[Film] Godzilla Mothra King Ghidorah: Giant Monsters All-Out Attack, de Kaneko Shûsuke (2001)

47 ans se sont écoulés depuis l’apparition de Godzilla et aujourd’hui, le grand monstre est de plus en plus considéré comme une simple légende. Mais d’étranges disparitions de navires commencent à se produire et bientôt, leur origine ne fait plus de doute : Godzilla est de retour pour réduire le Japon en miettes. Au même moment, Yuri, une jeune journaliste, rencontre un vieux prophète qui lui annonce que le combat ultime pour la survie du pays est sur le point de commencer. Car cette fois, le Japon n’est pas sans défense face au roi des monstres : Baragon, Mothra et King Ghidora, ses monstres protecteurs, vont sortir de leur sommeil pour tenter de le vaincre.


Avis de Rick :
Godzilla, Mothra, King Ghidorah…. On sait déjà dans le titre que l’on verra trois grands monstres, dans un film réalisé par un artisan de la série Gamera. On jubile. Et en voyant le résultat final, on se dit qu’on avait bien raison. GMK a en effet tout du divertissement où on s’en prend plein la gueule pendant 1h40, avec une histoire originale, intéressante, et des personnages développés. Que du bonheur en soit. Le film commence plutôt calmement, on suit les aventures de l’héroïne, jeune femme plutôt très mimi qui travaille pour des faux reportages, films à petits budgets, ce genre de choses. Un personnage féminin fort, déterminé, et réaliste par moment. De quoi s’attacher facilement à elle, car, malgré sa détermination et sa force à aller de l’avant, elle reste néanmoins fragile. Son père, le colonel de l’armée, est également un personnage important et bien traité dans les grandes lignes. Dans cet épisode, Godzilla n’est apparut qu’une seule fois en 1954, avant de disparaître. Pour certains, il est carrément devenu une légende, on n’y croit plus vraiment.

Fatale erreur cependant, car le monstre s’apprête, mais tout le monde s’en doute, à revenir. Outre ces personnages intéressants et développés, deux autres points font de ce GMK un excellent film, un pur divertissement intelligent, et sans doute le meilleur épisode des 28 films. Le second point, c’est la façon qu’ont eu les scénaristes d’aborder le mythe de Godzilla. Les fans ont aimés….. ou pas du tout. Si dans les épisodes précédents, Godzilla était un dinosaure que les essais nucléaires ont fait muter, ici, c’est totalement différent, dans les grandes lignes. Godzilla serait la représentation de toutes les personnes mortes à la guerre que les gens ont fait l’erreur d’oublier. Une vision très mythologique et pleine de sous entendus du mythe, dont certains passages, notamment celui racontés par le colonel, sont assez émouvants. Mais niveau émotion, le film réserve quelques autres séquences, on pense notamment à ce passage, vers le final, où tout le monde se prépare à affronter Godzilla.

La musique a une vraie caractéristique dans le film, soulevant telle ou telle émotion, que ce soit dans les moments intimistes entre les différents personnages, ou dans les passages purement bourrins où les monstres s’affrontent. Si le mythe de Godzilla est traité de cette manière, les autres monstres présents dans le film, du nombre de 3 (Mothra, King Ghidorah, et Baragon), ne sont pas en restent, puisqu’ils représentent maintenant les gardiens de la terre. Si pour Mothra, cela a toujours été son rôle, il est étrange de voir King Ghidorah dans un pur rôle de gentil. Ces trois monstres protecteurs de la Terre bénéficient dans ce film d’un nouveau design tout à fait honorable, les mettant bien en valeur. Et puisque l’on parle du design des monstres, attardons nous sur celui de Godzilla. Son costume a été légèrement revu, et surtout, différence de taille par rapport aux autres épisode, ces yeux. Ceux-ci sont en effet tout blancs, lui donnant en quelque sorte l’apparence d’un mort vivant, le rendant vraiment terrifiant.

Parlons à présent de la troisième et indéniable, et surtout, logique, qualité du film. Les combats entre les monstres. Ceux-ci prennent une bonne partie du film à partir de la moitié de celui-ci. Que ce soit tous ensembles, ou un par un, un soin particulier à été donné aux maquettes qui seront détruites, ou tout simplement aux coups que se donnent les monstres. Et au niveau visuel, on ne pourra également que saluer l’équipe du film. En plus d’avoir fournit un remarquable travail sur les costumes et les maquettes, le mariage entre ces effets à l’ancienne et les effets numériques (incrustations diverses, rayons radioactifs) est vraiment superbe, on ne remarque pratiquement pas la différence. GMK constitue donc ce qui se fait de mieux dans la série Godzilla, a tout point de vue. Mais quelques défauts subsistent encore ci et là. On pourra noter notamment une partie du final, plongeant durant quelques secondes seulement, heureusement, dans ce que le film a évité avec brio tout le long du film : une touche de gnan gnantise. Excepté ce petit détail, rien à redire, le film est superbe à tout point de vue.

LES PLUSLES MOINS
♥ Une mythologie renouvelée
♥ Trois monstres sacrés
♥ Ça bastonne sévère
♥ Le mix entre CGI, costumes et animatronics
⊗ Quelques passages un poil trop niais
note8
Des combats impressionnants, des effets superbes, des personnages travaillés et intéressants auxquels on peut s’attacher, et une mythologie renouvelée avec brio. Sans doute le meilleur Godzilla.



Titre : Godzilla Mothra King Ghidorah: Giant Monsters All-Out Attack – Gojira Mosura Kingu Gidora: Daikaiju Sokogeki – ゴジラ・モスラ・キングギドラ

Année : 2001
Durée :
1h45
Origine :
Japon
Genre :
Kaiju Eiga
Réalisation : 
Kaneko Shûsuke
Scénario : 
Hasegawa Kenichi, Yokotani Masahiro et Kaneko Shûsuke
Avec :
Hasegawa Niyama Chiharu, Uzaki Ryudo et Kobayashi Masahiro

 Godzilla, Mothra and King Ghidorah: Giant Monsters All-Out Attack (2001) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Les derniers articles par Rick (tout voir)

14 Comments

Add a Comment
  1. Les trois meilleurs kaijû réunis ! Yes !!!!

  2. Attend toi à voir débarquer d’autres Kaiju bientôt, bons comme mauvais, car j’ai eu une envie soudaine de me replonger dedans, et les ayant quasi tous. Je me suis refais le GODZILLA de Kitamura, et à chaque vision, limite il perd un point celui-là par contre…

  3. Ah c’est un Kaneko Shushuke celui là aussi ? Il a fait 3 bons Gamera dans les années 90.
    Je le verrai bien ce film. Mais euh…bon…j’imagine qu’il faut passer par l’import non ? Et le sous titrage en anglais seulement.

  4. Je ne peux pas répondre en ce qui me concerne, je ne suis pas très fan des kaijus, pour ne pas dire pas fan du tout, donc je n’ai rien suivi de l’actualité française du genre…

  5. Alors, je peux te confirmer qu’il existe en Zone 1, en Japonais sous titré anglais ET français 😉 Puisque c’est l’édition que j’ai. En fait, les Godzilla de 2000 à 2004 existent tous avec sous titres français en dvd US, chose assez rare pour le souligner. De cette période, il n’y a que Godzilla 2000 (qui date de 1999 lol) qui est seulement disponible en… doublage anglais catastrophique, mais sous titres fr aussi.

    1. A la limite je préfère un zone 2 sous titré anglais.
      j’ai rien pour lire les zone 1^^

      1. Mais ca se dézonne un lecteur lol

      2. Ben c’est pas écrit comment dans la notice^^
        Faut bricoler quoi ? ça parait tellement évident à tout le monde que personne ne l’explique !!

        1. Tout dépend de ton lecteur, mais récemment j’ai dézoné mon lecteur bluray, je n’avais que genre 4 ou 5 chiffres à rentrer avec la télécommande et valider et paf, dézonné ^^

          1. certainc ‘est un programme à telecharger sur le net et à mettre sur une clé USB que tu enfournes dans le port usb de la bête. Ca depend des modèles, y’a des forums spécialisés l à dedans sur le net

  6. Bon…quelqu’un pense tester le dernier Godzilla US qui semble s’inspirer de celui-là ?
    Y’a un truc qui me gêne dans le trailer : l’esthétisme. On dirait presque du Snyder. ça se passe la nuit, sous la pluie, dans la fumée…comme s’ils avaient peur que ça ait l’air ridicule en plein jour…

    Le réalisateur Michael Dougherty est un bon, mais on sait aussi que sur ce genre de blockbuster, les réalisateurs ont rarement carte blanche pour faire ce qu’il veulent^^

  7. Ile me tente beaucoup le second Godzilla US, j’ai un poil confiance avec Dougherty à la barre. Surtout que vu le trailer, le film ne refait pas l’erreur du précédent, qui faisait monter la sauce avant de nous frustrer, là on les voit les Kaijus, on les voit se foutre sur la gueule. L’esthétisme par contre ne m’a pas choqué, et comme il y a pas de ralentis, on est loin de Snyder 😀 (et je déteste Snyder de toutes les petites cellules de mon âme et de mon corps )

    1. Ouais bon j’y vais peut être un peu fort avec Snyder, mais pourquoi les bestioles ne sont jamais visibles de jour ? Cet esthétisme “dark” est un peu saoulante. Genre “ouuuh regardez ça fait peur, y’a des éclairs, de la pluie, du feu, tout en CGI”
      Ouais enfin…des machins de cette taille, même en plein soleil ce serait flippant. Arrêtez un peu de tout transformer en jeu vidéo avec de faux décors, de faux monstres, de faux éclairages étalonnés en mode “dark”, de la fausse fumée, un faux ciel rouge, etc.

  8. Attendons de voir le film (bon, il est sorti, mais apparemment personne en ces lieux ne l’a vu, et sûrement pas Chery qui déteste le genre). Ce choix artistique est peut-être pertinent après tout.
    Mais en tout cas, on voit les monstres enfin, ils se foutent sur la gueule, y a des acteurs que j’aime bien, un bon réalisateur, et il y a Mothra, donc pour le moment, je reste preneur ^^
    (Puis après avoir vu la trilogie animée Godzilla sur Netflix, je peux te le dire, ce film ne peut pas être pire que la conclusion…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *