[Film] Stranded (2013)

Quatre astronautes sont isolés dans une station spatiale sur la lune. Une pluie de météores met toute la station hors service, et le colonel Gérard et son équipe travaille pour stabiliser la base. Malheureusement, un morceau de météorite logée dans le filtre de dioxyde de carbone va contaminer la station. D’origine alien, elle a la capacité de reproduire les structures cellulaires, de les copier, et de muter.


Avis de Rick :
Christian Slater, c’est un acteur qui a une gueule, une sacré gueule, mais qui finalement, après des débuts très prometteurs, il a un peu raté sa carrière. Oui, les débuts chez Annaud (Le Nom de la Rose), John Harrison (Darkside), Tony Scott (True Romance), c’est loin. On pourra également citer les réussis Young Guns 2 et Very Bad Things plus tardifs, ou les plaisirs coupables que peuvent être Broken Arrow et Pluie D’enfer, mais arrivé dans les années 2000, on le retrouve plutôt dans des navets de hauts niveaux (Alone in the Dark) ou des DTV passés inaperçus (Hollow Man 2). Le bougre continue de nos jours, alternant un peu  tout ce qu’on lui propose. Ainsi, on le retrouva au casting du dernier Walter Hill (Du Plomb Dans la Tête), ou dans le premier rôle de ce Stranded, film de SF indépendant à petit budget se faisant descendre un peu partout sur le net. Pourquoi tant de haine ? Je me suis donc lancé dans la vision du métrage en question, sans rien attendre. Ce qui au final était sans doute la meilleure façon d’aborder le métrage. Le réalisateur, un illustre inconnu ayant œuvré dans d’autres DTV à des postes divers, tourne donc son métrage de science fiction, en huit clos dans une base lunaire, avec en poche un minuscule budget de 2 millions de dollars Canadiens. Oui, c’est bien peu, mais pourquoi pas.

Stranded01

Première bonne constatation vu le budget, le film ne cède pas à la facilité du numérique bas de gamme bien dégueulasse à l’image. Ici, point de numérique ou si peu, non, mais des effets spéciaux à l’ancienne, ainsi que l’utilisation de maquettes.  Certes, celles ci sont parfois bien voyantes, mais donnent un cachet années 80 au métrage qui fait autant sourire que plaisir. Malheureusement, bien vite, c’est la débandade, quand on rentre dans le vif du sujet, puisque pour qui a vu Alien et Event Horizon, voir même certains films se déroulant en milieu aquatique, comme Leviathan (le film de 1989), Stranded ne réserve absolument aucune surprise, prenant la voie du classique à tout prix, mais également la voie du prévisible, si bien que l’on peut se contenter de ne regarder le film que d’un œil tant le spectacle semble avoir été déjà vu. On aura droit au huit clos dans la base avec un alien, apparaissant après une fécondation (Alien), on aura droit aux hallucinations des différents personnages (Event Horizon), aux corps contaminés, à l’alien prenant la forme d’un membre de la base. Rien de bien palpitant, surtout que les personnages ne sont pas très développés. Un couple, un docteur, et Slater en colonel de la base. Les relations entre les personnages, leurs réactions, les situations, tout est assez prévisibles, et ce jusqu’au final. On pourra ajouter certains dialogues assez plats, effet accentué par les personnages peu développés.

Stranded02

Cependant, tout n’est pas à jeter dans ce Stranded, loin de là. Si le réalisateur filme ses dialogues parfois platement, il s’en sort bien mieux lors de ces scènes d’hallucinations ou purement graphiques. Il nous gratifie donc de quelques scènes cauchemardesques du plus bel effet, mais ce n’est pas tout. Certaines scènes mettant le monstre en action ne sont pas si mauvaises, aidées par quelques effets réussis, parfois bien gluants comme il faut. Malgré des dialogues parfois inutiles ou des scènes un poil trop longues, le rythme en lui même n’est pas si mal géré (après tout, l’accident des météorites arrive au bout d’à peine une minute de film). Les acteurs font ce qu’ils peuvent pour que l’on y croit, et il faut dire que les décors de cette base, sombres et étroits, contribuent à donner une ambiance moite au métrage. Dommage que le métrage manque franchement d’ambition, son réel souci étant un souci d’écriture, avec son scénario qui ne prend jamais de risque pour ne rester qu’un banal film de science fiction comme on en voit tant. Ceci dit, contrairement à toutes les critiques négatives vues un peu partout, Stranded n’a pourtant pas à rougir, surtout si on le compare à une production du même style venant de chez Syfy par exemple. Juste un produit vite vu, vite oublié.

Stranded04

Stranded est une petite production indépendante qui ne casse pas la baraque, mais qui se laisse regarder grâce à quelques bonnes scènes. Le reste est juste prévisible.

note45

 

Stranded09

 


strandedTitre : Stranded
Année : 2013
Durée : 1h30
Origine : Canada
Genre : Science Fiction
Réalisateur : Roger Christian

Acteurs : Christian Slater, Brendan Fehr, Amy Matysio, Michael Therriault, Mark D. Claxton et Ryland Alexander


 Gallerie d’images:Stranded12Stranded13Stranded14Stranded16Stranded17Stranded20

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *