[Film] Lady Snowblood 2, de Fujita Toshiya (1974)

Après sa terrible vengeance, Yuki est arrêtée par la police, jugée et condamnée à être exécutée. Mais lors du trajet devant la mener à son funeste destin, elle est secourue par la police secrète qui la libère dans le but de l’envoyer assassiner des révolutionnaires.


Avis de Rick :
Le premier Lady Snowblood est un film que j’adore, voir un de mes films cultes des années 70, et il m’avait permis de découvrir Kaji Meiko, également une de mes actrices préférées de ces années là, avec un bon nombre de films cultes (pour Fukasaku notamment) et de rôles cultes (Lady Snowblood, et Sasori surtout). Mais je n’avais jamais vu ce second Lady Snowblood. Peut d’être déçu sans doute, il faut dire que la saga ne compte que deux opus, et que l’histoire du manga avait été racontée dans le premier film, la vengeance de Yuki était accomplie. Mais voilà, Sasori, pour Kaji Meiko en tout cas, c’était terminé depuis 1973, année du premier Lady Snowblood, avec un quatrième opus en dessous des trois premiers (et réalisé ce coup-ci par Hasebe Yasuharu) mais malgré tout sympathique. Son rôle le plus iconique était achevé, tout comme la saga Stray Cat Rock (les 4 films sont sortis entre Mai et Novembre 1970). L’actrice reprend donc le rôle de Yuki dés 1974 pour cette suite, qui est, il faut bien le dire, largement inférieure au premier film, tout en bénéficiant du même soin, du moins dans le visuel, Fujita Toshiya rempilant à la mise en scène. Rien à dire d’ailleurs à ce niveau là, la mise en scène est toujours excellente, et c’est toujours un plaisir de retrouver l’actrice. Là où ça coince, c’est plus au niveau du scénario, qui a pourtant des ambitions et des éléments intéressants, mais qui s’avère bien moins prenant que le premier film. Sa vengeance accomplie, Yuki est arrêtée et doit être exécutée. Le début du film commence fort, et fait bien le lien avec le premier. Nombreux sont ceux qui veulent arrêter Yuki, et toujours dans de longs plans séquences filmés caméra à l’épaule, la jeune femme va trancher des hommes, offrant de la violence pure et dure, parfois épurée, parfois grotesque.

Mais voilà, la jeune femme est condamnée, dépose le sabre, mais se voit libérée par la police secrète qui lui donne une mission en échange de sa vie : celle de surveiller et d’éliminer des révolutionnaires. Ce qui coince aux premiers abords, ou du moins, donne moins de force aux événements, c’est clairement que les motivations de Yuki sont moins personnelles. Elle ne cherche pas à se venger. Elle obéit à des ordres pour échapper à la peine de mort. S’il n’y avait qu’au niveau des motivations. Le souci d’un tel scénario, c’est qu’après la vengeance pure et dure, ultra rythmée et clairement d’exploitation du premier film, Lady Snowblood 2 se fait moins intéressant, tout en étant, paradoxalement, plus développé dans le fond, se permettant clairement une critique sociale, notamment envers les forces de l’ordre. C’est intéressant oui, sans doute plus profond que le premier film, mais plus déséquilibré également. Le premier point qui fâche, malgré la prestance de l’actrice, c’est clairement que Yuki ne peut être vue pendant les 3 quarts du temps que comme un personnage secondaire du métrage, et surtout extérieur à l’intrigue. Durant toute la première moitié en tout cas. Il faut attendre un peu plus de la moitié du métrage pour que Yuki change, et prenne parti pour ceux qu’elle devait éliminer, et se retrouve alors un rôle clairement plus actif au sein de l’intrigue, et reprenne le sabre. Là où dans le premier, les affrontements sanglants étaient au service de l’évolution du personnage, et de l’iconification de ce personnage, le tout avec poésie, ici, les affrontements seront clairement au service de l’intrigue, et donc, du discours social de celui-ci.

