[Film] Lake Placid vs Anaconda, de A. B. Stone (2015)

Suite à un incident causé par un groupe de chercheurs, des crocodiles et des anacondas géants se retrouvent en liberté. Le shérif de la ville doit trouver une solution pour détruire les deux reptiles avant qu’ils ne tuent tous les habitants de la ville.


Avis de Cherycok :
Lake Placid. Anaconda. Deux franchises de chacune quatre épisodes allant du marrant au bien moisi. On les croyait désormais mortes et enterrées lorsque Lake Placid vs Anaconda pointe le bout de son nez. Mais qu’est-ce qui a bien pu passer dans la tête des producteurs pour nous pondre un crossover qu’on devine à l’avance bien foireux. C’est quoi l’histoire, ils voulaient faire une suite à Anaconda et une à Lake Placid mais ils n’avaient pas d’argent pour deux films alors ils en ont fait un seul mélangeant les deux ? Le mystère plane encore plusieurs mois après sa sortie mais ça sent l’arnaque à plein nez cette histoire non ? Et quoi de plus correct que de mettre un réalisateur novice aux commandes histoire de bien condamner d’entrée de jeu toute carrière cinématographique. Oui, les producteurs sont des gens très sympathiques. Alors que vaut cet affrontement entre des crocodiles mal faits et des anacondas géants encore plus mal faits ? Etant donné qu’on s’attend à voir de la bouse, on peut dire que le film comble nos attentes !

Tourné en Bulgarie avec un budget sans doute dérisoire, Lake Placid vs Anaconda nous présente le scénario habituel de ce genre de production où, en cinq minutes top chrono, des scientifiques débiles qui voulaient faire des expériences font une gaffe et hop, voilà un croco et des anacondas génétiquement modifiés relâchés en pleine nature. C’est con un scientifique dans les productions lowcost de toute façon, c’est prouvé ! Oui, ils voulaient tenter des mutations entre les deux espèces afin de découvrir une solution pour la jeunesse éternelle car soit disant, soit disant hein, leurs expériences pourraient engendrer la régénération des cellules. Oui, c’est très con un scientifique. Un scénario hautement débile dont l’idée principale a déjà été utilisée dans des films tels que Sharktopus vs Whalewolf (2015), c’est dire si même dans les productions bas de gamme on se pompe allègrement les uns les autres. Bref…
Et pour faire les couillons au milieu de tout ça, on retrouve l’indécrottable Corin Nemec (Parker Lewis, Stargate SG-1) dont un ne compte plus les immondes bouses : Robocroc, Dracano, Dragon Wasps, Jurassic Attack, Beach Shark,… et je pourrais continuer comme ça un moment. Et pour donner un semblant de liaison avec une des deux sagas dont le film est le crossover, on retrouve deux acteurs déjà présents dans certains volets de la série Lake Placid. Yancy Butler (Kick Ass 1 et 2) avec ses expressions faciales un peu trop appuyées pour être naturelles, présente dans les 3ème et 4ème épisodes, et Robert Englund (Freddy), reprenant son rôle du Lake Placid : Final Chapter, qui décidément semble avoir besoin de thunes pour payer ses impôts. Néanmoins, ce dernier reste l’une des seules attractions du film qui n’a clairement pas grand-chose pour lui… Ca joue quand même comme des pipes, avec la plupart des figurantes sexy se contentant de ricaner ou crier comme des pouffes et des figurants en fodn qui arrivent à mal jouer sans même prononcer le moindre mot.

On sent bien que Lake Placid vs Anaconda a été tourné en mode second degré, même s’il ne semble parfois pas complètement assumé car certaines scènes paraissent un brin trop sérieuses. Sauf que nous balancer des images en essayant de nous faire comprendre « Hey les gars, regardez, c’est très con cette scène ! », ça ne suffit pas à faire un bon nanar. Non messieurs les producteurs véreux qui veulent faire du pognon rapidement avec une production vite tournée / vite emballée, c’est tout un art le nanar ! Surtout quand on ne respecte pas les codes ! Oui chers rares lecteurs qui se seraient aventurés sur cette chronique, pas l’ombre d’un plan nichon ! A un moment donné, on y croit pourtant ! Deux voitures chacune remplies de quatre pouffes (et le mot est faible) font leur apparition. On s’écrie « Ca sent le plan nichon là ou je ne m’y connais pas ! ». Et roh, elles vont se baigner dans un lac en plus. On y croit encore ! On attend, on attend, et ça tarde à arriver tout de même un petit peu là. Et putain de merde, ça n’arrive jamais ! Mais c’est quoi cette histoire !?! Même les pré requis ne sont pas respectés ! C’est la base merde ! Reprenons nos esprits…
Oui, Lake Placid vs Anaconda est une bonne grosse arnaque où même le peu qu’on est censé espérer avec ce genre de film n’est pas forcément présent. Même le combat qu’on attend, et encore « attendre » est un bien grand mot, entre ces chers reptiles n’arrive qu’à quelques minutes de la fin. De toute façon, il est tout simplement dégueulasse. Mou, court, sans aucun intérêt.

Ah ben oui, parce que les effets spéciaux sont ceux qu’ils sont hein, et avec un budget avoisinant sans doute les 500000$MUS frais de cantine compris, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Mal incrustés, textures et couleurs qui bavent, avec des monstres qui changent de taille en fonction des plans, ça sonne faux, très faux, et c’est moche, très moche.
Heureusement, quelques éléments nous amènent malgré tout le sourire et c’est ce qui permet de tenir le choc devant cette bouse dont on ne compte même plus les incohérences. On essaie de nous faire croire que c’est l’été et que du coup, nos deux quatuor de pintades vont aller se baigner dans le lac. Mais c’est sans compter sur leur lutte pour rentrer dans l’eau qui semble glaciale et ces bons gros nuages orageux dans le ciel. Notre banc de morues encore, et leurs réactions toujours plus intelligentes. Imaginez-les enfermées dans un véhicule à l’arrêt entouré de crocos géants. Vous avez la scène ? Et ben c’est grosses couilles, elles ne trouvent rien de plus malin que d’ouvrir les fenêtres. Faut pas venir pleurnicher après si tu te fais becter un bras hein ! Petite rire en coin également lorsque notre croco, soit disant géant, se retrouve caché sous un lit (la maison était fermée, il est rentré comment ? Le mystère reste entier) et prend des coups de latte sur le dessus du crâne parce qu’un couple de jeunes décérébrés se fait le Kamasutra en 10 leçons juste au dessus. Mention spéciale par contre (et là c’est sérieux) pour les dialogues funs et sarcastiques, un des rares bons points du film.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les dialogues⊗ Les acteurs
⊗ Les effets spéciaux
⊗ Ben tout le reste en fait…
Note :
Note nanar :
Lake Placid vs Anaconda ne trouvera pas sa place dans les mauvais films sympathiques. Malgré quelques moments funs ci et là, il tient bien plus de l’étron cinématographique que du nanar rigolo. Et dire que la fin laisse entrevoir une suite… Epargnez nous messiers les producteurs, s’il vous plait…



Titre : Lake Placid vs Anaconda
Année : 2015
Durée : 1h32
Origine : U.S.A
Genre : Round 1, fight !
Réalisateur : A. B. Stone
Scénario : Berkeley Anderson

Acteurs : Adam Scott, Toni Collette, David Koechner, Emjay Anthony, Stefania LaVie Owen, Krista Stadler, Conchata Ferrell, Allison Tolman, Maverick Flack

 Lake Placid vs. Anaconda (2015) on IMDb


Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *