[Film] August in the Water, de Ishii Sogo (1995)

Après la chute de deux météorites, la population de la région de Fukuoka est, peu à peu, affectée par une étrange maladie. Ukiya et Mao sont amoureux d’Izumi, une championne de plongeon. Suite à une mauvais saut, Izumi tombe dans le coma. À son réveil, elle semble différente.


Avis de Rick :
Ishii Sogo, voilà bien un réalisateur intéressant dont on ne parle pas assez. Moins vendeur qu’un Miike ou une énième adaptation de manga, parfois moins fou qu’un Tsukamoto, Ishii a une carrière pour le moins étrange, qui fonctionne par cycle. D’un côté, des films fous, bruyants, rapides, comme Burst City ou surtout Electric Dragon 80 000V. Mais dans les années 90, Ishii change son fusil d’épaule et le temps de plusieurs films, pose sa caméra, joue sur l’ambiance et la lenteur des récits. Cela avait donné en 1994 l’excellent Angel Dust, sorte de cauchemar éveillé qui colle à la peau. À peine un an plus tard, il poursuit dans cette thématique mais en livrant l’exact opposé avec ce August in the Water. Angel Dust était un cauchemar, August in the Water sera un rêve éveillé. Un film plus doux, plus onirique, moins claustrophobe et opaque. L’autre côté d’une même pièce. Éclairage souvent lumineux, plans larges mettant en valeur les décors ou tout simplement la nature, plans fixes qui osent s’éterniser pour ne pas bousculer le rythme du métrage et trahir son ADN, August in the Water est un film onirique. Qui pourtant a bien du mal à commencer, malgré de magnifiques trouvailles visuelles. Car le métrage prend son temps, pour nous dépeindre ses personnages, le lieu de l’action avec la ville de Fukuoka, filmer sa nature, et mélanger les genres. August in the Water commence presque comme un mélange entre une romance adolescente et un documentaire sur le plongeon. Nous suivons les entrainements d’Izumi (magnifiquement filmés tout en travelling), l’histoire d’amour innocente qui va naître, et tout à coup, c’est le drame, le film bascule, change de genre, tout en gardant son côté naturel dans sa mise en scène, qui n’en fait jamais trop.

Malgré tout, cette mise en bouche, durant une bonne demi-heure, parvient à décevoir. Un brin trop longue malgré de beaux plans, de bonnes idées, et une ambiance qui doit beaucoup au score musical composé à 8 mains, rien que ça. Mais lorsqu’Izumi a un accident durant un championnat et tombe dans le coma, le film change radicalement de genre, plongeant dans le fantastique, ou la science fiction même, mais garde son côté naturel. Pas d’esbroufe visuelle, de scènes impressionnantes ou autre, non, rien de tout ça ici. Un peu comme Nakata qui livrait avec Ring trois ans plus tard un film de fantôme dénué de jumpscares et donc avec un côté très naturel, Ishii fait de même avec son histoire de météorite, amenant une étrange maladie dans la ville. Sans prévenir, les habitants tombent, les uns après les autres. La raison ? Leurs organes se changent en pierre, purement et simplement. Pourquoi ? Pourquoi expliquer. Ishii travaille son ambiance, et c’est bien là le gros point fort du film. Après un début trop long, on est happé par l’ambiance, visuelle, sonore, on suit les aventures de nos personnages, on s’exclame devant des plans aussi simples que beaux, mais qui parviennent à se justifier et à ne pas faire dans l’auteurisant. Tout à son honneur, surtout que l’équilibre voulu par le réalisateur est aussi fragile que cette ville qu’il filme, une ville entre modernité avec la technologie et simplicité avec cette nature qui lui tend les bras. À son réveil du coma, Izumi est différente, comme consciente de ce qu’elle est, et de sa place dans le monde qui l’entoure. Ce qui la rend aux yeux de beaucoup étrange. Ces camarades de classe notamment ne voient pas ce changement de personnalité d’un bon œil. Le film, tout comme le personnage principal, met en avant le conflit et l’équilibre étrange de cette ville, et donc par extension, du Japon et de ses habitants.

Un pays technologiquement avancé, très moderne, mais où les croyances et traditions ont la dent dure pour les habitants. Énorme métaphore ? Oui et non. On pourra regretter par exemple que le film en dise un peu trop dans sa dernière partie, ne laissant pas véritablement planer un doute quelconque. Mais paradoxalement, c’est là que le film atteint son apothéose au niveau de son ambiance onirique, autant avec ses sublimes plans que son sublime score musical, envoutant. On peut aisément dire qu’August in the Water est un film à la fois passionnant et fouillé dans le fond comme dans la forme, sous ses apparences pourtant de film simpliste, peu bavard de manière générale, et qui prend son temps. Tout ne fonctionne pas à la perfection, des longueurs sont bel et bien là, mais pourtant, l’envie de nous faire ressentir un rêve est bien présente. Ishii prouve qu’il est autant à l’aise avec un propos et une mise en scène calme que dans les expérimentations bruyantes qui vont à 100 à l’heure. Mais plus qu’une histoire, ou une métaphore, August in the Water doit être vu comme un rêve, une représentation visuelle d’une atmosphère, et a donc pour lui un ton unique. Ce qui explique ses quelques défauts narratifs, qui ne sont pas l’intérêt, mais sont mis en avant au début, comme pour rassurer le spectateur.

LES PLUSLES MOINS
♥ Une ambiance vraiment unique
♥ L’ambiance sonore
♥ D’excellentes idées de mise en scène
♥ Certains moments inoubliables
⊗ Des longueurs en première partie
⊗ Pas assez ambigu dans son final ?
note65
August in the Water est l’antithèse d’Angel Dust. Un rêve éveillé, doux, lent, beau, parfois surréaliste. Beaucoup de bonnes choses, bien qu’il faille d’abord passer la très longue ouverture, plus classique et moins intéressante.



Titre : August in the Water – Mizu no Naka no Hachigatsu – 水の中の八月

Année : 1995
Durée :
1h57
Origine :
Japon
Genre :
Fantastique
Réalisation : 
Ishii Sogo
Scénario : 
Ishii Sogo
Avec :
Komine Rena, Aoki Shinsuke, Matsuo Reiko, Takarai Masaaki et Narazaki Yanosuke

 August in the Water (1995) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments