[Interview] Kane Kosugi

Né le 11 octobre 1974, Kane Kosugi est aujourd’hui une des stars montantes du cinéma d’action japonais. Beaucoup de gens le connaissent comme le fils du grand Sho Kosugi, qui a largement contribué à ramener le personnage de Ninja dans le cinéma d’action américain des années 80. Kane travailla souvent sur les films de son père en jouant le fils du héros par exemple comme dans Black Eagle en 1988 où le méchant est joué par un certain Jean Claude Van Damme. Aujourd’hui, après quelques petits rôles dans des films comme Zero Woman 2 ou Cat’s Eyes, il a enfin l’occasion de nous montrer ses talents en jouant le rôle principal dans le film Muscle Heat aux cotés notamment de Ken Lo et Masaya Kato.


– Comment avez vous commencé dans le milieu du cinéma ?

Et bien en fait, au début je voulais devenir acteur après avoir regardé le premier film de mon père quand j’avais cinq ans. J’ai adoré comment tout le monde semblaient si grand et héroïque à l’écran. Je pense que mon père savait que je voulais devenir un acteur et il m’a donné une chance dans ses films. J’ai commencé ma carrière d’acteur à l’age de sept ans.


– Pouvez vous nous relater votre parcours martial et les styles que vous avez appris ?

J’ai commencé le Karaté, Gojyuryu et Shotokan à l’age de 1 an et demi et ce jusqu’à ce que j’ai 12 ou 13 ans. Après j’ai commencé à faire du Judo, du Kendo et de la gymnastique également. A partir de l’age de 13 ans, j’ai commencé le Taekwondo. J’ai fait ça pendant un moment et je m’y suis entraîné quand j’étais au Japon. J’ai commencé le Wu Shu il y 2 ans. Je pense que j’essaie toujours d’apprendre des choses nouvelles qui m’aideront à me rendre meilleur quand je serais à l’écran.


– Quelle influence votre père, le grand Sho Kosugi, a-t-il eu sur vous ?

Il a eu une grande influence bien sûr. J’ai commencé grâce à lui et je ne ferais pas ce que je fais aujourd’hui s’il ne m’avait pas poussé.


– J’ai lu que votre père vous a appelé Kane à cause du film “Citizen Kane”. Avez vous vu le film d’ou vient votre nom ?

Oui c’est vrai. Et bien sûr j’ai vu le film Citizen Kane, j’ai le DVD ! J’ai un frère plus jeune qui s’appelle Shane, son nom viens du film Shane. Je pense que mon père aime vraiment le cinéma.


– Vous avez joué avec quelques uns des meilleurs acteurs, comme Toshiro Mifune, Sonny Chiba et bien d’autres encore. Quels souvenirs gardez vous de ces collaborations ?

Je me souviens de tous ceux avec qui j’ai travaillé et j’en garde de très bons souvenirs. J’ai également beaucoup appris de chacune des personnes avec lesquelles j’ai travaillé. Une personne que je respecte et que j’admire, c’est Jackie Chan. J’ai eu la chance d’apprendre beaucoup avec lui sur le tournage de son film. J’ai appris tellement de lui et j’en apprend toujours, je pense que c’est une vraie star du cinéma d’action et une grande personne.


– Vous avez fait beaucoup de séries télé, est-ce parce que la mode des films d’action était finie et qu’il n’y avait pas de place pour un acteur martial comme vous ?

Et bien en fait, quand je suis arrivé la première fois au Japon, je ne savais parler Japonais et je n’avais pas vraiment de nom ici. Bien sur mon père est connu, mais moi j’étais un inconnu. De plus, il n’y a pas beaucoup de films d’action qui sont fait au Japon. Mais j’aime essayer de nouvelles choses, donc c’est un superbe endroit pour ça. J’ai eu la possibilité de faire tellement de choses que je n’aurais probablement pu faire nulle part ailleurs. Je présente des émissions de télévision, joue dans des films, des séries TV, suis invité dans des shows comiques, fais des pubs et encore plein de très bonnes choses.


