[Film] Braqueurs, de Julien Leclercq (2015)


Yanis, Eric, Nasser et Frank forment l’équipe de braqueurs la plus efficace de toute la région Parisienne. Entre chaque coup, chacun gère comme il peut sa vie familiale, entre paranoïa, isolement et inquiétude des proches. Par appât du gain, Amine, le petit frère de Yanis, va commettre une erreur… Une erreur qui va les obliger à travailler pour des caïds de cité. Cette fois, il ne s’agit plus de braquer un fourgon blindé, mais un go-fast transportant plusieurs kilos d’héroïne. Mais la situation s’envenime, opposant rapidement braqueurs et dealers…


Avis de Cherycok :
Le cinéma français est ce qu’il est, et force est de constater que quand on interroge son entourage à son propos, les avis sont souvent unanimes pour dire que soit ils ne s’y intéressent pas, soit que c’est de la merde. J’ai déjà évoqué à plusieurs reprises que je n’étais pas d’accord sur ce dernier point et que tout n’était clairement pas à jeter mais qu’il fallait trier. Mais c’est vrai que quand on est amateur de cinéma de genre et de séries B punchy comme moi, c’est plutôt maigre ce qu’on trouve chez nous en la matière depuis quelques années. Pourtant il y en a, oui oui, et des films tels que Nid de Guêpes, Mutants, La Proie, A L’Intérieur, A Bout Portant, Enragés, Goal of the Dead, Ares, Night Fare, La Nuit a Dévoré le Monde ou encore Frontière(s) méritent qu’on y jette un œil, même s’ils sont imparfaits. On rajoutera à cette liste très incomplète Braqueurs de Julien Leclercq, qui avait déjà pondu les efficaces Gibraltar, Lukas et L’Assaut.

Julien Leclercq est d’ailleurs un réalisateur qui ne s’est illustré que dans le cinéma de genre, la plupart du temps dans le polar nerveux et sec. Pour Braqueurs, sorti en 2015, il avoue s’être inspiré des films Heat (1995) de Michael Mann et The Town (2010) de Ben Affleck. Bien que n’égalant jamais ces deux derniers, Braqueurs est pourtant un film qui vaut le détour. Julien Leclercq a écrit son film avec Simon Moutaïrou avec qui il avait déjà collaboré quelques années auparavant pour L’Assaut. Afin de rendre leur film le plus réaliste possible, ils ont fait appel à Jérôme Pierrat, un journaliste spécialisé dans les enquêtes sur le crime organisé afin qu’il leur explique bien en détail comment fonctionne les braqueurs, de la préparation de leurs coups à leur exécution. Braqueurs va nous mettre dans la vie de braqueurs de fourgons qui vont se retrouver mêler à des histoires avec des dealers de drogue. Le film ne va jamais chercher le sensationnel, seulement l’efficacité en essayant de rester très réaliste, sans jamais faire l’apologie de la voyoucratie. Julien Leclercq ne semble d’ailleurs pas avoir d’autre intention que de pondre une série B qui défouraille un minimum. Le film commence très vite, avec une scène d’attaque de fourgon très efficace. On sent vite que l’ambiance froide, tendue, noire, ne laissera aucune place à un quelconque humour. La violence est sèche, radicale, assez rugueuse, et le réalisateur a la bonne idée de laisser la Police en retrait afin de se concentrer un maximum sur ses braqueurs qu’il développe et creuse au strict minimum, mais suffisamment pour qu’on ait de l’empathie à leur égard.

Il faut dire que Sami Bouajila est ici impeccable. Cet acteur est vraiment capable de tout jouer, interprétant ici son vrai rôle de dur à cuire (même s’il en jouait déjà malgré tout dans Nid de Guêpes ou Dernier Gang). Mais d’autres ne sont pas en reste, à commencer par Guillaume Gouix (Enragés, L’Immortel) tout en retenue malgré les évènements que va subir son personnage. Certains seconds rôles sont bien plus bancals, à commencer par le rappeur Kaaris qui aurait mieux fait de rester à la chanson (quoi que là aussi, j’émettrais personnellement de sérieux doutes). La mise en scène de Leclercq est de manière générale réussie. Souvent caméra à l’épaule afin de nous mettre encore plus dans le feu de l’action, il nous délivre des scènes d’action réellement efficaces, bien filmées, énergiques. C’est sobre, âpre, avec de jolis plans séquences. On notera malgré tout des soucis de rythme car, passé l’introduction, il faudra attendre la 45ème minutes pour que le film se lance vraiment et du coup, toute la première partie pourra paraitre un peu longuette. A partir de là, le rythme devient haletant, malgré un scénario certes bien écrit mais très convenu et, du coup, prévisible jusque dans son ultime plan, avec tout ce que cela comporte de clichés du genre. Le film traite de sujets tels que l’honneur, le sens du sacrifice, la loyauté, la famille, sans jamais tomber dans le pathos de bas étage. On pourra reprocher à Braqueurs son côté un peu trop « kaïra », comme s’il fallait absolument plaire au public des banlieues. Mais malgré tout, il n’en demeure pas moins un bon polar français qui vaut le coup d’œil.

LES PLUSLES MOINS
♥ Mise en scène efficace
♥ Une 2ème partie haletante
♥ De bons premiers rôles
♥ Les scènes d’action
⊗ Scénario lambda
⊗ Musique trop discrète
Braqueurs est une série B assez percutante, épuré comme il faut, et d’une grande efficacité. Malgré un scénario au final quelconque, Julien Leclercq accouche ici d’une bobine qui mérite qu’on s‘y intéresse et qui devrait plaire aux amateurs de polars à la française.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Les scènes de la cité ont été tournées pendant dix jours dans le quartier de Rougemont, à Sevran, grâce à Kaaris qui a fait en sorte que la population du quartier accueille l’équipe de tournage. Tout le reste a été tourné en région parisienne, comme par exemple à Saint-Maur dans le département du Val-de-Marne, dans la banlieue sud-est de Paris.
• A la base, Julien Leclercq a contacté le rappeur Kaaris pour un clip de mon deuxième album, Le Bruit de mon âme. Il avait envie de tourner un clip rap, et il a vu comment Kaaris bougeais, il a trouvé ça intéressant, et lui a dit “j’aurais peut-être un truc pour toi”. C’est ainsi qu’il est retrouvé en chef des dealeurs de drogue dans Braqueurs.
• Si le film de braquage est un genre à part entière qui comprend une multitude de productions, le cinéma français n’est pas en reste puisque rien qu’en 2015, il y avait Enragés, Le Transporteur Héritage et Antigang.


Titre : Braqueurs
Année : 2015
Durée : 1h21
Origine : France
Genre : Wesh chui une racaille tavu ?
Réalisateur : Julien Leclercq
Scénario : Julien Leclercq, Simon Moutaïrou

Acteurs : Sami Bouajila, Guillaume Gouix, Redouane Behache, Youssef Hajdi, Kaaris, Kahina Carina, Alice de Lencquesaing, David Saracino, Baya Belal

 Braqueurs (2015) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
20 octobre 2020 17:21

J’avais beaucoup aimé au cinéma la deuxième fois en blu-ray aussi. Le rythme qui retombe après le premier braquage ca m’a pas gêner car les acteurs sont impeccables et on y croit a cette histoire.
Les scènes d’action sont pas hyper bien filmé mais elle ont beaucoup d’impact et surtout elles sont crédible on a l’impression d’y être.