[Film] Invasion Los Angeles, de John Carpenter (1988)

John Nada parcourt les routes à la recherche d’un emploi comme ouvrier sur les chantiers. Embauché à Los Angeles, il fait la connaissance de Frank Armitage qui lui propose de venir loger dans son bidonville. John va y découvrir une paire de lunettes de soleil hors du commun. Celles-ci permettent de voir le monde tel qu’il est réellement, à savoir gouverné par des extraterrestres à l’apparence humaine et maintenant la population dans un état apathique au moyen d’une propagande subliminale omniprésente. Après avoir tué à l’arme à feu quelques extra-terrestres, il s’efforce de convaincre Frank de la réalité de cette invasion. Tous deux entrent ensuite en contact avec un groupe de rebelles organisés et décidés à éradiquer les envahisseurs.


Avis de Rick :
Après l’échec de Jack Burton en 1986, John Carpenter signe un contrat avec la Universal pour plusieurs films. C’est bien simple, les budgets sont réduits, les risques financiers donc minimes, mais Carpenter a une liberté totale. Ironiquement, de ce deal naîtra à mon sens deux des meilleurs films de John Carpenter. En 1987 c’est Prince des Ténèbres, pièce maitresse d’ambiance et de suspense, où il semble mettre sur pellicule tout ce qu’il a tenté (et souvent avec succès) depuis Assaut en terme d’ambiance. Puis en 1988, Invasion Los Angeles, sans doute son film le plus politique, encore plus que New York 1997. Invasion Los Angeles nous présente le personnage de John Nada, un nom qui en dit long d’ailleurs, sans abris qui arrive à Los Angeles au début du film pour trouver du travail, et va se retrouver un peu malgré lui, à cause de sa curiosité notamment, embarqué dans une histoire de lunettes noires permettant de voir le monde tel qu’il est vraiment : blindé de messages subliminaux, où nos dirigeants sont des aliens, et où forcément, les riches deviennent de plus en plus riches, soit car ils ne sont pas terriens, soit car ils collaborent, et les pauvres deviennent de plus en plus pauvres. Carpenter critique clairement l’environnement politique Américain des années 80, le gouvernement Reagan, et donc l’environnement social de l’époque. Il se permet du coup de retourner dans une ambiance de western urbain, que ce soit avec ces personnages (son héros solitaire qui arrive dans la ville au début, puis explorera la ville avec sa dégaine de justicier solitaire avec son fusil à pompe), ses situations, ou bien entendu sa musique, avec des rythmes de guitare et de l’harmonica. Et Invasion Los Angeles, ça déboite tout. Car c’est un véritable western urbain, car son rythme est hyper bien fichu tout en étant posé, car son personnage principal est devenu culte, car on a une baston bien virile de bien 6 minutes, car sa musique est géniale, car Carpenter avec son scénario de science fiction de séries B bien comme il faut à clairement beaucoup de choses à dire.

John Nada s’inscrit clairement comme un héros venu tout droit de l’esprit de Carpenter, succédant à Snake Plissken, ton cynique et punchlines à l’appui. Et c’est le catcheur Roddy Piper qui récupère le rôle, ce qui explique clairement cette longue baston assez jouissive, bien qu’il faut l’avouer, plutôt inutile au récit. À noter d’ailleurs que Carpenter avait au départ écrit le rôle pour Kurt Russell, son acteur fétiche. Et si Roddy Piper est finalement parfait, ce qui frappe dans Invasion Los Angeles, c’est clairement son univers. En réalité, jamais Carpenter n’aura été aussi engagé dans ce qu’il nous raconte, à une telle échelle. Si dans The Thing, évidemment, la menace pourrait mettre l’humanité en danger, le métrage se contentait de resserrer son intrigue au sein d’un petit groupe d’humains. Dans Invasion Los Angeles, on parle bien d’aliens qui sont parmi nous, à l’échelle mondiale, et qui contrôlent notre monde, remplaçant les dirigeants, les riches, contrôlant les médias, allant jusqu’à, en quelque sorte, remplacer notre réalité, plaçant sous nos yeux un monde « idéal » et commercial, l’Amérique des années 80, avec cette mise en avant du rêve Américain, la famille, la voiture de luxe, les vacances aux Caraïbes, le fait de dépenser sans compter car l’économie va bien. Alors qu’en réalité, le monde, visible par notre héros via des lunettes noires, est bien différent. Terne, en noir et blanc, où chaque affiche, chaque pub, chaque magazine n’est en réalité qu’une page blanche contenant un message unique. Obéir, consommez, faites des enfants, marriez-vous, achetez une nouvelle voiture. Carpenter se moque clairement de ce qu’il se passe à l’époque en Amérique, et ironiquement, fait l’opposé du cinéma populaire des années 80, où les grands studios font gagner la guerre du Vietnam à Stallone ou Norris.

