[Film] Exhumed, de Richard Griffin (2011)

Une famille mystérieuse habite dans une maison en banlieue, et est incapable de quitter la demeure. Quel secret cachent-ils ? Des tensions arrivent entre les membres lorsqu’ils décident de prendre Chris comme colocataire.


Avis de Rick :
Poursuivant mon exploration du cinéma de Richard Griffin, avec sa muse Sarah Nicklin, via sa société Scorpio Films Releasing, il était temps de passer à Exhumed, film vivement conseillé à la fois par son actrice et son réalisateur. Une œuvre dont ils semblent particulièrement fiers. Une œuvre au final très éloignée de leurs précédents métrages tels que Nun of That, Atomic Brain Invasion et The Disco Exorcist. À l’opposé même l’on pourrait dire. Car Exhumed est un film sérieux, dans lequel l’humour n’a aucunement sa place. Tourné sur 11 jours pour 20 000 dollars avec l’équipe habituelle de Richard Griffin devant (Sarah Nicklin, Michael Reed, Michael Thurber) et derrière la caméra (Daniel Hildreth à la musique, J. Poisson à la technique), Exhumed est tout simplement un petit bijou. Hommage certain aux films de la Hammer, Exhumed est un huis clos ! Il se déroule quasi intégralement à l’intérieur d’une maison (à deux/trois scènes près), se focalise sur un nombre restreint de personnages, se fait sobre, et préfère jouer sur l’ambiance et l’attente plutôt que les délires en tout genre. On pourrait même rapprocher Exhumed d’un drame plus que d’un film d’horreur. Un drame exigeant, puisque se déroulant en huit clos, dans un sublime noir et blanc, et puisqu’il aborde un rythme lent propice à poser une ambiance lourde, et souvent mélancolique.

Exhumed01

Nous y suivons donc une famille « presque » normale qui ne quitte oh grand jamais leur maison. Pourquoi ? Comment font-ils ? Il va falloir voir le film pour comprendre, sans pour autant plonger dans d’interminables dialogues explicatifs. Il y a donc la maîtresse de la maison, jouée par Debbie Rochon, scream queen bien connue des amateurs dont la carrière se fera remarquer lorsqu’elle tournera chez Troma, notamment avec Tromeo & Juliet en 1996, puis Terror Firmer et Toxic Avenger 4. À ses côtés, les habitués donc, avec Sarah Nicklin, Michael Reed, Michael Thurber, Rich Tretheway (dans un rôle bien plus sérieux que le travesti dans Nun of That), mais aussi une petite nouvelle avec Evalena Marie. Et lorsque l’on apprend que le casting gagna un prix en festival pour l’ensemble de leur prestation, cela n’a rien de surprenant. Car ils sont tous exceptionnels, heureusement d’ailleurs, pour un film se basant avant tout sur leur psychologie, et la relation qu’ils ont les uns envers les autres. Car malgré oui, quelques moments sanglants (mais discrets et réalistes), Exhumed nous parle bien d’un drame, un drame familial, une famille qui ne fonctionne plus et dont chaque engrenage n’attend qu’à exploser. En cela, le personnage de Chris, joué par Michael Reed, est bel et bien l’élément déclencheur, l’élément extérieur à cette famille qui va débarquer, à la recherche d’une chambre, et qui va faire chuter les derniers piliers faisant tenir cette famille debout.

Exhumed04

Sa relation avec Laura (Sarah Nicklin) sera un des gros points forts du métrage d’ailleurs. Les deux livrent une interprétation très solide propice à faire ressortir l’émotion, et permet de développer le personnage de Laura vers une dimension dramatique qui ne quittera plus le métrage. Et bien entendu, leur relation ne sera pas forcément vu d’un bon œil, notamment par la maîtresse de maison, jouée par Debbie Rochon. Si son personnage va se durcir, et donc devenir plus amer et froid envers les autres, l’obligeant à faire des choix drastiques, Laura elle va en quelque sorte se refermer sur elle-même pour échapper au monde qui l’entoure, persuadée d’avoir enfin trouvé ce qui pourra la rendre heureuse. Sans se douter bien entendu que tout cela ne peut amener qu’à une seule conclusion : la destruction totale de la cellule familiale, et donc pour Laura, sa propre destruction. Malin dans son texte et extrêmement bien écrit, Exhumed fonctionne grâce au talent de ses acteurs, mais également grâce à une technique affutée. Avec un budget plus que restreint, l’équipe se débrouille pour nous fournir des plans sublimes, baignant dans un noir et blanc très travaillé, dans un formidable format 2.35. Sans oublier un score musical certes un poil répétitif mais convenant finalement parfaitement aux scènes qu’il illustre. Et le tout combiné parvient à nous offrir au final une petite pépite, et pour couronner le tout, un final sombre extrêmement triste et réussi, et donc marquant ! Exhumed, je conseille vivement vous l’avez compris.

Exhumed10

LES PLUSLES MOINS
♥ Un casting investi et fort réussi
♥ Un métrage intelligemment écrit
♥ Une ambiance lourde
♥ Un final bien triste
⊗ Un rythme lent qui ne plaira pas à tous
Exhumed est un petit bijou dans le domaine du cinéma de genre totalement indépendant. Sérieusement emballé, avec une technique rodée, mené par des acteurs tous investis et au top, il se révèle être sans aucun doute l’œuvre la plus mature et triste de Richard Griffin.

Exhumed11



ExhumedTitre : Exhumed
Année : 2011
Durée : 1h33
Origine : U.S.A.
Genre : Mystères
Réalisateur : Richard Griffin
Scénario : Guy Benoit

Acteurs : Debbie Rochon, Sarah Nicklin, Michael Reed, Michael Thurber, Rich Tretheway et Evalena Marie

 Exhumed (2011) on IMDb


Review in English:

After a few films, I decided to explore a little more the works of Richard Griffin, with his muse Sarah Nicklin, through his company Scorpio Films Releasing. And now it’s time to talk about Exhumed, film both his actress and director recommanded me. A work they are really proud of. And a work of art finally far away from their previous films, like Nun of That, Atomic Brain Invasion and The Disco Exorcist. In fact even the opposite we could say. Because Exhumed is a serious film, with no place for humor. Shot on 11 days for $20K with the usual team of Richard Griffin on front (Sarah Nicklin, Michael Reed, Michael Thurber) and behind the camera (Daniel Hildreth for the music, J. Fish as a technician), Exhumed is simply a gem. An obvious tribute to the Hammer, Exhumed takes place in one place! I takes place in a house (except a few scenes), focuses on a limited number of characters, and prefers to deal with the atmosphere and the wait rather to action, gore and humour. We could even say Exhumed is more a drama than a horror film. A demanding drama, taking place behind closed doors, in a wonderful black and white, and with a slow pace, suitable to offer us a heavy atmosphere, and also a melancholic one.

Exhumed13

We are invited to follow an almost “normal” family. They never leave their home. Why? How do they survive? You’ll have to see the movie to understand, without endless explanatory dialogues. So there is the Governess of the house, played by Debbie Rochon, scream queen well known from the amateur with such movies as Tromeo & Juliet in 1996, then Terror Firmer and Toxic Avenger 4. Next to her, the usual cast, with Sarah Nicklin, Michael Reed, Michael Thurber, Rich Tretheway (in a much more serious part than Nun of That), but also a new one, Evalena Marie. And when we know they won the Best Cast’s award at the Pollygrind Film Festival, no surprise! Because they are all exceptional, thankfully because the movie is mainly based on their psychology, and the relationship they have with each other. Yes of course, there are some bloody times (but discrete and realistic), but Exhumed is first of all a drama, a family drama, about a family that doesn’t work anymore. The character of Chris, played by Michael Reed, is the key element, the trigger, the external element to this family, looking for a room, and he will bring down the last pillars keeping this family standing.

Exhumed15

His relationship with Laura (Sarah Nicklin) is one of the major strength of the film. Both of them deliver a very strong and fantastic performance, suitable for bringing out the emotion, and to develop the character of Laura to a dramatic dimension that never leave the film. And of course, their relationship will not necessarily be seen favorably, especially from the Governess of the house, Debbie Rochon. If the Governess will become harder, bitter and colder towards others, forcing her to make drastic choices, Laura will somehow turns inward to escape the world around her, convinced to have found what will make her happy. Without realizing of course that all this can only lead to one conclusion : the destruction of the family unit, and for Laura, her own destruction. With a clever and extremely well written script, Exhumed works thanks to the talent of its actors, but also with its sharpened technique. With a very small budget, the crew manages to provide sublime shots, with a splendid black and white, and a great 2.35 aspect ratio. And let’s not forget about the musical score, maybe repetitive but suiting perfectly all the scenes it illustrates. And all that together offer us an excellent film, and on top of it, a very sad and dark final. I highly recommend Exhumed!

Exhumed18

POSITIVENEGATIVE
♥ A strong cast
♥ A smart screenplay
♥ Great atmosphere
♥ A sad film and finale
⊗ Not everyone will like how slow it is
Exhumed is a great film, a gem in the independent genre cinema. Seriously filmed with great technique, led by involved actors, it’s probably the best, but also more mature and sad work of Richard Griffin

Exhumed22Exhumed23Exhumed24Exhumed26Exhumed27Exhumed29

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Oli
4 septembre 2016 11:36

Rick il va nous faire l’intégrale de Sarah Nicklin 🙂 Mais c’est sympa en tous les cas, et ça change des comédies françaises chroniquées par Ced 😉

J’ai hâte de la voir dans ton film – car elle joue bien dedans, si je ne me trompe pas.

Cherycok
Administrateur
4 septembre 2016 14:05

Roh, c’est moche ce que tu fais Oli. Five c’était pas moi mais Iris, et mes dernières chroniques, c’est Rest Stop, Mon Nom est Personne, Dernier Train pour Busan, Agent Trop Special, Zack & Miri font un porno. Puis quand y’a de bonnes comédies françaises, faut en parler, c’est pas si souvent ! Mais t’inquiète, les prochain seront plus confidentiel, sauf peut etre le Kickboxer Vengeance que je vais essayer de me faire demain ^^

Oli
Reply to  Cherycok
4 septembre 2016 14:59

C’était juste une boutade 😉 Mais c’est vrai que ça ne m’intéresse pas du tout !

Feroner
Éditeur
Reply to  Oli
4 septembre 2016 18:10

Tu devrait essayer un peut, j’en ai vu de très bonne bien barré a des années lumière de camping 3

La fille du 14 juillet  d’Antonin Peretjatko (Loi de la Jungle) comédie burlesque nonsensique bien marrante.

Ni a vendre ni a louer de Pascal Rabaté juste géniale film sans dialogue étonnant super original jamais ennuyeux.

Au bonheur des ogres, L’histoire d’un  bouc émissaire professionnel plus classique mais vraiment sympatoche.

Microbe et gasoil de (Michel Gondry) deux gamin partent en virée dans une maison roulante de leurs construction, du Gondry efficace.

Les deux de Riad Sattouf “les beaux gosses” l’histoire de deux ados looser bonne surprise et “Jacky au royaume des filles” complètement tarré ce film ca ce passe dans une sorte d’Afghanistan parodié ou les mecs portent les burqua et tende une laisse en attendant qu’une femme la saisisse, entre autre.

Alors c’est sur que ce genre de film au Japon ca doit pas faire la une des journaux déjà qu’en France personne n’en parle, mais tu peut tenter le coup ca ne coute qu’une heure trente.

Cherycok
Administrateur
4 septembre 2016 16:00

Ah mais je sais que c’est une boutade, je n’ai d’ailleurs pas répondu sérieusement. Mais moi ca m’intéresse. Y’a des bons et mauvais films dans le cinéma français, autant que dans le ciné ricain, espagnol, japonais, hk, australien,… Je prends les films quelle que soit l’origine, à partir du moment ou ca me tente, le pays m’interesse peu. Pour ca que sur mon HDD externe, j’ai du film mexicain, chilien, hongrois, serbe,…

Iris
Administrateur
6 septembre 2016 13:37

Alors rapport aux critiques sur les comédies Françaises (désolée de spamer ta chronique Rick avec ça^^) je dois préciser que tout d’même il n’y en a pas énormément non plus… Et vrai Oli que j’ai une forte tendance à être comme toi, à ressentir un désintérêt total (voire une aversion) pour la chose… Mais il faut souligner aussi que parfois, certaines sortent un peu du lot (tout en conservant, quoi qu’il arrive je pense les travers de la comédie à la française)… Rassure-toi, normalement, je ne devrais pas en faire cinquante 🙂