[Film] Return of the Bastard Swordsman, de Tony Liu (1984)


Un mystérieux groupe de guerriers venu du Japon tente de s’en prendre au Wu-Tang. Ils trouveront sur leur route le maître de la technique du ver à soie. En parallèle, après deux ans d’entrainement intensif, le chef de l’Invincible Clan défie celui de Wu-Tang.


Avis de Cherycok :
Continuons notre exploration des Shaw Brothers des années 80 avec la suite d’un de leur hit sorti en 1983, Bastard Swordsman, un film complètement fou de Tony Liu que Spectrum Films a sorti chez nous tout récemment (à l’heure où j’écris ces modestes lignes). Le succès du film a été suffisant pour que son réalisateur rempile un an après avec un Return of the Bastard Swordsman dans la lignée du premier opus mais qui, malgré tout, se montre un poil plus faible que son prédécesseur, la faute sans doute à un scénario qui est un peu laissé de côté. Mais une fois de plus, les amateurs de combats bien barrés en auront pour leur argent car cette suite reprend les mêmes ingrédients, à savoir énormément de combats.

On retrouve donc la même recette, et ce dès le générique d’introduction qui reprend des images du premier film. Bien que ce 2ème opus fasse parfois référence au premier, il peut se voir indépendamment car, bien que se passant 2 ans après, il possède sa propre intrigue. Le chef de l’Invincible Clan a fini de parfaire sa formation et a atteint le 10ème stade de sa technique spéciale. Il veut donc se confronter au nouveau maitre du clan Wu Tang, Yuen Fei-Yang, et sa célèbre et dangereuse technique du ver à soie. Mais le clan Wu Tang, sentant qu’ils ne vont pas être de taille, fait appel à tous leurs clans alliés pour venir les aider à se défendre. C’était sans compter sur un groupe de combattants japonais, menés par Mochitsuki Soryu Han, bien décidé à venir mettre la pagaille dans tout ça. Nous sommes donc, comme dans le premier film, repartis sur des plans tordus, des conspirations, des entourloupes, de l’honneur, de la vengeance, … tous les codes habituels de ce genre de film. En ça, ce Return of the Bastard Swordsman ne dénote pas avec Bastard Swordsman premier du nom. Le scénario va une fois de plus à 100 à l’heure, ne s’attardant que sur l’essentiel, avec le même schéma narratif : la confrontation, les fauteurs de trouble, la séance de soin, le retour pour l’affrontement final. Mais ici, le scénario est bien moins intéressant que dans le premier film, peut-être à cause du côté « redite » de l’ensemble, ou simplement car ce coup-ci, les combats semblent bien plus intéresser le réalisateur Tony Liu, et le scénario n’est plus qu’une toile de fond. On a l’impression que, après le premier film, il ne cherche ici qu’à divertir et proposer du fun au spectateur. L’accumulation de nouveaux personnages ne sert réellement qu’à amener de nouveaux combattants et pas réellement à servir un scénario bien plus simple. Le héros du premier film, interprété par Norman Chu (Duel to the Death) est d’ailleurs relégué au second plan une bonne partie du métrage, n’apparaissant qu’à la 30ème minute, pour disparaitre quelques instants après (pour cause de blessure de son personnage) avant de revenir pour la dernière partie du film.

Return of the Bastard Swordsman possède les mêmes qualités de mise en scène que le premier opus. L’ensemble est plutôt joli, aussi bien au niveau des décors (studios comme naturels pour les extérieurs), que dans la façon de filmer de Tony Liu, se permettant des mouvements de caméra parfois osés et des cadrages ingénieux. Une fois de plus, là où le film fait la différence, c’est sur l’avalanche de scènes d’action qu’il nous propose, et ce dès la 3ème minute. D’abord courts, ils prennent rapidement beaucoup plus de place. Ils sont de très bonne facture, parfois bien originaux (celui dans l’auberge), et dans la même veine que le premier, à savoir virevoltants, nerveux, fantasy avec effets spéciaux à l’appui, parfois accélérés pour leur donner encore plus de punch. Avec l’arrivée de ninjas dans l’histoire, Tony Liu et son chorégraphe Yuen Tak s’en donnent encore plus à cœur joie, avec fumigènes d’apparition / disparition, shurikens, sauts très périlleux. Ils versent également encore plus dans le gore, avec cœur arraché ou grosse giclées de sang bien exagérées. Les chorégraphies sont toujours aussi folles et délirantes, et entre ça, les costumes extravagants, les transformations corporelles, les effets lasers ou les nouveaux pouvoirs qui nous sont présentés, comme le Phantom Skill qui permet de contrôler le rythme cardiaque de l’adversaire, on obtient un divertissement bien décomplexé qui se permet en plus d’aligner bon nombre de têtes connues du cinéma martial HK avec Lo Lieh, Chen Kuan-Tai ou Phillip Ko Wei qui viennent se rajouter à la fête.

LES PLUSLES MOINS
♥ Des combats en pagaille
♥ Visuellement soigné
♥ La folie et la frénésie de l’ensemble
⊗ Le scénario
Bien qu’inférieur au premier film à cause d’un scénario relégué au second plan, Return of the Bastard Swordsman reste un wu xia pian fantasy très recommandable où les très bons combats frénétiques sont légions.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Il s’agit du dernier wu xia pian que Tony Liu tournera (How To Choose a Royal Bride en 1985 est surtout une comédie) avant de se tourner dès la fin des années 80, puis les années 90, vers le polar martial avec des films tels que Devil Hunters, Dreaming the Reality ou encore Angel Terminator 2.

• Après leur triple collaboration sur les scènes d’action de Holy Flame of the Martial World, Bastard Swordsman et Return of the Bastard Swordsman, Tony Liu et Yuen Tak ne retravailleront plus ensemble derrière la caméra.


Return of the Bastard Swordsman est sorti chez Spectrum Films en Blu-ray en coffret avec Bastard Swordsman au prix de 30€. Il est disponible à l’achat ici : Spectrumfilms.fr

En plus du film, on y trouve : Présentation du film par Arnaud Lanuque, Le déclin de la SB par Arnaud Lanuque, Interview de Candy Wen, Essai vidéo, Portrait de Mona Fong, jaquette réversible et bande-annonce.



Titre : Return of the Bastard Swordsman / 布衣神相
Année : 1984
Durée : 1h35
Origine : Hong Kong
Genre : Crazy Bastard
Réalisateur : Tony Liu
Scénario : Tony Liu, Cheung Kwok-Yuen

Acteurs : Norman Chu, Alex Man, Lau Wing, Chen Kuan-Tai, Ku Kuan-Chung, Leanne Lau, Chiang Tao, Lo Lieh, Lau Wiu-Kwan, Chan Lau, Liu Lai-Ling, Phillip Ko Fei

 Bu yi shen xiang (1984) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Matt
Matt
12 octobre 2021 20:07

Bon c’est cool.
C’est une bonne chose qu’il soit sympa, même si inférieur, vu qu’il est vendu avec le premier^^
J’ai pris le coffret.
Avec Chinese feast et Tri-star (même si j’ai aucune idée de ce qu’est tri-star…à part un cheval ailé^^)

pti denis
pti denis(@pti-denis)
15 octobre 2021 12:59

J’avais déjà le premier que j’aime bien, je n’avais jamais vu cette suite.
Ta critique m’a convaincu, j’ai commandé le coffret Spectrum.

Moi, il y a des mots qu’il ne faut pas me dire « Combats en pagaille, Ninjas, Gore ». C’est mort, je veux absolument le voir.

Feroner
Feroner(@feroner)
Administrateur
4 décembre 2021 10:27

Je pense comme toi toujours aussi cool à regarder juste un poil moins bien.
Il y a un truc qui m’a fait bizarre c’est que sur le blu-ray spectrum le film est en Cantonais et ça surprend. Tellement l’habitude de voir les Wu Xia de la Shaw Brother en mandarin.
C’est pas bien grave mais sur la boite ils ce sont plantés. Il y a écrit Cantonais sur le premier et Mandarin sur la suite alors que c’est l’inverse.