[Film] Christine, de John Carpenter (1983)

La vie d’Arnie Cunningham change radicalement lorsqu’il achète pour 250 dollars une vieille épave, une Plymouth Fury de 1958 nommée Christine. Alors qu’il répare la voiture, Arnie commence à changer psychologiquement.


Avis de Rick :
En 1983, tout ne va pas très bien pour John Carpenter. En 1982, The Thing est une déception au box office et ne récolte que des critiques assassines. Pour rebondir, Carpenter accepte de réaliser l’adaptation du roman Christine pour le producteur Richard Kobritz, qui a été produit l’adaptation en téléfilm des Vampires de Salem d’après King en 1979. Une commande donc, qui ne passionne pas réellement Carpenter, mais dont il a diablement besoin pour rebondir et continuer sa carrière. Commande ou pas, en regardant Christine, impossible de ne pas reconnaître la patte du réalisateur en quelques plans, surtout qu’il signe également la splendide musique du métrage. Dès la scène d’ouverture, Christine prend des libertés avec le roman, avec une scène inédite montrant l’origine de Christine. Oui, Christine est une voiture possédée en quelque sorte depuis sa création, chose que le film nous montre clairement, tandis que le roman semble indiquer que la voiture est possédée par l’esprit de son ancien propriétaire. On n’en voudra aucunement au scénariste, puisque le film est une réussite. La lente dégradation d’Arnie, le changement de sa psychologie dés lors qu’il achète Christine, cette Plymouth Fury, le tout allié à la sublime mise en scène du maître font de ce film un grand film. Pas le meilleur de Carpenter (en même temps, dur en tant que film commercial de passer juste derrière New York 1997 et The Thing), mais une œuvre tout à fait honorable, intéressante, parsemée de plans marquants et iconiques.

christine02

Ce n’était pas gagné pourtant, car oui, le film parle bel et bien d’une voiture tueuse, et l’histoire du cinéma a prouvé que le sujet était casse gueule. Si l’on ne parlera pas de la moto tueuse dans le cinquième opus de Freddy, orienté humour et comic, il y a eu le bien mauvais Hybrid de Eric Valette, Sans Plomb de Alex Orr ou encore le triste Maximum Overdrive, de Stephen King justement. Christine lui fait bien les choses, et on le doit clairement à la mise en scène de Carpenter. Car comme souvent déjà, le réalisateur prend son temps pour nous poser une ambiance, nous exposer son contexte, ses personnages, et donc faire basculer doucement son récit dans l’horreur. Les méfaits de Christine seront donc durant toute la première partie avant tout psychologique, changeant doucement Arnie, le rendant obsédé par sa voiture alors que ce qui l’entoure semble enfin lui réussir, notamment avec sa petite amie Leigh. On pourrait même dire au début que l’influence de Christine est bénéfique pour lui. Arnie, ce souffre douleur comme Stephen King les aime tant depuis son premier roman (Carrie), qui prend enfin confiance en lui, s’affirme, ose répondre à ses parents, se trouve une petite amie. Le souci, c’est que rapidement, son obsession devient étouffante et dépasse les limites, lorsqu’il insulte ses parents, délaisse son unique ami, et se montre beaucoup plus intéressé par sa voiture que par sa petite amie.

christine08

Puis fatalement, dans sa seconde heure, après la culte séquence de la reconstruction de la voiture détruite, Christine verse dans le film d’horreur, sans pour autant se faire graphique. Car Carpenter, à l’exception de The Thing qui en mettait plein la vue mais uniquement lorsque cela était nécessaire, a toujours préféré la suggestion. Christine fonctionne également pareil, de la suggestion. Et il donne à Christine (la voiture) des plans absolument marquants, lorsque celle-ci se conduit toute seule dans les rues, sur les notes de synthé parfaitement identifiables, à la recherche de ses victimes. Ces scènes auraient pu être ratée, ou n’être simplement que de simples scènes de meurtres de série B, mais entre les mains de Carpenter, cela devient bien plus, cela impressionne, cela devient jouissif même. On pourra bien encore une fois pester contre un film ultra expéditif, mais qu’importe, puisque même celui-ci fonctionne en soit. Christine n’est clairement pas le meilleur film de Carpenter (il admet l’avoir réalisé sans vraie envie, mais admet aujourd’hui que le film est plutôt pas mal), mais il a indéniablement sa patte, autant dans les moments de tension entre les différents personnages (les discussions entre Anie et son ami dans la voiture) que dans les attaques de Christine. Néanmoins, le fantastique est très souvent en arrière plan ici, pour se focaliser sur autre chose, à savoir le mal être adolescent. Et le personnage d’Arnie est vraiment réussit dans ce sens. On ne pourra pas dire la même chose des autres personnages, stéréotypés il est vrai. Mais rien qui ne gêne réellement la vision du métrage.