Discours qui, bien que transposé à l’ère Meiji, est plutôt représentative du climat du Japon dans les années 70, et donc un discours actuel à la sortie du film. Et malheureusement, toujours d’actualité, pas forcément au Japon d’ailleurs, mais dans le monde, à savoir une certaine élite qui contrôle la police et le peuple dans le seul but de servir leurs intérêts, de faire prospérer leurs affaires. Certaines scènes sont assez troublantes d’ailleurs, comme lorsque la police parvient à capturer un révolutionnaire, et le contamine volontairement avec la peste, dans le but bien entendu d’étendre la contamination sur un quartier pauvre. Et quand la situation leur échappe, pas d’hésitations, il faut brûler intégralement le quartier. Je l’ai dit, le fond du métrage est passionnant, au sein du métrage mais également comme reflet de notre propre société. Mais en faisant de Lady Snowblood 2 un film à message social et politique, l’équipe oublie quelque peu la force du premier film, sa poésie macabre, ces affrontements sanglants et pittoresques. Il faut en quelque sorte attendre le final pour retrouver alors la folie du premier film, un peu tardivement. Pas de surenchère dans l’action ici, le tout est réellement condensé dans sa toute dernière partie, quitte à décevoir. Un tel choix est à saluer en tout cas, le film ne reprenant pas à l’identique la formule du premier film, n’hésite pas à évoluer, dans ses enjeux, mais le résultat est déséquilibré, dans son action, son rythme, jusqu’à ses personnages principaux. Dommage. Mais après tout, la vengeance ayant toujours été la seule raison de vivre de Yuki, elle terminait l’aventure du premier film vide, sans but, sans… sans âme finalement. Ce second opus lui en trouve une.

LES PLUS LES MOINS
♥ Un développement intéressant
♥ Les thèmes sociaux et politiques du film
♥ Fujita livre toujours une belle mise en scène
♥ Kaji Meiko juste toujours sublime
♥ Le final plein de rage
⊗ Yuki, en arrière plan la plupart du temps
⊗ Moins généreux en affrontements
⊗ Bancal dans son rythme
note2
Lady Snowblood 2 continue le périple de Yuki, mais ironiquement, la place en arrière plan pendant plus de la moitié de son intrigue. De film de vengeance, cette suite devient une charge politique sur les inégalités sociales. Le sang coule toujours à flot bien que moins fréquemment, et demeure fort sympathique, sans avoir l’aura du premier film cependant.



Titre : Lady Snowblood 2 : Love Song of Vengeance – Shurayukihime – Urami Renka – 修羅雪姫 怨み恋歌

Année : 1974
Durée :
1h29
Origine :
Japon
Genre :
Chanbara
Réalisation : 
Fujita Toshiya
Scénario : 
Osada Norio et Ohara Kiyohide
Avec :
Kaji Meiko, Itami Juzo, Yoshiyuki Kazuko, Harada Yoshio, Kishida Shin et Abe Toru

 Lady Snowblood 2: Love Song of Vengeance (1974) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
18 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
18 janvier 2021 15:15

Vu que le premier, que j’avais maté après avoir vu Kill Bill au cinéma. J’avais bien aimé, mais pas suffisamment pour enchainer sur le second.

Faze
Faze
19 janvier 2021 2:26

Revu il y a 1 semaine ce 2ème volet. (les grands esprits se rencontrent)

Pour ma part j’ai beaucoup aimé ce contexte historique (le japon des années 1900-1910) et le message social plein de rage. (rage qui est donc passé des scènes de combats vers le scénario en quelques sortes)
Alors certes il est lent , voir un peu mou par moment mais maintenant que j’étais averti du contenu , ma seconde vision à clairement rehaussé mon estime de ce film. (mais le 1er reste un cran au dessus)
Au final , un film bien différent du premier mais comme tu le dis qui ose chambuler une formule qui était toute tracée.

Et Kaiji Meiko , en plus d’être envoutante , est également une sacrée chanteuse. (reprise de ses musiques chez Tarantino et samplé pas mal de fois chez les rappeurs US , donc elle pèse dans le game la bibiche ! 😀 )

Matt
Matt
20 janvier 2021 23:56

Il y a 2 ans de ça, j’avais écrit mon petit article sur Meiko Kaji et certains de ses films emblématiques, comme les 2 premiers Scorpion, et Lady Snowblood

http://www.brucetringale.com/la-vengeance-faite-femme-meiko-kaji/

Je parlais aussi des chansons de la miss. Il faut aimer le style Enka mais elle a une sacrée voix.
Marrant quand on sait qu’au final elle parle très peu dans ses films^^

Je me souviens mal de ce 2eme Snowblood.
J’avais chopé le pack HK avec le blouré des 2 films. Mais je n’ai pas encore revu le 2 en HD jolie.

Faze
Faze
Reply to  Matt
21 janvier 2021 0:28

Haha pas faux , pour une actrice quasi mutique c’est effectivement ironique de la savoir chanteuse.
Sans doute qu’elle ressentais le besoin de s’extérioriser un peu plus que dans ses films ! 😀

Sinon je constate que tout le monde a acheté le même pack HK vidéo.
Et la copie du 2 est aussi propre que celle du 1er.
Un peu de compression et de fourmillement (après c’est le grain typique des films 70’s et j’aime ça) , certains noir pas assez profond qui sont plutôt marron très foncés (mais c’est peut être la colométrie d’origine du film , sur ce point je sais pas trop) et quelques défauts dû à l’age de la bobine mais ça reste très agréable à l’oeil et à des années lumières des dvds US que j’avais vu au début des années 2000.

Last edited 1 mois Il y a by Faze
Matt
Matt
Reply to  Faze
21 janvier 2021 12:06

Il faudrait que je voie ses films tournés pour la Nikkatsu quand elle était plus jeune encore. Elle a fini par se tirer quand ils ont fait du roman porno, mais elle a joué dans Blind woman’s curse (que j’ai vu. sympa mais un peu bancal), et les films Stray Cat Rock classés dans ce coffret

https://www.bachfilms.fr/action-aventure/800-stray-cat-rock-coffret-5-films-3760054361188.html

Mais je sais pas ce que ça vaut.

Elle parlait un peu plus je crois^^

Mais bon sinon les thèmes qu’elle chante pour Scorpion et Lady Snowblood (repris dans Kill Bill évidemment) c’est la classe.

Feroner
Administrateur
Reply to  Matt
21 janvier 2021 17:35

J’ai vu les tray cat rock et j’ai beaucoup aimé. Il y a cette liberté de ton typique des années 70 que j’adore. A chaque fois on suit une bande de jeune rebelles ca ce suit pas on retrouve les même acteurs dans des roles différent.C’est pas des grand film mais si on aime le genre “Jeune rebelle qui provoquent toute la société” c’est un régal.

Faze
Faze
Reply to  Matt
21 janvier 2021 22:49

Moi ce qui me fait peur c’est surtout la qualité aléatoire des éditions BACH film … Donc je passe mon tour ! 😀

Feroner
Administrateur
Reply to  Faze
22 janvier 2021 13:06

C’est pas que je veut te pousser à l’acheter mais la qualité du coffret stray cat rock est irréprochable.

Feroner
Administrateur
Reply to  Rick
23 janvier 2021 12:27

J’adore le cinéma Japonnais de cette époque.
LA FEMME SCORPION le coffret qui regroupe les quatre premier est a éviter par contre j’ai chopé des version HD superbe sur le net.
J’aime particulièrement les films avec Yusaku Matsuda la trilogie des “Game” le film ou il est prof the classroom of teror ou The beast to die, No grave for us. Les golgo 13 sont cool aussi, Super gun lady une femme flic belle est badass au possible. La saga Girl Boss est fun il y en a plein de toute facon comme Black Panther bitch, female Yakusa Tale, Criminal woman, Delinquent boss, les trois Rica. Il y a un Meiko Kaji qui est cool c’est Jean blue’s no future une sorte de Bonnie and Clide c’est dans ce film que je l’ai vue pour la première fois et comme tout le monde j’ai tout de suite été sous le charme de cette femme fatale.

Matt
Matt
Reply to  Feroner
23 janvier 2021 16:53

“LA FEMME SCORPION le coffret qui regroupe les quatre premier est a éviter”

J’ai entendu ça aussi.
Moi j’ai pris le 1 dans un pack HK “femmes fatales”
Et le 2 dans la collection Cinema de quartier
J’avais lu que l’image était meilleure sur ces 2 là que sur les version du coffret.

Faze
Faze
Reply to  Matt
24 janvier 2021 0:30

Et bien , y’a eu de la discussion par ici ! 😀

Fero > Merci pour le retour , j’en prend note. (pour le coffret Stray cat rock)
Pour ma part j’ai un coffret Femme scorpion sorti chez Pathé il y a bien longtemps ainsi que l’antique dvd cinéma de quartier pour le 1er. (acheté avant le pack)
Mais ça fait très longtemps que je les ai plus vu et mon installation vidéo à bien évolué depuis … Faudra que je vois ce que ça vaut.

Feroner
Administrateur
21 janvier 2021 17:37

Sympa mais dispensable.