[Film] Peninsula, de Yeon Sang-ho (2020)

Quatre ans après les évènements en Corée du Sud, Jung-seok est un ancien soldat qui a réussi à s’échapper de la péninsule de Corée désormais infestée de zombies. Une dernière mission l’oblige à retourner à Séoul pour récupérer un bien précieux. Il va y découvrir que des personnes non-infectées y vivent encore, livrées à elles-mêmes.


Avis de Rick :
En 2016, Dernier Train pour Busan avait fait sensation au festival de Cannes, puis auprès du public. Du grand public je précise. Car autant si on veut se la jouer cinéphile pointilleux qu’amateur de cinéma de genre, beaucoup de choses ne collent pas dans Dernier Train pour Busan. Rien qui n’en fasse réellement un mauvais film, mais pas mal d’éléments qui abaissent le verdict. Des zombies beaucoup trop clean, des CGI discutables et très voyants, et une dernière partie hors du train moins intéressante et jouant beaucoup trop sur les sentiments en sortant les violons, à deux doigts de tomber dans le ridicule suivant la tolérance du spectateur. Mais il y a aussi de bonnes choses, comme une excellente gestion de l’espace dans le train, et donc de la mise en scène, quelques scènes de tension qui fonctionnent, une partie technique souvent très solide. Alors quand on annonce une suite se déroulant dans le même univers des années plus tard en 2018, les fans du film sont contents, les autres plus perplexes. Il faut avouer que lorsque le réalisateur annonce ses influences, on se dit que cette suite, nommée Peninsula, sera bien différente. Ses influences donc ?

Land of the Dead de Romero, Mad Max Fury Roads de Miller ou encore Dragon Head de Jôji. Soit du film de zombies social et gore, de l’action excellente et pratiquement sans CGI et de la survie post apocalyptique. Soit Yeon Sang-ho, le réalisateur et coscénariste, veut en faire beaucoup trop et va sombrer dans le nanar, soit il veut à tout prix livrer un film totalement différent du précédent, et dans le fond, plus adulte. Et pourquoi pas les deux à la fois finalement ? Et bien maintenant, nous le savons, puisque Peninsula a pu débarquer en Corée en Juillet (devenant le succès de l’année, mais succès facile vu l’état des salles en 2020), aux Etats Unis en Août, et s’apprête à débarquer en France en Octobre si tout va bien. Avec 16 millions de budget et ses nombreuses influences parmi lesquelles nous pourrons rajouter clairement New York 1997 ou à cause du ton employé Doomsday, Peninsula se plante. Parfois en beauté même. Un peu comme si le métrage prenait les qualités et défauts du premier film et décidait de doubler voir tripler le contenu, pour en tripler les effets. Ce qui est réussi l’est toujours, mais ce qui est raté le sera beaucoup plus. Et piquera parfois bien des yeux, avertis comme néophytes.

Ironiquement, même si le prologue ne met pas en confiance, se déroulant au début de l’infection, et donc en 2016, ce sera le meilleur du métrage, tant il semble vouloir jouer dans une cour qui lui correspond, la jouer safe. Une famille, dont notre héros, qui se rend vers un bateau pour quitter la Corée, bateau qui se dirige vers Hong Kong pour évacuer les survivants. Sauf que, infectés à bord, carnage, tout ça tout ça. Le meilleur du film, puisque le réalisateur semble encore une fois s’en sortir lorsqu’il faut filmer dans des couloirs exigus. Mais oui, qui ne met pas en confiance, car si les zombies du film original avaient des mouvements parfois proches de la danse, et qu’en étant ouvert, ça passait, ici voir le premier infecté se relever en faisant un salto arrière, ça fait rire. Et pas si sûr que c’était l’intention. Mais c’est court, rythmé, pas trop mal filmé, bien géré. Nous voilà 4 ans plus tard, à Hong Kong, où l’on retrouve quelques rares survivants Coréens qui tentent de reconstruire leur vie, ou plutôt de survivre. Jusqu’à ce qu’on décide de les envoyer de nouveau en Corée, coupée du monde, en quarantaine. Un pays dont on ne sort pas, dont on ne rentre pas. Le but ? Récupérer de l’argent dans un fourgon et revenir à Hong Kong. Vous la sentez non la grosse influence New York 1997 là ? Au début, j’ai voulu y croire en plus. Photographie plutôt léchée (comme souvent dans le cinéma Coréen vous me direz), plans calmes sur des rues délabrées, désertiques, une envie de jouer sur la tension. Puis en un instant seulement, lorsque nos personnages trouvent le fameux fourgon, tout s’effondre. Le moment où les zombies, mais aussi les autres personnages principaux (une mère et ses deux enfants surdoués) ainsi que les antagonistes (un groupe de survivants qui forcent des esclaves à survivre face à des zombies pour faire des paris) débarquent, tout s’effondrent. Comme si le réalisateur balançait ses influences l’une après l’autre à l’écran, mais ne savait pas quoi en faire, ou comment les gérer, et se laisser donc aller au full CGI dégueulasse. À quoi bon s’inspirer de Mad Max Fury Road si c’est pour supprimer la principale particularité du métrage, à savoir des poursuites et cascades effectuées pour de vrai ? Car ici, les poursuites en voiture, et il y en a plusieurs, elles sont réalisées en CGI, avec des voitures moches, qui font des virages impossibles, réagissent à la vitesse de l’éclair, et semblent ne peser que 2 ou 3 kilos vu les cascades.

De quoi faire rougir Vin Diesel, mais de quoi faire pleurer les yeux des amateurs puisqu’on a l’impression de se retrouver devant une cinématique de l’ère PS2 (pour rappel, la PS5 sort dans deux mois). Le film se tire une grosse balle dans le pied dés ce moment là, et ne va jamais réellement sans relever. Car le constat peu glorieux de la fameuse scène de poursuite ne quittera plus jamais le métrage. Lorsque l’on nous présente des survivants livrés à eux même et faisant survivre des pauvres humains face à des zombies, qui vivent en plusieurs groupes, évidemment, on pense à Romero et son Land of the Dead, sauf que Peninsula en retire le message social et le gore. Quand à New York 1997, si l’on peut bel et bien y voir une grosse influence avec ce héros qui passe dans une zone coupée du monde pour récupérer un objet, livré seul face à lui-même, et devra s’en sortir pour rester en vie et repasser de l’autre côté, et bien c’est raté aussi, tant aucun personnage ne semble bien écrit, aucune scène ne passionne, rien n’est jamais bad-ass. Si l’on rajoute par dessus tout ça la capacité du réalisateur à verser une nouvelle fois dans le pathos à grands coups de ralentis tristounets avec ces musiques larmoyantes pour faire sortir une larme chez le spectateur, on rigole.

La dernière partie du métrage est bourrée de ce genre de moments. Mais même au niveau de son univers, Peninsula se tire une belle balle dans le pieds, en affichant un univers plutôt réaliste dés lors qu’il ne se passe pas grand-chose à l’écran (plans fixes sur les rues dévastées, dans des lieus clos, tout ça), mais ridicule dés qu’il se passe quelque chose, à grand renforts de plans full CGI ignobles, où décors, zombies et véhicules ne sont que des éléments désincarnés et mal finalisés à l’écran. Pire que de rendre son univers peu crédible et parfois risible, Peninsula semble renier des éléments pourtant clés de Dernier Train pour Busan, comme les zombies qui s’arrêtent net dés qu’ils ne voient plus leur cible. Ici, on aura un personnage qui se cache dans l’arrière d’un fourgon, portes fermées et sans fenêtres, mais les zombies ne lâchent pas. Les éléments sont utilisés quand ça arrange le scénario pour le faire avancer, et rien de plus. Yeon Sang-ho a voulu en faire trop, mettre tout ce qu’il aime dans son film, mais n’a eu, soit pas les moyens, soit pas le temps, soit pas le talent pour avoir un résultat qui tienne la route. Là, on est dans de la petite série B un peu risible qui pourra divertir mais qui n’est jamais bonne.

LES PLUSLES MOINS
♥ Dans le fond, ça peut divertir
♥ Quelques moments calmes réussis
⊗ Le côté gore et social absent
⊗ Le côté action raté par abus de CGI
⊗ Personnages inintéressants
⊗ Très souvent ridicule et moche
note2
Peninsula est un bien beau ratage, peu cohérent avec son univers, qui abuse des CGI, des poursuites ratées, et emprunte à droite et à gauche sans savoir quoi en faire, et pourquoi ça marche ailleurs et pas ici.



Titre : Peninsula – 반도 – Bando – Train to Busan Presents: Peninsula

Année : 2020
Durée :
1h56
Origine :
Corée du Sud
Genre :
Fantastique
Réalisation : 
Yeon Sang-ho
Scénario : 
Yeon Sang-ho et Park Joo-Suk
Avec :
Gang Dong-won, Lee Jung-hyun, Lee Re, Kwon Hae-hyo, Kim Min-jae et Koo Kyo-hwan

 Peninsula (2020) on IMDb


Galerie d’images :

5 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
20 septembre 2020 12:26

Il n’a que des critique négative j’ai rarement vu ca et la je me dis que Merej va trouver ca génial, même pas. Pourtant j’y croyais a ce film “Le côté gore et social absent” ca me posais aucun problème car c’est ce que j’avais pas aimé dans le premier. “Voir le premier infecté se relever en faisant un salto arrière, ça fait rire” le concept du zombie est complètement absurde alors ils peuvent bien faire des salto arrière faire le moonwalk ou péter des flames ca me gène pas si c’est dans un gros film d’action qui dépote et ce prend pas au sérieux. “Le côté action raté par abus de CGI” ca et les poursuites en CGI ca refroidis bien et si il y a en plus du gros pathos… Je le regarderais quand même et au moins ca dure pas 2h30.
Alive a l’air d’étre la sensation du moment je vais me le faire prochainement. Ca a l’air d’étre un pur film du zombie qui respecte les codes du genre mais les codes du genre me font un peut chier. J’avais bien aimé world war z car justement ca ressemblais a aucun autre film du genre.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Feroner
20 septembre 2020 20:22

Moi je vais faire l’impasse pour le moment. Tout le monde dit que c’est à chier, et deja le trailer m’avait fait ultra peur. Donc je fais l’impasse.
World War Z, j’ai pas pu. A l’inverse, je suis fan de zombie, mais là il y avait tout ce que je n’aimais pas dans le film de zombie. Peu de sang, un héros qu’on voit sur tous les plans parce que, hey, vous comprenez, c’est Brad Pitt, et un côté grand spectacle qui ne me va pas du tout pour ce genre de film.

Oli
Reply to  Feroner
22 septembre 2020 4:55

Pareil. WORLD WAR Z était vraiment intéressant, pas parfait mais il tentait des choses, parvenait à surprendre. J’ai bien aimé. Le premier TRAIN POUR BUSAN (j’ai oublié le titre) pas fan par contre. Donc la suite… vu les critiques de Rick avec qui je suis souvent d’accord, je ferai l’impasse – ou alors je le regarderai quand il sera dispo sur Amazon.prime.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Rick
24 septembre 2020 9:10

Le film n’a pas grand chose à voir avec le roman. Le film de Brooks a même dit qu’il n’aimait pas ce qu’ils avaient fait de son bouquin