[Film] Puppet Master vs Demonic Toys, de Ted Nicolaou (2004)


Robert Toulon a découvert le secret de son oncle pour réanimer les Puppet Master, endormis depuis un certain temps. Pendant ce temps, une femme satanique et mégalomane décide d’envoyer des jouets maléfiques, les Demonic Toys, dans notre monde. Pour cela, elle doit faire un sacrifice et fait enlever la fille de Toulon. Toulon va donc réanimer les Puppet Master pour qu’ils aillent délivrer sa fille et en même temps détruire les Demonic Toys.


Avis de Cherycok :
Plus j’avance dans cette saga mythique de Full Moon, plus j’espère que le film que je vais regarder va être meilleur que l’opus précédent. Force est de constater que passé le 3ème qui était sincèrement très bon, c’est de pire en pire à chaque film. On a atteint le fond du seau avec le 8ème film, Puppet Master The Legacy qui était composé à 80% de stockshots des films précédents. Donc je craignais ce 9ème opus, en me disant que si ça continuait sur la même lancée, j’allais méchamment souffrir. Mais, surprise, c’était mieux ! Bon, ce n’était pas bon du tout quand même mais au moins je n’ai pas eu l’impression de revoir le même film et qu’on se foutait un peu de ma gueule. C’est déjà ça de pris. Mais le visionnage de Puppet Master vs Demonic Toys a quand même été assez pénible…

Nous sommes donc ici dans un cross over entre Puppet Master et Demonic Saga, une autre saga de chez Band dans laquelle on trouve des poupées meurtrières. Une saga bien moins longue que celle dont on traite ici mais également un peu particulière puisque après un premier opus, Demonic Toys, sorti en 1992, un premier crossover avec un autre univers de chez Band sort un an après, Dollman vs Demonic Toys (1993), puis un deuxième en 2004, Puppet Master vs Demonic Toys donc, puis enfin en 2010 le vrai deuxième opus intitulé Demonic Toys : Personal Demons. Mais nous parlerons plus en détails de cette saga si je trouve un jour le courage de me lancer dedans (et si je survis à mon marathon Puppet Master). Revenons à notre 9ème volet de la saga des marionnettes d’André Toulon, l’occasion de raviver la flamme des fans de la saga avec un opus spécial Noël. Oui, voilà, un téléfilm de Noël, en voilà une idée qu’elle aurait pu être bonne si ce qui nous avait été proposé avait été un minimum travaillé. L’idée de faire un crossover impliquant encore plus de poupées et de placer l’ensemble en période de Noël, pourquoi pas. Mais le résultat à l’écran est assez désastreux. Déjà, première chose dès que le générique d’introduction retenti, où est passé l’excellent thème des Puppet Master composé par Richard Band ? Non, à la place de ça, on a une vieille musique de Noël détournée. Déjà, ça commence mal, mais bon, passons, on se dit qu’on ne va pas enterrer le film au bout de 20 secondes. Donc on regarde le scénario se mettre en place. On comprend que c’est l’arrière petit neveu d’André Toulon qui a les marionnettes, il les aurait trouvées dans un marché aux puces à Paris, et il réussit, grâce aux livres d’André, à recréer la formule pour redonner vie aux poupées. En parallèle, on a une société de jouets qui veut s’accaparer le secret de Toulon et dont la patronne a passé un pacte avec Bael, un gros démon semblant sortir d’un épisode de Power Rangers. Le pacte en question ? Vendre un maximum de poupées à Noël, et en faire des jouets maléfiques grâce à Bael, les Demonic Toys, afin de dominer le monde. Mais pour cela, ils ont besoin du sang d’un descendant d’André Toulon. Voilà voilà. Oui, c’est con, c’est fumé, c’est naze, appelez ça comme vous voulez.

En guise de héros, on a droit à Corey Feldman. Mais si, souvenez-vous, Bagou dans les Goonies. Voilà, lui-même. Alors, je ne sais pas si c’est le désespoir ou la drogue, mais le pauvre est en surjeu total du début à la fin. Et c’est quoi cette voix grave qu’il se force à prendre et qui fait complètement faux ? En face de lui, la méchante, Vanessa Angel, que les gens nés au début des années 80 doivent connaitre puisqu’il s’agit de l’héroïne de la célèbre série Code Lisa, lèvres botoxées, joues remontées, poitrine siliconée. Et puis quelques seconds rôles anecdotiques dont la femme qui se débat le plus mal du monde. Bref, ça joue mal, ça joue très mal, et difficile de croire au moindre de ces personnages tant ils cabotinent. Au niveau des poupées, c’est pareil, deux camps s’opposent. D’abord, on a les Puppet Master qu’on connait maintenant bien. Mais on a l’impression de voir des versions d’occasion, usagées. Ça fait quand même mal de voir que l’animation des marionnettes, depuis qu’il n’y a plus David Allen à la barre, est aux fraises. Ils accélèrent leurs mouvements pour diminuer l’aspect ultra saccadé de l’animation et le résultat est affreux. Elles sont moins bien animées que dans le premier film alors que presque 15 ans les séparent, un comble ! Il n’y a plus personne qui maitrise le stop motion ? Je peine à le croire. Ou alors ils n’ont pas envie d’en payer un ? Ça c’est plus plausible. En tout cas, ça fait peine à voir. En face d’eux, les Demonic Toys, enfants pauvres du film de poupées semble-t-il. Ils sont démoniaques, mais aussi pour certains vulgaires, obsédés. Ils balancent des insanités, pètent, parfois pour se propulser. Clairement bien moins sympathiques que les Puppet Master. Et leur affrontement que nous promet le titre dans tout ça ? Eh bien il va falloir attendre les dix dernières minutes, où le réalisateur Ted Nicolaou (TerrorVision, la saga Subspecies) décide qu’il est temps d’arrêter les scènes de bla bla inutiles pour remplir un scénario qui tient sur un post-it, pour enfin voir un peu tout ce beau monde rentrer en action. Dix minutes plutôt rigolotes, quoique bien kitch, mais qui ont au moins le mérite de nous sortir de la léthargie dans laquelle nous étions tombés. Rien de bien folichon malgré tout à part un petit plan gore furtif d’une seconde où des yeux sortent de leur orbite, mais c’est déjà ça. Le film finit de nous achever avec un happy end bien ridicule comme il le faut car, vous comprenez, c’est l’esprit de Noël. Esprit de Noël mon cul oui !

LES PLUSLES MOINS
♥ Mise en scène pas catastrophique
♥ Les 10 dernières minutes
⊗ Le casting aux fraises
⊗ Un ventre mou de 1h
⊗ L’animation des marionnettes
⊗ Des incohérences de partout
Même s’il est supérieur au 8ème opus qui était tombé dans des tréfonds obscurs, ce 9ème film de la saga Puppet Master reste une ratage quasi-total. Incohérent, chiant, mal interprété, fauché, Puppet Master vs Demonic Toys ne vaut réellement le coup d’œil que pour ses 10 dernières minutes. Est-ce que le 10ème redressera la barre ? La suite au prochain épisode…

LE SAVIEZ VOUS ?
• L’ancienne actrice porno Traci Lords devait interpréter la méchante du film mais elle a fait marche arrière suite aux conflits budgétaires entre Shadow Entertainment (Full Moon Pictures) et la chaîne Sci Fi.
• Le film devait être au départ réalisé en 1993 afin de suivre la sortie de Demonic Toys. Mais cela a finalement été abandonné au profit de Puppet Master 4.
• Full Moon avait initialement prévu de réaliser une mini-série “Puppet Wars” se passant à peu près à la même époque que “Puppet Master Vs Demonic Toys”, mais l’idée de la série a été abandonnée en raison d’un manque de fonds.
• Tunneler et Leech Woman sont absents de ce film, peut-être parce qu’il a été écrit à l’origine pour se dérouler après Puppet Master II, et que ces deux marionnettes ont été gravement blessées pendant ce film.


Titre : Puppet Master vs Demonic Toys
Année : 2004
Durée : 1h28
Origine : U.S.A
Genre : Crossover
Réalisateur : Ted Nicolaou
Scénario : C. Courtney Joyner

Acteurs : Corey Feldman, Vanessa Angel, Danielle Keaton, Silvia Suvadova, Nikolai Sotirov, Dessislava Maicheva, Velizar Binev, Angelina Hadjimitova

 Puppet Master vs Demonic Toys (2004) on IMDb


0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
30 janvier 2021 10:40

Pour Corey Feldman, je ne sais pas, dans tous les films où je l’ai vu post 2000 (pas un tas, mais quelques uns quand même), il a toujours eu une voix méga grave qui fait super bizarre quand tu l’as vu dans LES GOONIES ou encore dans GÉNÉRATION PERDUE. L’alcool ? La cigarette de manière abusive ? Je ne sais pas hein, mais je pense que c’est juste sa voix.

Bon sinon cet énième opus a l’air tout aussi désastreux que le reste, rien que la pochette elle fait peur et sent le truc fait en 2 minutes chrono en main sur photoshop avec deux poupées détourées à la va vite et pouf, on colle le tout sur un fond, on rajoute un logo et c’est parti on vends tout ça chez Walmart…
Bon moi j’ai revu le premier opus avant hier, c’était sympa, mais c’est vrai que le premier est néanmoins assez lent avant de se mettre en route. J’avais dis que je reverrais la trilogie de base que j’aime bien, donc, j’ai mis le temps vu que j’en parle depuis un bail, mais je le fais.

Rick
Administrateur
Reply to  Cherycok
30 janvier 2021 13:05

Si c’est un style qu’il se donne dans tous ces films, c’est quand même assez chaud je trouve. De mémoire, même son caméo dans TOXIC AVENGER 4 il avait une voix déjà bien grave.
Non mais je ne comptais jamais aller au-delà du 3 hein, j’ai déjà vu le 4 il y a une dizaine d’année et ça m’a suffit, et vu qu’apparemment, ce n’est que le début de la descente aux enfers, tout est dit.

Rick
Administrateur
Reply to  Cherycok
30 janvier 2021 20:01

Ah…. ouais….D’accord, c’est vraiment un genre qu’il se donne quoi. Car dans le peu de films récents où je l’ai vu (la suite de GÉNÉRATION PERDUE en dtv, qui doit dater de 2008 ou un truc du genre), il avait la même voix que dans l’extrait de PUPPET MASTER, de mémoire.