[Film] The Iceman (2012)

L’histoire vraie de Richard Kuklinski. Marié, deux enfants, tueur de profession. Le visage fermé, le regard froid, Kuklinski a ainsi navigué de nombreuses années de contrat en contrat, de corps chauds en corps froids. Il aurait assassiné plus de cent personnes. Discret, efficace, Kuklinski c’est aussi une énigme. Cache-t-il seulement quelque chose, derrière sa pantomime immobile ?


Avis de Oli :
Si je suis plutôt friand de thrillers et de films noirs, j’avoue ne pas souvent sortir de ma grotte ces derniers temps, j’ai donc du mal à suivre le rythme des sorties occidentales. Oui, je suis un ours polar. Il m’arrive donc, de temps à autres, de louer du film « à la jaquette », voire même simplement « au casting ». En l’occurrence, cette fois-ci j’en ai loué un « à la trogne ». Celle de Michael Shannon, formidable dans son rôle de flic illuminé (dans tous les sens du terme) dans la série BROADWALK EMPIRE. Comble du bonheur : THE ICEMAN propose un casting hétéroclite, à la fois un brin vintage et très moderne. Jugez-en par vous-même : pour les vieux routards, nous avons ici droit à Ray Liotta (plus inspiré que dans l’improbable THE RIVER MURDERS) ainsi qu’à l’inénarrable Robert Davi. A leurs côtés, vous risquez d’être surpris de retrouver un David Schwimmer méconnaissable (parce qu’on a tous oublié son visage ?) et…une Winona Ryder plus belle que jamais. Encore plus surprenant : Chris Evans (oui, môsieur Captain America) apparait ici dans un rôle de tueur hirsute qui se balade dans un camion réfrigérant (il vend des glaces…et accessoirement en profite pour congeler des cadavres), James Franco nous gratifie d’un bon cameo et Stephen Dorff y va de sa petite scène à lui, diablement efficace (tête-à-tête tendu avec Michael Shannon au parloir d’une prison).

Rouflaquettes, chemises à fleurs, papiers peints hideux : ne cherchez pas plus loin, oui vous avez remonté le temps bien au-delà des années 80. Le milieu des années 60 pour être plus précis – l’intrigue se poursuivra jusqu’à la fin des années 70. Le scénario de THE ICEMAN s’inspire d’une histoire vraie. Celle d’un homme au visage fermé, un tueur à gages d’une efficacité d’autant plus appréciable qu’elle ne s’accompagne jamais d’aucune question. Kuklinski, « le Polak », ne connait qu’un seul interdit : ni femme, ni enfant. Durant sa carrière, Kuklinski aurait ainsi tué plus de cent personnes. Un moyen comme un autre pour lutter contre la surpopulation de la planète ?

Règlements de comptes, trahisons, vengeances, meurtres de sang-froid et fuite en avant d’un homme qui, sans vraiment le savoir, s’est petit à petit coupé du monde. De sa famille, aussi ? C’est là, je pense, le principal intérêt du récit : s’il est impossible de décrypter la personnalité de Kuklinski, depuis que celui-ci a fermé la porte de sa psyché à double tour, on attend un signe. Un indice. Tient-il à quelque chose, dans la vie ? Lui qui ne sourcille même pas quand on lui colle un canon sur la tempe. Quand il lui faut abattre un clochard qui passait malheureusement par là. Quand il doit assassiner l’un de ses anciens associés…

Le film, hélas, ne fonctionne que par à-coups. La faute à une réalisation relativement anonyme, qui n’insuffle que très peu d’impact aux scènes « choc », qui peine à passionner sur la durée. La faute peut-être aussi à la personnalité du tueur, ce Kuklinski qui ne laisse rien (ou si peu) filtrer de sa personnalité. On finit alors le film non pas déçu, mais un brin amer. L’impression que Kuklinski, le si froid Kuklinski, a emporté la plupart de ses secrets avec lui…

 


Titre : The Iceman
Année : 2012
Durée : 1h46
Origine : U.S.A
Genre : Thriller / Drame
Réalisateur : Ariel Vromen

Acteurs : Michael Shannon, Winona Ryder, Chris Evans, Ray Liotta, David Schwimmer, Robert Davi, Danny A. Abeckaser, John Ventimiglia, James Franco, Stephen Dorff, Ryan O’Nan, McKaley Miller

 The Iceman (2012) on IMDb


Galerie d’images :


  • n
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
9 mai 2014 11:01

Je ne connaissais absolument pas. Tres joli casting en tout cas, pas mal de noms que j’apprécie beaucoup. Merci de la decouverte meme si apparemment cest un peu en demi teinte

Mugenjin
Mugenjin
14 mai 2014 23:51

je l’ai vu un peu avant Man of Steel et après Premium Rush et Michael Shannon est toujours aussi bon. Ray Liotta fidèle à lui même. J’avais vu le documentaire sur Kuklinski il y a quelques années et c’était vraiment fascinant et effrayant de se dire que ce genre d’individu existe.
PS : petite coquille c’est Chris Evans et non pas Michael Evans 🙂