[Film] Gun Woman, de Mitsutake Kurando (2014)

Le fils du riche Hamazaki est totalement taré, et s’amuse à violer les vivants, mais aussi les morts. Le jour où il s’en prend à la femme d’un chirurgien, il ne se doute pas qu’en lui laissant la vie sauve, celui-ci va planifier sa vengeance en entrainant une femme à devenir une machine à tuer.


Avis de Rick :
Gun Woman, je l’avais depuis sa sortie. Puis je l’avais oublié. Des années qu’il attend, que je dois le voir. Mais forcément, un petit film Japonais, sans doute fauché, avec en tête d’affiche Asami, que l’on voit depuis le milieu des années 2000 dans tous les films d’Iguchi et compagnie, le plus souvent à faire des grimaces, et bien ça ne motive pas. Ça amusait, au début. Mais après une bonne trentaine de films du même genre, oui, ça lasse. Mais ce brave Oli du bloc échec et (ciné)mat m’a rappelé récemment l’existence de ce film, en me le conseillant chaudement. Un film qui au final semble diviser, puisque le public averti et celui qui saura passer outre ses défauts y trouvera en effet son compte et bien plus encore, tandis que le grand public lui pourra fuir, face à certains défauts bien présents il est vrai, mais également face à une violence qui va toujours plus loin, et ose parfois aller dans le malsain le plus total. Et pourtant, dans les faits, et après une introduction qui ne m’avait pas mise en confiance (un tueur à gage Américain avec une splendide moustache que Bronson n’aurait pas renié, en voiture avec un chauffeur qui va nous raconter l’histoire), Gun Woman, ça a tout du scénario made in Besson. Comment ne pas penser à Nikita ou tant d’autres. Le film d’ailleurs s’en moque lui-même au détour d’un dialogue en voiture. Sauf que de la formule Besson, Gun Woman en garde la forme, la moelle peut-être également, et transpose tout ça dans un film certes fauché, mais bourré d’idées, et qui n’a jamais peur d’aller loin, très loin. Peut-être également un peu trop loin par moment. Un peu comme une production Besson mais R-Rated. Voir vu certaines scènes, X-Rated, car oui, la violence va très très loin.

D’entrée de jeu, on sait à quoi s’attendre. Une femme nue sous la douche, un tir tête au pistolet silencieux, puis nous voilà en voiture avec notre tueur, et avec son chauffeur, ils se racontent l’histoire du fils Hamazaki, un tueur et surtout violeur, qui a eu la malchance de s’en prendre à un chirurgien et à sa femme (violée et tuée) mais qui a laissé le chirurgien en vie. Après lui avoir pété la jambe et explosé l’œil gauche, certes. Premières choses qui marquent du côté des mauvais points, oui c’est fauché. Gun Woman affiche parfois une photographie un peu brute, malgré des idées et une envie de bien faire. Il faut s’y faire. Deuxième point, l’interprétation. Ça alterne le bon voir très bon et le moins bon. Du côté du mauvais, on peut souligner l’acteur jouant le fils Hamazaki, qui en fait des tonnes pour paraître fou. Un peu trop justement. Mais ces défauts, ils sont rapidement balayés d’un revers de main. Nous suivons donc les deux intrigues en parallèle, ou plutôt l’intrigue racontée par notre tueur, et notre chirurgien vengeur, et boiteux, qui va alors acheter une femme, droguée et prostituée, pour la sortir de là, non pas par gentillesse, mais pour la transformer en machine à tuer. Entrainement physique, moral, apprentissage des armes à feu, montage, assemblage, démontage, tirer sur sa cible en temps limité. Un entrainement classique, qui commence doucement, avant de briser totalement tout lien avec les productions Besson habituelles dés que l’on rentre dans le vif du sujet. Pour éliminer la cible, notre jeune femme devra être en état de mort clinique, avec une arme démontée et camouflée à l’intérieur même de son corps par chirurgie, afin de pénétrer un lieu caché et privé où l’on paye pour littéralement se faire des cadavres, voir les manger si l’envie nous en prend. À son réveil, elle devra remonter l’arme, et tuer la cible et tout obstacle, avant de se vider de son propre sang et donc de mourir.

Saluons la prestation d’Asami justement, elle plutôt habituée aux rôles comiques à grimaces, qui trouve ici un rôle moins expressif, mais du coup forcément plus complexe, et elle s’en sort à merveille. Un excellent point pour le métrage déjà, qui bénéficie donc dans les grands rôles d’un sérieux à toute épreuve. Et puis surtout, malgré le manque d’argent, il y a clairement cette envie de bien faire, cette envie d’être généreux derrière qui remporte forcément l’adhésion. Si parfois, ça va loin de manière gratuite et inutile (le côté cannibale était-il vraiment utile par exemple ?), le reste du temps, ça part au choix dans un côté jouissif (certains combats sont géniaux) ou au contraire hyper douloureux, tant le réalisateur insiste sur certains points jusqu’à nous faire presque ressentir la douleur des blessures avec ses personnages. La dernière demi-heure est du coup forcément un déchainement de violence viscéral et visuel absolument fou. Et le meilleur dans tout ça, c’est que ça ne semble jamais s’arrêter, ça va toujours plus loin, ça accumule les petites idées bien sympathiques, ça ne recule devant rien, quitte à faire perdre une quantité astronomique de sang à Asami, mais à la faire se battre à mains nues et toute nue surtout dans un combat bien fichu comme un gros baraqué, ou à se servir de son arme tout en devant compter ses tirs. Brutal, jouissif, sans concessions. Inoubliable ? Pour un petit film qui ne partait pas si bien, finalement oui !

LES PLUS LES MOINS
♥ Une violence radicale
♥ Asami, très bonne dans le rôle
♥ Bourré d’idées
♥ L’action finalement très sympa
♥ Le long final, assez jouissif
⊗ Un peu fauché
⊗ Quelques acteurs moins convaincants
note2
En voilà une excellente surprise, innatendue. On pensait voir un énième film fauché avec Asami, et on se retrouve avec une série B certes pas parfaite, mais généreuse, avec de l’action, du gore qui fait très mal, une excellente dernière partie. Un peu comme si Besson faisait un film bien violent et sanglant, et en mettant sa prétention de côté.



Titre : Gun Woman – Nyotaiju Gun Woman – 女体銃 ガン・ウーマン

Année : 2014
Durée :
1h26
Origine :
Japon
Genre :
Vengeance Fatale
Réalisation : 
Mitsutake Kurando
Scénario : 
Mitsutake Kurando et Yanagimoto Chiaki
Avec :
Asami, Narita Kairi, Kamata Noriaki, Matthew Floyd Miller, Dean Simone, Agata Toshiya, Marco Ballare, Marianne Bourg et Stacey Chu

 Gun Woman (2014) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
23 décembre 2020 21:43

Au début je pensais que tu allais parler de Super Gun Lady (1979) de Chusei Sone avec Emi Yokoyama un bon polar avec une flic super badass une sorte de girl with gun avant l’heure.
Gun Woman ca me tente pas trop j’ai du mal avec les films fauché et hyper violent.

Cherycok
Administrateur
Reply to  Feroner
24 décembre 2020 11:48

Je trouve que le trailer donne envie en tout cas. Mais vrai que ca a un look assez fauché…