[Film] Sale Temps à l’Hôtel El Royale, de Drew Goddard (2018)


En 1959, un homme cache son butin sous le plancher de sa chambre d’hôtel… Dix ans plus tard, en 1969, plusieurs voyageurs se retrouvent au El Royale situé au milieu de la frontière entre la Californie et le Nevada. Il y a le Père Daniel Flynn, la chanteuse afro-américaine Darlene Sweet, le vendeur Laramie Seymour Sullivan ainsi que la mystérieuse Emily Summerspring aux allures de hippie. Ils sont tous accueillis par le seul employé restant dans cet immense établissement, Miles Miller. Le El Royale était jadis un endroit très fréquenté par les amateurs de jeux d’argent. Tous les résidents intègrent alors leur chambre respective. Mais tous ces gens ont quelque chose à cacher…


Avis de Cherycok :
Je me méfie toujours un peu des films qui sont vendus comme des Tarantino-like. Et pourtant, je suis toujours très attiré par eux. Certains arrivent à sortir du lot, soit car le réalisateur est arrivé à y mettre sa touche personnelle, soit car ils font preuve d’une grande efficacité et du coup ils font passer un bon moment. D’autres se contentent d’être une pâle copie sans âme, sans jamais essayer de faire autre chose (certains diront que c’est ce que fait le réalisateur lui-même, mais là n’est pas le débat). Nous voilà donc embarqués dans Sale Temps à l’Hôtel El Royale (2018), deuxième film du réalisateur de La Cabane dans les Bois (2012), sur les conseils d’un ami dont les goûts cinématographiques sont proches des miens. Les risques étaient donc limités, et ce fût effectivement une bonne pioche. Ce huis-clos n’est certes pas le film du siècle, mais son ambiance très réussie, ses bons dialogues et ses personnages pittoresques en font un bon divertissement.

D’entrée de jeu, on sent bien que les différents personnages qui nous sont présentés ne sont pas réellement ce qu’ils prétendent être. On devient très rapidement curieux, on sent qu’ils ont tous quelque chose à cacher, qu’ils ne sont ni tout blanc, ni tout noir, et ce côté mystérieux va permettre quelques moments bien savoureux. Le réalisateur va énormément jouer avec ça et va pousser le vice jusqu’à faire de son lieu quasi unique, l’hôtel El Royale, un personnage à lui tout seul, tout aussi mystérieux et qui réserve bien des surprises. On est presque dans une pièce de théâtre, avec ses différents actes, ses personnages plein de personnalité, l’envers du décor. Le point de départ du film est très simple, un sac d’argent caché 10 ans auparavant sous le plancher de l’une des chambres, et pourtant Sale Temps à l’Hôtel El Royale est plein de surprises, du début à la fin, sans jamais ennuyer malgré son lieu unique et ses 2h21 au compteur. Drew Goddard découpe son film en plusieurs chapitres, chacun va être basé sur un personnage, et chacun va présenter le même segment d’histoire, mais avec un point de vue différent. On va donc revoir ce qu’on a pu voir dans le chapitre précédent, mais sous un autre angle, nous amenant parfois de nouvelles informations, en confirmer d’autres, nous montrant de nouveaux secrets. Il finira sur un règlement de compte général mettant fin au péripéties de chacun, avec l’arrivé d’un ultime personnage bien barré. La comparaison avec Tarantino est clairement justifiée. On pense immédiatement à un film comme Les Huit Salopards, pour son espace restreint dans lequel vont évoluer les personnages, mais pas que. Il y a du Pulp Fiction là-dedans, il y a du Reservoir Dogs, du Jackie Brown même, et il est clairement facile de comprendre que Drew Goddard est un fan du travail de Quentin Tarantino.

On retrouve ce même soin apporté aux dialogues, débouchant sur des échanges parfois jouissifs ; ce travail de minutie pour nous pondre des personnages aux petits oignons, très travaillés, bien différents, qu’il est très facile d’adorer ou de détester alors que tous sont clairement borderline ; cet effort pour créer une ambiance forte, aussi bien pour les yeux que pour les oreilles. Sur ce dernier point, le film de Drew Goddard s’en tire avec les honneurs, tout en se démarquant du cinéma dont il s’inspire. Visuellement, ça claque. Les images sont belles, avec de superbes effets d’ombres/lumières, les cadrages toujours au millimètre, et la reproduction du look années 60, avec tout ce que cela comporte d’objets aujourd’hui vintage, est très réussie. Même chose avec ce qui concerne la bande son. Même si elle ne marque pas, elle accompagne le film du début à la fin de bien belle manière et a une place très importante. Les acteurs sont quant à eux très bons, et vraiment à fond dans leur rôle parfois complexe. Jeff Bridges (The Big Lebowsky), par son charisme, prend immédiatement le pas sur les autres, mais aucun ne démérite. Et puis ça fait plaisir de voir Chris Hemsworth (Thor, Tyler Rake) dans un rôle tête à claque, il semble prendre énormément de plaisir à   écorner son image de gendre irréprochable.
Le tableau semble idyllique dit comme ça, mais Sale Temps à l’Hôtel El Royale perd de sa superbe dans sa dernière partie. Le rythme assez lent des deux premiers tiers collait parfaitement à l’ambiance, mais lorsque ça s’accélère pour préparer le final, on revient sur quelque chose de plus conventionnel, de moins inattendu. Bien que cette partie reste malgré tout des plus agréables, avec le règlement de compte qu’on sentait bien venir, on reste malgré tout persuadé que le film aurait clairement pu atteindre des sommets s’il avait su continuer sur sa lancée. En l’état, il lui manque ce petit quelque chose pour en faire vraiment un excellent thriller.

LES PLUSLES MOINS
♥ Jeff Bridges crève l’écran
♥ Superbe mise en scène
♥ D’excellentes idées
♥ Très bonne narration
⊗ La dernière partie
⊗ Quelques petites longueurs
Sale Temps à l’Hôtel El Royale est un huis clos des plus efficaces. Très bon casting, excellente ambiance, histoire à tiroirs, mise en scène soignée, le spectacle qui nous est proposé est des plus réjouissants et ne pêche réellement que par un final un peu en dessous.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Russell Crowe et Tom Holland avaient été dans un premier temps annoncés pour incarner le rôle du policier. C’est finalement Jon Hamm qui les remplacera un mois plus tard. La chanteuse Beyoncé était pressentie pour incarner le personnage de la chanteuse afro-américaine, finalement remplacée par Cynthia Erivo.
• L’El Royale a été construit à partir de zéro, tout comme une grande partie du mobilier et de la décoration qui ont été faits sur mesure (y compris des boites d’allumettes et des sous-verres à l’effigie du nom de l’hôtel). Ils ont utilisé des matériaux spéciaux (du ciment au lieu du plâtre, des tissus résistants au feu) afin de ne pas l’abîmer lors de la scène finale s’ils devaient la tourner plusieurs fois.
• Le film a été tourné sans éclairage traditionnel. En effet, l’hôtel a été conçu pour laisser passer suffisamment de lumière pour le tournage.
• Tous les acteurs, ainsi que le réalisateur/scénariste, ont accepté de voir leur cachet à la baisse afin que le film puisse être réalisé sans exploser le budget qui avait été alloué.


Titre : Sale Temps à l’hôtel El Royale / Bad Times at the El Royale
Année : 2018
Durée : 2h21
Origine : U.S.A
Genre : Tarantinesque
Réalisateur : Drew Goddard
Scénario : Drew Goddard

Acteurs : Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Dakota Johnson, Jon Hamm, Chris Hemsworth, Cailee Spaeny, Lewis Pullman, Nick Offerman, Xavier Dolan, Shea Whigham

 Sale temps à l'hôtel El Royale (2018) on IMDb


Les derniers articles par Cherycok (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
28 mai 2020 10:22

C’est vrai qu’on me la très souvent conseillé, et le casting me plait bien. Faudrait que je le chope.

Feroner
Administrateur
30 mai 2020 10:14

J’ai bien aimé aussi même si j’avais trouvé ca un peut forcé (le lieux les personnages), c’est la ou Tarantino est très fort.

C’est le fin que je préfère.