[Film] Protection Rapprochée, de Peter R. Hunt (1987)

Jay Killian, un vétéran des services de protection, se voit confier la sécurité de Lara Royce Craig, la première dame des États-Unis. Arrogante et plutôt têtue, elle se heurte à la détermination et au professionnalisme de son protecteur…


Avis de Rick :
1987, dans les bureaux de la Cannon, les choses vont mal. Les dettes augmentent, l’année 1986 n’a pas renflouée les caisses malgré quelques succès, notamment en vidéo club. Oui en 1986, il y avait Delta Force, Cobra. Mais surtout, il y avait L’Invasion Vient de Mars et Massacre à la Tronçonneuse 2, qui ont fait beaucoup de mal au studio. Mais chez la Cannon, on ne s’arrête jamais, on se dit toujours que le prochain film cartonnera et va renflouer les caisses. Du coup, on continue de tourner, beaucoup, mais par contre, on baisse les budgets. La situation ne va pas donc s’arranger, le studio enchaînant les échecs cette année là, avec Le Justicier Braque les Dealers, Les Maîtres de l’Univers, Over the Top et Superman IV. Oui, pour beaucoup, des « gros films », qui se voient tourner dans des conditions parfois précaires et des budgets ridicules pour les ambitions, et pourtant, de gigantesques échecs financiers. Et pourtant, en regardant de plus près, 1987 n’est pas une mauvaise année pour la Cannon, puisqu’ils produiront également Barfly de Barbet Schroeder et King Lear de Jean-Luc Godard. Oui on ne plaisante pas. Mais voilà, pour deux films d’auteurs, combien d’échecs ? Combien de films aux budgets étriqués ? Combien de films tournés dans l’urgence totale pour rebondir sur de vieilles gloires passées ? Et si très souvent, j’ai une certaine sympathie pour les productions Cannon, même les ratées (Le Justicier Braque les Dealers n’est pas totalement mauvais par exemple), et bien, ce n’est pas le cas pour Assassination, renommé Protection Rapprochée pour sa sortie Française. Un film qui avait vraiment tout pour avoir un gigantesque capital sympathie, mais qui échoue, plutôt lamentablement. Pourtant, oui, tout était là. Une intrigue policière à base de complot politique, un Charles Bronson faisant du Charles Bronson, Jill Ireland, sa femme, pour sa dernière présence à l’écran aux côtés de son mari, et Peter R. Hunt derrière la caméra, signant d’ailleurs son tout dernier film ici, longtemps après la mise en boite d’impressionnantes scènes d’action pour l’époque chez James Bond dans Au Service Secret de sa Majesté.

Mais non, Protection Rapprochée n’est pas bon, et dans un sens, quand on voit les talents présents derrière la caméra ou la sympathie de voir le couple à l’écran, ça fait mal. Car Protection Rapprochée, c’est en fait, dans un sens, la première production Cannon qui semble intégralement fauchée. Ou tout semble être en pilotage automatique. La preuve, on l’aura dés le générique d’ouverture, ou pour économiser déjà un peu d’argent, la Cannon prend tout simplement un thème d’Invasion USA pour accompagner tout ça. Hop, un morceau de moins à payer pour être composé. Ensuite ? Et bien, nous avons là une intrigue policière assez classique, comme c’est souvent le cas, mais qui pourrait, pourquoi pas, être efficace, sauf que même là, ça ne va pas. Bronson est clairement trop vieux pour être crédible lors de scènes de poursuites où il chevauche une moto, où court dans un champ avant de sortir un lance roquette. Mais s’il n’est pas crédible, le pire étant que la mise en scène finalement n’essaye même plus de nous faire croire à ce que l’on voit. C’est flagrant dés que Bronson est sur une moto. La première fois, voilà que la mise en scène ne cherche même plus à cacher le cascadeur, non, on cadre frontalement, en plan large, et on voit clairement que ce n’est pas papy Bronson sur la bécane. Et plus tard, lors d’une courte poursuite encore une fois à moto, c’est tout aussi flageant, et la mise en scène n’essaye plus du tout, se contentant de filmer mollement une voiture poursuivant deux motos, avant d’être percutée par un train. Rendre tout ça dynamique ? L’accéléré pour la poursuite, rendant le tout risible, et un montage ultra découpé pour l’accident, nous offrant ainsi l’accident le moins crédible que j’ai pu voir, et pourtant, j’en ai vu des scènes d’accident ratées pour des raisons diverses. Peter Hunt était peut-être trop fatigué, peu motivé, ou tout simplement qu’il ne pouvait rien faire de potable avec un budget aussi bas.

En tout cas, l’action échoue lamentablement, ce qui est dommage pour un thriller politique qui tente de mettre l’accent dans ce domaine. En fait, la seule réelle qualité du métrage, objectivement, ce sera une certaine tendresse qui se ressent entre Charles Bronson et Jill Ireland à l’écran. Ils sont crédibles à certains moments. Même Jan Gan Boyd, jouant la petite amie de Bronson, et travaillant avec lui, est plutôt crédible. J’ai presque trouvé qu’il y avait quelque chose d’assez doux dans la relation entre les personnages, même lorsqu’ils s’engueulent. Sans doute car entre papy Bronson qui s’engueule et papy Bronson en motocross, l’un est plus crédible que l’autre lorsqu’il dépasse les 65 ans. Subjectivement par contre, la scène finale aura eu un effet hilarant sur moi, tellement je ne l’ai pas vu venir. Quelle chute pour un tel film ! Mais rire au bout de 1h24 de métrage, ce n’est pas une grande qualité au final, tant ce qui précède ne fonctionne pas. Triste pour Bronson, triste pour Ireland, triste pour Hunt, mais également triste pour la Cannon. Leur envie de tourner, à tout prix, les envoie droit dans le mur, et cela n’a jamais été aussi flagrant qu’ici. Cela n’arrêtera ni le studio, ni Bronson, qui tournera la même année dans deux autres films du studio, puis deux autres métrages pour J. Lee Thompson et la Cannon en 1988 et 1989, mais ça, on en reparlera. Protection Rapprochée, lui, est à éviter, même pour les fans du studio, car il ne nous fera même pas rire.

LES PLUSLES MOINS
♥ Charles Bronson et Jill Ireland une dernière fois ensembles⊗ Action totalement foirée
⊗ Un manque de budget flagrant
⊗ Mise en scène peu inspirée de Peter Hunt
⊗ Jamais drôle, jamais vraiment prenant
note25
Le dernier film de Peter Hunt est très loin d’être une réussite. Pas assez mauvais pour être drôle, mais jamais bon, ça se suit très mollement, avec des scènes d’action souvent risibles et un Bronson jamais crédible.


Titre : Protection Rapprochée – Assassination
Année : 1987
Durée :
1h28
Origine :
Etats Unis
Genre :
Policier
Réalisation :
Peter R. Hunt
Scénario :
Richard Sale
Avec :
Charles Bronson, Jill Ireland, Stephen Elliott, Jan Gan Boyd, Randy Brooks, James Lemp et Michael Ansara

 Assassination (1987) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 votes
Article Rating

Auteur : Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de David Lynch, John Carpenter, David Cronenberg, Tsukamoto Shinya, Sono Sion, Nicolas Winding Refn, Denis Villeneuve et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.
S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Faze
Faze
17 février 2022 0:58

Je l’avais trouvé carrément génial quand je l’ai vu … à l’âge de 10 – 11 ans ! 😀
Jamais revu depuis et vu la réputation et à présent ta chronique , je pense que je vais resté sur mon souvenir de gamin content de voir papy Bronson tué du méchant !

Et juste histoire de pas dire de connerie , c’est bien dans ce film la scène en buggy avec le couple papy Bronson et sa femme au volant ? (si c’est pas le cas alors je me plante dans mes souvenirs)

Faze
Faze
Reply to  Rick
18 février 2022 0:36

Jeune et con … 😀

Sinon pour rester dans le thème : tu connais Robert Bronzi ?
Et si oui , as tu vu un de ses films ? (perso j’ai un peu peur du résultat)