[Film] La Féline, de Paul Schrader (1982)

Après la mort de ses parents, la jeune Irena Gallier retrouve son frère aîné, Paul, qui vit près de La Nouvelle-Orléans. Peu de temps après, Paul disparaît sans laisser de traces dans une maison close où une prostituée a été attaquée par une panthère. On réussit à capturer l’animal qu’on enferme dans un zoo où, le lendemain, Irena accourt. Elle se lie d’amitié avec un des zoologistes, Oliver Yates.


Avis de Rick :
À Hollywood dans les années 80, c’est l’époque des remakes. Mais pas comme la vague actuelle qui persiste depuis quasi 10 ans, en copiant les films originaux pour livrer encore la même histoire. Non, les années 80, c’était l’époque où l’on laissait des réalisateurs ayant un univers bien personnel s’occuper de faire des remakes, plus des relectures des thèmes au final. Oui, il y eu l’énorme The Thing de John Carpenter en 1982, mais également La Mouche de David Cronenberg en 1986. La Féline de Paul Schrader en 1982 est de ces métrages là, très différent de l’original, reprenant au final le concept et une unique scène pour livrer une vision personnelle. La Féline de Jacques Tourneur en 1942 jouait sur la suggestion, se révélait plus un drame dans son approche du fantastique et de sa mythologie. L’époque était différente, l’approche également, le budget tout autant. En 1982, les techniques sont au point, les effets spéciaux ont une place très importante dans le cinéma fantastique. Que ce soit Paul Schrader, David Cronenberg ou John Carpenter, leur réinvention de cette histoire connue s’éloigne sensiblement des films originaux, pour s’encrer dans leur époque, mais pas de manière stupide et mercantile non, mais de manière logique et avec une thématique poussée. Si La Féline de Tourneur est un grand film et un classique, la version livrée par Schrader l’est tout autant, pour des raisons différentes.

Féline02

Clairement encré dans les années 80, dans son visuel, l’utilisation des couleurs, des travellings, et même jusque dans sa musique (outre le thème composé par David Bowie, le score est signé Giorgio Moroder), La Féline est un film beaucoup plus démonstratif que l’original, mais également donc poussant ses thématiques plus loin. La panthère est un animal qui inspire la peur, mais également le respect, se déplaçant et se muant avec une certaine sensualité. Paul Schrader le comprend bien, et fait de cette sensualité, ou même de cette sexualité un des piliers de son film. Nastassja Kinski (la fille de Klaus Kinski), jouant Irena, le personnage central de l’intrigue, épouse à merveille cette sensualité. Le scénario explique ici l’originale de cette féline, et donc de son frère, et si aujourd’hui son propos pourrait être vu comme superflu et facile, le traitement que Paul Schrader en fait force le respect. Irena est une féline, une panthère, sans s’en rendre compte. Mais plus le film évolue, plus elle accepte sa condition, ses origines, et cède donc à ses pulsions, sexuelles, et meurtrières, alors qu’elle les refuse au départ, ou tout simplement refuse de les voir, comme lorsqu’elle sautera par la fenêtre et atterrira comme un félin. Face à elle, son frère Paul, joué par l’énorme Malcolm McDowell (Orange Mécanique, Doomsday, Halloween) est l’exact opposé de sa sœur, acceptant pleinement sa condition, acceptant de tuer, même s’il voit en Irena son salut.

Féline07

Oui, les thématiques de cette version 1982 sont intéressantes, Schrader rend son film hautement sexuel sans pour autant être racoleur (la nudité est présente, notamment dans la seconde partie du récit, mais jamais vulgaire), et se permet même de révéler l’origine de nos personnages via quelques rares séquences sublimes. Car oui, ici, la forme épouse le fond. De l’utilisation des couleurs, à la musique synthé nous plongeant clairement au début des années 80, La Féline captive et attire l’œil. Schrader change aussi légèrement le ton de sa relecture, notamment lors de son final, s’inscrivant encore une fois plus dans son époque avec un final plus romantique que pessimiste ou même fataliste. Il faut dire qu’au final, cette version de 1982 ne reprend qu’une seule scène du film original, à savoir la scène de la piscine, fort réussie dans les deux versions. Et comme pour beaucoup de relectures de cette époque (La Mouche, The Thing, ou même le mythe du loup-garou avec Hurlements et Le Loup-Garou de Londres), les effets spéciaux, mécaniques bien entendu, tiennent encore la route aujourd’hui et se font impressionnants. Cette relecture de La Féline, boudée par certains, mérite pourtant amplement le coup d’œil, se faisant très différente certes, mais d’un côté complémentaire. La bonne époque !

Féline14

LES PLUSLES MOINS
♥ Le charme de Nastassja Kinski
♥ Malcolm McDowell
♥ L’ambiance années 80
♥ Une relecture intéressante
⊗ …
 coeur24
Plus une relecture qu’un remake, La Féline fait parti de la grande vague de remake des années 80. Très différent, complémentaire, plus visuel, plus sensuel.

Féline22



FélineTitre : La Féline – Cat People
Année : 1982
Durée : 1h58
Origine : U.S.A.
Genre : Fantastique
Réalisateur : Paul Schrader
Scénario : Alan Ormsby

Acteurs : Nastassja Kinski, Malcolm McDowell, John Heard, Annette O’Toole, Ruby Dee et Ed Begley Jr.

 Cat People (1982) on IMDb


Féline23Féline26Féline31Féline34Féline40Féline42Féline46Féline48

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
scott
scott
19 avril 2016 22:08

decidement Rick tu fais vraiment plaisir en ressortant les films qui sont pour moi des classiques de ma jeunesse 🙂
ce film est envoutant ,sensuel et impressionne , spoiler (même si elle apparait en photo plus haut ^^ ) la scène du gardien de Zoo qui se fait arracher le bras est vraiment intense et ma bien fait cauchemarder …la panthere dans la nuit noire avec les yeux luisant reste aussi graver dans ma memoire ! Malcolm Mac Dowell est tres bon(comme souvent a l’époque )et nous fait froid dans le dos tandis que la beauté naturelle et la sensualité de Nastassja Kinsky nous fascine !
tres content de l’avoir choper en pack dvd avec Body Bags a 2€

scott
scott
20 avril 2016 0:05

oui tout a fait , c’etait plus rare et plus surprenant , un autre de mes chouchous du genre de cette période c’est Wolfen (et ceux que tu cite au dessus , le loup garou de londres , la mouche ,the thing ) c’est que des films qui nous monte en pression et on s’attend jamais quand une scène choque tombe … j’y suis encore plus sensible car j’ai 40 ans ,j’ai grandi avec ses films ,ils m’ont marquer car ils sont précurseurs et quand on avait que trois ou quatre chaines de tv on etait bien content de les voir 😀

Body Bags ,je l’ai pas encore revu en dvd , je l’avais vu je pense un soir sur m6 et c’est vrai que c’est assez inegal aussi dans mon souvenir mais il y avait de bonnes choses , au final assez plaisant ,entre les roles de Craven et Sam raimi dans le premier sketch et le dernier avec mark hamil ,le fil rouge avec Big John dans sa morgue..apres je suis plutot bon publique pour les vieux films a skecth moi j’ai souvent des films pas vraiment populaire comme cat’s eye ou darkside ^^

scott
scott
Reply to  Rick
20 avril 2016 23:39

Wolfen a rythme lent, mais moi il m’avait sacrement impressionner ,dans la narration c’est un peu comme les films de Peter Weir des années, 70,comme La derniere vague et il y a quand même une sacré part de scène tres choc ,on sait jamais quand il va se passer quelque chose et on continu de se poser des questions jusqu’au final ,en plus il y des effets visuel assez reussi et original pour le debut des années 80! dur d’en dire plus sans trop en devoiler ,j’en reparlerais avec toi avec plaisir 🙂

ouais Stacy et sa calvitie ^^ c’etait bizarre comme histoire je me souviens mais au moins vraiment original 😀
oui dans le tas si on peut dire ,il y a toujours un ou deux sketch qui relevent le niveau !j’avais été voir Darkside car j’etais fan de Christian Slater et ca va son sketch est pas le celui que j’ai le moins aimer …pareil la gargouille c’est assez sanglant et le final est horrible ,horrible et emouvant ^^

scott
scott
Reply to  Rick
21 avril 2016 23:02

Pique-Nique à Hanging Rock je l’ai vu il y a deux ans je crois ,il etait passer sur arte , j’ai beaucoup aimer aussi ,j’etais claquer et au debut je me suis dis ,houla ca a l’air assez lent, mais au final ,ca ma réveiller et je suis rester curieux jusqu’a la fin !

pareil pas trop aimer le sketch du chat (comme un peu tout le monde je pense ) j’ai trouver qu’on avait pas assez d’empathie envers les persos,du coup on se désintéresse de leurs sorts assez vite et j’ai pas accrocher a l’atmosphère mais le final tellement c’est “surprenant” comme tu dis que ca rattrape un peu , j’aime bien etre surpris 🙂
pour la gargouille j’ai bien aimer le concept de la promesse …et la prestation de James Remar qui allait a contre courant de ce qu’il avait l’habitude de jouer .c’est vrai que les films de gargouilles , c’est vraiment rare .

scott
scott
Reply to  Rick
24 avril 2016 23:16

sur que la fin peu frustré ,mais j’aime bien quand il y a encore une part de mystere .

j’ai vu que tu en parlais de Darkside sur un autre article ,je vais aller voir ca 🙂

j’aime beaucoup Blink ,je l’ai pas revu depuis un bout de temps car les films avec des gens qui ont des problèmes de vue ,j’evite un peu ,vu que je suis dans le même cas maintenant ^^ mais j’ai le dvd ,je me le referais a l’occaz rien que pour revoir le belle Madeleine Stowe ! James Remar je l’ai decouvert en allant voir 48 heures, autant dire un role qui colle a la peau ,juste apres je le vois en vhs dans les guerriers de la nuit ,ca marque a 7 ou 8 ans ^^

peut etre ! x-files c’est une serie qui ma passioner mais j’ai vu qu’une fois et y a des épisodes que j’ai plus en tête du tout (et j’ai pas regarder jusqu’a la fin aussi …)

scott
scott
Reply to  Rick
9 mai 2016 0:14

cool ca ! 😮  l’image est deja pas trop mal sur le dvd ,j’imagine que ca sera un blu ray a la hauteur  ,merci pour l’info Rick 🙂

Matt
Matt
10 août 2018 19:35

Vu hier soir, il est pas mal du tout ce film. Pas mal différent de l’original.
C’est marrant les remakes parce que parfois on trouve des films qui se ressemblent beaucoup mais sans être des remakes, et parfois des remakes qui ne se ressemblent pas trop. Et souvent ça tient à pas grand chose. Par exemple les films de loups-garous ou de fantômes peuvent se ressembler parfois, mais du moment que la figure du loup-garou ou du fantôme sont des trucs répandus dans la pop culture, ça ne choque personne. Mais si on fait un film avec un “monstre félin” qui est un concept moins répandu, on ne peut pas s’empêcher de se dire “ah ben ça ressemble à tel autre film, c’est presque un remake”
Sauf qu’au final…pas tant que ça. Les films diffèrent pas mal.

Celui là est plus démonstratif, on pourrait dire moins subtil mais l’intention n’est pas la même. ça peut faire penser au drame du vampire qui ne veut pas tuer et qui doit accepter (ou non) sa condition (entretien avec un vampire par exemple) avec une bonne dose de sexualité en plus évidemment.

Sinon j’y pense…dans les bons “remakes”, je crois qu’il y a aussi le film français “le bossu” de Philippe de Broca. Faudrait que je le revoie mais j’avais bien aimé à l’époque.