Et ce point de vue opposé vient clairement faire du bien au film, lui donner quelque chose d’unique. Carpenter signe son western urbain, se fait plaisir, et pourtant, malgré son intrigue allant à l’opposé du cinéma Américain de l’époque, lui donne un héros typiquement Américain, qui prend les armes et défends ses valeurs, ce en quoi il croit. Engagé, fun, piquant, Invasion Los Angeles est clairement une réussite, même si oui, pour certains, son côté de série B est bien marqué. Il faut dire que son budget est bas, que le design des aliens, excellent, fait néanmoins bien série B. Même sa fameuse scène de baston, bien longue, entre Roddy Piper et Keith David (que Carpenter avait déjà dirigé dans The Thing), jouissif, on pourrait dire qu’il ne sert pas vraiment à quelque chose. On sent que Carpenter se fait clairement plaisir, et il a eu totalement raison, car en plus d’être un film important, on a clairement un film qui marque un certain tournant au sein de sa carrière, puisque Carpenter, livrant d’habitude un film par an, tournant vite, avec des films toujours différents mais clairement reconnaissables, ne reviendra qu’en 1992 avec un bien mauvais film de studio (Les Aventures d’un Homme Invisible). Pour beaucoup, Invasion Los Angeles est également le dernier grand film de Carpenter. Sans aller jusque là (il y a l’Antre de la Folie en 1994), le film marque bel et bien une certaine rupture dans la carrière de Big John. Et avec tout ça, il y a encore tant à dire sur le film, sur le regard de Meg Foster, sur ce doigt d’honneur final. Bref, courrez voir Invasion Los Angeles. Ou courrez le revoir, avant de mettre vos plus belles lunettes de soleil et d’arpenter les rues de votre ville avec votre fusil à pompe !

LES PLUSLES MOINS
♥ Un film avec un message politique clair
♥ Le côté de science fiction typé années 50
♥ La musique de Big John
♥ Le casting principal
♥ Une baston jouissive
⊗ Mais un côté série B très prononcé
⊗ La baston, finalement peu utile, il est vrai
note6
Série B de science fiction avec un message politique et social, blindé de moments bien vus, de punchlines, de bastons viriles, Invasion Los Angeles est une pépite, qui a ses limites, mais pépite.


Titre : Invasion Los Angeles – They Live
Année : 1988
Durée :
1h34
Origine :
Etats Unis
Genre :
Science Fiction
Réalisation :
John Carpenter
Scénario :
John Carpenter
Avec :
Roddy Piper, Keith David, Meg Foster, Raymond St. Jacques, George Buck Flower, Peter Jason, Sy Richardson, Susan Blanchard et Norman Alden

 Invasion Los Angeles (1988) on IMDb


Galerie d’images :

5 1 vote
Article Rating

Auteur : Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de David Lynch, John Carpenter, David Cronenberg, Tsukamoto Shinya, Sono Sion, Nicolas Winding Refn, Denis Villeneuve et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.
S’abonner
Notifier de
guest

8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Magiclapinou
Magiclapinou
13 septembre 2022 11:53

Quand une scène donnée est le moment le plus jouissivement mémorable du film, elle n’est jamais inutile! 😉

Liojen
Liojen
14 septembre 2022 8:58

En plus d’etre Un chef d’œuvre, ce film est sans aucun doute mon préféré de Carpenter!
(D’ailleurs ça me surprend qu’il n’ait pas été chroniqué ici plus tôt!)
Je l’ai vu pour la première fois enfant et la vision des aliens m’avait vraiment marqué (pour ne pas dire terrifié!).
Je me souviens avec mes potes on portait des lunettes Noires et on se balader dans la ville en s’imaginait une réalité alternative peuplée de monstres et d’aventures ^^

Last edited 13 jours Il y a by Liojen
Feroner
14 septembre 2022 9:25

Alors moi j’ai découvert ce film assez tard je devais avoir dans les 30 ans.
Et du coup je suis plus critique j’ai un peut de mal avec l’acteur principal. Il est pas mauvais mais il dégage rien n’a pas de charisme. J’aime pas le style des aliens. Le combat interminable et pas spectaculaire est très bizarre on ce demande ce que ça fout la.
Mais sinon j’aime beaucoup. Ambiance réalisation et surtout le côté politique.

Faze
Faze
Reply to  Feroner
15 septembre 2022 2:35

Roddy « Rowdy » Piper pas charismatique ?

J’ai grandi en regardant le catch wwf dans les années 80 et c’était clairement une boule de charisme dés qu’il prenait le micro.
Après c’est sur j’avais moins de 10 ans quand j’ai découvert Invasion Los Angeles donc j’étais clairement sous influence , mais je trouve qu’il campe parfaitement le pauvre gars que la vie a pas épargné.
Evidemment ça reste subjectif.

Pas mon Carpenter préféré (Prince des Ténèbres , Jack Burton et The Thing son sur le podium) mais quel pied à chaque vision , sa réalisation carré et efficace , son scénario plus subtil que le simple film d’action série B et sa musique bien sympa.

SPOILER > Et pour moi , John Nada qui meurt en dressant un beau fuck après avoir fait sauter l’antenne de retransmission , c’est non seulement jouissif mais j’y vois aussi Big John qui tire à boulet rouge sur Hollywood.
Snake Plissken à dû inspiré John Nada ! 😀 < FIN SPOILER

Un classique !

Last edited 13 jours Il y a by Faze
Feroner
14 septembre 2022 9:29

Ça n’a pas grand chose à voir (Carpenter, Los Angeles) mais j’ai revu en 4K Los Angeles 2013 et je le réévalu a la hausse ce film est très second degré. Ce que j’avais trouvé aberrant m’a fait beaucoup rire.

Faze
Faze
Reply to  Rick
15 septembre 2022 6:37

On y revient toujours au doigt bien droit dans les dents de la part de papy Carpenter ! 😀