– Vous jouez un petit rôle dans le film « Who Am I ? ». Pouvez vous nous en dire plus sur cette expérience et la façon dont vous avez obtenu le rôle ?

J’ai rencontré Jackie Chan au Japon et il m’a invité pour que j’en apprenne plus sur le plateau. J’étais là bas pendant environ 1 mois et demi pour apprendre et m’entraîner avec lui et son équipe de cascadeurs. Avant de retourner au Japon, il m’a demandé si je voulais être dans la séquence d’ouverture du film. Bien sûr, j’ai dis oui, et c’est comme ça que j’ai pu travailler avec Jackie. Chaque jour où j’étais avec lui était comme un rêve. J’ai appris beaucoup et cette expérience m’a beaucoup aidé.


– En 1997, vous avez joué dans le film Cat’s Eye qui est une adaptation du manga du même nom de Tsukasa Hojo. Avez-vous lu le manga avant ou après avoir fait le film ? Et lisez vous des mangas ?

Non, je n’ai jamais lu le manga mais j’ai vu le dessin animé. Le personnage que je jouais dans le film n’était pas un personnage original du manga donc j’ai pu essayer ce que je voulais avec lui. Je jouais un personnage qui s’appelait Kurohata. C’est un assassin la nuit et un étudiant comme les autres le jour. Il n’aime pas ce qu’il fait mais il y est obligé par sa mère. J’ai beaucoup aimé mon personnage et j’ai pris du plaisir à travailler avec l’équipe du film. La seule chose qui fut un vrai calvaire, c’était mon tatouage. Je devais venir tout les matins et me le faire dessiner dans le dos pendant trois heures.


– Pourquoi avez-vous été choisi pour faire la voix de Ryu dans le film d’animation : « Street Fighter Zero » ?

Comme je l’ai dis précédemment, j’ai eu la possibilité de faire tellement de bonnes choses, et faire la voix de Ryu était l’une d’entre elles. J’étais habitué à jouer à Street Fighter tout le temps et j’adorais le personnage de Ryu, donc ce fut un honneur de faire sa voix. Je ne sais pas pourquoi il m’ont choisi, mais j’ai adoré ça !


– Passons à “Muscle Heat”. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette expérience ?

Muscle Heat fut une très bonne expérience pour moi. Ce fut le premier gros film d’action pour moi, ici, au Japon. Jackie Chan m’a envoyé quelques cascadeurs faisant partie de son équipe pour m’aider (ndlr : Ken Lo joue un méchant) donc ça a rendu le film encore plus spécial pour moi. Je les ai connu quand j’étais sur le tournage de « Who am I ?», donc ce fut un grand plaisir de retravailler avec eux encore une fois. On n’a pas eu beaucoup de temps pour réaliser le film, ce qui à rendu les choses difficiles. Parfois on travaillait plus de 24 heures d’affilé pour tourner les scènes d’actions. J’ai eu de la chance et je n’ai pas eu de grosses blessures mais les petites sont bien sur inévitables sur un film d’action. J’ai apprécié chaque seconde en travaillant sur Muscle Heat et j’ai appris énormément.


– Quels sont vos prochains projets ?

Après avoir fait Muscle Heat, j’ai eu des offres venant de Hollywood mais comme vous le savez, le cinéma prend toujours énormément de temps. J’ai un film que je dois faire l’année prochaine au Japon donc je serais très occupé à faire ça et me préparer pour le rôle. J’ai encore un long chemin à parcourir pour devenir une star du cinéma d’action mais je continuerais d’essayer et d’apprendre, je n’abandonne jamais ! En espérant que je pourrais rendre les gens heureux à travers mes films !

Merci


Nous remercions Kane Kosugi pour sa disponibilité ainsi que son manager Masahiko Hayakawa.

Propos recueillis et traduits par Tavantzis Nicolas (Ryô Saeba), décembre 2003.

0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments