[Film] Beyond the Black Rainbow, de Panos Cosmatos (2010)

Au début des années 80, la tentative d’évasion désespérée d’une jeune femme séquestrée derrière une vitre dans un laboratoire expérimental, et surveillée par le mystérieux docteur Barry Nyle.


Avis de Rick :
Il y a des films des fois que l’on découvre un peu par hasard, suite à une bande annonce montrée par un ami (et fidèle lecteur du site), et où après vision du trailer, on se dit « j’ai rien compris, mais ça a l’air mortel ». Beyond the Black Rainbow, petite production Canadienne dont je n’avais jamais entendu parler, fait parti de ces films là ! On s’empresse de regarder la bête, et malgré quelques menus défauts, après la vision, on se dit que oui, on a toujours pas tout compris, mais que l’on a vécu une expérience tellement unique qu’on ne l’oubliera jamais. Le genre de film qui va nous coller longtemps à la peau, de par son visuel, son ambiance, sa musique. Un film qui va typiquement diviser. Car ce genre d’expériences ne s’adresse pas à tout le monde, et il faut vouloir la vivre.

BeyondtheBlackRainbow05

Soyons clair, Beyond the Black Rainbow, le premier film de Panos Cosmatos (le fils de George Pan Cosmatos) ne s’adresse pas à ceux qui veulent une histoire simple apportée sur un plateau, à ceux qui veulent des personnages définis auxquels ils peuvent s’identifier dés les premiers instants, ni à ceux qui n’aiment pas être plongé dans un cauchemar visuel (couleurs vives, grain, flous volontaires, lumières qui clignotent) et auditif (sons étranges, sons qui s’étirent, musique typée années 80), tout comme à ceux qui veulent un film aussi rythmé qu’une scène d’action sortant tout droit d’un Michael Bay, ou pour rester dans le domaine de la science fiction, aussi rythmé que Star Wars Épisode VII. Par contre, pour certains spectateurs, ceux ouverts aux expériences hors du commun, qui n’ont pas peur de se jeter dans l’inconnu, dans une intrigue relativement floue, dans un film de science fiction expérimental assez lent (lent façon 2001 L’odysée de l’espace, bien que ce ne soit aucunement comparable), qui aiment ressentir des émotions face à des expérimentations, que l’absence de dialogue pendant une bonne partie du film ne dérangent pas, Beyond the Black Rainbow est une expérience à vivre.

BeyondtheBlackRainbow07

Un cauchemar durant lequel le spectateur est plongé pendant pratiquement deux heures, un cauchemar qui commence de la manière la plus floue qui soit, et qui pourtant, grâce à son visuel, la splendide musique composée par Sinoia Caves et le design sonore étrange, interpelle, captive, fascine ! Techniquement donc, qu’est ce que ça raconte ? Bonne question, puisque le métrage, passé une fausse bande d’annonce pour la clinique Arboria, nous balance des scènes les unes après les autres sans nous expliquer le pourquoi du comment. Le spectateur devra rentrer dans le film et faire un effort, survivre au flou, à l’expérimentation avant d’avoir enfin quelques clés de compréhension environ une heure plus tard. Elena est donc une jeune femme détenue dans la clinique, qui ne parle pas (et ne parlera pas). Elle semble détenir des pouvoirs étranges, qu’elle ne peut utiliser grâce à une sorte de cristal détenu dans la clinique. Tous les jours, le docteur Barry Niles vient la voir, lui parle, lui pose des questions, et n’aura que des bip informatiques en guise de réponses… Un institut étrange pour une femme étrange. Le design du film est minimaliste, les couloirs sont vides, l’utilisation de miroirs constant, les lumières souvent rouges, la chambre d’Elena ne contient qu’un lit. Au niveau du casting, la même chose, puisque basiquement, nous ne verrons que Barry, qui sera un des seuls personnages à parler et Elena.

BeyondtheBlackRainbow15

Nous aurons bien quelques rares scènes avec Rosemary, qui vit avec Barry mais ne le connait pas si bien que ça, ou bien encore avec le docteur Arboria, vieux et malade, mais ces rôles sont totalement secondaires, et ne viendront pas donner des clés de lecture au spectateur, bien au contraire. En fait, passé une première heure fort réussie, hypnotisant, faisant appel à nos sens et émotions, le film se décide enfin à nous donner quelques clés durant un long flashback, pourtant tout aussi expérimental que le reste, voir beaucoup plus, avec un noir et blanc hyper contrasté, une absence de décors (tout est blanc), des sons encore plus agressifs… Oui, Beyond The Black Rainbow veut être une expérience jusqu’au bout, et ne dérive presque jamais. Presque, car dans sa dernière partie, concernant l’évasion d’Elena et quelques retournements de situations vis-à-vis de Barry, le métrage plonge quelque peu dans un côté série B assumée, à base de quelques scènes gore, de méchants très méchants, et de nouveaux personnages secondaires qui semblent être des hippies des années 80 sortant d’un Vendredi 13.

BeyondtheBlackRainbow18

Mais cela ne dérange aucunement, tant l’expérience se fait finalement cohérente d’un bout à l’autre. Cohérente dans ses choix osés certes, mais cohérente. Alors qu’est ce qui empêche le métrage d’être l’expérience expérimentale ultime ? Son final, clairement, torché en 2 secondes chrono en main, arrivant de manière brute et totalement ridicule après quelques instants magiques, comme si le réalisateur savait comment devait se finir son histoire thématiquement, mais n’avait pas pensé à comment y parvenir… Oui, les deux dernières minutes du métrage, ce qui est peu certes mais important, sont ratées ! Et c’est bien dommage. Mais malgré ce petit ratage, Beyond the Black Rainbow est un film fort réussi dans son genre, qui jamais ne quittera le spectateur, et rien que pour ça, on lui pardonnera son final !

