[Film] Rasta Rockett, de Jon Turteltaub (1993)


Jamaïque, 1987. Derice, sprinteur, s’entraîne dur pour sa qualification aux 100 mètres, afin de représenter son pays aux jeux olympiques de cette année. C’est son plus grand rêve. Suite à une chute lors de l’épreuve déterminante, tout s’écroule. Mais l’athlète ne se décourage pas, il est prêt à tout pour participer à l’événement sportif. Il entend parler d’un ancien champion olympique de bobsleigh américain, un peu aigri, résidant sur l’île. Cet homme avait autrefois l’objectif de monter une équipe jamaïcaine de bobsleigh. Derice le persuade de constituer et d’entraîner son équipe, afin de concourir aux jeux olympiques d’hiver qui auront lieu trois mois plus tard.


Avis de Cherycok :
En cette période de vacances scolaires, c’est l’heure des soirées pyjamas devant des films familiaux. Alors quand on a des gamins de 8 et 10 ans, c’est parfois compliqué de trouver des films autres que des dessins animés et qui vont plaire à tout le monde. Après notre marathon Spy Kids l’an dernier, réussi pour les enfants, très douloureux pour nous parents, on a décidé de piocher dans ce qu’on considère comme des valeurs sûres. J’ai pour habitude de parler de films que personne n’a vu, mais aujourd’hui on va s’intéresser à une bobine que tout le monde connait au moins de nom : Rasta Rockett. Oui, une production Disney, pleine de bons sentiments et tout et tout ! Oui, ça fait du bien parfois. En plus, ça fera remonter plein de souvenirs de jeunesse. Et vous savez quoi ? Ce fût le carton plein. Les enfants étaient ravis, nous aussi.

Rasta Rockett s’inspire d’une histoire vraie, celle de la participation d’une équipe Jamaïcaine à l’épreuve de bobsleigh aux jeux olympiques d’hiver de 1988 au Canada. Bien entendu, une grosse partie des gags vont jouer sur les antagonismes Jamaïque / Canada, pays chaud / pays froid, et le fait que le bobsleigh n’est clairement pas le sport national de ce genre de pays. Cela pourrait peut-être paraître basique, voire facile, mais pourtant ça fonctionne du début à la fin, grâce à une bonne humeur communicative de la première à la dernière seconde. Rasta Rockett fait effectivement partie des feel good movies desquels on sort avec un grand sourire aux lèvres, avec cette sensation d’avoir passé un très bon moment devant sa télévision. C’est léger, fun, on se marre tout autant que les acteurs semblent s’être amusés à faire le film. On suit les péripéties de ces quatre jamaïcains plein de rêves, plein d’espoir, et on vit avec eux cette aventure tantôt amusante, tantôt émouvante, mais toujours très fun. Le quatuor de personnages a beau n’être que stéréotypes (le beau gosse, le gros bourrin, le timide, le déluré), ils sont immédiatement attachants, autant par leur naïveté que par leur façon d’être, à la fois bien différentes et complémentaires. Ils sont frais et cette fraicheur qui se dégage de leur jeu, on la doit sans doute au fait que, pour certains, il s’agissait ici de leur premier rôle au cinéma. Au départ, les producteurs avaient pensé à des acteurs bien plus célèbres pour incarner des personnages, tel que Eddy Murphy, Denzel Washington ou encore Wesley Snipes. C’est d’ailleurs en pensant à eux que les rôles ont été au départ écrits. Mais il y a fort à parier que la sauce aurait bien moins pris et que l’ensemble aurait été bien moins spontané. A noter la présence du regretté John Candy (Maman j’ai Raté l’Avion, Uncle Buck, Un Ticket pour Deux) dans un de ses derniers rôles, ce dernier décédant d’une crise cardiaque cinq mois après la sortie du film.

Rasta Rockett n’étonnera pas par le déroulement de son scénario. Nous sommes ici dans quelque chose d’extrêmement formaté, afin de parler à un large public, quel que soit son âge. Si on regarde sa construction, nous sommes dans tout ce qu’il y a de plus classique. Mais là où il fait fort, c’est qu’il arrive malgré tout à nous tenir en haleine. On se doute de comment toute cette histoire va finir, mais on a envie d’y croire car on est porté par son ambiance si particulière. Même lorsqu’on a déjà vu le film, la sauce reprend à chaque fois car tout a été pensé pour cela. La réaction aura d’ailleurs été sans appel auprès de nos marmots à peine le générique de fin retenti puisqu’un « On pourra le revoir ? » a immédiatement fusé. Pourtant, la mise en scène de Jon Turteltaub (Ninja Kids, L’Amour à tout Prix) n’a rien d’exceptionnel. La photographie est assez lambda, les cadrages sont basiques, les scènes de bobsleigh sont loin d’être intenses, il y a pas mal d’anachronismes, … Mais la magie Disney opère malgré tout grâce à cette ambiance cool qui se dégage du film, et ce en partie grâce à l’excellente bande son très reggae qui va rythmer les aventures de nos quatre héros pleins de fougue. La bande son du film est d’ailleurs devenue très populaire en France, en Angleterre, au Canada et bien entendu aux États-Unis, grâce à la chanson I Can See Clearly Now de Jimmy Cliff. Le succès au cinéma fût immédiat, le film rapportant pas loin de 155M$US pour un budget dix fois moins important. Lors de sa sortie, ce fût d’ailleurs le plus gros succès Disney pour un film live.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’ambiance fun et décontract
♥ L’humour bon enfant
♥ Le casting frais
♥ La bande originale
⊗ Prévisible
⊗ Mise en scène lambda
Rasta Rockett fait partie de ces œuvres cultes de Disney. Même si techniquement parlant, le film n’a rien d’extraordinaire, il n’en demeure pas moins un excellent feel good movie qui fait du bien par là où il passe.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Le crash dans la scène finale après la défaillance du bobsleigh est une vraie vidéo de la chute de l’équipe extraite des Jeux Olympiques d’hiver de 1988. Ce dysfonctionnement n’est pas expliqué dans le film car la scène censée le faire a été coupée au montage. En effet, on y voyait une scène de nuit où le coureur Est-Allemand s’infiltre dans un hangar afin de saboter le bobsleigh de l’équipe jamaïcaine, sabotage étant donc à l’origine de la défaillance de l’appareil.
• Le film a beau retracer une histoire vraie, il a cependant pris quelques libertés. Par exemple, l’équipe de Jamaïque a été accueillie comme il se doit lors de son arrivée au Canada. L’équipe originale n’était pas composée de sprinters ayant échoué aux sélections olympiques, ces dernières ayant traditionnellement lieux après les jeux d’hiver. Ou encore la soit disant vente de voiture afin de permettre à l’équipe de participer aux JO alors qu’en fait, il s‘agissait d’une vente de T-Shirts à leur effigie.
• Le 18 Janvier 2014, l’équipe jamaïcaine de bobsleigh à deux s’est qualifiée pour les jeux olympiques de Sotchi en Russie. Ils se sont décrits eux-mêmes comme les « Cool Runnings : La Seconde Génération », Cool Runnings étant le titre VO du film. Lors des qualification, Dudley Strokes, un des participants de l’équipe en 1988 et désormais secrétaire général de l’équipe officielle de bobsleigh de la Jamaïque, a affirmé que l’énorme engouement du public pour son équipe depuis leur arrivée n’aurait sans doute pas été le même sans le film Rasta Rockett.
• De nombreux acteurs ont été auditionnés pour le rôle des quatre coureurs. Citons par exemple Cuba Gooding Jr, Jeffrey Wright, Eriq La Salle, ou encore la légende du hip hop Tupac Shakur.


Titre : Rasta Rockett / Cool Runnings
Année : 1993
Durée : 1h38
Origine : U.S.A
Genre : Cool rasta !
Réalisateur : Jon Turteltaub
Scénario : Lynn Siefert, Michael Ritchie

Acteurs : Leon, Doug E. Doug, Rawle D. Lewis, Malik Yoba, John Candy, Raymond J. Barry, Peter Outerbridge, Paul Cœur, Larry Gilman, Charles Hyatt

 Rasta Rockett (1993) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Faze
Faze
19 février 2020 23:55

Pourquoi tout le monde aime ce film sauf moi !?!

3615 ma vie :

Lors d’un premier rendez vous avec une demoiselle , à la fatidique question :«quels sont tes films préférés ?» , la morue m’a répondue :« Rasta rocket» …
Je lui ai alors inculquée les vraies valeurs du cinéma , certe de façon véhémente , mais faut pas déconner avec moi !!
Je ne l’ai plus revue … 😀

Il y a comme ça , certains films , qui n’ont rien de mauvais en soi , voir carrément des films sympas (comme ce Rasta Rocket si je reste objectif) mais rien à faire … C’est viscéral ! Je peux pas …

Après tant mieux si toute ta tribu s’est bien amusée Chery , on est tous fan de ciné pour ça après tout !

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
20 février 2020 23:29

D’ailleurs , de quand date le dernier film d’animation d’un gros studio ? (Et je parle bien sûr d’animation 2d)

Sinon pour Rasta , des amis avec enfants , ont comme toi transmis leur amour du film à leurs chères têtes blondes.
Bref Rasta serait il un de ces films , comme les goonies , qui continueront à enchanter petits et grands pendant encore des années ?
On dirait bien que oui … malheureusement pour moi ! 😀

Ps : Wesley Snipes dans le rôle du grand costaud , à distribuer des patates de forains , là j’aurai dit oui !!!

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
21 février 2020 2:29

Ok , je pensais comme toi.
Donc déjà plus de dix ans que les gros studios us nous balancent des films en 3D …

J’espère qu’il y a encore une place pour l’animation traditionnelle au cinéma.
Et je parle pas du public mais de responsables et producteurs qui préfèrent la facilité de l’infographie et de son rendement économique plus viable …

Mais je m’égare à nouveau ! 🙂

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
23 février 2020 11:48

Tu n’es pas seul Faze, Rasta Rocket me fait ni chaud ni froid 😉