[Film] Fast And Furious 4, de Justin Lin (2009)

Un meurtre oblige Don Toretto, un ancien taulard en cavale, et l’agent Brian O’Conner à revenir à L.A. où leur querelle se rallume. Mais confrontés à un ennemi commun, ils sont contraints à former une alliance incertaine s’ils espèrent parvenir à déjouer ses plans.


Avis de John Roch :
Après la déception au box office de fast and furious: Tokyo drift, retour à la case départ pour la saga. Justin Lin reste à la barre, et le casting d’origine revient pour ce fast and furious 4, suite au léger relent de reboot, ce que le “nouveau modèle, pièces d’origine” inscrit sur l’affiche ne contredira pas. Déjà le titre : aux States la saga se nomme the fast and the furious, le quatrième opus s’appelle… fast and furious. Reboot ensuite car au final le film est la suite directe du premier, si on retrouve Han le temps d’une scène, 2 fast 2 furious et Tokyo drift sont purement et simplement zappés. Reboot enfin car la première scène du métrage n’est ni plus ni moins qu’une version alternative de l’attaque du camion de fast and furious, sauf que cette fois-ci la suite se fera du point de vue du clan Toretto, et non pas de Brian dans le second film. Une notion de reboot assez étrange, mais bel et bien présente, mais rassurez-vous, fast and furious 4 est une suite, foirée.. Dominique Toretto est donc de retour, toujours activement recherché par les flics, exilé en république Dominicaine où il continue dans le braquage de marchandises de camion accompagné de Letty (Michelle Rodriguez, plus féminine que d’accoutumé) et de Han (Sung Kang). Problème : la flicaille commence sérieusement à se rapprocher du trio, Han se barre à Tokyo, où des choses cools se passent, quant à Dom, il se barre pour que Letty n’ait plus à vivre dans la peur de finir en taule.

Direction les States, où Brian (Paul Walker qui a abandonné le style surfeur Américain) traque Braga un baron de la drogue qui achemine de la poudre blanche du Mexique aux USA via un tunnel secret. Il apprend la mort de Letty, l’occasion pour lui de se rapprocher de Mia (Jordana Brewster, avec une frange à la scalper). Baboulinet, lui, pas content quand il apprend que sa donzelle s’est faite refroidir, mène sa propre enquête qui l’emmène sur les traces de… Braga. Et ça tombe bien car il recrute, ce qui tombe à point nommé pour Brian qui va faire ce qu’il ne fait pas le mieux : s’infiltrer. Une tache d’autant plus compliquée que Dom a toujours une dent contre lui, et qu’il menace sa couverture. Dom Toretto en mode vigilante, pour un fast and furious plus sombre ? Et bien non, personne ne meurt entre les mains de Dom, il est si menaçant (il fronce très fort les sourcils) que tout le monde crache le morceau quasi-instantanément. De plus, il n’a besoin de personne, tout seul, perdu au milieu de la route, il réussit à trouver le coupable en se prenant pour Samy Naceri dans Taxi 2. C’est donc en observant une trace de pneu qu’il découvre le modèle et la couleur de la bagnole du bad guy, et, encore plus fort, il revit carrément la scène. Baboulinet super héro ? C’est visiblement une piste que le scénariste voulait exploiter, puisque quand Toretto retrouve l’assassin de sa bien aimée, celui-ci le provoque en lui demandant si il se souvient de son visage quand elle est morte, on rappelle que c’était un flashback imaginaire, mais passons.

Paul Walker de son coté interprète un Brian qui n’a pas évolué d’un iota, le personnage est toujours tiraillé entre son boulot de flic et la famille de Dom. D’ailleurs ne comptez pas sur une hypothétique exploitation de la rivalité entre les deux hommes, celle-ci étant autant exploitée que le coté wanna be revenge movie. Ils redeviennent copains comme cochons en un battement de cil, Brian refait partie de la famille comme s’il ne l’avait quittée, prière autour d’une corona comprise, et il se retape Mia aussi vite qu’un lapin. Car la vitesse, ce n’est pas qu’une question d’autos dans fast and furious 4, le scénario aussi a enclenché la nitro. En résulte des idées qui pointent le bout de leur nez et repartent aussitôt, il y a pourtant quelques twist qui tentent de relancer la machine, mais celle-ci s’enraille dès qu’elle démarre. Reste l’action, et là c’est la déception. Hormis une poursuite dans le désert réussie qui fait étrangement penser à fury road pourtant sortie six ans après, fast and furious 4 retombe dans les travers de la saga. Il y a bien cette course nocturne dans les rues de L.A, mais celle-ci donne dans le déjà vu, même si niveau qualité on est plus proche de Tokyo drift que des premiers opus. Les autres scènes d’action sont une fois de plus ruinées par des CGIs déjà horribles, au moins autant que Vin Diesel quand il joue l’émotion, lors de la sortie du film avec son camion en feu animé à 14 images par secondes, et la cerise sur le gâteau, les fameuses poursuites dans les tunnels de l’enfer, carrément iregardable en plus d’être à vomir. Pour se reposer les yeux, il y a bien l’introduction de Gal Gadot dans la saga, mais celle-ci confirme dès sa première apparition à l’écran quelle piètre actrice elle est. Au moins le coté tuning est laissé de coté, ça permet de conserver un éventuel dixième à chaque œil. On se consolera également avec la fin, ouverte qui annonce du changement dans la saga.

Le point Han: Bien vivant, il décide de partir à Tokyo après une apparition de quelques minutes. Fast and furious 4 se passe donc avant Tokyo drift..

LES PLUS LES MOINS
♥ La suite directe du premier
♥ La poursuite dans le désert
♥ La fin
⊗ Des idées jamais exploitées
⊗ Baboulinet: les rôles sensibles, c’est pas pour lui
⊗ C’est finalement assez mou
⊗ Les abus de CGIs
⊗ La poursuite finale, à vomir
Après un Tokyo drift de bonne facture, Justin Lin déçoit avec fast and furious 4, une suite qui tire à nouveau la saga vers le bas.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Vin Diesel voulait tourner fast and furious 4 et 5 à la suite, mais la Universal a refusé et a préféré attendre les résultats du box office.
• La Universal ayant avancé la sortie du film de deux mois, Brian Tyler a enregistré la musique en trois jours.
• 240 voitures ont été construites pour le film.
• Première apparition de Gal Gadot à l’ écran.


Titre : Fast and furious 4 / Fast and furious
Année : 2009
Durée : 1h47
Origine : U.S.A
Genre : Baboulinet pas content
Réalisateur : Justin Lin
Scénario : Chris Morgan

Acteurs : Nouveau modèle: Gal Gadot, Pièces d’ origine: Paul Walker, Vin Diesel, Jordana Brewster, Sung Kang, Michelle Rodriguez

 Fast and Furious 4 (2009) on IMDb


John Roch
4 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
17 février 2021 11:39

Vu cet opus une seule fois, lors de sa sortie, et le seul souvenir que j’en ai c’est cette poursuite finale en CGI dans les tunnels absolument hideuse, et beaucoup d’ennui. Autant dire que j’ai détesté et ne compte pas le revoir de sitôt. Un opus coincé entre mes deux préférés, c’est con 😀 Tellement que j’avais totalement zappé que Gal Gadot apparaissait en premier dans cet épisode et pas dans le suivant.

Faze
Faze
Reply to  Rick
17 février 2021 23:04

Exactement du même avis que le copain Rick , ce film ne mérite pas plus de caractères typographiques de ma part !