[Film] Rob-B-Hood, de Benny Chan (2006)


Tong est un expert du vol. Il n’a aucune perspective dans la vie. Son vice est le jeu. Un jour, leur associé « Proprio », mandaté par le chef d’une triade, lui propose de voler le bébé d’une riche femme. Tong et son complice Patatong réussissent à voler le bébé, mais entre-temps Proprio a été coffré par la police. Ils se retrouvent avec le bébé sur les bras et les vrais truands aux trousses. Ils veulent remettre le bébé au chef Zhang qui n’aime pas qu’on le roule. Mais surprise, le bébé prononce « Papa ! ». Émus, ils décident de le garder. À présent, ils sont à la fois recherchés par les flics et les truands…


Avis de Cherycok :
Je suis un gros amateur de feu Benny Chan depuis la découverte de Big Bullet en VHS dans les années 90 dans la collection Hong Kong Connection (aux cotés de titres tels que City on Fire, Le Parrain de Hong Kong ou Frères d’Armes). J’ai vu une grosse majorité de ces films mais il manquait à l’appel Rob B Hood (2006), sorti chez nous sous le titres L’Expert de Hong Kong. Ah la joie des traductions hasardeuses de titres anglais… A l’époque, le film m’avait fait peur, avec son bébé au centre de l’histoire, sa bande annonce qui annonçait un titre vraiment très (trop ?) familial, alors qu’on sortait de New Police Story (2004) et de Divergence (2005) du même réalisateur, deux films clairement adultes. Alors j’avais fait l’impasse. Mais 15 ans après, avec trois enfants, il faut réhabiliter ces films familiaux, surtout après avoir initié les enfants à Jackie Chan et qu’il leur en faut toujours plus. Nous voilà donc lancés, un soir des vacances de Paques, dans l’aventure Rob B Hood. Et c’était… familial.

On va suivre trois roublards qui vont faire les 400 coups afin de se faire de l’argent. Mais tous les trois sont incapables de gérer ce liquide correctement. Thongs (Jackie Chan) est accro au jeu d’argents et est criblé de dettes. Patatong (Louis Koo) dépense tout en voitures de luxe et en accessoires et vêtements de luxe pour sa petite amie. Proprio (Michael Hui), le vétéran du groupe, garde à l’inverse tout ce qu’il gagne dans un coffre-fort bien au chaud dans sa chambre à coucher, jusqu’au jour fatidique où il se fait cambrioler. Sans le sou pour s’occuper de sa femme qui perd la boule, il dégote un gros coup pouvant rapporter au trio la bagatelle somme de 7 millions. La mission est très simple, kidnapper un bébé et l’amener à son grand père. La mission est un succès mais Proprio se retrouve au poste de possible et doit passer 10 jours en prison. Thongs et Octopus se retrouvent avec un bébé sur les bras, sans savoir quoi en faire. Ils doivent attendre le retour de Proprio, sauf qu’ils ne se sont jamais occupé d’un bébé. D’autant plus que le grand père mafieux, voyant que son petit-fils n’arrive pas, va se mettre à sa recherche et envoyer ses sbires. Petits à petits, nos deux comparses se prennent d’affectation pour cette petite chose toute mignonne mais néanmoins très demandeuse d’affectation. Ils devront s’improviser parents, mais aussi gardes du corps du bébé que beaucoup tenteront de récupérer.
Jackie Chan nous a habitué aux comédies d’action bon enfant et, une fois de plus, nous sommes en plein de dedans. Sauf qu’ici, comme on peut le constater avec le pitch ci-dessous, on fait encore plus dans le familial que d’habitude et ça sera la partie comédie bon enfant qui va primer par rapport à la partie action. Je vous le donne en mille, les enfants ont adoré. En ce qui me concerne, je fus un peu plus sceptique à la sortie du film bien qu’au final, le divertissement est malgré tout là.

Rob-B-Hood est la troisième collaboration entre Benny Chan et Jackie Chan, après Who Ma I ? en 1998 et New Police Story en 2004. Les premières trente minutes ne sont pas des plus convaincante smais peu à peu, le film installe son univers, très familial donc, en enchainant des scènes toutes plus gentillettes les unes que les autres. On va être dans du gag parfois facile, qu’on voit souvent venir à des kilomètres, mais l’ensemble se tient plutôt bien dans son genre. Le ravissant bébé va amener des scènes qui vont aller à fond dans la mignonnerie, mais aussi quelques gags bien plus osés en termes de politiquement correct (le bébé dans la machine à laver par exemple, surtout lorsqu’on connait certains faits divers sordides). Mais malgré cet aspect très (trop) gentillet, Jackie Chan reste malgré tout fidèle à lui-même et nous offre des scènes d’action, bien que moins poussées qu’auparavant, qui tiennent bien la route. On est ici moins dans le spectaculaire, moins dans les cascades qui font mal, mais plus dans les cabrioles, dans les combats rigolos, bien que le final balance quelques moments assez épiques. Jackie Chan s’occupe lui-même de la direction et les chorégraphies des bastons et ça se ressent. On ne peut s’empêcher d’avoir un petit moment de jubilation lorsqu’il affronte son « petit frère », Yuen Biao, dans l’appartement. Bien que court, cette petite baston nous emplit de nostalgie et on repense immédiatement à des bobines telles que Le Marin des Mers de Chine, Wheels on Meals ou encore Dragons Forever. Le reste du casting s’en sort également avec les honneurs, Louis Koo en tête, jamais le dernier pour faire le couillon devant la caméra. Le film pêche par contre au niveau de ses CGIs, souvent ratés lorsqu’il était impensable de mettre le bébé en danger lors de scènes d’action. Mais malgré tout, et contre toute attente, on passe un bon moment devant Rob-B-Hood. Ce n’est pas un grand film et on ne peut s’empêcher de penser qu’on l’aurait bien plus apprécié si on avait entre 8 et 12 ans, mais ça se regarde sans trop de souci malgré quelques petites longueurs (2h16 tout de même).

LES PLUSLES MOINS
♥ Des bastons sympathiques
♥ Certains gags font mouche
♥ Le casting plutôt bon
⊗ Un peu trop long
⊗ Certains gags font pschitt
⊗ Parfois trop familial
Note :
Avec Rob-B-Hood, Benny Chan et Jackie Chan foncent tête baissée dans le cinéma familial pur jus. Le résultat est forcément décevant pour qui espérait revoir le Jackie des grands jours mais le film reste néanmoins agréable à défaut d’être mémorable.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Daniel Wu et Nicholas Tse, qui avaient joués dans New Police Story deux ans auparavant, font ici un petit cameo dans le rôle de deux agents de sécurité homosexuels conduisant un fourgon blindé.
• Benny Chan avait initialement prévu que Jackie joue un méchant à part entière, qui “frappe les femmes et brûle les gens avec des cigarettes”. Cependant, le scénario a été édulcoré pour satisfaire la censure chinoise, qui trouvait le personnage trop méchant. Néanmoins, pour la troisième fois seulement dans sa carrière d’acteur, Jackie Chan joue un personnage qui est condamné à la prison.
• Plus de 100 auditions ont été organisées avant de trouver le bébé approprié pour jouer dans le film. Benny Chan a choisi Matthew Medvedev, un nourrisson d’un an d’origine chinoise et colombienne. Medvedev, connu sous le nom de Baby Matthew, a été littéralement recruté dans la rue lorsqu’un assistant réalisateur l’a repéré avec ses parents dans le métro. Bien que sa famille soit simplement en visite à Hong Kong, elle a accepté de rester et de laisser Matthew apparaître dans Rob-B-Hood.


Titre : Rob-B-Hood / L’Expert de Hong Kong
Année : 2006
Durée : 2h16
Origine : Hong Kong
Genre : Allo papas, ici bébé
Réalisateur : Benny Chan
Scénario : Benny Chan, Alan Yuen, Jackie Chan

Acteurs : Jackie Chan, Louis Koo, Michael Hui, Teresa Carpio, Yuen Biao, Gao Yuan-Yuan, Charlene Choi, Terence Yin, Conroy Chan, Ken Lo, Ken Wong, Hayama Hiro

 L'Expert de Hong Kong (2006) on IMDb


0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
24 avril 2021 12:03

Il est sorti ici sous le titre très bizarre de l’expert de hong kong.
C’est un des rare bon Jackie post 2000. Benny Chan c’était un des seul réalisateur qui arrivait a faire des choses inhabituelle a Jackie. Car l’air de rien dans ce film mais il partage l’affiche avec une autre star masculine Louis Ko ce qu’il ne fais jamais. Ca aurait été cool de le voir en duo avec Donnie ou Tony Leung mais non faut toujours que ce soit la grande star du film avec a la limite une actrice connue pour le mètre en valeur. Et aussi dans ce film il joue un anti héro ce qu’il a très rarement fait. Bon au final ca reste du Jackie Chan mais du bon Jackie Chan.