BeyondtheBlackRainbow25

LES PLUSLES MOINS
♥ Une expérience unique
♥ Un visuel psychédélique
♥ La musique, géniale
♥ Un trip lent mais ultra prenant
♥ Des scènes fortes
⊗ Le final bien raté
 coeur24
Beyond The Black Rainbow ne s’adresse clairement pas au grand public, qui de toute façon ne finira même pas le métrage, ou s’endormira devant. Il ne délivre pas toutes ces clés, se fait lent, peu bavard… Mais pour peu que l’on aime vivre des expériences uniques et inédites, le film va marquer et il sera impossible de l’oublier, même des années après sa vision !

BeyondtheBlackRainbow26



Beyond-the-Black-RainbowTitre : Beyond The Black Rainbow
Année : 2010
Durée : 1h50
Origine : Canada
Genre : Science Fiction Expérimentale
Réalisateur : Panos Cosmatos
Scénario : Panos Cosmatos

Acteurs : Michael Rogers, Eva Allan, Scott Hylands, Marilyn Norry et Rondel Reynoldson

 Beyond the Black Rainbow (2010) on IMDb


BeyondtheBlackRainbow27BeyondtheBlackRainbow28BeyondtheBlackRainbow29BeyondtheBlackRainbow31BeyondtheBlackRainbow33BeyondtheBlackRainbow39BeyondtheBlackRainbow41BeyondtheBlackRainbow43BeyondtheBlackRainbow44

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

9 Comments

Add a Comment
  1. Ca a l’air ultra space, le genre de film si tu rentres pas dedans dès le départ, tu vas le subir de long en large. Le trailer m’a pas mal agressé perso, la musique (même si elle a l’air chouette), les couleurs, les images,… Définitivement un film qui n’est pas fait pour moi (même si des fois, c’est en étant curieux qu’on fait de chouettes découvertes)

  2. Ah les films arthouse ou comment chier sur une toile blanche et la vendre 1 million à des bobos en disant que c’est de “l’art”

    1. C’était un commentaire très constructif ^^

    2. Oups, désolée, je pensais qu’ici on pouvait parler de tous les cinémas sans se faire torcher mais j’ai dû me tromper. Merci pour ce commentaire très pertinent ^^

      1. Ben je pensais aussi, du coup je pars de ce pas me faire l’intégrale Transformers, puis Twilight. Attend c’est de l’art non? Je sais plus? Pourquoi la vie?

        1. Vous pouvez aimez un film mais d’autres ont aussi le droit de ne pas l’aimer non ? la liberté d’expression ça vaut dans les 2 sens hein.
          Ensuite, pour la remarque sur les blockbusters, sachez qu’il y existe un monde entre les film de super héros et les films pour hippies qui finissent aux oscars.

          1. Je suis d’accord, mais c’est bien aussi de justifier pourquoi on a pas aimé hein. Parce que balancer “Ah les films arthouse ou comment chier sur une toile blanche et la vendre 1 million à des bobos en disant que c’est de « l’art » “, pourquoi pas, on a effectivement le droit de pas aimer un film (et tant mieux, c’est ce qui amène des débats). Mais un minimum d’arguments c’est bien ^_^

          2. Pour ma part c’est la façon de dire les choses qui ne me plait pas. Bien entendu qu’on ne peut pas toujours aimer les mêmes choses, je dis d’ailleurs dans ma chronique que ce film n’intéressera qu’une toute petite partie du public. Et par exemple Chery avait chroniqué et beaucoup aimé Moonwalkers, que je n’ai pas du tout adhéré, et je n’ai pas non plus dit que c’était arty et de la merde en boite.
            Après pour ta remarque, je te ferais savoir que pour ma part, je n’ai jamais chroniqué un seul film de super héros ici, puisque de base, je n’aime pas ça, à quelques trèèèèèès rares exceptions (Kick-Ass, j’aime bien par exemple). Je regarde surtout des polars, des drames et des films d’horreur, que je chronique parfois ici, parfois non. Récemment tu as pu voir des films de la Hammer des années 50, du Larry Clark, Délivrance aujourd’hui, du François Ozon, Katryn Bigelow, et parfois des gros films comme Divergente. On peut aimer et regarder de tout. Quand au fait de dire “films pour hippies qui finissent aux oscars”, si un film comme Beyond the Black Rainbow atterrit aux oscars, ce serait un miracle et une certaine ouverture d’esprit de la part de ceux qui font la sélection, mais honnêtement, jamais ça n’arrivera 😉

  3. Mais que ce soit des blockbusters (et y en d’autres que ceux de super héros et heureusement), des films intermédiaires ou encore des “films pour hippies qui finissent aux oscars”, encore une fois qu’est ce qui empêche chacun d’aimer sans que ce soit forcément péjoratif dans un sens ou dans l’autre. Et ce n’est pas parce qu’un film ou une oeuvre d’art en général est intimiste et sera appréciée par une petite partie du public que c’est forcément une merde (parce que le fond du comm c’était tout de même ça hein Jack^^). Pour ma part je ne suis que peu sensible à la dernière catégorie, ma config interne ne gère pas les paramètres mais je n’insulte pas ceux qui y sont sensibles. Le débat peut naître, l’insulte non 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *