[Film] The Brass Teapot (2012)

Un jeune couple découvre une théière magique qui fait apparaître de l’argent à chaque fois que quelqu’un souffre à ses côtés. Mais le douloureux objet attire bien des convoitises…


Avis de Cherycok :
A la base, The Brass Teapot est une nouvelle de Tim Macy qui a déjà été adapté en court métrage en 2007 par Ramaa Mosley. Quelques années plus tard, cette même réalisatrice décide de transposer cette même histoire en long métrage avec un budget défiant toute concurrence, 900.000$. On sait que l’exercice d’adapter un court en long est assez casse-gueule, pourtant sans être parfait, The Brass Teapot s’en sort haut la main.

Un budget ridicule donc, mais pourtant à l’écran cela ne se voit à aucun moment. C’est d’ailleurs assez amusant de comparer avec certaines productions qui ont coutées 20, 30, voire 40 fois plus cher, pour un rendu souvent bien en deçà de ce qu’il aurait dû être. Certains devraient en prendra clairement de la graine.
Le scénario fait dans l’originalité en nous présentant une variante de l’histoire de la lampe magique sauf qu’au lieu d’être une lampe qui fait sortir un génie qui exaucera trois vœux, C’est une théière qui a la particularité de générer de l’argent à chaque fois que ses propriétaires sont soumis à une quelconque violence physique ou psychologique. On imagine donc très rapidement le genre de scènes que cela va engendrer où nos deux amoureux vont dans la joie et la bonne humeur s’en mettre plein la poire pour faire sortir de la théière de jolis billets de 100$. Se torturant tout d’abord très gentiment, à coups de claques et autres pichenettes, cela va rapidement dériver vers des pratiques bien plus douloureuses et pour le coup bien plus funs pour le spectateur qui va se délecter du spectacle ma foi assez amusant qui lui est offert.

Le film est d’ailleurs essentiellement basé sur le duo de personnages que forment les deux acteurs principaux. Absolument parfaits dans leur rôle respectif, ils portent clairement le film sur leurs épaules comme si les rôles avaient été écrits pour eux. Michael Angarano est impeccable en jeune homme sans le sou et la prolifique Juno Temple est plus sexy que jamais, à tomber par terre lors de ses scènes en petite tenue (Roh l’autre obsédé là !).
Mais la théière magique peut elle aussi être considérée comme un personnage à part entière étant donné que toute l’intrigue va tourner autour d’elle et permettre ainsi bon nombre de scènes franchement amusantes. Sous ses airs de gentille comédie se cache en fait un humour assez noir, voir même un peu tordu lorsqu’on nous explique par quelles mains est passée cette théière magique (ceux qui l’ont vu comprendrons).
Le film se veut même une satire assez virulente de la société américaine où les choses matérielles sont ce qu’il y a de plus important, où les riches ne se mélangent que peu avec les pauvres, où comment l’argent pervertit les gens qui veulent en avoir toujours plus. Le film est d’ailleurs basée sur l’évolution du comportement de nos deux personnages, les travers et les vices dans lesquels ils tombent petit à petit à fur et à mesure qu’ils utilisent la théière pour encore et toujours s’enrichir.

Même si elle traine un peu trop sur la longueur, 1h20 aurait pu être une longueur adéquate (rappelons que le film est adapté d’un court métrage), The Brass Teapot est une comédie originale qui ne paie pas de mine mais qui pourtant se révèle bien plus intelligente qu’elle n’y parait. Bien entendu l’ensemble reste assez léger et la critique parfois un peu grossière, mais permet tout de même de passer un très agréable moment.

 


Titre : The Brass Teapot
Année : 2012
Durée : 1h41
Origine : U.S.A
Genre : C’est l’heure du thé
Réalisateur : Ramaa Mosley

Acteurs : Juno Temple, Michael Angarano, Alexis Bledel, Billy Magnussen, Alia Shawkat, Bobby Moynihan, Steve Park, Ben Rappaport, Lucy Walters, Jack McBrayer, Debra Monk


Galerie d’images :


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *