grands écrans, à la GRADIUS II) et qui, sur la fin, accélérera et vous demandera donc des réflexes affutés (à la SALAMANDER).

Au niveau des armes, les développeurs ont une nouvelle fois joué la carte de la comédie, et suivant le monde dans lequel vous serez, vous pourrez balancer des takoyaki à la PARODIUS (au Japon), des abeilles téléguidées (dans la forêt), des lasers (dans l’espace), des bananes, des graines de maïs, des épines de rose, des œufs, de la bière, des CD-ROM de CALL OF DUTY…ah non hélas, il vous sera impossible de jeter ça. Enfin bref c’est assez rigolo et en maintenant l’un des deux boutons appuyés vous pouvez charger votre tir afin qu’il soit plus puissant (à la R-TYPE). Le souci, avec cette politique de prolifération des armes de ridiculisation massive, c’est que l’on ne peut rien stocker (les munitions spéciales disparaissent en deux temps trois mouvements et il vous faut alors retourner au tir de base – un crachat…je crois), on ne peut donc rien upgrader non plus, ni faire appel au moindre combo ou semblant de stratégie. La gestion de l’armement, clé de voute de tout bon shoot’em up qui se respecte, est donc amusante mais finalement pas très passionnante.

Un bon jeu, et pis c’est tout !

Mais il ne faut sans doute pas trop en demander à un jeu minuscule comme celui-ci (c’est pas pour rien qu’il appartient à la catégorie MINIS). En tous les cas, rapport qualité-pixel, THE FLYING HAMSTER se révèle extrêmement intéressant. Le jeu est fun, quelques détails sont savoureux (certains décors sont destructibles, les poulpes envoient de l’encre qui obscurcit l’écran…), les musiques sont sympas, les ennemis nombreux et débiles (des oignons volants, un hibou grand-duc, des chats bourrés…), et si notre cher petit hamster est un peu lourd, la difficulté a été prévue en conséquence puisque le jeu est extrêmement facile (par exemple il est possible de se faire toucher trois fois et on ne prend aucun dégât lorsque l’on heurte les décors). A noter que les développeurs ont quand même pensé à la replay value, en nous offrant la possibilité d’affronter un mode hard pas piqué des hannetons…mais qui risque pourtant de vous filer le cafard car il vous faudra refaire les niveaux (de nuit, cette fois), sans level select, avec des ennemis plus résistants et des pattern différents concernant les boss.


Conclusion :
Vendu à prix minuscule dans la catégorie MINIS du Playstation Network, THE FLYING HAMSTER est un petit shoot’em up simple, drôle et attachant, que l’on prend plaisir à terminer plusieurs fois (surtout que la fin est hilarante) malgré une gestion des armes pas franchement inoubliable. A mesure que vous jouez vous pouvez débloquer quelques bonus (crédits supplémentaires), mais ça ne sera sans doute pas suffisant pour espérer plier le mode hard sans un minimum d’entrainement. Pour conclure, si l’élève ne dépasse jamais le maitre PARODIUS (mais ce n’était pas l’objectif d’une si petite production), l’hommage est malgré tout bien sympa et fait passer un très bon moment.

 

  

  
Titre : The Flying Hamster
Année : 2010
Studio : The Game Atelier
Editeur : The Game Atelier
Genre : le cobaye et les indiens

Joué et testé sur : PS3
Support : Playstation Network


Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *