[Film] Android Cop, de Mark Atkins (2014)

Le futur. Un flic et son partenaire robot pénètrent dans la Zone, une partie de la ville dont l’accès est interdit car la population a été décimée par une maladie incurable. Ensemble, ils vont découvrir l’origine de la maladie et tout tenter pour remédier à la situation…


Avis de Cherycok :
Ayant vu Robocop version 2014 il y a quelques jours et l’ayant trouvé complètement naze, quoi de plus normal en tant qu’amateur de bisseries et autres Z que je me jette sur cette version lowcost par les rois du Mockbuster, à savoir les petits “génies” de chez The Asylum, tout sobrement intitulée Android Cop, histoire de savoir si j’allais passer un meilleur moment. Au final, il sont aussi foireux l’un que l’autre, mais la bobine de Mark Atkins avec son budget 100 fois inférieur est clairement bien plus fun.

Même s’il se veut être un Mockbuster de Robocop, Android Cop s’en éloigne très rapidement, préférant développer une histoire complètement différente en partant du principe que notre cyborg est déjà ce qu’il est et qu’il n’est pas nécessaire de montrer sa “création”. Cela permet de rentrer directement dans le vif du sujet sans se prendre la tête avec une quelconque explication dont le public de ce genre de production se fout éperdument, et dans un sens, ce n’est pas forcément plus mal.
On rentre donc directement dans l’action et on constate très rapidement que mine de rien, techniquement, l’ensemble est assez clean pour une production fauchée de chez Asylum. Bien entendu, niveau jeu d’acteur, on n’est pas dans le haut du panier et on a l’impression que Michael Jay White, qui a décidément besoin de payer ses impôts, va exploser de rire à chaque scène, mais la mise en scène tient étrangement la route. Mark Atkins nous balance quelques plans osés, la photographie est dans l’ensemble très correcte, et les quelques effets spéciaux tels que l’hélicoptère futuriste sont assez bien incrustés, bénéficiant même d’un design sympathique.

Autour de ça, ça se gâte un peu, du moins tout dépend du point de vue sous lequel on aborde la chose. Disons que les amateurs de nanars post-apo italiens des années 80 devraient y trouver leur compte tant le film a l’air d’en être sorti, à commencer par le design de notre Android Cop nous faisant énormément penser à celui d’un certain Robowar (1988) de Bruno Mattei qui était lui même une version low-cost mais ce coup-ci de Predator. Mais si ce n’était que ça… On a droit aux voitures modifiées semblant venir d’un sous Mad Max 2 du pauvre et même des sbires frôlant l’amateurisme et qui ont sans doute été dépouiller le camp de gitans du coin pour s’habiller histoire de donner un semblant de post-nuke à leur look.
Mais qu’importe, on s’amuse devant ce que nous présente The Asylum. Ca ne se prend jamais au sérieux avec des dialogues parfois vraiment très funs et un cyborg bien dans le ton sortant des répliques parfois cons comme la lune, le tout sans aucune expression (c’est toujours plus facile à jouer). Les scènes d’action souffrent du syndrome hollywoodien, à savoir des gunfights où des centaines de balles sont tirées, et dont seulement un infime pourcentage arrivent à destination, sauf que c’est ici poussé à l’extrême dans le sens où les adversaires sont parfois à 5m les uns des autres. Alors à moins qu’ils aient tous un strabisme ultra prononcé ou tout simplement qu’ils n’ont jamais tenus une arme à feu de leur vie, ce qui se rait assez rare pour des flics ou des bandits, le résultat à l’écran est complètement out of this world. Le réalisateur s’essaie même à un twist ! On le voit malheureusement venir à des kilomètres mais on salue tout de même l’effort de pondre un scénario un poil plus évolué qu’à l’accoutumé.

Une fois de plus, The Asylum essaie d’engranger un max de pognon en sortant directement en DVD une version lowcost d’un blockbuster hollywoodien quelques jours avant sa sortie cinéma et une fois de plus, il en résulte un film certes objectivement très mauvais mais néanmoins assez fun et crétin pour passer 1h30 sans ennui. Une chose est sûre, c’est que je me suis plus amusé devant Android Cop que Robocop 2014 et rien que pour ça, je dis merci The Asylum.

Note :

Note nanar :

 


Titre : Android Cop
Année : 2014
Durée : 1h28
Origine : U.S.A
Genre : Mockbuster
Réalisateur : Mark Atkins

Acteurs : Michael Jai White, Randy Wayne, Kadeem Hardison, Larissa Vereza, Charles S. Dutton, Morgan Benoit, Duane Avery, Jay Brothers, Jay Gillespie, Kelly Gremli, William Guirola, Kaiwi Lyman


Galerie d’images :


  • 0 0 vote
    Article Rating
  • S’abonner
    Notifier de
    guest
    0 Commentaires
    Inline Feedbacks
    View all comments
    SilverSmartieS
    SilverSmartieS
    18 février 2014 20:09

    Je veux voir ça ^^

    Oli
    Oli
    19 février 2014 5:23

    Je ne savais pas que Charles S. Dutton tournait désormais dans des séries Z. On en apprend tous les jours. Il y en a un autre qui vit maintenant de DTV obscurs, c’est Tom Sizemore.

    Gorost
    Gorost
    Reply to  Cherycok
    19 février 2014 13:51

    Comme quoi ils ont fait “mieux” que Hollywood, et ça me fait plaisir. Au moins le fun est au rendez-vous donc ? jte le piquerai à l’occaze

    Mugenjin
    Mugenjin
    3 mars 2014 1:04

    ça me fait mal de voir Michael Jai White cachetonner dans ce genre de film…