[Film] Infantry Of Doom, de Andreas Schnaas (1999)

Sur une île déserte, Karl le Boucher est devenu le chef suprême d’une armée. Secondé par le docteur Sénius, il massacre tous les malheureux qui ont osé pénétrer sur l’ile.


Avis de John Roch :
Vous reprendrez bien un peu de caca violent ? Non ? C’est pas grave je prends votre part. Cette fois-ci, exit la forêt et le terrain vague et place à un décor plus ambitieux : une île, qui est en fait une forêt et un terrain vague. C’est sur celle-ci que trois gus débarquent un peu par hasard après un naufrage, faut dire qu’il l’ont cherché, partir en plein océan avec ce qui ressemble à un bateau sans permis pour touristes qui veulent naviguer sur le canal de Strasbourg, il faut être un peu con, mais c’est la magie du Z, de nous faire croire des choses ambitieuses avec rien. Mais je m’égare et revenons sur the island ou notre trio se fait kidnapper par une armée de Karl le boucher ! Car cette île, c’est le repaire de Karl le boucher, et de son fils Karl le boucher jr. qui règnent en despotes sur une vingtaine de gars coiffés du célèbre masque, avec pour objectif de détruire le monde, ou de le dominer, c’est pas très clair, avec l’aide d’un savant fou à la moustache Hitlérienne. Rejoints par un ancien membre du clan boucher considéré comme un traître, le trio qui n’est plus qu’un duo va participer à une chasse du comte Zaroff version gore. Après deux volets aussi ultra gores qu’ultra chiants, Andreas Schnaas change son fusil d’épaule et livre avec Infantry of Doom un métrage des plus jouissifs. Quand c’est gore, c’est bien, quand c’est fun, c’est mieux. Au programme on retrouve des zombies, des ninjas, du kung-fu, des explosions, des fusillades, des mises a mort à base de crochets. Bien sur tout ça, c’est sur le papier.

À l’écran, les zombies sont les plus mal maquillés depuis les plus Z des bis ritals, les ninjas font passer ceux de Godfrey Ho pour des vrais pratiquants de ninjutsu, les élèves de l’école de kung-fu du coin se bastonnent avec retenue et prudence car il ne faut pas se blesser, les explosions sont de gros pétards mouillés et les crochets sont des hameçons à peine costauds pour pécher le bar, ou le loup si vous êtes du coté de la méditerranée. Détail qui a son importance quand on voit ce qu’ils sont capable de faire sur le corps humain, mais reprocher ça à Schnaas serait oublier qu’il est réalisateur, producteur, maquilleur et scénariste, pas anatomo-pathologiste. On pardonne, donc.
Tout ces éléments font de Infantry of Doom une suite supérieure en tous points à ses deux grands frères. Déjà le rythme, cet opus a le mérite de ne jamais ennuyer. Par le fun ensuite car là où Violent Shit 1 et 2 étaient trop sérieux et étaient fait pour étaler ses atrocités pelliculées, ici on a des effets toujours aussi crades, mais le réalisateur ne tombe cette fois-ci pas dans le piège de la scène gore qui s’étire sur plusieurs minutes. Au contraire, c’est tout aussi gore, mais sur la totalité du métrage et pas uniquement quand il le faut. Alors oui, c’est cheap, oui, les figurants font par moments n’importe quoi, oui, Andreas Schnaas fait aussi n’importe quoi avec ses deux caméras, l’une classique, l’autre 8mm, ce qui donne des scènes à la qualité douteuse. Mais le fun et les moments improbables (hommage à la Flying Guillotine qui sort de nulle part), qu’ils soient volontaires ou non, l’emportent. À déguster en double programme avec Premutos. Comme quoi, le caca, on finit par y prendre goût.

LES PLUS LES MOINS
♥ Des ninjas, du kung-fu, des explosions…
♥ Gore et fun
♥ On s’ennuie pas
⊗ … mais en super Z
En guise de conclusion à ce qui était à sa sortie une trilogie, Andreas Schnaas livre avec Infantry of Doom un métrage certes cheap mais au combien jouissif.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Sorti en VHS en France chez Uncut movies.


Titre : Infantry of doom / Violent shit 3: zombie doom
Année : 1999
Durée : 1h25
Origine : Allemagne
Genre : good shit
Réalisateur : Andreas Schnaas
Scénario : Andreas Schnaas

Acteurs : Andreas Schnass, Marc Trinkhaus, Steve Aquilina, Beate Brügmann, Uwe Grüntjes, Winni Hölling, Mathias Kerl, Giang Le, Son Le, Xiu-Yong Lin

 Violent Shit III: Infantry of Doom (1999) on IMDb


 

John Roch
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
30 mars 2021 20:04

Je n’ai que peu de souvenir de ce 3ème opus si ce n’est qu’il était effectivement très généreux et bien plus fun que les autres opus.