[Film] La Créature du Marais, de Wes Craven (1982)

Dans les sombres marécages de la Louisiane, le scientifique Alec Holland, assisté d’Alice Cable, une agent du gouvernement, a mis au point une cellule végétale révolutionnaire, dotée de l’intelligence et l’instinct de survie d’un animal.Une découverte capitale,capable d’éradiquer la famine de la planète.Mais leur ennemi juré, le sinistre Arcane, cherchant à s’emparer du sérum, saccagele laboratoire, kidnappe Alice et déverse sur Alec des fioles de son produit.Alec Holland commence à se transformer en une créature mi-homme, mi-végétal, animée par une soif de vengeance destructrice.


Avis de John Roch :
La Créature du Marais, ou Swamp Thing, est un comic book créé dans les années 70 par Len Wein et Bernie Wrightson. En perte de vitesse, le début des années 80 est salutaire pour la créature : elle reprend un nouveau souffle grâce à Alan Moore qui se réapproprie et réinvente sa mythologie, et une adaptation cinématographique voit le jour en 1982, réalisée par Wes Craven, qui ne reprend pas le travail de Moore, mais le comic book alors qu’il n’était plus au top de sa popularité. Avant d’hanter les marais, la créature avait pour nom Alec Holland, scientifique isolé dans les bayous avec sa femme. Leurs expérimentations consistent à manipuler l’ADN des plantes afin de leur donner la force de pousser n’importe où, et ainsi stopper la famine dans le monde. Une découverte qu’aimerait s’approprier le docteur Arcane, afin de le dominer, le monde. Il lance alors l’assaut sur le labo du couple de scientifiques et élimine toute l’équipe, à l’exception de Alice Cable, qui détient la formule convoitée par Arcane, et de Holland qui se transforme en une créature mi-homme, mi- plante.

Bien avant la récente série annulée au bout de dix épisodes, la créature du marais avait déjà essuyé un échec cinématographique, publique et critique, avec cette première adaptation, loin d’être convaincante, bien que quelques beaux restes soient bien présents, à commencer par les décors. Tourné en milieu naturel, La Créature du Marais exploite le bayou et donne des images de toute beauté, sublimées par une photographie lumineuse qui rend les lieux aussi inquiétants que beaux, voire même poétiques par instants. De belles images qui contrastent avec l’incapacité de Wes Craven à livrer un métrage rythmé, car la créature du marais est un film mou, à la mise en scène basique et sans saveur, que des scènes d’action nombreuses ne suscitent en aucun cas un quelconque intérêt. Celle-ci manquent de punch et sont répétitive, les poursuites en bateaux et la créature qui envoie voler des cascadeurs, c’est sympa une fois, mais pas cinq. D’autant plus dommage que le film du potentiel si il virait son monstre. Car la créature du marais n’apparaît que peu, c’est Alice Cable qui retient l’attention, une femme bad ass traquée par des mercenaires dans le bayous, il n’y avait qu’à supprimer le monstre, et il y avait matière à livrer un survival en milieu hostile, peut être pas de la trempe d’un Délivrance ou d’un Sans Retour sorti l’année précédente, auquel le cadre fait énormément penser, mais le résultat aurait pu être largement satisfaisant. Mais si la créature est peu présente, ce n’est pas un mal car elle est d’une laideur à faire pâlir les plus Z des maquilleurs. C’est bien simple, tous les effets spéciaux que contient La Créature du Marais sont foirés, que ce soit la créature en elle même, les autres qui arriverons lors du final, ou les quelques transformations et effets sanglants, les sfx sont tous aussi ratés les uns que les autres, même pour l’époque.

Au final La Créature du Marais est un gâchis. Survival par moment haletant mais comic book movie foiré, images sublimes contrebalancées par des effets spéciaux d’une laideur sans nom et une mise en scène sans panache, porté par un excellent casting constitué de trognes tel que Ray Wise, Adrienne Barbeau, Louis Jourdan, David Hess ou encore Nicholas Worth, mais aux seconds rôles soit inexploités, soit abandonnés en court de route, ruiné par une musique horrible de Harry Manfredini qui repompe (encore) son score de Vendredi 13, La Créature du Marais est un film qui a le cul entre deux chaises.

LES PLUS LES MOINS
♥ Un coté survival plaisant
♥ Le casting sympa
♥ Les décors naturels, sublimes
⊗ Les effets spéciaux, foirés
⊗ La créature du marais, foirée
⊗ La musique qui tape sur le système
⊗ C’est mou
Malgré de très belles images et son coté survival qui semble sortir d’un autre scénario, La Créature du Marais est une adaptation foirée du comic book éponyme, doublé d’un film mou et par moment très laid.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Le fils de Louis Jourdan est décédé pendant le tournage.
• Le personnage d’Alice Cable est un mélange de deux personnages du comic book : Abby Arcane (qui sera dans le second opus) et Matthew joseph Cable.
• La version internationale du film contient une scène où Adrienne Barbeau est nue, absente du montage US.


Titre : La Créature du Marais / Swamp thing
Année : 1982
Durée : 1h31
Origine : U.S.A
Genre : Born on the bayou
Réalisateur : Wes Craven
Scénario : Wes Craven

Acteurs : Adrienne Barbeau, Lois Jourdan, Ray Wise, David Hess, Nicholas Worth, Dick Durock, Reggie Batts, Mimi Craven

 La Créature du marais (1982) on IMDb


 

John Roch
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
9 avril 2021 8:56

Sur la 3eme image en partant de la fin, on voit les plis du gant en latex du monstre ^_^ Sans dec, les SFX ont l’air ultra cheapos, même pour l’epoque, et la creature en elle même, quand tu regarde ce à quoi elle ressemble dans le comics, certes ils ont essayé de faire un truc qui ressemble, mais elle est beaucoup plus badass normalement. Après, certains décors semblent effectivement jolis. Mais déjà petit, ce film ne me tentait pas. Merci d’avoir confirmé que je l’ai rien loopé.