christine11

LES PLUSLES MOINS
♥ Efficace
♥ Le score musical
♥ Un métrage intéressant
♥ Les attaques de Christine
⊗ De nombreux stéréotypes et clichés
note25
Carpenter livre une adaptation efficace du roman de Stephen King. Tout n’est pas parfait, mais le métrage contient suffisamment de scènes fortes, de plans iconiques en plus d’une pure ambiance à la Carpenter pour supporter le poids des années.

christine17



christineTitre : Christine

Année : 1983
Durée :
1h50
Origine :
U.S.A.
Genre :
Fantastique
Réalisation : 
John Carpenter
Scénario : 
Bill Phillips d’après le roman de Stephen King
Avec :
Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul, Robert Prosky, Harry Dean Stanton, Christine Belford et Roberts Blossom

 Christine (1983) on IMDb


Galerie d’images:

christine19christine20christine21christine23christine24christine26christine30christine33christine34

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

11 Comments

Add a Comment
  1. Un film totalement incontournable et indémodable parmis les œuvres mettant en scène une menace mécanique !
    Depuis que j’ai découvert le film, la Plymouth Fury 58 est une de mes voitures préférées (avec la Chevrolet Corvette et les Mustang)
    Un truc que j’adore dans Christine, c’est la haine qu’elle éprouve pour Leigh..l’autre femme de la vie d’Arnie, et donc sa rivale !
    En fait, Christine est un peu une métaphore de la jalousie amoureuse féminine !
    Un grand classique du thriller horrifique !

  2. Encore un de ces classiques que je n’ai jamais vu. Il ne m’a jamais attiré je ne sais réellement pourquoi…

  3. Pourtant ça te plairait peut-être, même si tu n’es pas aussi attaché que moi à la patte Carpenter. Il y a une ambiance, des plans marquants, une super OST (de Carpenter, forcément). Même si ça reste pour moi un Carpenter mineur, ça reste bon.

  4. Bah ecoute, j’essaierais alors. Et si j’aime pas, rien de grave non plus ^_^

  5. un film culte aussi ,il y a une scène impossible a ne pas admirer ,surtout pour un film aussi vieux ,mais toute les scènes on ou voit la voiture sont pour moi toute tres belle, y a quelque chose graphiquement, mais aussi un malaise , on sent reelement l’aspect démoniaque ,sa rage et l’emprise qu’elle a sur le jeune Arnie ,et a la premiere vision surtout est ce que Arnie participe a tout ca ? est ce qu’on nous montre une voiture qui tue toute seul ? mystère ,ca m’avait bien choquer ca …je suis d’accord avec Pagaziner, on sent vraiment cette competiton entre la fiancée et la voiture , ecris comme ca semble idiot mais dans le film ,le pire (ou le mieux ) c’est de voir l’inclinaison grandissante du Garçon pour la voiture alors qu’il a rafler la bombe du collège qu’il rejette peu a peu …
    Rick chaque capture que tu a mise débouche sur une scène d’anthologie (petite preference pour la voiture en feu ) mais toujours a mille lieu de la re construction ,quelle beauté , même en vhs la scène etait super belle ,avec la musique sexy “Montre moi !” … l’OST je suis bien d’accord, je l’ai ecouter des heures et des heures ! comme quoi avec un synthé on peux faire de grande choses ^^

    il existe un film plus ancien qui aborde la voiture possédé (en moins beau et bon,moins marquant , y a rien a la hauteur de Big John pour moi 😀 ) Enfer Mecanique de 77 avec James Brolin ,sympathique mais qui louche sacrement sur Duel …la voiture a de la gueule par contre 🙂

  6. La scène la plus bluffante est celle où Christine est totalement épave et où elle se remet à l’état neuf toute seule !
    (en fait des vérins qui “tirent” la carrosserie vers l’intèrieur, et ensuite, la bande est passée à l’envers donnant l’impression que la voiture se “regonfle”) simple mais efficace !

    Et en fait, dans ce film, Arnie est un peu un fan de tuning avant l’heure, mais en mode extrême..
    Du genre à préférer coucher dans sa voiture plutôt que dans sa femme..
    Bon ok, je sors… 😀

  7. L’OST, comme j’ai envie de dire la plupart des OST de Carpenter, est monumentale. Je l’écoute très souvent, et je m’en sers même pour les premiers montages de mes projets pour poser une ambiance sur les plans de voiture.
    Jamais vu cet Enfer mécaniques, je vais tenter de me pencher dessus, voir ce que ça vaut.
    La scène de Christine qui se reconstruit EST la scène du film 🙂

  8. Paganizer ,oui en effet c’est cette scène impossible a pas admirer pour moi , c’est tout simple mais il faut y penser et faire en sorte que ce soit beau en passant la bande a l’envers et comme Carpenter est le roi des artisans du cinéma, du système D ,il y avait que lui pour faire ca a cette époque , un autre real aurait couru dans tout les sens pour avoir des effets digitaux (hors de prix et souvent moche a cette époque de toute façon ^^)
    mdr!!!! oui en 2000 on a vue debarquer le “metrosexuel “, la dans les années 80 de Christine c’est “l’autosexuel ” je prend la même porte que toi ^^

    Rick , j’avais tout les cd mais mon con de frere les a prit en déménageant -_- apres plus moyen qu’il me les rendres … même quand il fait pas la ziq (the thing ) il y a un gros costaud s’appelant Ennio qui fait une BO d’enfer ^^ a part ca les ost , de new york 97,the fog,Halloween (ce thème qui hante et fout les jetons avant que le film commence ) le prince des tenebres et j’en oublie sont vraiment du tres,tres haut niveau !
    j’ai vu enfer mecanique y a une 20 aine d’année (les jeudis de l’angoisse je pense ) ca avait deja pas mal vieilli , mais il y a un certain suspens ,des meurtres parfois bien senti , petit film qui mange pas de pain mais il tient pas la route face Christine 😀
    Evidement ! et ce Lens Flare quand les phares s’allument qui démarre la reconstruction avec l’effet sonore qui lance la partition, pff cette scène doit etre montrer dans les écoles .

  9. Hey scott !
    Ouais, j’ai réalisé après coup que c’était de la même scène que tu parlais dans ton com !!
    Comme dit Rick :
    LA scène du film sans hésitation !!

  10. Plus je vois ce film et plus je l’aime ( je dois en être à ma 30… 40… 50e vision ? Plus peut-être ? ). Comme Christine, la voiture, ‘Christine’, le film, ne vieillit pas. Il a même tendance à rajeunir ( comme le compteur mph qui diminue ).
    A noter, le véhicule n’est pas une Fury. Il s’agit bien d’une Plymouth Belvedere de 1958, car la Plymouth Fury n’existait qu’en quatre portes. Certes, sur les 25 véhicules utilisés pour le tournage, certains doivent être des Fury modifiées.
    Un très grand Carpenter pour ma part, qui a su modifier le roman pour en faire quelque chose d’encore meilleur ( ce qui est rare ).

    1. C’est un peu pareil pour moi, sauf qu’au départ je n’aimais pas trop Christine, puis j’ai passé des années sans le revoir, jusqu’à ce qu’un ami me fasse une séance de rattrapage pour le réhabiliter, et que je reconnaisse que bon, même si moins personnel, c’est du très bon Carpenter. Maintenant je le revois souvent, comme les autres Carpenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *