[Film] Gang Master, de Tsui Siu-Ming (1982)


Le chef d’un gang décède et choisit son fils pour lui succéder et bouter les mongols hors de Chine. Pendant la cérémonie d’investiture, un couple fait irruption et accuse le nouveau chef d’être un mongol lui-même…


Avis de Cherycok :
Au début des années 80, la Shaw Brothers est clairement en difficulté face à la Cinema City de Karl Maka et mais aussi à la Golden Harvest de Raymond Chow qui prend de plus en plus de place dans le paysage cinématographique de Hong Kong grâce aux succès de leurs films avec Michael Hui, Sammo Hung ou Jackie Chan (entre autres). La Shaw Brothers, clairement sur le déclin, tente malgré tout de se renouveler en signant plusieurs films horrifiques, tels que Bewitched, Hex ou Corpse Mania, et en se lançant dans les wu xia pian psychédéliques avec des films comme Holy Flame of the Martial World, Hidden Power of Dragon Sabre ou encore Portrait in Crystal. Ils continuent malgré tout à sortir des films d’arts martiaux plus classiques, qui reviennent aux fondamentaux de la firme. Des films peut-être un peu plus confidentiels mais qui ne déméritent à aucun moment et qui se montrent aussi efficaces que leurs grands frères. Parmi eux, Gang Master de Tsui Siu-Ming, échec au box-office local mais pourtant vrai bon film de la Shaw Brothers.

Tsui Siu-Ming est un des plus grands spécialistes martiaux de Hong Kong, adapte des cascades complètements folles (regardez son Mirage sorti en 1987) et réalisateur maudit qui n’aura jamais réellement eu sa chance. Acteur dans de nombreuses productions dans les années 60 et 70, côtoyant les plus grands comme Bruce Lee, il passe à la réalisation dès 1979 sur la série Reincarnated (dont le remake Bastard Swordsman est sorti quelques années plus tard) et l’année suivante pour le grand écran avec The Buddhist Fist qu’il coréalise aux côtés de Yuen Woo-Ping. Ce n’est qu’en 1982 qu’il fait cavalier seul avec Gang Master, son premier et unique film pour la Shaw Brothers, et malgré l’échec cuisant dans les salles obscures à cause du désamour du public pour le studio de Run Run Shaw, Gang Master vaut vraiment le coup d’œil pour tous les amateurs du genre tant ce qu’il fait, il le fait bien, très bien même. Ici, on reste dans du grand classique de la Shaw : des manigances, des trahisons, des machinations, des retournements de situation, … L’intrigue est bien ficelée, à l’instar des meilleurs Chu Yan, avec de nombreux personnages qui ont tous une utilité à un moment donné. Bien qu’ils ne soient que rarement très approfondis, ils sont tous suffisamment caractérisés pour qu’on ne s’emmêle jamais les pinceaux. Du classique oui, mais du classique très efficace. Le casting est impeccable, avec moult têtes connues qui raviront les amateurs. On est content de voir Bruce Leung dans un rôle assez conséquent, il nous prouve une fois de plus l’étendue de ses grands talents martiaux. Ku Feng est très bon dans le rôle du père torturé qui doit prendre une décision impossible. On rigolera du rôle de Yuen Tak en combattant « menuisier », mais surtout on appréciera de voir Austin Wai, frère ainé de Kara Hui, enfin dans un premier rôle. Il est réellement un très bon artiste martial et un acrobate des plus talentueux, bien qu’en termes de jeu d’acteur, on le sente bien moins à l’aise.

Malgré un budget qui ne semble pas être des plus importants, le charme de cette époque opère avec des décors studios certes parfois un peu kitchs, mais qui fourmillent de détails. La mise en scène de Tsui Siu-Ming est soignée, le réalisateur choisit ses plans avec minutie et intelligence, jouant avec un montage nerveux dès que cela est nécessaire. Bien qu’un peu timide au début en termes de combats, quand ça se lâche, ça se lâche et ils sont au final assez nombreux et interviennent à intervalles réguliers. Ici aussi, on est dans du très bon avec des chorégraphies inventives, très techniques, dans un style encore un peu old school par rapport à l’époque où le film est sorti et le tournant que prenaient les scènes martiales dans les films de manière générale. L’action est toujours lisible et les combats sont parfois assez originaux comme celui entre les deux voleurs qui doivent rester silencieux ou celui avec justement le combattant « menuisier » (voir plus haut). L’inévitable baston finale, avec plusieurs dizaines de combattants qui se mettent joyeusement sur la gueule à coups d’armes blanches et de tatanes est de haut niveau, tout comme l’affrontement de fin, lors du dénouement du scénario, qui bien qu’un peu abrupt vient clôturer ce Gang Master de bien belle manière. Alors il est clair que si on prend le film dans son ensemble, il n’a rien de très spectaculaire, mais il est néanmoins un divertissement très solide que tout amateur de kung-fu pian / wu xia-pian se doit de voir.

LES PLUSLES MOINS
♥ Joli casting
♥ De bons et nombreux combats
♥ Le charme désuet des décors
♥ L’intrigue
⊗ Manque un peu d’ambition

Bien que moins connu que les classiques de la Shaw Brothers, Gang Master est pourtant un très bon film d’arts martiaux aux nombreux combats réussis, qui ne doit son échec qu’à une arrivée un peu trop tardive dans le paysage cinématographique HK.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Les scènes d’action sont dirigées par Yuen Cheung Yan, frère de Yuen Woo-Ping, qui avant cela avait déjà été sur ce même poste sur pas moins de 56 films.

• Gang Master n’a rapporté que 1710513$HK au box-office local.


GANG MASTER est sorti chez Spectrum Films en combo blu-ray avec le film What Price Honesty? au prix de 30€. Il est disponible à l’achat ici : Spectrumfilms.fr

En plus du film, on y trouve : Présentation du film par Arnaud Lanuque, Interview de Ku Feng et Chen Kuan-tai par Fred Ambroisine, Interviews de Jason Pai Piao, Lawrence Wong, Tsui Siu-ming et bande-annonce.



Titre : Gang Master / 幫規
Année : 1982
Durée : 1h28
Origine : Hong Kong
Genre : Retour aux sources
Réalisateur : Tsui Siu-Ming
Scénario : Yuen Cheung-Yan

Acteurs : Austin Wai, Chen Kuan-Tai, Tai Liang-Chun, Ku Feng, Jason Pai Piao, Bruce Leung, Lau Nga-Lai, Chu tit-Wo, Chow Kin-Ping, Ching Miao, Yuen Tak

 Bong ju (1982) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest

11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
20 septembre 2022 17:34

Je pense pas l’avoir vu. Ça a l’air très bien.
Au sommet de la gloire de la Shaw il était passé maître dans les décors de studio. Ils font faux mais sont aussi super beau.
Dans les années 80 un des trucs qui marchait bien à la Shaw c’était les venoms et je trouve ca horrible. Des costumes dico des chorégraphies ridicule et très peut de moyens.

pti denis
Reply to  Feroner
21 septembre 2022 12:33

Les Venoms ont leurs fans (perso j’aime beaucoup) surtout aux U.S.A. j’ai l’impression. En France, hormis notre cher Drélium, ce n’est absolument pas considéré. Il faut dire que les films oui ont très peu de moyens (niveau décors, c’est parfois horrible) mais niveau baston, je trouve ça très très bon mais nous sommes il est vrai plus proche du cirque que du kung fu technique à la Liu Chia-Liang.
Certains films sont trop déséquilibrés niveau rythme, en revanche d’autres sont bien musclés comme il faut. Mais faut déjà être un acharné du kung fu old school pour pouvoir apprécier les Venoms.

pti denis
Reply to  Cherycok
21 septembre 2022 20:50

Oui vu mais il ne m’avait pas marqué. Je m’étais ennuyé, je n’en ai aucun souvenirs. Par contre j’aime bien Gang master.

pti denis
Reply to  Cherycok
22 septembre 2022 11:59

Ah ouais quand même, c’est très rythmé ? Car je ne me souviens pas à l’époque m’être dit que ça bougeait un max.

Feroner
Reply to  pti denis
22 septembre 2022 18:00

Je sais qu’au USA il y a des fans des venoms, comme RZA qui a mit pas mal de petit extrait dans ses prods.
« Mais faut déjà être un acharné du kung fu old school pour pouvoir apprécier les Venoms ». C’est ca j’ai du mal avec les films de kung-fu fauché avec que des longs plan large qui durent qui durent.

Faze
Faze
Reply to  Feroner
24 septembre 2022 3:00

Gros fan de Rza et sa clique depuis que j’ai 13 ans donc forcément pour bien comprendre le bonhomme , je me suis enfilé les Venoms les plus connu.

A part 5 Venins Mortels que je trouve sympa (et plein de samples géniaux niark niark) , j’avoue que le reste m’avait pas marqué outre mesure.

Et donc Gang Master et What Price Honesty … je prend note pour une future commande 😉

Nasserjones
Nasserjones
25 septembre 2022 14:18

Beaucoup moins bon que What price honesty pour moi, mais très fun quand même, rythmé, plein de combats assez dynamiques. On a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Les 2 films en combo forment un coffret plus que recommandable.