[Film] Muthu, de K. S. Ravikumar (1995)


Muthu est le nom du serviteur préféré d’une riche et influente famille de la région de Madras. Il est apprécié et admiré de tout son entourage quel que soit son niveau social. La situation va se dégrader lorsqu’il tombera amoureux de la même personne que son maître.


Avis de Laurent :
Bien que très différent dans sa forme, le cinéma Tamoul de “ Kollywood ” (cinéma du sud de l’Inde de l’Etat du Tamil Nadu) ressemble à son homologue de bollywood au niveau de son impact sur la population locale. Réalisé par K.S. Ravikumar, Muthu nous confirme que la frontière entre la folie et le génie est parfois bien mince. Véritable fresque colorée, cette production fonctionne sur l’individu de la même façon que le Fabuleux destin d’Amélie Poulain : c’est-à-dire que quel que soit la gravité de votre morosité vous ressortirez de cette projection le sourire jusqu’aux oreilles et vous aurez repoussé bien loin vos soucis du quotidien. Vous l’aurez compris : Muthu est le médicament antidépressif de dernière génération. Interprété par la superstar Rajinikanth, Muthu est le nom du serviteur fétiche d’une grande famille indienne. Avec un physique de tombeur (son clin d’œil est ravageur) à mi-chemin entre Bud Spencer pour les abdominaux et José Bové pour la moustache, il est en fait un super-héros qui ne se bat pas à l’aide de Kryptonite mais avec un torchon à carreaux dont les coups font aussi mal qu’un fouet. Orphelin de naissance, il a le malheur de tomber amoureux de la même femme que son maître. Le film Muthu se décompose en fait en trois parties.

La première est un film d’action aux scènes de Kung-Fu monstrueuses. Imaginez notre brave Muthu se battre avec son torchon, au rythme des sons énormes d’un synthé Bontempi à chaque coup porté (à plus de 30 centimètres du visage). Et c’est une force de la nature notre cher Muthu car il arrive à faire voltiger de plusieurs mètres ses adversaires (et accessoirement à les faire traverser vitres et murs) à l’aide de claques phénoménales. Et il faut le faire décoller le gros moustachu de 120 kilos ! Cette première partie se termine par une anthologique course poursuite impliquant une centaine de chars à faire passer celle de Ben Hur pour du mou de veau en tranches. Des cascades fabuleuses à faire rougir les meilleurs techniciens de Hong Kong. Muthu arrive à se défaire de ses poursuivants en s’accrochant à une liane pour faire le Tarzan sur des kilomètres (sans changer de liane) et ensuite retomber sur son char pour sauter par-dessus un canyon. Enorme ! La deuxième partie est plus axée comédie et développe les relations entre les différents personnages. Le point culminant est cette fabuleuse scène autour d’une fontaine, née d’un énorme quiproquo impliquant une bonne dizaine de personnages. Enfin la dernière partie reste la plus dramatique et mystique avec un twist final énorme nous renseignant sur la véritable identité de notre super-héros à moustache.

Les chansons sont accrocheuses et chorégraphiées à merveille, les comédiens n’ont aucun complexe physique pour mettre en valeur leur corps potelé, à des années lumières de nos standards de beauté. Tourné dans des décors naturels somptueux, avec un nombre de figurants impressionnant, Muthu se classe hors catégorie. Son cinéma est total, sans complexe et son génie tient justement à cette naïveté à vouloir bien faire. Débordant d’idées et de mouvements de caméra improbables, ce film à valeur d’électrochoc, de la même intensité qu’à la découverte du cinéma coloré et novateur de Tsui Hark (ce dernier n’a d’ailleurs jamais caché son inspiration du cinéma indien comme le prouve son chef d’œuvre Green Snake). L’autre grande référence, malgré le fossé culturel résultant entre les deux réalisateurs, est le grand Chat noir chat blanc de Kusturica. Même intensité dramatique, même bonne humeur, même énergie et même omniprésence de musique (normal vous me direz on est en Inde). On y retrouve même la participation de ces oies si chères au maître serbe lors des chorégraphies dansées. Des personnages hauts en couleurs avec des gentils vraiment gentils et des méchants très très méchants, Muthu vous plonge dans un univers de bonne humeur et de joie de vivre totales.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un film fou
♥ Les scènes d’action folles
♥ Les danses et chansons
♥ La mise en scène folle
⊗ …
Vous l’aurez compris, Muthu mérite vraiment de sortir de l’anonymat et démontre une fois de plus que le génie se trouve au-delà de la folie. Un très gros coup de cœur.



Titre : Muthu
Année : 1995
Durée : 2h45
Origine : Inde
Genre : Comédie musicale / Action
Réalisateur : K. S. Ravikumar
Scénario : K. S. Ravikumar

Acteurs : Rajinikanth, Meena, Sarath Babu, Radha Ravi, Senthil, Vadivelu, Jayabharathi, Subhashri, Ponnambalam, Vichithra, Raghuvaran, Tiger Prabhakar

 Muthu (1995) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Laurent

Un des membres les plus anciens de HKmania. N'hésite pas à se délecter aussi bien devant un polar HK nerveux, un film dansant de Bollywood, qu'un vieux bis indonésien des années 80. Aime le cinéma sous toutes ses formes.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments