[Film] Deux Flics pour une Bique, de Vitor Brandt (2021)


Deux flics malchanceux se retrouvent mêlés aux activités de dangereux criminels alors qu’ils tentent de rattraper la chèvre Célestine, mascotte de la ville.


Avis de Cherycok :
Ceux qui nous suivent depuis un moment savent que j’aime découvrir des films venus de nouveaux horizons. Des horizons parfois très exotiques pour certains mais que voulez-vous, je suis curieux et je n’ai aucun préjugé. C’est pour cela que parfois je viens vous présenter un survival / home invasion géorgien avec Landmine Goes Click (2015), une comédie vampirique autrichienne avec Therapy for a Vampire (2014) ou encore un film gore slovaque avec des zombies, Socialisticky Zombi Mord (2014). Je n’ai peur de rien quand il s’agit de cinéma, sauf quand ça part en comédie musicale (là, je souffre physiquement). Aujourd’hui, on va s’intéresser à l’Amérique du Sud avec mon premier film brésilien. Non non, pas La Cité de Dieu, trop facile, mais Deux Flics pour une Bique, arrivé en 2021 sur Netflix. Tout de suite, avec un tel titre, je vous vends du rêve n’est-ce pas ?

Soyons clair tout de suite, Deux Flics pour une Bique n’est pas un grand film. Rien que son titre est là pour nous le confirmer. Néanmoins, il fait partie de ces comédies un peu con-cons, un brin naïves, pour toute la famille, qu’on regarde sans déplaisir bien qu’elles ne laisseront pas un souvenir impérissable. Alors qu’est-ce qui se cache sous ce titre improbable ? En gros, nous sommes ici dans une parodie des buddy movies et autres comédies policières hollywoodiennes des années 80/90 telles que Le Flic de Beverly Hills ou encore L’Arme Fatale, mais à la sauce brésilienne. Le pitch de départ est des plus simples : Bruceuillis (prononcez « Bruce Willis »), un excellent flic aux méthodes peu orthodoxes, se voit confier une mission de bas étage après avoir mis le gros bordel dans sa petite ville du nord du Brésil alors qu’il poursuivait un voleur de… ventilateurs. Il doit prendre soin d’une biquette qui doit être présentée à un festival qui a lieu chaque année. Mais l’animal est « kidnappé » par un individu louche qui part avec à Sao Paulo. Ni une ni deux, on l’envoie sur place et il va devoir faire équipe avec Trinité, un policier gratte papier couard et frêle, afin de retrouver le bovidé. Mais leurs pérégrinations vont les mener à une sombre histoire de trafic de drogue qu’ils vont se sentir obligés de résoudre, sans l’aide des autres policiers de la ville que Trinité s’est mis à dos lors d’une affaire précédente. On va retrouver dans Deux Flics pour une bique tous les codes du buddy movie tels que Hollywood les a façonnés. Deux personnages extrêmement différents qui vont devoir collaborer malgré des visions différentes de leur métier et des méthodes qui s’opposent ; une affaire qui ne paie pas de mine mais qui va les mener vers quelque chose de bien plus gros ; des péripéties parfois rocambolesques ; … Sauf qu’ici, c’est pour l’amour de la blague avec un côté parodique bon enfant, de l’humour tantôt burlesque, tantôt grotesque, sorte de croisement entre L’Arme Fatale de Richard Donner et La Chèvre de Francis Veber, à mi-chemin entre Les Nuls et Le Jim Carrey des débuts.

Le scénario se lance immédiatement après le générique d’introduction et le rythme ne faiblira jamais. Le film va enchainer gags en tout genre et scènes d’action diverses et variées, sans jamais réellement se prendre au sérieux mais sans jamais prendre le spectateur pour un couillon tant l’ensemble semble avoir été fait avec une grande sincérité. L’humour ne fonctionne pas toujours, et il semblerait qu’on passe à côté de pas mal de choses si on n’est pas brésilien car bon nombre de blagues semblent avoir été faites pour le public local. Pourtant, certaines scènes font clairement mouche et on se marre pas mal pour peu qu’on adhère à l’humour (un peu comme pour toutes les comédies à vrai dire). Notre duo de flics est rapidement attachant, ils sont interprétés par deux excellents comédiens, et on prend plaisir à suivre leurs mésaventures bien que le film soit des plus prévisibles. Mais au final qu’importe si on sait dans quoi on se lance, la bande annonce ne ment pas sur la marchandise : elle nous annonce un truc con, et on a un truc con. Le contrat est respecté, d’autant plus que le réalisateur Vitor Brandt fait plutôt bien son travail, aussi bien en termes de mise en scène qui tient la route (malgré quelques CGI douteux) que pour essayer d’amuser la galerie avec une avalanche de gags dont certains franchement hilarants (il a déjà œuvré dans le genre parodique avec le film Cope de Elite). Alors non, ce n’est pas un grand film, ça n’en a d’ailleurs pas la prétention, mais c’est un chouette divertissement qui, en ces temps moroses, fait passer un bon moment 1h30 durant.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un ton léger et rafraichissant
♥ Les clins d’œil aux genres qu’il parodie
♥ Un duo de personnages réussis
⊗ Les explosions en CGI
⊗ Pas mal de gags pour le public local
Note :
Deux Flics pour une Bique n’a d’autre prétention que celle de divertir le spectateur avec un spectacle rythmé et léger. Force est de constater que, même si certains gags tombent à plat, il y arrive plutôt bien.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Arrivé sur Netflix en Mars 2021, le film s’est rapidement classé N°1 des vues sur la plateforme au N rouge dans son pays d’origine. Mais ce n’est pas tout puisqu’il s’est également classé 2ème au Portugal, 5ème en Espagne ainsi qu’au Luxembourg. Il est dans le top 10 dans plus de 20 pays sur tous les continents et est disponible dans près de 190 pays et dans plus de 30 langues.


Titre : Deux Flics pour une Bique / Cabras da Peste
Année : 2021
Durée : 1h36
Origine : Brésil
Genre : Bouc et Commissaire
Réalisateur : Vitor Brandt
Scénario : Vitor Brandt, Denis Nielsen

Acteurs : Matheus Nachtergaele, Edmilson Filho, Leticia Lima, Leandro Ramos, Evelyn Castro, Valeria Vitoriano, Victor Alen, Renan Medeiros, Falcão, Eyrio Okura

 Deux flics pour une bique (2021) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments