[Film] Angels Wear White, de Vivian Qu (2017)


Dans une modeste station balnéaire, deux collégiennes sont agressées par un homme d’âge mûr dans un motel. Mia, l’adolescente qui travaillait à la réception est le seul témoin. Elle ne dit rien par crainte de perdre son emploi. Par ailleurs, Wen, l’une des victimes, 12 ans, comprend que ses problèmes ne font que commencer…


Avis de Cherycok :
Le drame n’est clairement pas mon genre de prédilection. Néanmoins, je m’y plonge de temps à autres comme ce fût le cas avec ce Angels Wear White, deuxième et dernier film en date de la réalisatrice engagée Vivian Qu, sorti chez nous récemment par Spectrum Films. Le film nous présente plusieurs portraits de femmes qui cherchent à se libérer, à s’émanciper d’un système dont elles sont généralement les victimes, en partant d’un postulat lourd, celui du viol sur mineur, et tout ce qui en découle dans un système chinois corrompu, où tout tourne autour du pouvoir de l’argent. Un film qui met en colère et qui résonnait d’autant plus qu’il est sorti en plein #Metoo et tous les scandales qui l’accompagnent, bien qu’il ait été tourné avant. Ah c’est sûr qu’on ne se lance pas dans ce Angels Wear White pour se marrer un bon coup.

Quatrième collaboration entre Kim Sung-Hu, qui signe également le scenario, et Jung Woo-Sung (Steel Rain, The Good The Bad The Weird) après Beat (1997), City of the J’avais lu sur la toile une déclaration de Xin Yukun, réalisateur de Wrath of Silence (2017), qui disait que, dans ses films, il évitait de critiquer les représentants de l’Etat de peur que ses scénarios ne soient pas approuvés par la censure. Sa compatriote Vivian Qu semble s’en ficher complètement tant Angels Wear White est une condamnation d’une société qui ne s’occupe clairement pas de ses femmes et de ses enfants. C’est une œuvre douloureuse, pleine de symboles (la statue de Marylin Monroe, femme libre s’il en est, en opposition à toutes ces femmes chinoises bloquées dans leur vie de misère). La réalisatrice dresse un portrait de la Chine qui n’est pas très reluisant. Sa vision des choses est pessimiste, ce sont les innocents qui sont les victimes d’injustices. Elle nous fait comprendre que la société chinoise s’arrange toujours pour faire oublier ce qui est dérangeant et on a l’impression qu’elle cherche à nous mettre en colère contre ses institutions, avec un scénario sinistre mais qui prend aux tripes. Le point de départ, une jeune fille, Mia, qui travaille à l’accueil d’un motel, qui comprend via les caméras de surveillance que deux jeunes filles de 12 ans se font violer dans une chambre. A partir de là vont se dresser plusieurs portraits. Nous avons donc celui de Mia, qui se bat pour obtenir une carte d’identité, qui pourrait faire éclater l’affaire après avoir filmé avec son téléphone l’écran de surveillance, mais qui craint que cela ne révèle son statut de sans-papiers et lui fasse perdre le peu qu’elle possède. Nous avons également les deux fillettes victimes du viol, Wen et Xin, qui se retrouvent maltraitées et vendues par ceux qui sont censés les protéger, à savoir leurs parents, pour diverses raisons (ascension sociale à ne pas perdre, honte, …). Ou encore celui de Hao, l’avocate intègre assignée à l’affaire des deux fillettes, qui persiste à vouloir faire éclater la vérité mais qui se retrouve constamment devant un mur lorsqu’il faut un peu secouer les idéaux du système judiciaire qui préfère regarder ailleurs. C’est la seule qui cherche à faire bouger les choses là où il semble que tous ceux qui apprennent ce qui est arrivé à Wen et Xin se préoccupent davantage de limiter les dégâts et de rejeter la faute sur les autres plutôt que de veiller au bien-être des fillettes.

L’agression proprement dite n’est jamais montrée. Vivian Qu se concentre uniquement sur les conséquences de cet acte, sur son côté traumatisant, sur le processus long et fastidieux qui va en découler. L’homme qui a perpétré ce crime est presque inexistant et chaque personnage a ses raisons de ne pas dénoncer, de ne pas aider cette innocence bafouée. Leurs actions sont là pour nous rappeler que ce qui est dans l’ombre restera dans l’ombre tant que ceux qui en ont connaissance choisissent de le cacher. Le paysage social qui nous est dépeint n’en est que plus accablant, aidé par une mise en scène de Vivian Qu volontairement austère. C’est brut, sans concession aucune, avec une photographie claire comme pour rappeler l’innocence. La réalisatrice garde constamment une certaine distance avec ce qu’elle dépeint dans son film. Jamais elle ne cherche à faire pleurer. Jamais elle ne cherche à choquer via des scènes chocs (presque tout est hors champ). Elle expose un fait divers sombre et déchirant, comme il doit y en avoir tous les jours en Chine sans que cela fasse sourciller les autorités. Angels Wear White est un film courageux mais pas forcément facile d’accès dans le sens où les sujets sont traités avec un souci de réalisme social dans sa forme la plus pure et la plus dure. L’ambiance a quelque chose de suffocant, le film est très noir de par les thèmes qu’il aborde. Malgré quelques moments plus fantaisistes, on ressort malgré tout avec le moral qui en a pris un coup. Dans son genre, Angel Wears White est une réussite, une réussite en partie due à son casting absolument fabuleux. Les deux fillettes sont troublantes de justesse ; Wen Qi est excellente dans un rôle délicat où il est difficile de s’attirer la sympathie du public ; Geng Le est lui aussi très juste dans le rôle du père de Wen qui s’avère être le seul parent réellement préoccupé de trouver une certaine justice pour son enfant plutôt qu’un simple gain (quelle que soit sa forme). Je suis très curieux de savoir comment ce film a été accueilli en Chine. Enfin… s’il a pu sortir car avec la censure chinoise qui semble être toute puissante et faire ce qu’elle veut dès qu’un film critique son pays…

LES PLUSLES MOINS
♥ Un très bon casting
♥ Mise en scène raccord aux thématiques
♥ Scénario prenant
♥ Evite les facilités
⊗ Parfois un tout petit peu longuet
Note :
Angels Wear White est un drame captivant et puissant sur la destruction de l’innocence, qui évite de déraper vers le mélodrame macabre. Dur, âpre, il secoue le spectateur en le confrontant à des réalités peu reluisantes. Un film à voir !

LE SAVIEZ VOUS ?
• Le film était en sélection officielle à la Mostra de Venise 2017. Il a remporté les prix du meilleur film et de la meilleure actrice (pour Wen Qi) au Festival International du film d’Antalya 2017 et la Montgolfière d’Argent au Festival des Trois Continents 2017.
• L’affiche originale du film fait référence à une statue monumentale représentant Marilyn Monroe dans Sept Ans de Réflexion (1955) de Billy Wilder, dans la fameuse scène où elle passe au-dessus d’une bouche de métro.

Angels Wear White est sorti chez Spectrum Films en combo DVD / Blu-ray au prix de 20€. Il est disponible à l’achat ici : Spectrumfilms.fr

 

En plus du film, on y trouve : Présentation du film par la réalisatrice, Bande-annonce



Titre : Angels Wear White / Les Anges Portent du Blanc
Année : 2017
Durée : 1h47
Origine : China
Genre : Fait divers dramatique
Réalisateur : Vivian Qu
Scénario : Vivian Qu

Acteurs : Wen Qi, Zhou Meijun, Shi Ke, Liu Weiwei, Geng Le, Wang Yuexin, Li Mengnan, Peng Jing, Chen Chu-Sheng, Jiang Xinyue

 Les anges portent du blanc (2017) on IMDb


0 0 votes
Article Rating
Partager :

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Nasserjones
3 septembre 2021 15:49

Merci beaucoup pour la review Cherycook. J’hésitais un peu à prendre le film parce que j’attendais justement des retours et là tu m’as convaincu, je vais me le commander.